Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commémorations

  • Montjardin : Le 23 mai 1944, Auguste Cathala mourait sous la torture

    2024 26 juin Auguste Cathala 001.JPG

    Des fleurs, pour ne pas oublier le prix de la liberté

    Le destin tragique d’Auguste Cathala, assassiné par l’occupant nazi à la ferme du Roudié, a été évoqué dimanche 26 mai à Montjardin. Une journée du souvenir à laquelle ont pris part les élus de Montjardin aux côtés du maire Bertrand Bargain, la grande famille d’Auguste Cathala, Jean Tailhan vétéran du Maquis FTP Jean Robert et Faïta, Patrick Bacot, président départemental de l’Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance (Anacr), Nadine Canellas et Patrick Pujol, porte-drapeaux, Gérard Penando maire de Courtauly, Eric Grauby maire de Villar-Saint-Anselme, et l’ensemble vocal Esalabra.

    2024 26 juin Auguste Cathala 002.JPG

    Tour à tour, Bertrand Bargain puis Serge Fournié ont ranimé la mémoire d’Auguste Cathala, rappelant les circonstances de la tragédie et les dernières heures d'un jeune homme de 19 ans, seul face à l'escadron nazi que sept miliciens avaient guidé vers la ferme familiale des Vinsous. Sommé de conduire la colonne jusqu’à la ferme du Roudié, où se trouve le campement des hommes du Maquis Faïta, Auguste Cathala prendra le chemin le plus long. Au sortir d'une petite clairière, il signale sa présence et permet ainsi aux combattants de l’ombre d’échapper à la traque. Paul Alcantara, Michel Riffaut et leurs hommes décrochent, mais pour Auguste Cathala, un long supplice commence. Son corps atrocement mutilé sera retrouvé dans les décombres de la ferme incendiée, au soir de ce 23 mai.

    2024 26 juin Auguste Cathala 004.JPG

    Après le dépôt des gerbes au pied de la stèle érigée par les FTPF, le Chant des Partisans et la Marseillaise, interprétés par l'ensemble vocal Esalabra, se sont élevés vers le pic de Millet. Quatre-vingt années ont passé, mais le calvaire subi par Auguste Cathala reste inscrit dans les mémoires.

    2024 26 juin Auguste Cathala 003.JPG

    2024 26 juin Auguste Cathala 007.JPG

    Sylvette Calmet Cathala, présidente de l'association Dans les Pas d'Auguste Cathala

    2024 26 juin Auguste Cathala 008.JPG

    Le bouquet du souvenir déposé par Jean Tailhan, vétéran du Maquis 

    2024 26 juin Auguste Cathala 012.JPG

    Patrick Bacot, président départemental de l'ANACR

    2024 26 juin Auguste Cathala 009.JPG

    2024 26 juin Auguste Cathala 006.JPG

  • 8 mai 1945 : Dans le souvenir de « Ceux du Maquis »

    8 mai 1945 à chalabre

    Jean-Jacques Aulombard, Gilbert Raynaud et Gérard Canal devant la maison natale du Docteur Joseph Raynaud

    La cérémonie marquant le 79e anniversaire de la capitulation sans conditions de l’Allemagne nazie, célébrée mercredi 8 mai, aura permis de rendre hommage à plusieurs générations de patriotes ayant combattu pour que leur pays recouvre une Liberté perdue.

    Un rendez-vous du souvenir marqué par la présence de Gilbert Raynaud, fils du Docteur Joseph Raynaud, tué avec ses compagnons le 7 juillet 1944 à la ferme du Priou. Une minute de recueillement était observée devant la maison natale du commandant du maquis gersois de Meilhan, « L'un de ces modernes chevaliers, rayonnant de bonté autant que de calme courage, cet animateur né qui devait donner, en pâture, au destin amer, son bonheur d'homme, en même temps que sa vie » (Françoise Chevigné, La tragédie de Meilhan).

    8 mai 1945 à chalabre

    Après le Chant des Partisans impeccablement interprété par les cuivres et percussions du pays de Mirepoix, ce rendez-vous avec le souvenir s’est poursuivi jusqu'au monument aux Morts. Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre donnait lecture du message officiel, avant les sonneries, les hymnes, un dépôt de gerbe et un Ode à la joie offert par les choeurs d'Esalabra.

