Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commémorations

  • Une journée dans le souvenir d’Auguste Cathala

    auguste cathalaLes ruines du Roudié restent habitées par le visage d’un martyr de la Résistance.

    La cérémonie à la mémoire d’Auguste Cathala, assassiné le 23 mai 1944 par les nazis, a été célébrée dimanche 2 juin à Montjardin, face à la stèle érigée à l’initiative des Anciens FTPF. Aux côtés de sa famille, des associations d’anciens combattants, de Jean Tailhan dit Lapébie, vétéran du Maquis Faïta, de Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre, de Michel Molhérat, Patrick Bacot et Henry Garino pour l’ANACR, des drapeaux de la Fnaca et de l’Amicale des Guerilleros Espagnols-FFI section de l’Aude, Francis Routelous maire de Montjardin et Serge Fournié, ont évoqué les dernières heures d’Auguste Cathala, seul face à ses bourreaux venus de Chalabre, conduits par la milice locale.

    auguste cathala

    Après les chants interprétés par l’ensemble vocal Eissalabra, les sonneries et le dépôt de gerbes, l’hommage s’est poursuivi sur les lieux de la tragédie, à la ferme du Roudié. Dans le cadre de verdure entourant les vestiges d’un camp alors occupé par les partisans du Maquis Faïta, Serge Fournié est revenu sur les heures ayant précédé ce mardi 23 mai 1944. Evoquant les mouvements de troupes nazies sur le Chalabrais, puis l’intrusion au petit matin de la soldatesque dans la ferme familiale des Vinsous. Jusqu’au tragique épilogue et le crime atroce perpétré par l’occupant sur un enfant de dix-neuf ans.

    auguste cathala

    Au hasard des inscriptions gravées ça et là sur les murs encore dressés de la ferme, chacun a essayé d’imaginer le calvaire subi par Auguste Cathala, dont le sacrifice préservait la capacité d’action des hommes du Maquis Faïta. Au pied de ce qui fut un escalier, à l’endroit même où le corps mutilé de leur grand frère était retrouvé au soir du 23 mai, les soeurs d’Auguste ont déposé un bouquet de roses.

    auguste cathala

    auguste cathala

    Francis Routelous, maire de Montjardin

    auguste cathala

    Serge Fournié

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    Jean Tailhan dit Lapébie, vétéran du maquis Faïta

    auguste cathala

  • A la mémoire d'Auguste Cathala

    auguste cathala1946, cérémonie en hommage à Auguste Cathala. Joseph Loupia, alias Blücher, à ses côtés, Victor Tisseyre alias Papa *  (Photos Maurice Mazon).

    Des roses fleuriront demain dimanche 2 juin, au pied de la stèle érigée à l’initiative des Anciens FTPF, à la mémoire d'Auguste Cathala, martyr et héros de la Résistance. Le destin tragique d’Auguste Cathala, assassiné le 23 mai 1944 par l’occupant nazi à la ferme du Roudié, sera évoqué lors de la cérémonie célébrée à partir de 11 h. En présence de la famille d'Auguste Cathala, de Francis Routelous maire de Montjardin et son conseil municipal, des Montjardinois, des Chalabrois, des porte-drapeaux de la coordination des anciens combattants, et de l'ensemble vocal Eissalabra.

    Au cours de l'après-midi, les personnes qui le souhaitent pourront rejoindre la ferme du Roudié, depuis la ferme des Vinsous.      

    * Le maquis Vincent-Faïta avait été créé à la fin de l’été 1943 par Victor Tisseyre, secondé par Joseph Loupia, de Saint-Jean-de-Paracol.

    auguste cathala

    Prise de parole de Justin Navarro devant la stèle

    auguste cathala

  • Rivel honore la mémoire des « indésirables »

    camp d'internement de rivelLe souvenir des victimes des lois d’internement ne s’efface pas.

    Samedi 25 mai, l’association des résistants, déportés, internés et emprisonnés politiques (Ardiep) et l’Arac, association républicaine des anciens combattants, honoraient la mémoire des victimes du gouvernement de Vichy, internées de 1940 à 1944, dans l’enceinte du camp de Rivel. Sur les derniers vestiges de ce qui fut un lieu de transit vers les camps d’extermination, les intervenants ont évoqué le quotidien des prisonniers, réfugiés espagnols et juifs apatrides, communistes, francs-maçons, résistants, nomades, qualifiés par le gouvernement pétainiste « d’indésirables » ou encore « d’anti-France ». 

