Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chalabre

  • Adieu Johnny

    bernard cnocquartEn ce jour anniversaire de la disparition de Jean-Philippe Léo Smet, survenue le 5 décembre 2017, l'ami Bernard évoque le souvenir de l'idole des jeunes. 

    Adieu Johnny 

    De ta vie, tu n’as laissé personne indifférent,                              

    chacun ou chacune a un jour fredonné une chanson,                  

    même moi, qui n’était pourtant pas un fan,                                          

    en t’écoutant parfois me montaient des frissons.

     

    Jusqu’aux derniers instants, tu as retenu la nuit,                              

    mais ce mal implacable a eu raison de notre idole,                                            

    en ce matin de décembre, tu es parti sans bruit,                             

    nous laissant tous désemparés, tristes, sans parole.

     

    Car depuis 60 ans, tout en haut de l’affiche,                                           

    toi Johnny, le jeune Belge, le chanteur abandonné,                              

    tu avais toujours su rebondir, sans jamais une triche,                     

    pour ce public fidèle à qui tu as tant donné.

     

    Sur les plus grands stades de France, tu as allumé le feu,                            

    avec toujours l’envie de vivre pour le meilleur,                                        

    mais elle n’avait rien ta gueule si ce n’est celle d’un Dieu                        

    pour éclairer noir c’est noir, de moments de bonheur.

     

    Les voilà orphelines, Laura, Sarah, Marie et Gabrielle,                            

    pourtant dans tes chansons, elles étaient bien belles,                                  

    de confidence en confidence, tu leur promettais le ciel,                        

    mais toi le fou du requiem, tu n’étais pas si rebelle.

     

    Avec l’âge,  tu étais devenu bien plus sage,                                      

    auprès des tiens et des copains, tu pensais être immortel,                            

    et pour la tournée des vieilles canailles, tu avais toujours la rage,              

    mais pour Jade et Joy, cela ne sera pas le plus beau Noël.

     

    Non Johnny, ne dis pas que tu as oublié de vivre                                  

    ce mercredi 6 décembre, toi le chanteur, le musicien,                            

    pour rester encore le meilleur face à ce faiseur de livres,          

    qu’était ce grand Monsieur, Jean d’Ormesson, l’académicien.

     

    Mais que de monde Johnny pour ton dernier concert                              

    les Champs-Elysées n’étaient que champs de fleurs et de pleurs      

    et sur leur Harley Davidson t’accompagnaient tes amis les bikers                        

    vers tes fidèles musiciens, livides,  jouant dans la douleur.

     

    Dans l’église de la Madeleine, bien trop petite,                                      

    les blousons en jeans côtoyaient les costumes cravatés,                  

    c’est ce que tu as voulu, les sans-grade et l’élite,                              

    tous unis devant ce cercueil blanc comme unique clarté.

     

    Mais combien étaient-ils devant leur poste de télévision,                            

    pour ces derniers instants avec leur idole, les larmes plein les yeux,

    de l’Alsace au Pays Basque, certainement des millions                                    

    disant une dernière prière avant que tu rejoignes les cieux.

     

    Et ce dimanche matin, sur un grand oiseau blanc,                                                

    tu t’en es allé vers cette île lointaine, Saint-Barthélémy,                      

    c’était ton souhait, le calme, la mer et les goélands,                              

    repose y en paix, merci et adieu Johnny.

    Bernard, le 10 décembre 2017

  • C’était hier : Les collégiens roulent pour les Spacer's

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du mardi 5 décembre 2000.

    spacer's toulouse,collège antoine-pons

    Si vous voulez tout savoir sur les Spacer's, il suffit de demander aux élèves du collège Antoine-Pons. Ils sont incollables sur le sujet, depuis qu'ils ont pris fait et cause pour les handballeurs toulousains. Nos potaches effectuaient dernièrement un nouveau déplacement sur les bords de la Garonne où les handballeurs de la ville rose accueillaient les parisiens de Créteil, pour le compte du championnat de France 1ère division.

    Installés en bonne place dans les tribunes du Palais des sports, les protégés de Monique Rault, leur professeur d'éducation physique, ont donné de la voix une heure durant, impressionnés comme à chaque fois par la vitesse et le tonus des handballeurs du duo d'entraîneurs Raynal-Onesta. Le suspense restera entier jusqu'au coup de sirène final, 20 pour Créteil, mais 22 pour Toulouse qui s'adjuge ainsi la quatrième place au général.

    spacer's toulouse,collège antoine-pons

    Le gardien toulousain Birades détourne un penalty

    Ploquin ou Birades dans les buts, Prisacaru en défense, Lartigue en contre attaque et Stéphane Plantin à l'aile (photo ci-dessous) auront été les artisans victorieux d'un match spectaculaire. Assurément, les collégiens en redemandent, pour preuve l'invasion du parquet dès la fin de la rencontre par des supporters chalabrois en quête d'autographes. Une séance à laquelle les champions vont se prêter avec beaucoup de gentillesse, allant même jusqu'à poser avec les handballeurs de l'Association sportive du collège Antoine-Pons.

