Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Livre

  • Un roman bisontin écrit à deux mains

    gilles billaut,hervé cuinetLorsqu’ils n’écrivent pas, Gilles Billaut et Hervé Cuinet viennent au Cazal.

    Son titre ne laisse planer aucun doute, « Meurtres à Chalabre » est un roman policier, roman d’énigmes, écrit par Gilles Billaut et Hervé Cuinet. Deux personnages, amis de très longue date, qui participent activement à l’atelier d’écriture partagé de Thise, près de Besançon (Doubs).

    gilles billaut,hervé cuinet

    Voilà bientôt vingt ans, et grâce à ces hasards qui vous amènent à prendre ou à suivre des chemins quelquefois surprenants, nos deux Francs-Comtois posaient leurs sacs de voyage sur la grand-place du Cazal. Depuis, et aussi souvent qu’ils le peuvent, ils sont présents à l’été sur les hauteurs du hameau, vacanciers multicartes, tantôt gaulois, infirmiers ou légionnaires,… mais assurément adoptés par les Festejaïres del Cazal.

    « Devenus addicts des phrases qui courent sur des feuilles blanches », Gilles Billaut et Hervé Cuinet situent leur intrigue dans un cadre essentiellement chalabrois. Ils tiennent à préciser que « toute coïncidence ou ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées n’est pas fortuite, mais volontaire ! ». Depuis la colline de Tataubas jusqu’au lit du ruisseau du Chalabreil, le lecteur est invité à découvrir l’intrigue -les intrigues- au fil d’une enquête criminelle fertile en rebondissements. A l’image de la rue Morgue et d’un double assassinat évoqué par Edgar Allan Poe, les adeptes du genre policier seront comblés. Embarqués cette fois dans les traces d’un profiler, lui-même sur la piste d’un assassin rôdant aux abords du quai du Pont-Vieux. Le livre est disponible à la demande, auprès des résidents de la commune libre du Cazal.

    gilles billaut,hervé cuinet

     

  • Les « Contes du bateleur », ou la quête alchimique du Soi

    Régine Brzesc-Colonges.JPGRégine Brzesc-Colonges confirme la vocation humaniste du Tarot.

    Après trois essais et un livre de chroniques sur la région, Régine Brzesc-Colonges consacre son cinquième ouvrage au Tarot. Pas le Tarot pour jouer, ni même le Tarot divinatoire, mais il s'agit plutôt ici d'un travail de décryptage de 22 images symboliques, qui dévoilent une sagesse et une connaissance presque aussi vieille que l'humanité. Comme l’indique son auteur, « Le récit du Bateleur, celui des 22 arcanes majeur, est la mise en images et en symboles de la quête alchimique du Soi ».

    Régine Brzesc-Colonges s'appuie sur sa formation de psychothérapeute jungienne pour établir un lien qui va des symboles aux archétypes, -ces images universelles-, des archétypes aux lettres hébraïques, et des lettres hébraïques aux contes et aux mythes. Elle démontre comment « Aussi bien Peau d'âne ou le Vilain petit Canard, que les Mille et une Nuits, les mythes arthuriens, la mythologie gréco-romaine ou encore les sagas celtes ou nordiques, ces récits fonctionnent en miroir, et c'est de nous qu'ils parlent au final. De nous et de notre confrontation à la vie ».

    Quelqu'un a dit à propos de ce livre, « C'est un texte opératif ». Un texte qui amène le lecteur vers des interrogations constructives, le soutient et peut-être même lui permet de se dépasser. Les Contes du bateleur sont disponibles auprès de Régine Brzesc-Colonges au 04 68 69 29 25 ou brzesc-colonges@orange.fr

