Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

C'était hier

  • C’était hier : Une place portera le nom de Fluris, 300 ans après sa mort

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du vendredi 28 novembre 1997.

    fluris

    Fluris n’a cessé d’occuper une place privilégiée en terres chalabroises

    Photos archives, 13 décembre 1996

    Samedi 13 décembre prochain, jour de Ste Luce, les Chalabroises et les Chalabrois commémoreront le 300e anniversaire de la mort du Sieur Jacques Fleury, écarté de ce bas monde dans des circonstances violentes et controversées. Si personne ne sait ce qui s’est réellement passé en cette sombre nuit du 13 décembre 1697, quels sont ceux qui aujourd’hui souhaitent vraiment le savoir ? Trois siècles d’incertitude n’ont fait que renforcer le mystère Fluris, auprès des Chalabrois qui sans exception, conservent dans leur mémoire d’enfant les fabuleux épisodes du charivari de décembre.

    13 décembre 1697-13 décembre 1997, trois siècles de charivari ininterrompu ou presque, seront ainsi célébrés tout au long d’une journée exceptionnelle qui trouvera son point d’orgue avec l’inauguration d’une « stèle Fluris ». Fédérées par l’événement, plusieurs composantes du tissu associatif du Kercorb ont souhaité établir pour cette journée du 13 décembre prochain, un programme qu’elles présentent aux Chalabroises et aux Chalabrois.

    A partir de 11 h à la mairie, cours Sully, l’association « Il était une fois Chalabre » invite l’ensemble de ses adhérents à venir découvrir le troisième volet relatif à la vie chalabroise du début de ce siècle. Un Tome III intitulé « Gé et Ro », recueil de souvenirs d’enfance revivant sous la plume espiègle de l’ami Robert Roncalli, et accompagné de nombreuses illustrations. Sollicitée à l’occasion du Tricentenaire, Camille Amat offrira une évocation sur toile inspirée du mystère « Fluris ». Un tableau d’après lequel sera réalisé un tirage limité d’affiches en quadrichromie proposées aux Chalabrois qui possèderont là un souvenir unique de cette journée.

    A 16 h 30, rendez-vous aux abords du lac de Chalabre pour l’inauguration de la stèle Fluris, en présence du comité du Tricentenaire. Les associations Il était une fois Chalabre, Cercle Occitan del Quercorb, OPVC, Chorale Eissalabra, ASPAK, Festejaïres del Cazal, accompagnées des autorités municipales procèderont à l’inauguration d’une pierre levée et d’une plaque commémorative, sur la future place Fluris. Un monolithe gracieusement offert et posé par la Société Escande et Fils.

    Enfin à 20 h 30 sous la halle, place Espérance-Folchet, rassemblement de tous les « arrossegaïres » avant le départ du 300e charivari donné à 21 heures sous les balcons de l’hôtel de ville. Autour de minuit, vin et chocolat chauds seront offerts à toutes et tous. Les Chalabrois sont cordialement invités à se manifester en cette journée historique du samedi 13 décembre prochain.

    fluris

  • C’était hier : Le collège Antoine-Pons va fêter ses trente ans d’existence

    L’article mis en ligne avait paru dans l’Indépendant, édition du mardi 27 novembre 2007.

    collège antoine-pons,il était une fois chalabre

    La nouvelle année qui s’avance va offrir au plus petit collège de l’Aude, l’occasion de fêter son trentième anniversaire, événement auquel l’association « Il était une fois Chalabre » a souhaité s’associer par le biais d’un Tome IX à paraître en mai 2008. Un nouvel ouvrage qui fera la part belle au collège Antoine-Pons, et pour lequel les enseignants retraités ou actifs ont été invités à rassembler trois décennies de souvenirs. Trente années au cours desquelles se seront succédés cinq directeurs, Marc Jean-Pierre, Hubert Carcy, Claude Ruiz, Daniel Wagner et Yannick Callat, qui devraient se rencontrer à l’occasion de l’inauguration d’une plaque commémorative à la mémoire d’Antoine Pons.

    Cette cérémonie interviendra 76 années après la disparition tragique à l’âge de 42 ans, d’un enseignant syndicaliste militant, dont le destin devait basculer au retour d’une réunion du bureau départemental, un soir de mai 1932 à Rouffiac. Vers la fin des années 1960 et afin de rappeler son souvenir, un de ses anciens élèves, René Boyer, alors adjoint au maire Augustin Maugard, avait proposé que le collège porte le nom d’Antoine-Pons.

