Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société - Page 3

  • C'était hier : Maxime a plus d'un tour... dans son moulinet

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 26 mars 2002.

    maxime fontaneauMaxime n’est pas peu fier de sa magnifique prise (photo archives, mars 2002).

    D’un avis unanime, l’ouverture 2002 dans les cours d’eau du Chalabrais restera comme un excellent millésime. Ce que ne démentira pas le très jeune Maxime Fontaneau, auteur d’un coup de canne exceptionnel sur les rives de l’Hers, en amont de Sainte-Colombe-sur… l’Hers. Un coup de maître qui permet à Maxime de ramener sur la berge une truite fario et sauvage présentant des mensurations plus que respectables, 45 cm pour 1,3 kg. Mamie Esmée saura délicieusement accommoder une aussi belle prise, avec une des mille recettes dont elle a le secret. Toutes nos félicitations à ce nouveau maître ès canne à pêche, qui fait honneur à son grand-père Guy Garros, ancien garde bien connu des fines gaules locales. Une belle performance pour laquelle Maxime mérite d’intégrer sans plus attendre le cercle averti des disciples de saint-Pierre, avec l’autorisation de Sylvie et Richard, parents soufflés et admiratifs.     

  • Une BD pour l’Ukraine

    jean-marc lofficier,captain ukraine

    81 années séparent les couvertures présentées ici par Jean-Marc Lofficier. 

    Notre concitoyen Jean-Marc Lofficier, scénariste de BD, a été chargé d’écrire un numéro spécial dont les bénéfices seront reversés à la Croix-Rouge ukrainienne. Cette BD, intitulée « Captain Ukraine », met en scène les Capitaines Ukraine des XVIIe (dont les exploits furent publiés jadis dans Rodéo en 1963 !), XIXe, XXe et XXIe siècles, unis dans un effort commun pour combattre l'injustice et la tyrannie.

    De son vrai nom Nadiya Karine, Capitaine Ukraine est la descendante des cosaques Zaporogues, ancêtres de la nation ukrainienne. Ce numéro spécial de 56 pages sera en vente le vendredi 15 avril, mais peut être d’ores et déjà pré-commandé sur le site www.riviereblanche.com. Sa couverture est un hommage à la couverture du premier numéro du célèbre « Captain America » publié en mars 1941.

  • Elles sont laïques missionnées et célèbrent les cérémonies de funérailles

    2022 Equipe funérailles Mars 001.JPGFrançoise, Simone et Odile accompagnent les familles dans leur deuil.

    En 1993, l’abbé Yves Boucherit, arrivé à Chalabre en 1982, refermait derrière lui les portes du presbytère de la rue du Capitaine Danjou. Lointain successeur du prêtre Jean-Pierre Boyer († 1694), enterré dans l’église ariégeoise de Saint Félix de Tournegat (paroisse de Rieucros), l’abbé Boucherit prenait congé du Quercorb, et Chalabre disait adieu à son dernier curé.

    A l’image du désert médical qui ne prendrait ses marques que beaucoup plus tard, le pays chalabrais se retrouvait privé bien avant l’heure, du « chargé des âmes » des paroissiens. Une équipe d'animation pastorale prendra alors le relais, dans laquelle vont tour à tour servir l’abbé Raymond Cazaban, Omar Rincòn prêtre colombien lazariste, puis les religieuses de l’ordre de la Présentation de Marie, soeur Hélène et soeur Odette. Le groupe est soutenu par des laïcs, au premier rang desquels Françoise Avarguès, dont l’investissement au service de la communauté chrétienne a commencé en 1976, quand l’abbé André Calmet administre la cure de Chalabre (1975-1982). Alors contactée par Adrienne Bénet, résidente du hameau de Roubichoux, Françoise Avarguès revêt le statut de catéchiste. Avec le départ en 2013 de soeur Odette et de sœur Hélène, qui assuraient le service des funérailles depuis plus de quinze ans, il lui revient de prendre la relève, une charge qu’elle va accepter sans faillir, pour être aujourd’hui pilote de la communauté du Quercorb.