    spacer's toulouse,collège antoine-pons

    Cette soirée formidable en appelle d'autres mais pour l'heure, nos jeunes sportifs poursuivent l'apprentissage du handball tous les mercredis dans le cadre de l'AS, sous les conseils de leur professeur d'EPS et de Patrick Rault, ancien gardien de but du club normand de Gonfreville.

    spacer's toulouse,collège antoine-pons

  • Huguette Tisseyre crochète encore et encore

    Huguette TisseyreLe bassin du cours d’Aguesseau et son sapin décoré.

    Avec la mise en place des décorations de Noël, assurée par les services techniques municipaux, la cité du Kercorb ne déroge pas à la tradition et soigne ses habits de fête. Les créations originales tout droit sorties des ateliers de la gare illuminent le soir, rehaussées cette année par une initiative aussi originale que généreuse.

    Orné depuis l’automne 2004 par la création du sculpteur Ariel Moscovici, le bassin du cours d’Aguesseau renvoie depuis le dernier jour de novembre, de superbes reflets de lumière. Ils émanent d’un petit sapin sur lequel une résidente de la rue des Cloutiers a disposé des éléments de décoration du plus bel effet. Elle avait participé l’été dernier à la conception de quarante-quatre cercles au crochet pour la 3e édition du festival Chalabre en Sérénade, Huguette Tisseyre, dynamique octogénaire, a repris pelotes de laine et aiguilles. Pour réaliser cette fois des boules décoratives, réalisées à la main et au crochet, qu’elle a souhaité offrir au sapin le plus proche de chez elle. Le soir venu et grâce à des décos « made in Huguette », le bassin s’habille de lumière, disposé à accueillir de la plus belle des façons, le millésime 2021.

  • C'était hier : Les tambours de la Plaine

    Au mois de décembre 1995, venus de l'usine de la Plaine à Quillan, les employés de T2L Chimie « n’étaient qu’une petite poignée dans la gigantesque manifestation » de soutien à l’égard des « Myrys », mais ils avaient choisi d’être là. Loin d’imaginer qu’une petite décennie plus tard, ils seraient ailleurs. Où qu’ils soient aujourd’hui, ils auront une pensée pour Hervé et Philippe.

    Les atomes crochus de T2L Chimie

    Sous ce titre, l'article qui suit avait été publié dans l’Indépendant, édition des premiers jours de décembre. A l'image des fameux tambours du Bronx, et sur une partition improvisée, les « T2L » avaient assuré le tempo sur l'esplanade du lycée de Limoux.

    T2L 1995.jpgLes salariés de T2L Chimie ont manifesté leur soutien sur l’Esplanade à Limoux (Archives, Décembre 1995).

    C’était il y a huit ans, c’était un vendredi 13 et ce jour là, un vilain nuage de fumée bien noire emportait au gré du vent et vers un sort inconnu, une unité chimique implantée jusqu’alors dans la vallée du Kercorb. En renaissant de ses cendres dans la Haute-Vallée de l’Aude, T2L, a depuis retrouvé un second souffle mais ne reste pas pour autant insensible aux multiples difficultés que rencontre autour d’elle l’industrie de la chaussure. Canat-Hutchinson en 1975, Myrys et la Chausséria en 1995, la mauvaise histoire à tendance à se répéter et c’est peut-être pour tenter d’enrayer cette fatalité que les ouvriers de T2L Chimie ont voulu eux aussi apporter leur soutien à leurs collègues du Limouxin et du Quillanais, victimes d’un sinistre dont les retombées vont obscurcir davantage encore l’horizon de la Haute-Vallée.

    t2l chimie

    t2l chimie

    t2l chimie

    L'article ci-dessous avait été publié dans la Dépêche du Midi, édition du mercredi 29 novembre 1995, sous la plume du journaliste Didier Babou. Il rendait compte d'une manifestation à Limoux, à laquelle participaient les ouvriers de T2L Chimie, basés à Quillan, après qu'un incendie ait ravagé l'unité de production de Chalabre (1987). Présents dans la cité blanquetière, ils étaient venus soutenir leurs collègues des Ets Myrys, menacés de licenciement. Un geste de solidarité qui ne suffira pas, le combat perdu des Myrys est désormais solidement ancré dans la mémoire collective. Un peu moins de dix ans plus tard (30 juin 2004), T2L Chimie qui avait été rachetée en juillet 2003 (!) par la multinationale américaine Huntsman, fermera à son tour ses portes.

    t2l chimie,myrys,chausséria

  • Plantation d’une haie au collège Antoine-Pons

    atout fruit,collège antoine-ponsLes fruitiers vont transformer le profil de l’allée Pierre-Louis Fabre.

