Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société

  • Fin d’activités sur le Cours Colbert

    L’enseigne « A la bonne saucisse » a fermé ses portes.

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonioMireille et Didier Antonio ont tourné une page, non sans une certaine émotion.

    Aux premiers jours d’un nouvel automne, l’ancien Cours des Treilles vient de tourner une nouvelle page de son histoire commerçante. Trois décennies d’exercice quotidien après, Mireille et Didier Antonio ont vécu vendredi 30 septembre, les dernières heures au service d’une clientèle fidélisée par la qualité de leurs préparations. Etablie au n° 7 du cours Colbert, la Maison Antonio, boucherie charcuterie qui fêtait en juillet 2020 30 années d’existence, a donc mis un terme à ses activités.

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonio

    Cet édifice commercial hébergea par le passé une belle lignée de cafetiers (Rives, Galaup, Gomez,…), avant d’accueillir également Pierrot Olivé, puis Michel Latgé, maîtres bouchers charcutiers. Le 3 juillet 1990, Mireille et Didier Antonio prenaient le relais, l’enseigne faisant face à la Fontaine Royale ne cessera alors de prospérer, pour le plus grand bonheur de la communauté de Chalabre et de son canton. Laquelle va devoir désormais se résoudre à passer devant le rideau abaissé d’une bien nommée devanture, « A la bonne saucisse ». Aujourd'hui désireux de renouveler leurs activités, Mireille et Didier s'apprêtent à donner une nouvelle orientation à leur quotidien, mais restent fidèles à la cité chalabroise, aux côtés de leurs filles Audrey et Aurélie, et d’une petite famille qui grandit.   

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonio

    « A la bonne saucisse », une brigade réunie aux côtés du vénérable « tube » 

    En ce samedi 1er octobre, l’ambiance sur le cours Colbert pouvait laisser penser à un remake des Sérénades, à l’heure où la famille Antonio, proches, amis et habitués se retrouvaient afin d’officialiser la fin d’une histoire. Instants qui ont généré une belle séquence émotion, au gré des interventions qui ont permis d’honorer et d’adresser un au-revoir à des maîtres artisans qui avaient opté pour le pays de Kercorb à l’été 1990.

    Au nom de la communauté, Jean-Jacques Aulombard, maire de la cité remerciait Mireille et Didier Antonio, lesquels adressaient de chaleureux remerciements aux Chalabrois, pour l’accueil, la confiance et la fidélité manifestés durant les trente années d’activité en pays chalabrais. L’assemblée était alors invitée à partager le verre de l’amitié, accompagné par « quelques spécialités maison ».

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonio

    Pour l'occasion, une belle création de l'artiste Thierry Roncalli 

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonio

    Jean-Jacques Aulombard et les élus à l'heure des remerciements

    à la bonne saucisse,mireille et didier antonio

    Mireille et Didier Antonio, le 26 décembre 2015 

  • C'était hier : Jean-Jacques Aulombard sur la voie de la tranquillité

    L'article mis en ligne avait paru dans l'Indépendant, édition du jeudi 27 septembre 2012.

    Directeur de l'Ehpad des Hauts de Bon-Accueil depuis 1987, Jean-Jacques Aulombard fait valoir ses droits à la retraite.  

    jean-jacques aulombardJean-Jacques Aulombard aux côtés de ses collaboratrices de l’Ehpad (Photos archives, septembre 2012). 

    A l’entrée de l’hiver 1987, un nouveau directeur venu de Montpellier prenait ses fonctions à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, maison de retraite de la rue Saint-Pierre. Jean-Jacques Aulombard succédait à Nicole Rebel, en partance pour les Alpes-Maritimes, et signait alors un bail de 25 ans avec le pays chalabrais. 