    Cette communauté comprend les villages de Montjardin, Puivert, Rivel, Sainte Colombe-sur-l’Hers, Sonnac, Villefort, Chalabre, et appartient à la Paroisse Saint Jean XXIII en Razès (Limoux), divisée en dix communautés et 82 villages, ayant pour curé l’abbé Paul Delpech. Au gré des tristes événements qui rythment la vie des communes, Françoise Avarguès accompagne les familles éprouvées par le deuil, assistée de Odile Bachère et Simone Clarac, ses deux fidèles partenaires. Simone remplit l’office de sacristaine, prépare les lieux pour la cérémonie, sonne les cloches et assure la quête. Un bénévolat qu’elle assure depuis 2003, lorsque les Sœurs de la Présentation de Marie, désireuses de l’aider à surmonter le décès de son mari Christian, l’avait sollicitée. Après le départ des religieuses en novembre 2013, Odile rejoint Françoise le 26 de ce même mois, et s’investit avec toute son humanité dans les célébrations des funérailles. Grâce à elle l’équipe est formée, et toutes trois ont assuré à ce jour, la célébration de 150 cérémonies, consignées dans un cahier d’écolier. Lequel fait état d’un premier enterrement, le 28 novembre 2013 à Villefort. A ces cérémonies, ayant pour cadre l’église Saint-Pierre à Chalabre, mais aussi Montjardin, Sonnac, Villefort et même Sainte-Colombe et parfois Puivert, viennent s’ajouter des assemblées dominicales en l’absence de prêtre (ADAP), avec lectures et commentaires, ainsi que les messes dites par l’abbé Raymond Cazaban, « prêtre retiré ».

    Si elles se dévouent sans compter pour la communauté, nos trois dames qui animent « l’équipe funérailles », comme il convient de la nommer, confessent que la vie familiale ne souffre pas trop de leur investissement. Grâce à un entourage compréhensif et coopératif, qui de plus apporte son aide dans l’ombre. Leur vœu le plus cher aujourd’hui, étant d’assurer la pérennité de leur mission, Françoise, Odile et Simone lancent un appel en direction des personnes qui souhaiteraient les rejoindre. La porte de la sacristie de l’église Saint-Pierre reste ouverte, mais pour l’heure, recevez Mesdames, l’expression de la gratitude qu’inspire votre louable bénévolat.

  • Sainte-Colombe-sur-l’Hers : Lancement de la concertation et des études environnementales pour un projet éolien

    ste colombe sur l'hers,baywa reBayWa r.e, spécialiste des énergies renouvelables implanté à Carcassonne (anciennement Enerpole), a identifié un potentiel éolien sur la commune de Sainte-Colombe-sur-l'Hers et a présenté en 2021 cette opportunité aux élus de la commune.

    Après délibération du conseil municipal le 22 décembre 2021, BayWa r.e. a été autorisé à engager une démarche de concertation et réaliser des études techniques et environnementales, en vue de l’implantation d’un parc éolien sur le territoire de la commune.

    ste colombe sur l'hers,baywa reComme le précise BayWa r.e. dans un communiqué, « le projet prévoit quatre éoliennes dont l’implantation sera définie de manière collégiale par les membres d’un comité de pilotage, constitué afin de prendre collectivement les décisions importantes qui jalonneront le développement du projet : modalités de la concertation avec la population locale, choix du scénario d’implantation retenu au terme des études et les mesures d’intégration du projet, financement participatif, mesures agro-environnementales, offre locale d’énergie renouvelable, aménagement en faveur du tourisme, etc… ».

    Il est également spécifié que ce comité de pilotage réunit le conseil municipal de Sainte-Colombe-sur-l’Hers, le maire de la commune voisine de Rivel, le principal agriculteur sur la zone du projet, un représentant de la Communauté de Commune des Pyrénées Audoises et le chef de projet de la société BayWa r.e. Deux sièges sont ouverts à tout citoyen souhaitant prendre part à une réunion du comité.

    Un premier contact a eu lieu le lundi 24 janvier dernier, et les membres se sont accordés sur les modalités de concertation et de développement du projet pour l’année à venir. Les réunions se tiendront de manière régulière, à un intervalle d'environ six semaines sur toute la phase des études et de la concertation. Pour information, un site Internet dédié au projet sera mis en ligne dans les semaines à venir et les informations relatives au projet seront relayées par la commune via SMS, dans le bulletin municipal et sur la page Facebook de la commune. La société BayWa r.e. ajoute que « le projet fera l’objet d’une opération de financement participatif pour proposer aux riverains de prendre part au financement de son développement. A l’issue de l’obtention des autorisations administratives nécessaires à la construction du parc, il sera proposé aux citoyens et collectivités de prendre part au capital de la future société d’exploitation du parc éolien et d’accéder à sa gouvernance. La zone à l’étude se situe au sud de la commune. Elle est suffisamment vaste pour étudier plusieurs variantes d’implantation des éoliennes ».