Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Carnet noir

  • Au revoir Francis

    francis graciaDimanche 15 mars, la cité chalabroise apprenait la disparition de Francis Gracia, décédé subitement à l’âge de 40 ans à Rieucros (Ariège), où il résidait. Bien connu à Chalabre, village qui l’avait vu grandir, Francis Gracia, né le 31 mai 1979 à Lavelanet, s’était fortement impliqué dans la vie associative et sportive chalabroise. Supporter inconditionnel du quinze local dès son plus jeune âge, impatient de rejoindre ses modèles sur le pré, Francis s’essaiera au ballon rond au sein de l’école de football du FCC, avant de devenir l’élément à part entière de l’US Kercorb XV, que chacun connaissait.

    francis graciaMembre du comité des fêtes, président du club de rugby au flag la Flamme du Kercorb, impliqué également avec les jeunes pousses de l'école de rugby, pétanqueur à ses heures, il avait rejoint en 2002, le corps des sapeurs-pompiers de Chalabre. Sa nouvelle situation familiale l’avait emmené vers Rieucros en Ariège, où il cultivait là aussi sa passion pour le rugby, avec ses nouveaux équipiers du COR XV. Jusqu’au printemps 2019, quant il avait choisi de mettre un terme à sa carrière sportive.

    Sur le plan professionnel, Francis Gracia avait évolué dans le milieu de la chaudronnerie et de la plomberie, travaillant également en société aux côtés de ses deux frères. Après avoir pris la route au volant de super-lourds puis exercé des missions en intérim toujours en sa qualité de chaudronnier, il avait rejoint depuis peu les effectifs de la société Aubert Duval à Pamiers.    

    Jeudi 19 mars, le « Cit », comme ses nombreuses amitiés le surnommaient, a été incinéré à Trèbes, dans une intimité qui ne lui ressemblait pas, privé de la présence de ses proches et amis.

    En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à Colette sa maman, son épouse Bénédicte, sa sœur Sylvie, Maurice et Laurent, ses frères, toutes les personnes que ce deuil cruel afflige.

    francis gracia

    Le Barcarès, 2 mai 1999, avec l'USK face à Ponteilla en 32e de finale du Championnat de France de 4e série

    francis gracia

    Juillet 2011, avec les Badalucs pour le Bouclier Raymond-Fort

    francis gracia

    1999, au feu pour une soirée beaujolais chez Thomas

    francis gracia

    Un centurion pour la crèche vivante à l'église Saint-Pierre, en décembre 1993

  • Carnet noir

    francis gracia

    La très triste nouvelle est tombée en fin de matinée ce dimanche 15 mars, Francis Gracia a été enlevé à l’affection des siens à l'âge de 40 ans. En ces circonstances douloureuses, chacun prend part à la douleur d'une famille dans le chagrin. Toutes nos pensées vont vers Colette sa maman, son épouse Bénédicte, Henri son fils, sa sœur Sylvie, Maurice et Laurent, ses frères.

    Francis repose au complexe funéraire du Crieu (Ariège). En raison des recommandations gouvernementales, les visites sont exclusivement réservées à la famille très proche. La crémation aura lieu au crématorium de Trèbes, sans aucune cérémonie. Dès que les instances sanitaires l'autoriseront, un recueillement aura lieu au cimetière de Rieucros (Ariège), le jour de l'inhumation de l'urne. Cette date sera communiquée ultérieurement.

  • Carnet noir

    Yvette Poncet

    La cérémonie des obsèques religieuses de Madame Yvette Poncet née Tyrode, décédée jeudi 27 février à l'âge de 93 ans, sera célébrée samedi 29 février à 15 heures 30, en la chapelle Sainte-Cécile de Rivel, suivie de l’inhumation au cimetière du village.

