Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sport

  • Galerie de portraits

    Nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui se rappellent avoir gravi marche après marche, lentement, ce grand escalier de la Maison Manaut, riveraine du Blau. La sonnette était synchro avec les aboiements d'un comité d'accueil canin, calé derrière une porte qu'il fallait se résoudre à ouvrir. Alors, depuis le fond de son couloir, Maurice Mazon vous invitait à entrer. Ci-dessous, quelques portraits de jeunes sportifs ayant fait le déplacement pour compléter une licence.  

    Photo Mazon Licences 011.jpg

    Photo Mazon Licences 012.jpg

    Photo Mazon Licences 013.jpg

    Photo Mazon Licences 015.jpg

    Photo Mazon Licences 016.jpg

    Photo Mazon Licences 018.jpg

    Photo Mazon Licences 019.jpg

    Photo Mazon Licences 020.jpg

    Photo Mazon Licences 021.jpg

    Photo Mazon Licences 022.jpg

  • C’était hier : L’USK XV s’impose facilement

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du jeudi 6 avril 2000.

    us kercorb xvL’USK a pris une option pour la qualification (photos archives avril 2000).

    Bien que baignant dans un contexte carnavalesque, l’US Kercorb était sur la brèche dimanche dernier pour le compte du challenge du Crédit agricole. En marge de la visite d’un illusionniste nommé Badaluc XXXII, il n’y aura pas eu de tour de magie mais seulement des tours de passe-passe... de ballons. Effectués tranquillement par les gars du Kercorb, face il est vrai à une équipe de Castillon-en-Couserans affaiblie par un manque d’effectif.

    us kercorb xv

    Les cuivres de l’Organisation des Patriarches Virtuoses Chalabrois (OPVC) avaient donné le bon tempo aux hommes de Roger Daynié, en exécutant une Marseillaise digne d’un match du Tournoi au Stade de France. Le ton était donné et les essais accrochés tels des notes de musique, sur une partition sans anicroche et sur un rythme soutenu. Les « Bleu et Blanc » s’en sont finalement donnés à cœur joie, engrangeant un maximum de points, cinq essais par mi-temps, afin de se mettre à l’abri pour le match retour, prévu dimanche 9 avril prochain en Couserans. Un déplacement qui devrait, sans faire affront aux Castillonnais, être une simple formalité pour l’US Kercorb. Avec à la sortie, un billet pour un quart de finale du challenge proposé par la banque verte.

    us kercorb xv

    Rugbymen et musiciens réunis avant le coup d'envoi 

    us kercorb xv

    Les deux formations entonnent l'hymne national

    us kercorb xv

    Un haka en version USK

    us kercorb xv

    Une pause pour Sophie et son hélicon

  • Galerie de portraits

    Ces jeunes gens ont partagé leurs vingt-ans sur les cours chalabrois. C'était hier, et leurs visages reviennent en mémoire, grâce à cette première série de portraits réalisés sous l'objectif de Maurice Mazon, photographe au quartier du pont du Blau, disparu en 1970.

    us chalabre xv                 us chalabre xv

    us chalabre xv                           us chalabre xv                    

    us chalabre xv                        us chalabre xv

    us chalabre xv

    us chalabre xv

    us chalabre xv

    us chalabre xv

  • C'était hier : Les 100 ans de l'US Chalabre XV

    L'information est officielle depuis ce vendredi 27 mars, et la crise sanitaire en est la cause, les rugbymen de l'USCKBP se voient contraints de raccrocher prématurément les crampons. Stoppés ainsi dans le bel élan qui leur ouvrait les portes d'une qualification pour les phases finales du championnat de 2e série de Ligue Occitanie. Autre conséquence, à verser celle-là au chapitre des dommages collatéraux, les disciples du « Club de la Ressègue », tels les Gaulois de Vercingétorix à Alésia, n'ont eu d'autre choix que de déposer eux aussi les armes. 