    Le vendredi 14 septembre dernier, non loin du parc où tout avait débuté, une nombreuse assemblée s’est retrouvée afin d’accompagner sur la voie dorée de la tranquillité, un directeur à l’orée de la retraite. Une fête très amicale a ainsi réuni collègues, personnel et amis, sous les platanes de la place Charles Amouroux, où Jean-Jacques Aulombard  a officiellement mis un terme à son activité professionnelle. Un retrait relatif néanmoins, puisque le néo retraité, va garder un contact étroit avec le canton de Chalabre, dont il est le conseiller général. Ce que n’a pas manqué de souligner Christian Guilhamat, maire de Chalabre, à la conclusion de l’hommage rendu au nom de la municipalité. Il revenait à Ghislaine Vanwersch-Cot, nouvelle directrice intérimaire de l’Ehpad, de saluer l’action de son prédécesseur, et d’affirmer sa volonté de poursuivre dans la même ligne.

    jean-jacques aulombard

    Reconnaissance et nostalgie     Le personnel soignant et administratif s’adressait ensuite à son directeur, par le biais d’un remarquable reportage vidéo, retraçant les étapes d’un parcours initié voilà près d’un quart de siècle. Ces témoignages de reconnaissance auront certainement fait naître un peu de nostalgie dans le cœur de Jean-Jacques Aulombard, qui remerciait chaleureusement l’assistance. Avant de féliciter tout particulièrement son personnel, et une coopération qui aura permis de mener à bien nombre de projets, en faveur des résidents. Excellente retraite à Jean-Jacques Aulombard, et bienvenue à Ghislaine Vanwersch-Cot.

    jean-jacques aulombard

  • C'était hier : Une nouvelle partition pour la société Luthès-Paris

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du mercredi 26 septembre 2007.

    Le 1er septembre dernier, Mike et Sandra Wagstaff ont passé la main à Yves Thébault, certain du réel avenir international de cette entreprise.  

    luthes-paris,yves thébaultYves Thébault (au centre) aux côtés de Jean-Michel Laurens, succède à Mike et Sandra Wagstaff (Photo archives, septembre 2007).

    En novembre 2004, la gare de Chalabre accueillait la société Luthès-Paris, spécialisée dans la commercialisation d’instruments de musique à cordes.  Après avoir transité par Hong-Kong et Vitry sur Seine, l’enseigne fondée à l’initiative de Mike et Sandra Wagstaff établissait ses quartiers en Kercorb où l’activité n’a depuis cessé de croître.

    Mais les passions les plus fortes ne pouvant se dérober devant l’inflexible marche du temps, les fondateurs de Luthès-Paris s’accordaient pour faire de 2007 une année de transition vers la retraite. C’est ainsi qu’une nouvelle page vient de se tourner avec le changement de direction intervenu le 1° septembre dernier, Yves Thébault prenant le relais à la tête de la société. Une succession finalisée au cours de l’été et réalisée avec le soutien efficace de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Aude et Jean-Michel Laurens son chargé de mission. Comme le précise ce dernier, « l’appui à la transmission-reprise de sociétés constitue une des priorités majeures de la politique régionale, compte tenu des enjeux territoriaux que représente la pérennisation du tissu des entreprises. En effet, en Languedoc Roussillon près de 30% d’entre elles seront à transmettre dans les prochaines années, du fait de l’âge de leurs dirigeants».

    Un retour à la musique et à l'hexagone     Ancien pensionnaire du conservatoire du Mans, Yves Thébault est donc appelé à jouer une nouvelle partition, fort de vingt-cinq années d’expérience internationale en Europe, Amérique du Sud et Europe de l’Est. En poste à Londres, Francfort puis Paris et après quatorze années d’activités dans le comté anglais du Dorset, Yves Thébault et sa famille ont souhaité retrouver l’hexagone, impressionnés par la qualité de l’environnement dans l’Aude. Ce retour vers le milieu de la musique abandonné en 1974 va permettre à Yves Thébault de « mettre son expérience au service du développement de Luthès-Paris, société qui possède un réel avenir international ». Aidé en cela par « le fantastique soutien de la CCI, le dynamisme des organismes régionaux au service du repreneur, et la réactivité positive du projet au niveau bancaire ».