  • Guido Calvène n’est plus

    guido calvèneLundi 3 février en l'église Saint-Pierre, un dernier et émouvant adieu était adressé à Guido Calvène, décédé jeudi 30 janvier dans sa 93e année. Né le 9 mars 1927 à Somma Lombardo, ville italienne de Lombardie, Guido Calvène est encore adolescent lorsque sa famille émigre vers la France et s’établit dans le village de Sonnac-sur-l’Hers. Il travaille aux côtés des siens à la ferme de La Flotte, lorsqu’il est requis par les gendarmes pour rejoindre le STO. Il a à peine seize ans en ce 28 octobre 1943, et il entame alors un long périple qui l’emmène d’abord vers Sablé-sur-Sarthe où il participe à l’édification d’une manufacture poudrière. Il est ensuite dirigé vers le port de Saint-Nazaire où l’occupant allemand a initié la construction d’une grande base sous marine. C’est là, à l’entrée de l’estuaire de la Loire, que Guido Calvène et ses compagnons vont vider les cales d’énormes cargos, procédant entre autre au déchargement de 125 tonnes de ciment par jour. Toujours réquisitionné, il prend la route de La Baule où il prend part à la construction du fameux mur de l’Atlantique. Les événements vont se précipiter avec le débarquement du 6 juin 1944 et Guido est envoyé vers la Normandie et Caen, d’où il s’évade. Deux semaines plus tard il réintègre le domicile familial, et au lendemain de son arrivée, il sera le témoin désarmé de l’attaque allemande du col de la Flotte, qui fera cinq victimes dans le rang des maquisards.

    A l’heure d’une paix rétablie, les travaux de la ferme occuperont à nouveau le quotidien de Guido, qui travaille dans le même temps à l’usine de chaussures Canat. La chasse fait partie de ses loisirs mais le bénévole infatigable qu’il est se retrouve impliqué dans de nombreuses associations du Kercorb.

    guido calvène

    Maître de la braise, entre autres qualités, Guido aura œuvré avec Ensemble pour le Calvaire, Il était une fois Chalabre, les Compagnons de Roubichoux, la chorale Eissalabra, pour la restauration du château de Puivert, la confection de sa Majesté Badaluc. Sans oublier le peloton du club cyclo du Chalabrais, qui aura lui aussi bénéficié de sa gentillesse et de son humeur toujours égale.

    En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à Evelyne sa fille, à Jean-Louis son beau-fils, à Livia et Marie ses sœurs, à ses petits-enfants, à toutes les personnes que ce deuil afflige.

  • Carnet noir

    guido calvène

    Photo archives Mai 1997

    La cérémonie des obsèques religieuses de Monsieur Guido Calvène, décédé dans sa 93e année, sera célébrée aujourd'hui lundi 3 février à 10 h en l'église Saint-Pierre de Chalabre, suivie de la crémation à 13 h 15 à Trèbes. Guido Calvène repose à la chambre funéraire de l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil.

  • Carnet noir

    La crémation de Monsieur Guy Colonges, décédé dans sa 79e année, aura lieu le mardi 21 janvier à 15 h 30 au crématorium de Trèbes. Le corps du défunt repose à la chambre funéraire de Chalabre.

  • Sainte Colombe-sur-l'Hers : Joseph Noy n’est plus

    joseph noy

    Jeudi 28 novembre, parents et amis ont accompagné Joseph Noy, décédé à l’âge de 91 ans, vers sa dernière demeure. Né le 19 avril 1928 à Sainte-Colombe-sur-l’Hers où il avait grandi, Joseph Noy était entré dans la vie active à 18 ans, en prenant un engagement au sein de l’armée française. Après une période d’apprentissage militaire à Melun, il part en Indochine où il séjournera durant plus de trois années, entre Hanoï et Saïgon. Son contrat l’emmènera ensuite au Maroc, puis à Fréjus, Saint-Raphaël, avant de rejoindre les services de l’intendance militaire à Laon (Aisne), où il quitte définitivement l’uniforme.

    En 1962 c’est le retour à la vie civile et à Sainte-Colombe-sur-l’Hers où résident ses parents. De nouvelles perspectives se présentent à lui avec la préparation et l’obtention de concours de la fonction publique, mais il choisi au final de rester auprès des siens, dans son Plantaurel natal. L’industrie textile du Pays d’Olmes a encore de beaux jours devant elle, et Joseph Noy intègre tour à tour les entreprises Couquet (Lavelanet) et Bertrand (Laroque-d’Olmes), dans lesquelles il exercera des fonctions administratives.

    Il vit auprès de ses parents, et accompagne dans le même temps la première enfance et l’adolescence de Thierry, son neveu et fils d’adoption. Il sera ensuite le grand-père affectueux que chacun connaissait, auprès de Marie-Alice, Frédéric, Aubin et Louise. Egalement impliqué dans la vie d’une commune à laquelle il était attaché, Joseph Noy avait accompli trois mandats de maire-adjoint, faisant preuve d’assiduité, de générosité et d’écoute.

    En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à sa famille et à ses amis.