    usckbp rugby

    La saison 2019-2020 ne connaîtra donc pas de champions, et l'on peut imaginer les supporters de l'Entente des Trois-Clochers frustrés, tout comme les glorieux anciens, généreux en encouragements, et toujours prêts à célébrer la balle ovale. Comme ce fut le cas le samedi 29 novembre 2008, lorsque le club avait fêté ses cent années d'existence. Ce jour-là place Charles-Amouroux, peu avant le repas, et juste après un réveil musculaire sommaire, un élément clef de l'US Chalabre XV des années 1970, avait souhaité s'adresser à ses partenaires et à tous les amis réunis. Il convient à présent de laisser la parole à Bernard Cnocquart :    

    « Bonjour à toutes et à tous, Chalabrois d’origine, d’adoption ou de cœur.

    usckbp rugbySi vous le permettez, je voudrais dire quelques mots, non pas pour retracer les 100 ans de vie de l’U.S.C, mais vous parler en quelques anecdotes des merveilleux moments passés sous le maillot bleu et blanc dans les années 1970.

    Quoi de plus agréable que de fêter un centenaire, et de plus un centenaire qui se porte bien. Nous sommes nombreux aujourd’hui pour participer à cette fête, mais quand on a porté le maillot bleu et blanc, quoi de plus normal que de vouloir replonger dans cette ambiance mystique.

    Aujourd’hui, nous n’aurons pas besoin d’huile camphrée pour soulager nos vieux muscles fatigués, mais sans doute qu’en fin de soirée, quand viendra la nuit, nous n’aurons pas mal aux jambes, mais certainement à la tête, (ah, ce manque d’entraînement).

    Un tel événement nécessite sûrement une sacrée organisation et un total engagement, et nous ne pouvons que remercier chaleureusement les maîtres d’œuvre de cette journée.

    Des plus anciens aux plus jeunes, quand on a participé à l’épopée de l’U.S.C ou de l’U.S.C.K, il nous reste sûrement au fond de notre cœur, un coin de couleurs bleu et blanc rempli de souvenirs qui remonteront ce jour à la surface.

    Alors, remontons un peu le temps, non pas depuis 1908, début du vingtième siècle, mais retrouvons nous dans les années 1970.

    C’était en juin 1971, j’avais 21 ans, je venais de terminer mon service militaire. Cela devait être un samedi, je participais à un concours de pétanque, à Laroque-d’Olmes, sur le plateau du Castella. Il y avait aussi beaucoup de Chalabrois, les boules à la main, car à cette époque, le club de pétanque de Chalabre avait une certaine renommée.

    Pour les rugbymen, c’était les vacances, mais l’U.S.C était déjà en avance sur son temps. Elle avait déjà ses agents recruteurs et en cette période de « mercato », un agent quelque peu spécial, dans un langage un quart français et trois quart espagnol, avec quelques arguments m’a persuadé de signer à Chalabre. J’ai cru comprendre qu’il ne fallait pas espérer trop d’argent, mais que je trouverai dans ce coin du Kercorb, une ambiance merveilleuse avec bien ou trop souvent, l’eau de la Picharotte troublée par le Ricard. Cet agent recruteur, c’était Narcisse Cuesta, dit Chicho, dirigeant oh combien dévoué de l’U.S.C.

    Me voici donc à Chalabre, amenant aussi dans mes bagages pas mal de Bastidiens et Peyratais, car il y a toujours eu des échanges entre ce coin de l’Aude et l’Ariège, aussi bien pour le travail avec l’époque florissante des établissements Canat et plus tard le textile du Pays d’Olmes. Quelques décennies plus tôt, plusieurs joueurs chalabrois, messieurs Garcia, Montagné, Subreville étaient aussi venus renforcer l’U.S.B.P.

    J’ai passé 5 saisons à Chalabre, 5 saisons inoubliables, les plus belles de ma modeste carrière rugbystique. Je devais m’y sentir bien, car en plus de joueur, j’en ai été aussi le capitaine, l’entraîneur, le trésorier et même parfois aussi le buteur. Mais comme dit le proverbe, quand on aime, on ne compte pas.