    camp d'internement de rivel

    camp d'internement de rivelCette évocation d’une sombre page de notre Histoire, a permis à Marie-Ange Larruy d’honorer le souvenir de Gaston Delpech (photo 16 mai 2009), disparu le 28 octobre dernier, ardent militant de la mémoire et qui fut à l’initiative de la création de la stèle érigée en 1996, avec son ami Michel Salinas. Patrick Bacot pour l’ANACR, et Annie Bohic-Cortès, conseillère départementale, ont également appelé à une vigilance continue, face à la dangereuse poussée des extrémismes. L’occasion d’évoquer les valeurs pronées par le Conseil national de la Résistance, acte fondateur d'une grande partie de notre modèle social.

    camp d'internement de rivel

    Après les dépôts de gerbes et les chants, les porte-drapeaux pour les délégations du Languedoc, du Roussillon, des Maquis de la Montagne-Noire, des Guerrilleros et républicains espagnols, de l’ANACR et de l’UFAC, ont précédé l’assemblée vers le monument aux Morts de Rivel où le maire Jean-Pierre Salvat, a clôturé une cérémonie, coordonnée par Serge Pagès, membre du bureau national de l’Arac.

    camp d'internement de rivel

    camp d'internement de rivel

    camp d'internement de rivel

  • Dans les pas d’Auguste Cathala

    auguste cathalaLa ferme du Roudié a été libérée de ses liens végétaux.

    Le 23 mai 1944, une opération menée par les troupes allemandes du capitaine Nordstern, chef de la 5e compagnie du 2e bataillon Landesachützenregiment der Luftwaffe Lisieux, scellait le destin d’Auguste Cathala. Peu de jours avant le débarquement des troupes alliées en Normandie, et sur dénonciation de la milice locale, la soldatesque nazie mise en échec, s’était acharnée sur un jeune Montjardinois âgé de 19 ans, dont le corps atrocement mutilé avait été retrouvé dans la ferme du Roudié incendiée. En prenant le chemin le plus long depuis la ferme des Vinsous, l'aîné des dix enfants de la famille Cathala, payait de sa vie le salut des partisans du Maquis Faïta.

    Avec la cérémonie célébrée annuellement au pied de la stèle de l’association nationale des FTPF (Francs-tireurs et partisans français), l’association ayant pour dénomination « Dans les pas d’Auguste Cathala », créée le 21 février dernier, travaille à la réalisation d’un chemin de mémoire. Un chemin que les jeunes générations pourront bientôt emprunter, afin que le sacrifice d’un fils de Montjardin reste bien présent dans les consciences.

    Le dimanche 2 juin prochain, la mémoire d’Auguste Cathala sera honorée à partir de 11 h au pied de la stèle du souvenir à Montjardin. Cet hommage sera suivi pour les personnes qui le souhaitent, d’une visite jusqu’à la ferme abandonnée du Roudié, et de la diffusion d’un témoignage sonore évoquant cette tragédie.

    Une initiative qui a amené les membres de l’association à se rendre tout dernièrement sur le terrain, accompagnés par Francis Routelous, maire de la commune. Avec l’autorisation de M. Olivier François, gérant pour le Groupement forestier de la ferme du Roudié, le chemin d’accès et les abords ont été libérés.

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

    auguste cathala

  • 8-mai-1945 : Dans le souvenir de « Ceux du Maquis »

    8 mai 1945 à chalabreJean-Jacques Aulombard et Gilbert Raynaud, devant la maison natale du Docteur Joseph Raynaud.

    La cérémonie marquant le 74e anniversaire de la capitulation de l’Allemagne nazie, célébrée mercredi 8 mai, a permis de rendre hommage aux générations de jeunes patriotes ayant combattu pour que leur pays recouvre une Liberté perdue. Ce rendez-vous du souvenir était marqué par la participation de Gilbert Raynaud, fils du Docteur Joseph Raynaud, tué le 7 juillet 1944 avec ses compagnons du maquis gersois de Meilhan.

    Le cortège s’est élancé depuis le cours Sully, rassemblant anciens combattants et représentants de la municipalité, autour de Jean-Jacques Aulombard, maire, l'adjudant Christian Fauré pour la brigade territoriale autonome, le lieutenant Jean-Marie Lafitte accompagné des sapeurs-pompiers du centre du Kercorb, et les Chalabrois. Le lieutenant-colonel Grastilleur de la DMD11, représentait le colonel délégué militaire départemental de l'Aude. Une minute de recueillement sera observée devant la maison natale du Docteur Joseph Raynaud, avec un dépôt de gerbe effectué par Gilbert Raynaud et Jean-Jacques Aulombard.

    8 mai 1945 à chalabre

    Emmené par les instruments de Batucada, le cortège a rejoint le monument aux Morts où Jean-Jacques Aulombard a donné lecture du message officiel. Les choeurs d’Eissalabra interprétant un hymne de paix avant un dépôt de gerbe avec le concours des jeunes Erwan et Maxime.

