Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Cérémonies

  • En souvenir de la Nueve, et de Victor Baro

    victor baro,association 24 août 1944Le sergent Victor Baro alias Juan Rico, sous l’uniforme de La Nueve.

    Demain vendredi 24 août, une cérémonie célébrée à Paris, à l’initiative de l’association « 24 août 1944 », permettra de rendre hommage aux combattants espagnols qui ont participé à la libération de la capitale. L’occasion d’évoquer le souvenir de notre concitoyen Victor Baro, disparu le 22 juin 1987, et qui prit part aux combats pour la libération de Paris aux côtés de ses compagnons de La Nueve, élément avancé de la 2e DB commandée par le général Leclerc.

    Au soir du jeudi 24 août 1944, trois chars et trois sections sur half-track de La Nueve, commandée par le capitaine Raymond Dronne, entraient dans Paris par la Porte d’Italie. A 22 h 20, il faisait encore jour lorsque les sections Michel Elias et Miguel Campos de la 9e Cie arrivaient sur la place de l’hôtel de ville, accueillies par les FFI du colonel Henri Rol-Tanguy, ancien des Brigades Internationales.

    Présent aux côtés de ses compagnons de combat venus prêter main forte à la Résistance intérieure, le tirailleur Victor Baro est embarqué dans le half-track les Cosaques, qui défilera derrière le général De Gaulle, le dimanche 26 août sur les Champs-Elysées jusqu’à la Place de la Concorde.

    La mémoire de ces « soldats de la Liberté » sera évoquée demain devant le Jardin des Combattants de la Nueve, 3 rue Lobau, Paris IVe. Au terme de la cérémonie, Anne Hidalgo maire de Paris, remettra à chaque famille une copie du portrait peint de son ascendant de la Nueve. Anita, fille de Victor Baro et représentant la famille, sera présente à ce rendez-vous du souvenir.

  • Audrey et Johann ont uni leurs destinées

    Audrey et Johann 2018 004.JPGLes jeunes mariés sur le parvis de Saint-Pierre.

    Avec le retour de l’été, le petit village de Villefort a renoué avec la fête, fête galante pour Johann Rivals qui unissait dernièrement sa destinée à la ravissante Audrey Antonio, en présence d’une nombreuse et joyeuse assemblée. Accueillis dans la maison commune de Villefort par Marc Rivals, maire et oncle du futur époux, les deux jeune gens ont franchi le pas et apposé leurs signatures sur le registre de l’état-civil.

    Domiciliés à Chalabre-Montplaisir, Audrey et Johann ont alors précédé leurs invités et pris la direction de la capitale du Kercorb, pour une bénédiction nuptiale, célébrée sous la nef de l'église Saint-Pierre, par l’abbé Paul Delpech. Sous une double haie d’honneur composée d’amis rugbymen de l’USCKBP et pompiers du centre Jean-Cabanier, les jeunes mariés ont retrouvé leurs invités et poursuivi la fête sur les rives du lac de Montbel. Dans une excellente ambiance, avec de nombreux témoignages d’estime et d’amitié à l’égard des jeunes mariés et de leurs familles. Sincères compliments à Didier et Mireille, à Raymond et Eliane, aux grands-parents, et meilleurs voeux de bonheur et de réussite à Audrey et Johann.

  • Célébration du 14 juillet 1789

    Annonce 14 juillet.JPG

    A l'occasion de la célébration de la fête nationale, Jean-Jacques Aulombard, maire, et son conseil municipal, invitent les Chalabroises, les Chalabrois et leurs invités, à se retrouver devant la mairie, aujourd'hui samedi 14 juillet à 11 h. Le cortège constitué cours Sully, se rendra au monument aux Morts pour un dépôt de gerbe, avec un accompagnement musical assuré par la formation Batucada. Cette manifestation sera clôturée par un apéritif sur le parvis de la mairie, avec toute la population. 

  • Rivel : La mémoire des internés du camp de Rivel a été honorée

    camp d'internement de rivelA l’image de Michel Tali, les fils et amis des « indésirables » ont perpétué le souvenir.

    Jusqu’à l’été 1942, la terminologie « hébergement », scrupuleusement utilisée pour ce qui concernait ses camps d’étrangers, permettait au gouvernement de Vichy de laisser entendre à qui voulait encore y croire, qu’en France, la tradition d’hospitalité n’était pas morte. En réalité, ces nombreux centres de séjour surveillés, comme celui de Rivel, auront fourni dès l’invasion de la zone sud en 1942, la principale population des camps de la mort. Ceux que Pierre Laval ministre de l’Intérieur de Vichy qualifiait d’ « indésirables » auront ainsi connu l’exclusion, avant l’internement puis la déportation, grâce au zèle d’un gouvernement qui sera allé au devant du désir de l’occupant.

    Républicains espagnols, réfugiés allemands, militants anarchistes et communistes, syndicalistes, patriotes, résistants et Juifs transiteront par Rivel et les nombreux camps du sud-ouest, victimes d’une politique « qui consiste à purger la France de ces éléments indésirables sans nationalité », selon les termes du ministre Laval.    