    Mais que de moments merveilleux partagés sur le vieux stade Lolo Mazon, contre les meilleures équipes du Languedoc. Devant un public nombreux et fidèle, il était alors difficile de venir gagner dans la capitale du Kercob. Je me souviens de quelques matchs mémorables ou quelques vieilles gloires du rugby Biterrois sont venues mordre la poussière. Je me souviens de ces déplacements au fin fond de l’Hérault, des repas d’avant-match à la Caille qui chante ou à la Vitarelle, et ces retours agités après une victoire, et quand notre chauffeur, le brave Aimé Mamet, essayait de distancer quelques dames trop pressantes dans les rues de Carcassonne. Malgré ces jolis noms chantants, Maraussan, Nissan, Coursan ou bien Sigean, ce n’était pas du tourisme car nous étions bien souvent attendus, non pas avec des chants mais par quelques arguments frappants.

    usckbp rugbyC’était le rugby d’une autre époque, ce rugby de village que l’on a tant aimé. Bien sûr, quelques mêlées relevées n’ont jamais tué personne, si même parfois on y a laissé des plumes, on n’est jamais tombé dans les filets des coriaces pêcheurs de La Nouvelle. Contre Olonzac et face à un rocher nommé Vacquier, je n’ai repris mes esprits que très tard dans la nuit à la clinique de Montréal, et quelques mois plus tard, c’est un traître crampon héraultais qui m’a permis de me reposer pendant quarante jours à la clinique La Soulano, mais tout cela, ce ne sont que les péripéties de tout joueur de rugby.

    Si un match de rugby se compose de deux mi-temps de quarante minutes, il existe aussi la troisième mi-temps, qui elle dure bien plus longtemps, elle pouvait être très longue.

    Au siège du club, au café de la Paix, François ne restait pas en arrière pour sortir les bouteilles de Ricard (il fallait bien récupérer des efforts fournis l’après midi). Cà tombait parfois comme à Gravelotte, et puis on regagnait notre quartier général, l’hôtel de France, cher à notre président Raymond Fort.

    usckbp rugbyEt çà continuait en attendant l’heure du repas dominical, non pas frugal mais bien souvent gargantuesque, avec quelques spécialités qui me reviennent en bouche, gratin de fruits de mer, cèpes, magrets et steaks au poivre. Entre les plats, ce n’était qu’histoires et chansons, et avec Roger Raynaud, le voltigeur, nous étions plus de 80 pour aller à la chasse. Au cours de la chevauchée des cavaliers de Reichshoffen, quelques chaises se brisaient, mais rien n’arrêtait la fête, si ce n’est quelques piqûres de cactus de l’ami Serge. Alors, le petit Murillo et son compère Henri Sancho, avec quelques fourchettes et corbeilles à pain, nous interprétaient la cinquième symphonie, digne de Beethoven.

    Certainement nous avons fait quelques excès, quelques bêtises ou conneries, mais si vous le voulez, jamais rien de bien grave.

    Je ne sais si elle est parmi nous aujourd’hui, mais je ne peux l’oublier dans mes souvenirs, je veux parler de Madame Fort. Pourtant Alice, vous n’étiez pas au pays des merveilles au bon milieu de cette bande de fêtards, et comment avez-vous fait Madame Fort pour nous supporter tant de fois, les mercredis et les dimanches, toujours avec le sourire, sans jamais rien nous reprocher, que de mercis ne vous doit-on ?

    A cette époque là, nous avions hissé l’U.S.C en honneur, mais malgré des parcours remarquables tant en championnat régional qu’en championnat de France, nous avons bien souvent échoué sur la dernière marche, sans pouvoir ramener un titre majeur à Chalabre, si ce n’est un beau jour de 1975, l’unique Trophée de la Méditerranée.

    usckbp rugby

    Les vieilles gloires des années 1970

    (Photo archives, 29 novembre 2008)

    Il y a 35 ans de cela et je voudrais en ce jour de fête, avoir une pensée pour les amis bleu et blanc bien trop tôt disparus. La liste est bien longue et je pense souvent à ceux que j’ai fréquentés durant ces années passées à Chalabre : à Raymond Fort, le bon et dynamique président qui a tant fait pour le rugby, à Henri Battle qui avait repris le flambeau quand l’U.S.C passait une période difficile, et à ces dirigeants dévoués, Messieurs Gallardo, Lopez, Romero, Sanchez, Narcisse et à bien d’autres encore.