    8 mai 1945 à chalabre

    La prestation des musiciens de Batucada et une interprétation sans faille des sonneries, parachevaient le vibrant hommage rendu aux victimes de tous les combats. La cérémonie s’est poursuivie avec un retour vers la bastide et un tour de ville en musique, conclu par une aubade et un vin d’honneur partagé dans la maison commune.

    8 mai 1945 à chalabre

    A l'heure des sonneries

    8 mai 1945 à chalabre

    Les porte-drapeaux, Lucien Doumenc (Centre du Kercorb), Bernard Sariège (Ville de Chalabre) et Claude Fernandez (Fnaca)

    8 mai 1945 à chalabre

    Le centre du Kercorb emmené par le sous-lieutenant Jean-Marie Lafitte

    8 mai 1945 à chalabre

    Le lieutenant-colonel Grastilleur et les élus saluent drapeaux, brigade et sapeurs-pompiers

    8 mai 1945 à chalabre

    L'Ensemble Batucada, a offert une aubade sous le balcon de la maison commune

    8 mai 1945 à chalabre

    8 mai 1945 à chalabre

  • La mémoire du Capitaine Danjou et de ses hommes a été honorée

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjouLe lieutenant-colonel Jean-Paul Bustos à évoqué les dernières heures de la 3e Compagnie.

    « La 3e du 1er est morte, mon colonel, mais elle en a assez fait pour que, en parlant d’elle, on puisse dire : elle n’avait que de bons soldats ! ». Ainsi s’exprimait le caporal Berg, survivant de Camerone, s’adressant au colonel Jeanningros.

    Dimanche 5 mai, le village natal du Capitaine Jean Danjou a rendu hommage aux légionnaires de la 3e Compagnie du Régiment étranger, engagés le 30 avril 1863 face aux guerrilleros mexicains, dans l’hacienda de Camaròn de Tejeda. La commémoration du 156e anniversaire du combat de Camerone, mise en place par l’AALE de l’Aude (Amicale des anciens de la Légion étrangère), s’est déroulée au cours de trois temps forts réunissant une nombreuse assemblée.

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    Après la messe célébrée en l’église Saint-Pierre par l’abbé Raymond Cazaban, légionnaires vétérans et Chalabrois, ont rejoint le monument aux Morts et le piquet d’honneur du 4e Régiment Etranger de Castelnaudary. En présence des porte-drapeaux, des vétérans et d’un légionnaire en tenue d’époque, d’une délégation du centre de secours Jean Cabanier, du gendarme Charles Henrique pour la brigade de Chalabre, le lieutenant-colonel Alexis de Roffignac, chef de corps du 4e RE et Jean-Jacques Aulombard maire, ont procédé au traditionnel dépôt de gerbe.

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    Carabine à tige en main, un légionnaire en tenue d’époque rend les honneurs

    Aux accents de la musique de Mirepoix, le cortège a rejoint la maison natale du Capitaine Jean Danjou où le lieutenant-colonel Jean-Paul Bustos, président de l'AALE de l'Aude, a retracé la bataille de Camerone. Les vétérans de l'Amicale entonnaient ensuite le célèbre Boudin, avant un retour vers la maison commune où la cérémonie s’est terminée autour d’un vin d’honneur offert par la municipalité.

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

    camerone,aale de l'aude,capitaine jean danjou

  • Commémoration du 8 mai 1945

    La cérémonie commémorant le 74e anniversaire de la capitulation de l'Allemagne nazie, sera célébrée demain mercredi 8 mai. La municipalité et le comité de coordination des anciens combattants invitent à partager avec eux cette journée du souvenir. Le rassemblement est prévu à partir de 11 h devant la mairie, Cours Sully. Avant de rejoindre le monument aux Morts, le cortège observera une minute de silence devant la maison du Docteur Joseph-Raynaud. La partie musicale sera assurée par les solistes de Batucada, éléments de l'harmonie mirapicienne, qui ouvriront le défilé et effectueront les sonneries.

    8 mai 1945 à chalabre

    A la veille d’un nouveau rassemblement citoyen, ce mardi 7 mai marque le 65e anniversaire de la chute du camp retranché de Diên Biên Phu. Le 14 juillet 2017, Gilles Taffet avait reçu la cravate de Commandeur de la Légion d’honneur, des mains du Général Pierre Barbaud, ancien chef de corps au 4e Régiment Etranger de Castelnaudary (photo). Instant solennel venu ranimer au pied du monument aux Morts, le souvenir de la sanglante bataille de Diên Biên Phu (13 mars-7 mai 1954), dans laquelle Gilles Taffet se trouva engagé, et dont le dénouement avait entraîné le désengagement de la France en Indochine.