    Samedi 26 mai, l’Association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques (Ardiep), l’Association républicaine des anciens combattants (Arac), l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (Anacr), l’Amicale des anciens guerilleros espagnols (Aagef-FFI), se sont retrouvées au pied de la stèle érigée près des derniers vestiges du camp, pour honorer la mémoire des victimes d'internement.

    Un émouvant retour vers le passé, également marqué par les interventions de Marie-Ange Larruy pour le parti communiste, Michel Molhérat et Annie Bohic-Cortès, conseillers départementaux. Avant le dépôt de gerbes et les chants, chacun invitait à rester fidèle à la mémoire de toutes les victimes des heures noires vécues en ces lieux, et à lutter contre la dilapidation des acquis du programme du Conseil national de la Résistance.

    La cérémonie s'est poursuivie au pied du monument aux Morts de Rivel, où les élus Jean-Pierre Salvat et Isabelle Boulbet, ont uni leurs voix en langue occitane et en langue française, pour délivrer un message de fraternité, conclusion de cette journée du souvenir.

    camp d'internement de rivel

    camp d'internement de rivel

    Marie-Ange Larruy

    camp d'internement de rivel

    Serge Pages

    camp d'internement de rivel

    Michel Molhérat

    camp d'internement de rivel

    Annie Bohic-Cortès

    camp d'internement de rivel

    Michel Molhérat et Annie Bohic-Cortès

    camp d'internement de rivel

    camp d'internement de rivel

    Jean-Pierre Salvat et Isabelle Boulbet

    camp d'internement de rivel

  • En souvenir d'Auguste Cathala

    auguste cathalaUne cérémonie en hommage à Auguste Cathala, assassiné le 23 mai 1944 à la ferme du Roudié, sera célébrée dimanche 27 mai au pied de la stèle érigée par l’association nationale des FTPF (Francs-tireurs et partisans français).

    La colonne allemande responsable de l’attaque sur Chalabre et Montjardin, était emmenée par le capitaine Nordstern, chef de la 5e compagnie du 2e bataillon Landesachützenregiment der Luftwaffe Lisieux. Officier très actif dans les opérations entreprises contre les maquis de Saint-Hilaire, Chalabre, et dans les actions sur les secteurs de Limoux et Couiza, il travaillait en collaboration avec le chef de la Gestapo (Sources Martial Andrieu).

    Le destin tragique d’Auguste Cathala, 19 ans, torturé à mort par l’occupant nazi, avec la complicité de miliciens français, sera évoqué lors de la cérémonie célébrée à partir de 11 h, à laquelle l'ensemble vocal Eissalabra sera associée.      

  • L’anniversaire du 8 mai a été célébré

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-valléeLes cadets de la Haute-Vallée de l’Aude aux côtés des sapeurs-pompiers chalabrois.

    La cérémonie du 8-Mai 1945 a réuni les Chalabrois, autour des élus, de la gendarmerie et des sapeurs-pompiers du centre Jean-Cabanier. Le cortège ouvert par les porte-drapeaux, Lucien Doumenc (Sapeurs-pompiers) et Serge Gazza (Ville de Chalabre) a observé une minute de silence devant la maison natale du Docteur Joseph Raynaud, tué le 7 juillet 1944 avec ses compagnons du maquis gersois de Meilhan. Cette célébration du 73e anniversaire de la capitulation allemande s'est poursuivie au monument aux Morts, où Jean-Jacques Aulombard a donné lecture du message officiel, avant un dépôt de gerbe et les sonneries exécutées par les musiciens du quartet Batucada. Conclusion d’une cérémonie rehaussée par la présence des cadets de la Haute-Vallée de l’Aude, représentant les casernes de Quillan, Axat, Espéraza et Couiza. La cérémonie se terminait par une aubade mirapicienne, et l’apéritif offert par la municipalité.

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

    8-mai à chalabre,cadets de la haute-vallée

  • En souvenir du Capitaine Danjou et de la 3° Compagnie

    camerone 2018,capitaine jean danjouSamedi 14 avril sera célébré le 155e anniversaire du combat de Camerone, cérémonie à la mémoire du capitaine Jean Danjou et de ses compagnons, tombés le 30 avril 1863 face aux troupes mexicaines du colonel Francesco de Paula-Milàn (Photo ci-dessous).

    camerone 2018,capitaine jean danjouEn présence de l’Amicale des Anciens de la Légion Etrangère (AALE Aude), et d’un piquet du 4e Régiment Etranger de Castelnaudary, le village natal du Capitaine Jean Danjou honorera la mémoire des combattants de Camaròn de Tejeda. Après la messe célébrée en l’église Saint-Pierre (10 h), un dépôt de gerbe aura lieu au monument aux Morts, avec la participation des élus. Le cortège prendra ensuite la direction de la maison du capitaine Danjou, enterré le 3 mai 1863 à Camerone. La lecture du récit de la bataille sera donnée sous la plaque envoyée de Sidi-Bel-Abbès par le colonel Azan, et apposée en 1938. Au terme de la cérémonie, un vin d’honneur sera offert par la municipalité, cours Sully.