Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Patrimoine

  • Retour sur les Tours en attendant le Tour

    Comme en juillet 2021, le Kercorb va se replonger dans l’ambiance unique offerte par le spectacle du Tour de France. Cette grande fête populaire et sportive animera le pays chalabrais tout entier, le mardi 19 juillet prochain, à l’occasion de l’étape Carcassonne-Foix (178,5 km). Avant de faire leur apparition dans la cité chalabroise, les coureurs en provenance de Limoux et La Bezole auront franchi le col de Saint-Benoît, puis partiront en direction de l’Ariège, via la ferme de Saint-Martin, le bois du Parrégas, Borde Blanque et Le Peyrat. Du spectacle en perspective, pour ce nouveau rendez-vous, le 6e depuis juillet 2002.

    tour de france

    Hôtel de France

    Photo archives, Juillet 2001

    Il faut se souvenir que le vendredi 20 juillet de l’année précédente, Raymond Poulidor et Raphaël Geminiani étaient descendus à l’hôtel de France, après une arrivée d'étape jugée sur le plateau de Bonascre, et avant un départ le lendemain depuis Foix, pour Saint-Lary-Soulan et le Pla d’Adet. Un petit écart sur le parcours, qui leur avait permis de sympathiser avec les Festejaïres del Cazal, descendus de leur hameau en fête.

    tour de france

    Georges Hincapie emmène le train postal sur le Pont-Neuf

    Photo archives, Juillet 2002

    En 2002, il est un peu plus de 13 h lorsque Jaja, Millar, Mazzoleni et Boogard déboulent dans le virage de l’Hôtel de France après avoir largué le gros du peloton sur les pentes de Montségur. Au passage du Mazamétain porteur du maillot à pois roulant de concert avec Millar l’Ecossais, appelé à vaincre sur les boulevards biterrois, une foule bigarrée fait monter les décibels comme jamais. Même Roger Pingeon qui était passé en 1967 avec près de demi-heure d’avance sur ses poursuivants lors de l’étape Perpignan-Toulouse, n’avait soulevé pareil enthousiasme.

    tour de france

    La SAECO en poursuite sur le Pont-Neuf

    Photo archives, Juillet 2003

    En 2003, et après le deuxième sprint intermédiaire de Camplimoux par Sonnac-sur-l’Hers, sept échappés sont pris en chasse par 160 vélos que guident les Italiens de la formation Saeco et le train de l’US Postal.

    tour de france

    Les télévisions ignorent superbement la fresque du Champ Legrand, que les Festejaïres del Cazal ont peinte à la mémoire d’Henri Desgranges, pour marquer le centenaire de la Grande Boucle. Sur le mur du Pavillon du château, une banderole fait allusion à l’énigme du théorème de Barthélémy Guilhem, proposé en 1965 à Robert Chapatte. Un peu plus tôt dans la matinée, les spectateurs ont eu le privilège d’assister au critérium annuel local, dont le compte-rendu sera publié le lendemain dans les pages du journal l’Equipe (photo ci-dessous).

    tour de france

    tour de france

    Photo archives, Juillet 2008

    2008, le Tour est parti de Lavelanet et Thomas Voeckler réussit à franchir le premier le vieux pont du Blau.

    tour de france

    Photo archives, Juillet 2010

    2010, il est un peu plus de 14 h lorsque l’acrobate Jurgen Van de Walle négocie en éclaireur la bosse du pont du Blau, emmenant dans sa roue le Français Christophe Riblon, futur vainqueur sur la ligne d’arrivée à Bonascre. Derrière, les Saxo d’Andy Schleck font une entrée supersonique, trois virages plus tard, la comète multicolore salue les toiles d’Alain Poincheval avant de disparaître à l’angle de l’hôtel de France.

    tour de france

    Le maillot jaune de Bradley Wiggins gère son passage à Chalabre

    Photo archives, Juillet 2012

    2012 Lancés sur un profil semblable à un grand « s », trois échappés déboulent depuis la Métairie de la ville jusqu’au Pont du Blau, en direction de L’Escale et de la piste d’envol de Dédou, d’où décollent les « hélicos » qui vont assurer le direct. Le trio composé de Sergio Paulinho, qui passera en tête au sommet du Port de Lers, Martin Kruijswijk et le maillot vert Peter Sagan, nez dans le guidon, filent sur l’Ariège et ses gros nuages noirs. Plus loin, Cadel Evans et ses compagnons d’infortune, pédalent vers le traquenard tendu par le gang des « guingassous », du côté du Mur de Péguère.

    tour de france

    2021, après neuf ans d’attente, le Tour est de retour, et la caravane passe. Tadej Pogaçar et Guillaume Martin enjambent le pont du Blau de concert.

    A vos chaises pliantes et glacières, rendez-vous le mardi 19 juillet.