    L’ouvrage que l’équipe du président Michel Brembilla s’apprête à mettre sous presse proposera un historique détaillé avec les moments marquants ayant assuré la pérennité de l’établisement, le tout illustré par de nombreuses photos souvenirs. En classe ou en plein air, les élèves se reconnaîtront, comme dans cette illustration d’un cross annuel qui s’était terminé sous les marronniers de Saint-Pierre.      

    A l'heure où les chronomètres affichaient leur verdict, un peu avant que les sportifs ne dégustent un excellent chocolat chaud bien mérité, un petit « 6e » inscrit sur les tablettes sous le nom de Robert Voltes, se frayait un chemin parmi les potaches du futur collège Antoine-Pons. Le « Géo Trouve-tout » de la rue d'En Plumet avait ainsi recueilli et enregistré les impressions du vainqueur du jour, Serge Murillo, à l'aide d'un matériel entièrement élaboré par ses soins, là-haut près du laboratoire de Louis Monnier, grand-père photographe.

    collège antoine-pons,il était une fois chalabreA l’arrivée du cross du collège. Archive datant du milieu des années 1960. De gauche à droite, Inès Rodriguez, Gérard Huillet (Tiston), Serge Murillo, Eliane Saurat, Serge Rey, Jean-Louis Delpech, Richard Conte, Francine Rey et Robert Voltes (micro en main). 

  • C’était hier : Les manchots du FCC ont repris de la paella

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 25 novembre 1997.

    1997 Novembre Débutants.jpgLes débutants étaient eux aussi invités à la fête (Photos archives, Novembre 1997. De gauche à droite, debout, Régine Garcia, Frédéric Noy, Anthony Rodrigues, Yannick Roufflay, Bastien Garcia, Dorian Barra, Yannick Bernard, Jean-Hubert Pito. Accroupis, Brice Garcia, Adrien Berthaut, Sébastien Coeffard, Guillaume Fant).

    Après la bonne prestation fournie sur le terrain de Villardonnel et avant l’excellent résultat enregistré face aux Septimaniens de Narbonne XI Atax, les footballeurs chalabrois s’accordaient tout dernièrement un sympathique intermède gastronomique. Les fines fourchettes de la grande famille du ballon rond se sont ainsi retrouvées place Charles-Amouroux, autour d’une paella géante, superbe soleil jaune saupoudré de rouge et noir. Un véritable plaisir pour les yeux et les papilles d’une armada de fins palais qui n’ont pas ménagé leurs félicitations à l’adresse de Anne, Ramona et Stani. Ce trio possède à l’évidence une maîtrise consommée de la délicate alchimie nécessaire à la réussite d’un plat qui puise ses origines du côté des rizières « de la Albufera de Valencia ».

    Le manuel du parfait manchot précise que le football est une fête pratiquée à onze. En ce lundi 11 novembre, les footballeurs du Kercorb ont simplement changé les règles du jeu, pour une rencontre amicale très appréciée par plus de 150 convives.

    fc chalabre football

    11 novembre 1997, place Charles-Amouroux

    De gauche à droite, Michel Vidiella, Juàn Serrano, Serge Escande, Marie-France Escande, Coralie Escande, Stéphane Alcoser, Nathalie Duvannez Sanchez, Antoine Salas 

  • C’était hier : Les footballeurs Poussins sont seuls en lice

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 24 novembre 2007.

    fc chalabre footballPhilippe Gérard et la relève du FCC ont été dotés de nouvelles tenues (de gauche à droite, debout, Jérémy Pons, Quentin Gérard, Loik Rosich, Clément Grassaud, Benjamin Estrabaud, Thibault Laffont, Philippe Gérard. Accroupis, Enzo Molini, Oliver Brown, Alban Borie, Julien Ferrier).

    Ce dernier week-end de novembre sera synonyme de repos pour les footballeurs chalabrois, à l’exception des Poussins invités à chausser leurs crampons à Trèbes. Les protégés de Philippe Gérard renoueront avec le championnat cet après-midi à 15 h, au stade de l’Aiguille, face à des Trébéens ayant terminé à la 3e place de leur poule, au terme de la première phase. Après un succès face aux Limouxins et un premier tour de coupe victorieux, la relève du FCC aura une fois encore fort à faire mais essaiera de confirmer face à son homologue des Trois B.

    Le coach Philippe Gérard effectuera le déplacement avec son équipe type, parée d’une nouvelle tenue offerte tout dernièrement à Puivert par un fidèle partenaire. Invités à partager un solide goûter sur la terrasse du café de la Place, les fans de ballon rond ont accueilli avec bonheur le cadeau offert par Laurent Ruffat propriétaire des lieux.

    Entre deux verres de grenadine et d’une seule voix, la classe biberon du FCC a promis de faire honneur à ses nouvelles couleurs, et bien évidemment, dès la première occasion.