    régine brzesc-colonges,les contes du bateleur

  • Georges-Patrick Gleize a présenté son dernier roman

    2020 GP Gleize Dédicace 25 septembre 001.JPGLe Vicdessos servira de cadre au prochain roman de Georges-Patrick Gleize.

    Vendredi 25 septembre et dans le cadre de la rentrée littéraire, l’écrivain Georges-Patrick Gleize répondait à l’invitation de Noëlle Danjou, responsable de la bibliothèque municipale. Proposée entre les murs des anciens bains-douches, espace à disposition du public depuis 1928, la rencontre a permis à l’auteur ariégeois de présenter son dernier roman, « Même les pierres ont une histoire ».
    Un 18e ouvrage ayant pour cadre une région rurale peu connue, le terrefort appaméen, entre vallée de la Lèze et de l’Ariège, autour du village circulaire de Saint-Martin-d’Oydes. De 1904 à 1963, le lecteur partage l’histoire des de Saint-Géniès, une famille de hobereaux prise dans les vents contradictoires de l’Histoire. Trois générations de notables sont ainsi confrontées aux bouleversements du premier XXe siècle, sous la plume de Georges-Patrick Gleize : « J’ai essayé de montrer le changement de société et l’évolution des mentalités. Le fil conducteur est l’opposition de deux frères qui prennent des chemins différents entre 1930 et 1960. J’aborde dans ce roman des thèmes que j’ai encore peu approchés dans mon œuvre : celui de l’honneur perdu et retrouvé, celui du retour du fils prodigue, celui de la fraternité des armes et de l’Europe ».
    Agrégé d’histoire, membre de l’Académie des Arts, sciences et lettres du Languedoc, Georges-Patrick Gleize viendra à la rencontre des lecteurs le 7 octobre prochain à Saverdun (médiathèque), à Verniolle le 10 octobre, à Mirepoix le 19 octobre (Super U), et le 24 octobre à Limoux (Leclerc). A paraître le 8 octobre, « Une nuit en juin », en livre de poche.

    2020 GP Gleize Dédicace 25 septembre 002.JPG

  • L’écrivain Georges-Patrick Gleize en dédicace

    georges-patrick gleize,noëlle danjouAujourd'hui vendredi 25 septembre à partir de 18 h, Noëlle Danjou responsable de la bibliothèque municipale propose de venir à la rencontre de l’écrivain Georges-Patrick Gleize, à l’occasion de la présentation de son nouveau roman, « Même les pierres ont une histoire », publié chez Calmann-Levy. L’histoire d’un règlement de compte fratricide dans une famille de propriétaires terriens ariégeois.

    Agrégé d’histoire, Georges-Patrick Gleize est membre de l’Académie des Arts, sciences et lettres de Languedoc. Ses romans ont pour cadre l’Ariège dont il est originaire et où il réside.

    Pour cette rentrée 2020, le port du masque sera obligatoire, du gel sera à disposition à l’entrée pour la désinfection des mains. 

  • C’est la rentrée littéraire à la bibliothèque

    bibliothèque chalabre,georges-patrick gleize,noëlle danjou

    Vendredi 25 septembre à partir de 18 h, Noëlle Danjou responsable de la bibliothèque municipale propose de venir à la rencontre de l’écrivain Georges-Patrick Gleize, à l’occasion de la présentation de son 19e roman, « Même les pierres ont une histoire ». L’histoire d’un règlement de compte fratricide dans une famille de propriétaires terriens ariégeois.

    Automne 1963. Francisco Ibañez, régisseur depuis près de quarante ans du domaine du Terrefort dans l’Ariège, apprend le retour de Philippe de Saint-Geniès, personnage sulfureux ayant préféré disparaître sans laisser de trace à la Libération et frère cadet d’Arnaud de Saint-Geniès, le propriétaire du domaine.

    Francisco sait que pour son patron, qui fut pilote de l’Aéropostale, compagnon de Mermoz, puis engagé dans la Résistance, la réapparition de Philippe fera resurgir un passé qu’il a voulu oublier et dont personne de veut plus parler. Pourquoi Philippe de Saint-Geniès est-il de retour ? Pour réclamer sa part du domaine familial ? Pour régler des comptes ? Ou bien, peut-être, faire de dérangeantes révélations…

    Agrégé d’histoire, Georges-Patrick Gleize est membre de l’Académie des Arts, sciences et lettres de Languedoc. Ses romans ont pour cadre l’Ariège dont il est originaire et où il réside.

    Pour cette rentrée 2020, le port du masque sera obligatoire, du gel sera à disposition à l’entrée pour la désinfection des mains.

    bibliothèque chalabre,georges-patrick gleize,noëlle danjou

  • C’était hier : « Nina Mendez », premier roman de Josette Taffet-Brzesc

    L'article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 5 août 2005 (photos archives août 2005).

    nina mendez,josette taffet-brzescNina a seize ans quand éclate la guerre d’Espagne. Elle est la fille du chauffeur du consul de France à Barcelone, jeune fille romanesque et fantasque qui peut être égoïste, jalouse, calculatrice, mais aussi courageuse. A travers l’histoire de « Nina Mendez », Josette Taffet-Brzesc a souhaité faire revivre une période qui a engendré deux guerres, la première étant en quelque sorte cette « répétition générale » pressentie par l’un des personnages de ce roman historique. « Une histoire certes, mais dans l’Histoire. Je me suis attachée à la plus grande rigueur dans la recherche et la présentation des faits historiques et des opinions affichées du moment, et cela sans parti pris. Ma préoccupation première a été de faire preuve d’impartialité et d’objectivité et pour ce faire, donner vie à des personnages aux opinions différentes, mon seul objectif étant d’éclairer et de faire comprendre cette période si chargée de passions ».  