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

  • Commémoration du 8 mai 1945

    1957 Cérémonie 8 mai 007 bis.jpg

    Intervention de Louis Cavayé le 8 mai 1957

    De la droite vers la gauche, René Huillet, Charles Franzone, André Conte, Antoine Murillo, Abbé Raymond Fourtanier, les enfants, Francis Romero et Simone Sanchez, Pedro Sancho, Louis Cavayé, Marcel Ancin, Eloi Alabert    

    Photo Maurice Mazon 

    La cérémonie commémorant le 79e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, sera célébrée mercredi 8 mai. La municipalité et le comité des anciens combattants invitent à partager avec eux cette journée du souvenir. Le rassemblement est prévu à partir de 11 h devant la mairie, Cours Sully. Avant de rejoindre le monument aux Morts, le cortège observera une minute de silence devant la maison du Docteur Joseph-Raynaud. La partie musicale sera assurée par l'ensemble musical de Mirepoix, qui ouvrira le défilé et effectuera les sonneries.

  • C'était hier : Rhin et Danube : Les anciens honorent leur maréchal

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du dimanche 2 mai 1999.

    rhin et danube chalabre

    Les anciens de la Première Armée ont rendu hommage au maréchal de Lattre de Tassigny

    Photos archives, 24 avril 1999

    Le 24 avril 1945, Colmar célébrait l’alliance des deux fleuves franchis par la 1ère armée au cours du dernier mois de guerre en terre allemande. Voilà donc 64 ans que le général de Lattre de Tassigny employait pour la première fois le terme Rhin et Danube pour désigner l’armée française. Le 24 avril 1999, Chalabre avait rendez-vous avec l’histoire en accueillant le 53e congrès départemental des « Rhin et Danube ».

    rhin et danube chalabreLa stèle du maréchal de Lattre de Tassigny, inaugurée en ce 24 avril 1999

    Reçus par les membres de la section chalabroise et leur président Georges Pendariès, les anciens de la 1ère armée française ont rendu un hommage appuyé au chef « qui les a conduit à la victoire sur le nazisme », aux compagnons d’armes disparus ou blessés dont le sacrifice a permis à la France de retrouver sa liberté et son honneur. Aux côtés de Georges Pendariès et Raymond Vincent Chésa président départemental avaient pris place les autorités civiles et militaires, MM Jacques Montagné maire de Chalabre et conseiller général représentant Marcel Rainaud, Blanchi délégué national, J.M. Roquefort, A. Andrieu, A. Séjalon, V. Albas, A. Alquier, M. Bourgeois, présidents des sections audoises, le colonel du DMD de Carcassonne, le colonel Marius Olive, l’adjudant Jacques Escande et le capitaine de gendarmerie Mahé ainsi que tous les porte-drapeaux. Le souvenir des disparus aura dominé l’essentiel des débats au cours desquels les termes mémoire et avenir auront souvent été associés. En souhaitant la bienvenue aux congressistes, Jacques Montagné soulignait combien il était fier et heureux d’accueillir à Chalabre les glorieux anciens de la 1ère armée : « Vous savez en effet que cette partie de la terre d’Aude a été très engagée dans la résistance contre l’occupant allemand. Notre mémoire collective est encore vivante. Ici plus qu’ailleurs nous connaissons le prix de la vie, le prix du sacrifice. Chacun de nous, lorsqu’il traverse la nature, nos forêts, nos sentiers, sait qu’il a un peu rendez-vous avec l’Histoire ».

    rhin et danube chalabre

    rhin et danube chalabrePrécédés par les porte-drapeaux et la musique de l’harmonie mirapicienne, les combattants de la liberté se sont ensuite rendus au monument aux Morts où ils ont rendu hommage à leur camarade Christophe Martin et aux victimes de toutes les guerres, avant de dévoiler une stèle érigée à la mémoire du maréchal de Lattre de Tassigny et de ses hommes. Après le salut aux drapeaux rendu par le piquet d’honneur du 4e R.E, René Subreville recevait des mains du colonel Olive la médaille de guerre 1939-1945 (photo). Une magistrale interprétation du Chant des Partisans et de l’Hymne à la Joie par la chorale Eissalabra, la lecture de l’ordre du jour n° 9 par les élèves du collège Antoine-Pons venaient clôturer une cérémonie empreinte d’émotion.

    Cérémonie au cours de laquelle les anciens et leur famille ont pensé fortement aux compagnons disparus, et pour reprendre les mots du Maréchal de Lattre de Tassigny, à tous ceux pour qui « les raisons de vivre sont autant de raisons de mourir pour sauver ce qui donne un sens à la vie ».

    rhin et danube chalabre

    Un détachement du 4e Régiment Etranger a rendu les honneurs