    On avait le même âge, et eux aussi ont été exclus de la partie, et c’est bien regrettable de ne pas être au complet pour cette centième, il manque Paul, le rusé trois quart centre, René, le rapide ailier et Jean-Claude, le fantasque arrière.

    J’en ai maintenant terminé et en guise de conclusion, je voudrais vous dire une vérité : « Sachez que le rugby est le seul sport ou on avance en faisant une passe toujours en arrière, mais pour aujourd’hui, l’arbitre sera indulgent, il ne sifflera pas si vous passez en avant la bouteille de Ricard à votre partenaire ».

    Je vous remercie de votre attention ».    Le 29 novembre 2008

    usckbp rugby

    Roger Raynaud donne le coup d'envoi du match du Centenaire

    (Photo archives, 29 novembre 2008)

  • C’était hier : Rugby : L’U.S.C.K régale ses supporters

    Les supporters de l’USCKBP auraient été nombreux hier après-midi au stade Jean-Coste du Peyrat, pour une affiche qui devait mettre en lice le quinze de l’Entente des Trois-Clochers et la formation de Villenouvelle. Epidémie de Covid-19 oblige, cette dernière rencontre du championnat de 2e série Ligue Occitanie, n’a pas eu lieu. Contre mauvaise fortune, l’article mis en ligne ci-dessous permettra de revivre un autre dimanche du mois de mars, lorsque le club cher à Aline et Robert était déjà l’invité de l’US Kercorb. Ce compte-rendu avait paru dans l’Indépendant, édition du jeudi 26 mars 2009.

    usckbp rugby,es villenouvelleSylvain Dumons aura souvent été pris en chasse (photos archives, mars 2009).

    La dernière rencontre de poule du championnat de 1° série de Midi-Pyrénées opposait dimanche 22 mars, le quinze du Kercorb à son homologue de l’Etoile Sportive de Villenouvelle.

    usckbp rugby,es villenouvelle

    Devant une chambrée des grands jours rehaussée par la présence des glorieux aînés de l’association des « Badalucs » (photo), l’U.S.C.K s’est imposée sans coup férir sur la marque de 55 à 25. Venus à Lolo Mazon sans prétention particulière, les visiteurs écartés de la course aux barrages auront donné une bonne réplique aux joueurs du président Jacques Cunillera. Pour le plus grand bonheur des amoureux de rugby, gratifiés d’une profusion d’essais, à la conclusion d’offensives lancées tous azimuts.

    Après une première pénalité signée Jean-Paul Tellez, auteur d’un cent pour cent dans son duel avec les barres, il reviendra à Fabien Conte de signer le premier essai de l’après-midi, au terme d’un slalom chaloupé dans la défense des « rouge et bleu ». Alors l’écart se creusera irrémédiablement sans que les troupes de l’ami Robert ne baissent les bras, ce pourquoi il convient de les saluer, l’ensemble dirigé par un arbitre brillant.

    Après ce dernier succès à la maison, l’U.S.C.K termine en deuxième position avec 44,33 points, derrière Mirepoix (45pts) et devant Lézat sur Lèze (43,43pts). Un capital point aux allures de compte d’apothicaire, qui s’explique par l’application de la règle de péréquation, autrement dit l’article 49.3 des sportifs soumis aux intempéries. La première manche est donc bouclée pour les joueurs de Xavier Pinho-Teixeira et Thierry Garros qui s’ouvrent grand les portes des quarts de finale, programmés le 19 avril prochain.

    usckbp rugby,es villenouvelle

    Une passe d'école délivrée par Fred Zonzon Lacanal

    usckbp rugby,es villenouvelle

    Benjamin Jammet stoppé dans sa course

    usckbp rugby,es villenouvelle

    L'AS Villenouvelle ne passe pas

    usckbp rugby,es villenouvelle

    Position inconfortable et ballon pour Johann Rivals

    usckbp rugby,es villenouvelle

    Battus au match aller, les « rouge et bleu » visiteurs n'ont pas eu leur revanche

  • Faux départ pour les Foulées du Kercorb

    Trail Truffiéres.jpgUne partie de l’équipe au départ du Trail des Truffières.