    Entre 1938 et 1944, entre les derniers mois de la guerre d’Espagne et la fin de l’occupation allemande, Josette Taffet-Brzesc suit ses personnages dans le fracas des armes, les affres des passions sentimentales et les difficultés du quotidien dans ces terres disputées entre le nazisme, le franquisme et l’idée meurtrie de la République.

    Un message de paix     Josette Taffet-Brzesc signe une fiction qui a pour cadre le pays qui l’a vu grandir, où la frontière est omniprésente. On la passe dans les cohortes des exilés espagnols, on la repasse avec les fugitifs d’après 1940, terre de refus, terre de mémoire, terre de traditions. « Nina Mendez » est l’oeuvre d’une femme qui place une femme au cœur de son roman. Tiraillée entre deux hommes qui l’aiment, confrontée aux hommes qui font la guerre, l’héroïne porte un message de paix très actuel.

    nina mendez,josette taffet-brzesc

    Répondant à l’invitation de la municipalité, Josette Taffet-Brzesc présentait samedi son premier roman, le roman d’une vie puisqu’elle a passé près de cinq ans à en ciseler chaque phrase. « Nina Mendez » est paru aux éditions Empreinte et est disponible en librairie.

    nina mendez,josette taffet-brzesc

  • C'était hier : Concours de nouvelles : Robert Moschini décroche le premier prix

    concours de nouvelles chalabre,robert moschiniRobert Moschini a gratifié l’assistance d’un poème de sa composition (photos archives, juillet 2010).

    La remise des prix du 5e concours de nouvelles de la mairie de Chalabre, organisé par la bibliothèque municipale se tenait dernièrement, à la conclusion du premier Rendez-vous des auteurs. Sur le thème de l’eau, les candidats avaient toute liberté de choisir le support de leurs écrits, il s’agissait au final d’évoquer des « Histoires d'eau ». Le jury présidé par Philippe Ward, excusé, a attribué le 1e prix à Robert Moschini de St Martin de Crau (Bouches du Rhône) pour sa nouvelle « Le secret de l'homme oiseau ». Avec la nouvelle « Mon père, la mer, la rivière et moi », Joëlle Brethes de l’Ile de la Réunion obtient le deuxième prix. Le 3e prix  revient à Christophe Derouault  (Haute-Garonne) pour « L'or bleu ».

    concours de nouvelles chalabre,robert moschini

    Le 3e prix pour Christophe Derouault  

    En présence de Jean-Marc Lofficier, scénariste, traducteur, auteur de bandes dessinées et membre du jury, Noëlle Danjou co-organisatrice, Claudie Alègre membre du jury et Françoise Delamare représentant la bibliothèque départementale de l'Aude, Christian Guilhamat remettait les prix aux lauréats. A leurs côtés, Arnauld Pontier, Hilda Dussoubz, Eliane Ventenat, Cindy Cornet, David Criscuolo, Florie Bonnel et Francine Gougeon, auteurs dont les écrits ont été publiés dans le recueil édité par la mairie de Chalabre. Les candidats félicités pour la qualité de leur production avaient procédé auparavant à une séance de dédicaces, à laquelle participait également Patrick Hierard venu présenter son livre «Quand je serai grand, je ferai Berbère», Lise Guilhamat pour son livre « La chapelle du Calvaire », et l’association « Il était une fois Chalabre ».

    A la conclusion de ce premier rendez-vous des auteurs, Jean-Marc Lofficier évoquait l’édition d’un recueil édité par Rivière Blanche, riche de dix-neuf nouvelles fantastiques et de science-fiction, également écrites sur le thème de l’eau. Une anthologie dont les ventes seront intégralement reversées à la National Wildlife Refuge Association qui s'efforce de sauver la faune menacée par la catastrophe écologique survenue dans le golfe du Mexique.

    concours de nouvelles chalabre,robert moschini

    Eliane Ventenat, lauréate avec une nouvelle intitulée « La femme poisson »

    concours de nouvelles chalabre,robert moschini

    Lise Guilhamat a dédicacé ses ouvrages