Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société

  • Un chèque de 5000 € pour l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil

    ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil,crédit agricole du languedoc chalabreLa banque verte a marqué son attachement à soutenir et accompagner nos aînés au quotidien.

    Mardi 20 octobre, Sylvie Soinnard, directrice de l’Ehpad chalabrois accueillait une délégation du Crédit agricole représenté par Marie-Eve Dumons, présidente de la caisse locale de Chalabre, Christophe Favre, directeur de secteur Castelnaudary-Haute-Vallée, Eric Housset, directeur du bureau de Chalabre, et Jean-Jacques Aulombard, président du conseil d’administration de l’Ehpad.

    L’occasion pour Marie-Eve Dumons de détailler l’opération de 20 millions d’euros, engagée par la caisse régionale du Languedoc, sur le thème des personnes âgées dans le contexte confinement et post confinement lié au Covid. Ainsi la banque verte a voulu intervenir sur trois actions de solidarités : favoriser le lien entre les générations avec mise à disposition d’une plateforme d’entraide « J’aime mon territoire », le soutien solidaire aux CHU des quatre départements (50.000 masques FFP2), et enfin une troisième opération envers nos aînés, concrétisée par un don de 5000 € en faveur de l’Ehpad de Chalabre.

    En remerciant chaleureusement cette initiative, Sylvie Soinnard précisait que cette somme allait lui permettre le développement de la WIFI en lien avec la télémédecine. Christophe Favre, soulignait à son tour l’attachement de la banque à soutenir les personnes âgées et à les accompagner au quotidien, avant que Jean-Jacques Aulombard ne remercie ce geste généreux, « une action de mécénat très appréciée ».

    A la conclusion de cet échange, Sylvie Soinnard accompagnée de Gérard Couteau, représentant les familles, invitait chacun à partager un goûter.

  • Les travaux de la rue du Pont-de-l’Hers avancent

    DSC_0025.JPG

    Initié au mois d’août dernier par la société MP Charpente, le chantier de restauration du n° 5 de la rue du Pont-de-l’Hers est passé à la vitesse supérieure, avec l’installation d’une grue au gabarit king size. Une contrainte pour les usagers de cette rue très fréquentée, mais une contrainte nécessaire aux travaux de mise hors d’eau d’une maison appartenant à une sujette de sa gracieuse majesté, attachée au patrimoine.

    DSC_0026.JPG

    DSC_0029.JPG

    DSC_0031.JPG

    DSC_0032.JPG

    DSC_0034.JPG

  • A la mémoire des « Charlie » 

    Avec l’actualité d’un procès qui se déroule cinq années après les attentats de janvier 2015, et les menaces qui continuent à peser sur la liberté d’expression, retour sur un article publié dans l’Indépendant, édition du 12 février 2015.

    006.JPGL’hommage personnel d’Alain Poincheval, aux artistes de Charlie-Hebdo.

    Avec l’émotion soulevée par les attentats contre le journal satirique Charlie-Hebdo, et ses tragiques prolongations, les initiatives et les témoignages se sont multipliés pour soutenir le droit le plus élémentaire, celui de l’expression.
    Au delà des mots, l’œuvre créée par Alain Poincheval dans son atelier du cours Docteur Joseph-Raynaud, rend hommage à la Liberté assassinée. Une contribution par l’art, qui prend la forme de portraits de Cabu, Charb, Bernard Maris, Tignous et Wolinski, pour préserver la mémoire de tous les disparus.
    A travers ces créations, l'artiste, témoin impliqué, prolonge la réflexion en faisant naître d'autres images, « pour que la mémoire ne soit pas que de la mémoire événementielle, mais de la vie en mouvement, qui ne demande qu'à être mise en charge et en perspective ».

  • Lettre ouverte d’un citoyen

    Louis Calvet, citoyen de Chalabre souhaite apporter un point de vue relatif à l’évolution du paysage urbain dans sa commune :

    louis calvet« Vendredi 18 septembre à Chalabre, nous avons assisté à l'inauguration d'un ouvrage structure métallique, voulant représenter Don Quichotte avec son écuyer Sancho Panza, personnages inspirés du roman de Miguel de Cervantès (Espagne). On peut saluer l'auteur de ce magnifique ouvrage,… quant au site choisi… !

    louis calvetToutefois, il serait judicieux de rappeler une demande formulée en son temps, consistant à dédier un boulevard, une avenue, une allée, ne serait ce qu'une rue, à la mémoire du général Charles de Gaulle ainsi qu'à son ministre Ambroise Croizat (PCF), auteur du projet de la Sécurité Sociale. Il est bon de rappeler qu'avec l'abolition de l'esclavage, la Sécurité Sociale reste une des plus grandes conquêtes de l’humanité ».

  • Rue du Pont-de-l'Hers

    118844565_1239582866407577_1718680553210150086_n.png

  • La terre a tremblé... un peu

    monument aux morts de chalabre

    Samedi 29 août, un léger frémissement a été ressenti route de Mirepoix, à la hauteur du monument aux Morts. En réalité, et renseignement pris, la secousse a été d’une très faible intensité. Quasi égale au degré zéro, soit la poussée nécessaire et suffisante pour faire basculer deux bancs de pierre et les dissocier de leur socle.

  • Chasseur : quelle crise !

    Sous ce titre, un chasseur furieux est venu conter sa mésaventure, portée à la connaissance du lecteur :

    fédération de chasse de l'aude

    « Depuis toujours on pouvait demander la validation du permis de chasse pour l’année en cours, une dizaine de jours avant l’ouverture de la chasse. Vous receviez cette validation au bout de quatre ou cinq jours. Cette année, nombreux doivent être les chasseurs qui se sont fait piéger. Pour obtenir le fameux sésame, il faut quinze jours voire plus car c’est une imprimerie de Bordeaux qui reçoit votre demande et l’imprimeur vous envoie lui-même la précieuse autorisation. C’est ainsi que ma demande a été postée le 7 août, est arrivée à la fédération le 12, est repartie à Bordeaux le 17, et le 24 août, vous attendez toujours le retour. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué. Et em…… ainsi ceux qui paient et sans qui vous n’existeriez pas ?

    On nous rétorquera qu’il fallait s’y prendre plus tôt. Encore fallait-il être averti de ce nouveau périple. La fédération a su envoyer un SMS à tous les chasseurs, les prévenant que pendant le confinement, elle ne recevait personne. Pourquoi au début juillet n’a-t-elle pas mis les chasseurs en garde grâce à un SMS ? Quand on change les règles, on prévient. Et si on n’y pense pas, il ne faut pas demander à occuper un poste qu’on ne sait pas gérer. J’ai perdu quinze jours de chasse, et je ne dois pas être le seul, grâce aux visionnaires de notre fédération. Merci messieurs ».

    fédération de chasse de l'aude

    Il ne reste plus qu'à chasser « à l'espère », à l'affût de la version 2020-2021