Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insolite

  • Là-haut vers le hameau du Basqui

    hameau du basqui

    Il est bien lointain le temps où les vendangeurs du pays chalabrais attendaient l’autocar de la société Bergada, en partance vers les « pays bas », vers Coursan et le domaine de Céleyran. Installé aux côtés du chauffeur depuis Fougax-et-Barrineuf, Monsieur Rosalin, chef de colle, vérifiait à chaque arrêt, dont celui de Chalabre, qu’il ne manquât aucun cueilleur ou porteur à l’appel.

    Tout dernièrement, quelques Chalabrois ayant vécu ces épisodes quelque peu oubliés, ont refait le chemin à l’envers, pour traverser le petit village de Fougax-et-Barrineuf, et s’engager au cœur des Gorges de la Frau. Objectif annoncé, atteindre les vestiges du Basqui, ou du moins ce qu’il reste d’un hameau qui fit la une en 1925, alors qu’une épidémie de « picote » (une forme de variole) faisait rage aux confins de l’Ariège et de l’Aude. A la manière d’un pèlerinage, nos marcheurs ont poussé l’effort jusqu’à une sépulture abandonnée au pied du pic Saint-Barthélémy, dans laquelle reposent Marie Pelofi (40 ans), sa fille Marguerite (17 ans) et un petit garçon mort à la naissance.

    Le magazine Midi, supplément de l’Indépendant publié le dimanche 19 juillet dernier, offre un éclairage plus détaillé sur cet épisode méconnu du siècle dernier, sous la plume de Laurence Turetti.

    hameau du basqui

    L'Hers-Vif, perdu dans les Gorges de la Frau

    hameau du basqui

    Les vestiges du hameau du Basqui font face à la carrière de talc de Luzenac 

    hameau du basqui

    hameau du basqui

    Une sépulture au pied de la montagne de Tabe

    hameau du basqui

    hameau du basqui

  • Une guimbarde en bord d'eau

    L'espoir de retrouver ne serait ce qu'une plaque d'immatriculation était permis, pourtant, à y regarder de plus près, la demande de François ne sera pas satisfaite. De même, et comme l'indique la photo ci-dessous, l'accès au numéro de la plaque moteur ne pourra être que compliqué. Pour confirmer la remarque d'André, un phare manque à l'appel certes, mais le véhicule dans son ensemble a bien résisté aux diverses crues qui se seront succédées tout au long des soixante années passées. L'option Peugeot 203 suggérée par Gérard et François tient la corde, bien qu'aucun indice n'ait pu être mis à jour. Trop courte pour être une traction Citroën, Cine, la griffe Renault est également à écarter. Enfin pour répondre à Nicole, cette citation est tour à tour attribuée à Franz Kafka, Woody Allen, Paul Valéry, Robert Musil, parfois même à Groucho Marx. C'est pourquoi il est préférable de lui attribuer la mention anonyme.    

    2020 17 juillet Carcasse Hers Sonnac 002.jpg

    carcasse hers

    2020 17 juillet Carcasse Hers Sonnac 003.jpg

    2020 17 juillet Carcasse Hers Sonnac 004.jpg

    2020 17 juillet Carcasse Hers Sonnac 005.jpg

  • Un jour, une image

    2020 15 juillet Hers Sonnac 002 bis.jpg

    « L'éternité c'est long, surtout vers la fin » (Anonyme).

    (Sur l'Hers, entre Sonnac et Chalabre, photo 15 juillet 2020)

  • Coques en stock

    Coques en stock.JPG

    Un bon panneau vaut mieux qu'un long discours

    (photo archives, bretelle de Montjardin, 1994)

  • Effervescence sur le Cours Sully

    cours sully chalabre

    C’était une journée de l’été 1988, une fin de journée pour être précis. C’était en fait l’heure de pointe pour les amateurs de tour de ville, lesquels n’en croyaient pas leurs yeux, au moment où un véhicule de marque Renault, négociait au ras de l’écorce, un des virages du cours Sully. Grimpant littéralement le long d’un des platanes qui ceinturent la circulade chalabroise, se retournant ensuite sur le toit, dans un fracas assez violent pour venir troubler la quiétude qui règne habituellement sur la terrasse des estaminets voisins.  

    cours sully chalabre

    Cette impressionnante cascade n’entraînera au final que des dégâts matériels, le pilote parvenant à rétablir l’assiette tant bien que mal et sans trop de difficultés. Ne restait plus aux représentants de la maréchaussée, qu’à déterminer les circonstances de l’accident, ce qui ne fut pas, il est facile d’imaginer, chose facile. Une seule certitude à l'heure d'amorcer l'enquête, le véhicule était de type R12, couleur vert bouteille. 

  • Un jour, une image

    Tronc brisé 27 décembre 2019.JPG

    La réconciliation fait la force dans le bois de Falgas

    27 décembre 2019

  • Une couronne, trois tours

    1913070388.JPG

    Les promenades dans la campagne aux environs de Chalabre, peuvent réserver quelques surprises. Les pas guident d’abord vers le pied d’une colline dont les couleurs deviennent toujours plus belles sous l’effet de l‘automne.

    900159972.JPG

    Le marcheur va s’enfoncer droit devant lui, dans une végétation très dense, forcer le passage au cœur de beaux ronciers, et se retrouver face à une petite barrière rocheuse. La contourner ne semble pas impossible, il suffit juste d’opter pour un passage par la droite, ou par la gauche. Ce sera par la droite, un choix qui amène le regard vers le bas de l’obstacle naturel, lequel recèle une inscription qui l’est moins.

    147288148.JPG

    Gravé dans la pierre, sous une couronne elle-même surmontée de trois tours crénelées, un nom : « Mquis de Mavléon-Narbonne ». Plus bas, trois initiales en guise de signature : HFB. Lesquelles pourraient désigner Henri Faustin Bor, qui vécut non loin de là, entre 1915 (date de sa naissance) et 1935 (date de sa disparition). Un minutieux travail de gravure qui aurait été réalisé sur les terres de la Famille De Mauléon-Narbonne, par le jeune Henri Faustin, « pastre » de son état. Ces explications ont pu être recueillies auprès de Jean-Pierre Boulbès, précieux prospecteur du temps passé, tout comme l’ami Roland Combes, qui font tous deux le bonheur de l’association « Il était une fois Chalabre ».