  • Quand Georges Méliès rend visite à l'école Louis-Pergaud

    Et comment les élèves de l'école primaire de Chalabre ont réalisé un travail sur l'image et les médias. Toutes les réponses en lisant l'article publié le jeudi 23 juin sous la plume de Jérôme Yager, journaliste à l'Indépendant :

    https://www.lindependant.fr/2022/06/21/a-chalabre-une-enquete-des-maternelles-et-des-cp-sur-linventeur-du-cinema-fantastique-georges-melies-10386548.php

    georges méliès,école louis-pergaud chalabre,jérôme yager

    La maison du grand père de l'inventeur du cinéma fantastique... à Chalabre

  • C'était hier : La clef du Pont-Rouge

    L'article mis en ligne avait paru dans l'Indépendant, édition du mercredi 20 juin 2012.

    otto löwy,jean-claude sicreLe Pont-Rouge, alors orné de son char, oeuvre du regretté Jean-Claude Sicre (Photo archives, Mai 2003)

    En mai derneir, les élus réunis en séance afin de voter le budget, avaient également évoqué les projets prioritaires, au premier rang desquels la réfection de la passerelle du Pont-Rouge. Soumise à plusieurs expertises, cette voie d’accès jetée sur le Chalabreil va  très bientôt faire l’objet d’une restauration complète, et ce, 126 ans après sa mise en place. C’est en effet après une décision votée en conseil municipal le 23 mai 1886, que les Chalabrois avaient vu leur commune se doter d’une passerelle métallique, créée par les Ateliers Mauguin de Paris. Le fer supplantait définitivement le bois, parce que de fortes pluies conjuguées à la fonte des neiges, avaient emporté le 28 février 1885, une très vieille passerelle en bois.
    Bien des années plus tard, lors du deuxième conflit mondial, certains prisonniers internés dans le camp de concentration établi sur l’ancienne scierie du Moulin de l’Evêque à Rivel, viendront pour ainsi dire, apporter leur pierre à l’édifice. Ces détenus politiques, utilisés comme renfort au sein des effectifs de l’usine Canat, vont en effet bâtir deux rampes d’accès permettant le passage des brouettes. Parmi ces prisonniers, Otto Löwy, Autrichien né le 30 mai 1900, à Vienne. Ce dernier tenait un journal sur lequel il avait noté comment un voisin du quai du Chalabreil, leur avait un jour offert une boîte de conserve contenant du poisson. Une fois le « festin » terminé, la clef ayant permis l’ouverture avait été noyée dans le ciment. Le 12 août 1942, Otto Löwy fut dirigé vers le camp de Drancy, avant un dernier voyage jusqu’à Auschwitz où il mourut le 30 novembre de la même année.
    Dans le courant des années 1990, sa famille prendra contact avec la ville de Chalabre, grâce à l’aide du consulat d’Allemagne, afin d’en savoir plus sur le parcours de l’un des leurs. Donnant par la même occasion, plusieurs informations consignées dans le carnet de Otto.  
    otto löwy,jean-claude sicreLe temps a passé depuis, et si le métal de la passerelle est aujourd’hui la proie de la rouille, le béton des rampes adjacentes donne lui aussi certains signes de faiblesse. Signes faibles certes, mais suffisants pour laisser apparaître une clef, que l’on devine lorsque l’on se positionne face au pont, et dos à l’église Saint-Pierre. 70 ans après, le souvenir du citoyen Otto Löwy et de ses compagnons d’infortune a ressurgi de l’oubli, grâce aux effets improbables de l’érosion. En cette année 2012, le Pont-Rouge va être restauré, par nécessité, et il est permis d’espérer que ce vestige d’humanité et de fraternité, n’ira pas se perdre dans un amoncellement de gravats.

    Sincères remerciements à Serge Fournié, pour l’intérêt qu’il porte à la chose historique, et pour son sens aigu de l’observation.

  • Tour des villages, saveurs et patrimoine, 4e édition

    communauté de communes des pyrénées audoises,sébastien erpeldingDepuis les hauts de Courtauly.

    Dimanche 26 juin se déroulera le « Tour des villages », une randonnée axée sur la découverte des saveurs et du patrimoine. L’événement a été testé sur le Pays-de-Sault en 2018, puis entre les communes du Madres audois en 2019. Il s’est installé sur les contreforts des Corbières et de Quillan en 2021. Cette fois, c’est une édition chalabroise, au fil de l’Ambronne et de ses versants, toujours fidèle à l’esprit de découverte, au gré des opportunités du site. Avec un itinéraire toujours inédit, et conçu sur-mesure.

    Les randonneurs ont rendez-vous à Caudeval (Val de Lambronne) entre 8 h et 9 h 30, pour y être accueillis avec le « pack’rando ». Ils rallieront Saint-Benoît en navette.  De là, l’itinéraire rejoindra les collines boisées de La Roumaude, Caratge, puis le village de Courtauly. La liaison vers Peyrefitte-du-Razès s’effectuera via les prairies et le sentier des métairies. Chaque halte sera gourmande et animée (expo, conte, Natura 2000).

    Un temps de repas en musique arrivera au km 12, à Peyrefitte. Au menu cette année, blanquette de Limoux, salaisons, agneau, lentilles, fromage et glace fermière. Un retour en navette vers Caudeval est également proposé, si le courage venait à s’estomper au gré des escales. Pour la suite, direction la chapelle de Gueytes-d’en-Haut, le château de Labastide d’Enrichard, puis la voie verte. Au terme des 20 km, une boisson fraîche attendra les sportifs, toujours en musique.

    Attention, l’inscription est obligatoire auprès de l’office de tourisme ou en ligne, avant le 23 juin au soir. Le règlement s’effectuera par chèque ou espèces (20 €/adulte, 10 €/moins de 14 ans). Toutes les informations se retrouvent sur le site www.pyreneesaudoises.com. Contact OT : 04 68 20 07 78.

    Le programme détaillé https://www.rando-pyreneesaudoises.com/tour-des-villages/