Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La poésie en blanc de Framboise

    framboise

    Deux poèmes (encore un peu de circonstances) extraits du recueil Méli-mélo, secrets poétiques publiés en août 2019, par l'amie Framboise. 

    framboise

    framboise

    framboise

    framboise

  • C’était hier : L’Epiphanie fêtée dans la joie sur le mont Calvaire

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du lundi 15 janvier 2001.

    calvaire,frédéric paillardIls ont fêté les Rois autour d’une table de fortune, sous les accords de la flûte de Sergi Pan (Photos archives, Janvier 2001).

    Comme cela avait été déjà le cas au siècle dernier, la chapelle du Calvaire ouvre à nouveau ses portes en 2001, le premier dimanche de chaque mois, de 14 h à 18 h. 

    En ce dimanche de l’Epiphanie, les amoureux du patrimoine ont donc repris leur bâton de pèlerin, en direction du chemin de croix menant à l’ermitage de Notre-Dame des Sept Douleurs. Un rendez-vous très prisé par les nombreux serviteurs du culte mais aussi par les randonneurs qui bénéficient d’une vue exceptionnelle sur la cité chalabroise et la chaîne des Petites Pyrénées. Soumis aux quatre vents du Kercorb, ce lieu de prière accuse hélas les outrages du temps, chacun peut le constater et les remarques apposées sur le livre d’or de la chapelle en témoignent.

    Ebéniste et guide bénévole, Frédéric Paillard avait dans un passé récent accompli quelques travaux de restauration qu’il n’avait pu mener à terme pour des raisons administratives et financières. Aujourd’hui, cet ancien compagnon du tour de France souhaite créer une association de sauvegarde, « Les amis du Calvaire », plusieurs volontaires ont souhaité oeuvrer à ses côtés. Diverses actions pourraient alors être mises sur pied, afin de recueillir des fonds nécessaires à l’entretien de la chapelle (concerts, pique-niques).  

    calvaire,frédéric paillard

    Frédéric Paillard pouvait arborer dimanche un soutire optimiste à l’idée de relancer un chantier stoppé en 1996 un peu contre son gré. Le soleil courait encore sur Roquefère lorsque le nouvel ermite de ces lieux recevait sur le parvis une sympathique troupe venue lui apporter la traditionnelle galette des Rois. A leurs pieds, Chalabre commençait à disparaître dans un superbe gris fumeux cher à Léonard de Vinci. Il était l’heure de passer à table et de partager un instant de convivialité, qui en appellera certainement d’autres.

    Les personnes souhaitant s’investir au sein de la future association « Les amis du Calvaire », peuvent contacter Frédéric Paillard à son domicile de la Bâtisse à Chalabre.