Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Education

  • C’était hier : Le collège Antoine-Pons va fêter ses trente ans d’existence

    L’article mis en ligne avait paru dans l’Indépendant, édition du mardi 27 novembre 2007.

    collège antoine-pons,il était une fois chalabre

    La nouvelle année qui s’avance va offrir au plus petit collège de l’Aude, l’occasion de fêter son trentième anniversaire, événement auquel l’association « Il était une fois Chalabre » a souhaité s’associer par le biais d’un Tome IX à paraître en mai 2008. Un nouvel ouvrage qui fera la part belle au collège Antoine-Pons, et pour lequel les enseignants retraités ou actifs ont été invités à rassembler trois décennies de souvenirs. Trente années au cours desquelles se seront succédés cinq directeurs, Marc Jean-Pierre, Hubert Carcy, Claude Ruiz, Daniel Wagner et Yannick Callat, qui devraient se rencontrer à l’occasion de l’inauguration d’une plaque commémorative à la mémoire d’Antoine Pons.

    Cette cérémonie interviendra 76 années après la disparition tragique à l’âge de 42 ans, d’un enseignant syndicaliste militant, dont le destin devait basculer au retour d’une réunion du bureau départemental, un soir de mai 1932 à Rouffiac. Vers la fin des années 1960 et afin de rappeler son souvenir, un de ses anciens élèves, René Boyer, alors adjoint au maire Augustin Maugard, avait proposé que le collège porte le nom d’Antoine-Pons.

    L’ouvrage que l’équipe du président Michel Brembilla s’apprête à mettre sous presse proposera un historique détaillé avec les moments marquants ayant assuré la pérennité de l’établisement, le tout illustré par de nombreuses photos souvenirs. En classe ou en plein air, les élèves se reconnaîtront, comme dans cette illustration d’un cross annuel qui s’était terminé sous les marronniers de Saint-Pierre.      

    A l'heure où les chronomètres affichaient leur verdict, un peu avant que les sportifs ne dégustent un excellent chocolat chaud bien mérité, un petit « 6e » inscrit sur les tablettes sous le nom de Robert Voltes, se frayait un chemin parmi les potaches du futur collège Antoine-Pons. Le « Géo Trouve-tout » de la rue d'En Plumet avait ainsi recueilli et enregistré les impressions du vainqueur du jour, Serge Murillo, à l'aide d'un matériel entièrement élaboré par ses soins, là-haut près du laboratoire de Louis Monnier, grand-père photographe.

    collège antoine-pons,il était une fois chalabreA l’arrivée du cross du collège. Archive datant du milieu des années 1960. De gauche à droite, Inès Rodriguez, Gérard Huillet (Tiston), Serge Murillo, Eliane Saurat, Serge Rey, Jean-Louis Delpech, Richard Conte, Francine Rey et Robert Voltes (micro en main). 

  • Les enfants de la crèche à l’école du bon goût

    crèche vanille et chocolat,le fournil de chalabre,caroline serranoTout savoir sur les cookies avec Caroline Serrano, au coeur du Fournil de Chalabre.

    Dans le cadre de la 33e édition de la Semaine nationale du goût, les petits pensionnaires de la crèche Vanille et Chocolat étaient invités à mettre leurs papilles en éveil. Etablie autour du goût et de la gastronomie, cette expérience renouvelée chaque année a pour objectif d’éduquer les enfants aux différentes saveurs. Ainsi les professionnelles de la crèche ont proposé à leurs protégés un atelier autour de saveurs variant entre sucré, salé, amer, acide. Les petits se sont prêtés assez facilement au jeu, avec des réactions plutôt amusantes.

    Dans le prolongement de cette sensibilisation à la découverte du goût et du bien manger, une visite à la boulangerie Le Fournil de Chalabre sur le cours Colbert était organisée, où chacun a pu participer à la fabrication de cookies, sous les conseils avertis de Caroline Serrano. Egalement au programme, un atelier cuisine avec Joëlle Peroni, alias « Mamie Nouchou », qui continue à être présente sur la structure de la rue Saint-Pierre, tous les matins du jeudi.

    A l’évidence, une semaine gustative bien remplie pour les bambins de Vanille et Chocolat, au gré d’expériences qui ont bien sûr permis aux élèves de découvrir des saveurs, mais aussi des savoir-faire pouvant être fédérateurs de vocations pour l’avenir.

    Les professionnelles de la crèche souhaitent remercier Caroline, Julien et tout le personnel de la boulangerie pour leur accueil. Sans oublier « Mamie Nouchou », pour sa participation active et assidue auprès des enfants.

    crèche vanille et chocolat,le fournil de chalabre,caroline serrano

    Les enfants ont partagé un bel intermède beurre-farine aux côtés de Caroline Serrano (au 2e plan) et Céline Amiel

  • C'était hier : « Un nom, une vie », un projet sur les traces des Poilus

    L’article mis en ligne avait paru dans l’Indépendant, édition du lundi 12 novembre 2007.

    collège antoine-pons,hélène cortèsAux côtés de Yannick Callat (principal) et d'Hélène Cortès (professeur), les élèves du collège Antoine-Pons se sont recueillis sur les tombes du carré militaire (Photo archives, Novembre 2007).

    Dans le cadre d’un projet pédagogique initié par Hélène Cortès, professeur d’histoire et géographie, intitulé « Un nom, une vie », les élèves du collège Antoine-Pons ont entrepris un travail de mémoire sur les Chalabrois tombés au front lors du premier conflit mondial. L’objectif de ce travail interdisciplinaire est de rendre une vie aux nombreux noms gravés    sur le monument aux Morts réalisé en 1923 par le sculpteur Jean Magrou.

    Les élèves ont ainsi été amenés à répondre à nombre de questions qui leur permettront de savoir par exemple qui était Antoine Sérié, mort dans la Somme, le 4 septembre 1916 à l’âge de 28 ans ? Quelle était sa situation familiale lorsqu’il a été appelé au front ? Quel était son travail ?

    Et si c’était un aïeul ?     Certains élèves dont la famille réside depuis plusieurs générations dans le canton, ont choisi des hommes portant leur patronyme, peut-être retraceront-ils ainsi une page familiale oubliée. D’autres élèves ont été attirés par un prénom, ou encore la consonance d’un nom. A l’issue de ces recherches, le nom sera associé à un visage afin de perpétuer chez les élèves le souvenir des sacrifices consentis aux côtés de leurs milliers de compagnons d’infortune, par les Poilus de la cité chalabroise.

    collège antoine-pons,hélène cortès

    Août 1934