    Les fondeurs du pays chalabrais pensaient avoir fait le plus dur en renouant avec la compétition avant la fin de l’hiver, peine perdue face à un enchaînement évident d’annulations.

    Avant cet intermède forcé, ils auront réussi à se faire un peu plaisir, dimanche 1er mars au Trail de Cavanac. Sur la marche, Daniel Lopez sera le premier à s’élancer, suivi de près par trois trailers aguerris. Sur le Trail du Brigand (20 km et 450 m de dénivelé), Jean-Pierre Silvestre boucle en 3 h 09’, devancé par Jean Quério qui signe un chrono de 2 h 51’. Sur le Trail du Passadou (30 km et 1175 m dénivelé), le président Pascal Ilhat termine en 4 h 13’.

    Le dimanche 8 mars, le club se transportait du coté de Cabrespine, pour le Trail des Truffières. Au départ de Trassanel, les marcheurs venus en nombre ont apprécié les hauts de la Montagne Noire, impressions confirmées par Lydia, Stéphanie, Fabrice, Daniel, David et Laurent. Flapis mais heureux au terme d’un parcours de10 km agrémenté de 350 m de dénivelé. Côté course, Jean-Pierre Silvestre signe un temps de 1 h 28’ sur 10 km (350 m de dénivelé), tandis que Pascal Ilhat engagé sur le 30 km (1600 m de dénivelé), rallie l’arche d’arrivée en 4 h 50’.

    Trail Cavanac.jpg

    Ils étaient aussi à Cavanac

  • Le trio dirigeant des Badalucs, réélu au premier tour

    badalucs xvUn troisième mandat pour Frédéric Boussioux et son équipe.

    A la veille des élections municipales, la place Charles-Amouroux accueillait la confrérie des Badalucs, vénérables rugbymen réunis pour l’assemblée générale annuelle. En ouverture de séance, le président Frédéric Boussioux a souhaité la bienvenue à chacun, avant un tour d’horizon complet sur les temps forts 2019, exposé par Jacques Mamet. L'un d'entre eux étant la fin de semaine à Montpellier et la rencontre avec les Cissous, le 2 mars 2019 (voir photos en fin d'article). Après un bilan financier positif présenté par Carine Rossi, l’adoption des rapports s’accompagnait de la démission du bureau, réélu pour un troisième mandat, à la faveur d’un rebond favorable.

    A l’heure des perspectives, les Badalucs ont été invités à préparer avec le plus grand sérieux, le rendez-vous face aux Barricot’s du RC Saudrune, programmé mi-mai à Frouzins (Haute-Garonne). Ils faudra aller défier un quinze emmené par Joël Lafitte, Chalabrois errant depuis lurette dans les brumes de la Garonne.

    Autre grand rendez-vous inscrit sur l’agenda 2020, les fêtes du Cazal, et l’organisation du XIe Bouclier Raymond-Fort, un challenge amical qui perpétue la belle aventure amorcée en 1986, à l’initiative de Bernard, Daniel et Raymond. Au sortir d’un hiver quasi consommé, et parés de leurs nouveaux paletots, les vétérans quinzistes ont renouvelé le souhait de préserver l’esprit des Badalucs. Il était l’heure de se restaurer, au pied d’un écran désespérément blanc, sur lequel ne tarderait pas à apparaître l’ombre chinoise d’un Irish coffee.

    badalucs xv

    Les Badalucs enregistrent des signatures de marque

    badalucs xv

    2 mars 2019, Cissous et Badalucs réunis avant le coup d'envoi

    badalucs xv

    L'arrivée d'un nouveau coach à l'intersaison aura pesé sur les performances des Badalucs