    Mardi 1er décembre, les élèves de 3e puis de 4e, ont procédé à la plantation d'une haie fruitière (70 végétaux), aidés de parents et guidés avec expertise par Solène Callarec et Patrice Salerno, membres actifs de l'association Atout Fruit.

    Ils ont ainsi appris l'utilité d'une haie, pour la préservation de la biodiversité, et comme contribution au ralentissement du changement climatique. Sous cet aspect, une telle initiative étaiera le travail effectué par les enfants et leurs professeurs, dans le cadre du projet fédérateur de l’établissement, et des Cordées de la Réussite, avec l’école d’ingénieurs Supaéro.

    Les élèves ont également mis en pratique les différentes étapes de la plantation, avant de procéder au paillage et au nettoyage des outils. A la faveur d’une météo indulgente, les collégiens à l’ouvrage ont conclu une matinée enrichissante, avant que leur travail ne soit salué par Edwige Lloanci, principale de l’établissement : « Nous les félicitons pour l'énergie investie dans le projet et remercions vivement les parents venus nous aider. Les futures générations de collégiens auront à entretenir le travail de leurs prédécesseurs, et profiteront en même temps des fruits produits ».

    atout fruit,collège antoine-pons

    Sur un terrain préalablement préparé par Nicolas Discala, agent technique du collège, les élèves ont planté 70 végétaux, avec l'aide et les conseils de Solène Callarec et Patrice Salerno (Atout Fruit) 

  • C’était hier : « Car’Al’oulo » et la lanterne magique

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du dimanche 3 décembre 1995.

    car'al'ouloAvant le premier tour de manivelle (Photos archives, Novembre 1995).

    Dans le cadre de la programmation de spectacles vivants, mise sur pied en octobre dernier par le réseau culturel du Chalabrais, la compagnie Avant-Quart et le théâtre des Bords de Saône présentaient le dimanche 19 novembre au foyer de Ste Colombe-sur-l’Hers, une pièce de théâtre de Jean-Paul Cathala, intitulée « Lumière et Moisson ».

    Les nombreux spectateurs réunis dans le foyer rural de la cité du Plantaurel ont eu le privilège de célébrer cent ans de vie cinématographique, grâce au jeu talentueux de Nicolas Duplot et Jean-Pierre Rigaud. Deux comédiens qui ont parfaitement su restituer la complicité créatrice entre Louis Lumière, le cerveau de l’invention de la caméra, et Charles Moisson, qui en fut les mains constructrices.

    En alternance avec un texte de Jean-Paul Cathala, l’assistance était invitée à visionner les dix films qui constituaient le programme de la première projection publique au « Grand Café » à Paris, le 28 décembre 1895. La lanterne magique s’est animée comme aux premiers jours, pour le plaisir de ceux qui avaient répondu nombreux à l’invitation de « Car’al’Oulo ». L’exposition proposée en fin de spectacle a elle aussi bénéficié d’un beau succès.

    car'al'oulo

    car'al'oulo

  • Véronique Domenech maintient son activité

    2020 Le jardin de Véronique Domenech Novembre Journal.JPGVéronique Domenech (au centre), a chaleureusement remercié les bénévoles de LicTp.

    Lors de la crue du 22 janvier dernier, le jardin de Véronique Domenech, maraîchère à Chalabre, avait été submergé par les eaux du lac qui avaient spectaculairement sauté la digue et emporté une partie des serres situées en aval de la retenue. Pour raisons de sécurité et afin de ne faire courir aucun risque aux riverains de la rivière Chalabreil, la mise à sec du plan d’eau avait été rapidement engagée. Une sage décision certes, mais lourde de conséquences pour Véronique Domenech, dont les terrains étaient jusqu’alors arrosés avec l'eau du lac, par gravité.

    Avec l‘impossibilité pour raisons financières d’acquérir une pompe et de pourvoir à son raccordement électrique (coût estimé autour de 4 000 €), et face à une prévisible cessation d’activités, l’association Liens et Initiatives Citoyennes en Terre Privilégiée (LICTP) avait proposé à Véronique Domenech, la solution d’un prêt participatif. Lancée en mars 2020, cette initiative établie sur le principe selon lequel « Les petits ruisseaux font les grandes rivières, à condition d'être assez nombreux », a connu un heureux aboutissement, en ce dernier samedi de novembre. Installée derrière son étal sur la place Espérance-Folchet, Véronique Domenech s’est vue remettre une somme qui va lui permettre d’engager les frais nécessaires au maintien et à la pérennisation de ses activités maraîchères.

    Au nom de LicTP, Roland Da Costa a remercié l’ensemble des personnes ayant permis de mener à bien cette action, en faveur du maintien de l’activité en milieu rural.