Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Loisirs

  • Cousettes inspirées sur les Hauts-de-Bon-Accueil

    ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil,dominique billetLe plaisir de renouer avec des gestes qui ne s’oublient pas.

    Grâce aux échantillons de tissus d’ameublement dont une famille de résidente a fait don à l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil, plusieurs projets naissent dans la tête des créatrices en atelier d’expression : trente-huit coussins, entièrement confectionnés à partir de matériaux de récupération, voient le jour et sont actuellement, en cours de customisation.

    Après un temps d’exposition au sein de l’établissement, valorisant le travail de nos aînées, ceux-ci seront installés çà et là, dans les petits salons, à la disposition de l’ensemble des personnes souhaitant profiter, d’un petit brin de confort supplémentaire, tandis qu’une vingtaine de coussinets, rembourrés aux grains de blé, seront également mis à disposition des nuques les plus raides. Enfin, quatre-vingt-dix petits sachets de lavande fraîche du pays, ont été produits à destination du linge des armoires, comme autrefois, et voyageront jusque dans les chaumières des personnes âgées sollicitant les services du SSIAD.

    Cette expérience créatrice de liens, d’idées et de rencontres avec les familles, le personnel soignant et l’environnement proche de la maison de retraite, a permis cette fois, à deux résidentes, de remettre le pied sur la pédale d’une machine à coudre. Ce qu’elles n’avaient plus fait depuis trente ans. «  C’est comme le vélo… » disent-elles en riant, « ça ne s’oublie pas ! ».    

    L’atelier, animé par Dominique Billet, remercie tout particulièrement les personnes qui par leurs dons, tant en matières premières qu’en petits outillages, permettent aux ateliers d’expression de nouvelles expériences créatrices. Cet atelier cherche à se doter de deux à trois machines à coudre supplémentaires, afin d’élargir le cercle des couturières invétérées.

  • Du Blau au Chalabreil

    Polyphonies russes en Vallée du Douctouyre.

    C’est sa dernière prestation en France, le groupe polyphonique russe Doros Kantors, se produira en l'église de Dun (Ariège) le dimanche 28 octobre à 17 h. Des voix d’hommes a cappella, maîtrise du chant exceptionnelle, diversité des harmonies, large registre de voix, ténor, baryton et basses typiques de l’école russe.

    Déjà présents il y a deux ans à Limbrassac (Ariège), à l’initiative de l’association les Z’arts en Douc, le groupe Doros Kantors a marqué la mémoire d'un public émerveillé par la qualité de sa prestation. Impressionnante de justesse et de sensibilité, l'interprétation toute en nuances de ces chants par les chanteurs du chœur Doros, aux timbres si particuliers, séduit autant les mélomanes qu’un public moins averti. Renseignements au 05 61 01 01 65, entrée 10 €, gratuit pour les moins de 18 ans.

    Moulins et trésors.

    Dans le cadre d’un travail franco-roumain sur le thème des moulins, une conférence-rencontre organisée par Roxana Dascalu aura lieu le mercredi 31 octobre à 17 h à la mairie, cours Sully.

    Les fréquences TNT changent.

    A compter du mardi 6 novembre prochain, les foyers recevant la télé par antenne râteau, risquent de perdre certaines chaînes. Afin de les retrouver, il suffira ce jour là de faire une recherche de chaînes à l’aide de la télécommande. Les foyers reliés par câble, satellite, ADSL ou fibre, ne sont pas concernés par ces changements.

    Carburants route de Lavelanet.

    Depuis le 20 octobre dernier, la station service de Chalabre, sise sur le site du Garage Gomez, distribue du gazole premier, du gazole excellium et du sans plomb 95.

  • Le patrimoine industriel d'hier et d'aujourd'hui dans l’objectif

    il était une fois chalabre,concours photo 2019Décembre 1989, la cheminée de l’usine Canat vit ses derniers instants (photo Yves Saddier).

    L'association Il était une fois Chalabre, en partenariat avec la mairie de Chalabre, propose un nouveau concours photo (5e édition), sur le thème du patrimoine industriel d'hier et d'aujourd'hui. Les participants pourront présenter deux photos au maximum, qu’ils devront envoyer avant le 26 mai 2019, le cachet de la poste faisant foi. Les clichés devront être imprimés sur du papier photo format A4 et envoyés également en version numérique (par mail, cédérom ou clé usb), à la bibliothèque municipale, 4 rue des Boulangers, 11230 Chalabre (il est impératif de préciser le lieu de la prise de vue).

    Les trois meilleures photos recevront un prix équivalent à 200 € pour le premier, 160 € pour le deuxième et 120 € pour le troisième. A titre symbolique, le public sera invité à désigner son lauréat. Ce concours est gratuit et ouvert à tous les photographes amateurs. Le règlement complet peut être consulté à la bibliothèque municipale de Chalabre (bmchalabre@orange.fr, 04 68 69 49 06).

  • Du Blau au Chalabreil

    Expo à la bibliothèque.

    Depuis le 10 septembre et jusqu’au 12 octobre, la bibliothèque municipale accueille une exposition sur le thème de la botanique. Dessins crayon aquarelle, huiles, acryliques, sont présentées par Laetitia Gergaud. Les visites se font aux horaires habituels d’ouverture de la bibliothèque, pour tout renseignement contacter le 04 68 69 49 06.

    Les débats du café philo.

    Le rendez-vous bimensuel du café philo de la Terre Privilégiée, propose une discussion sur le thème de l'immortalité. « Je n’ai pas peur de mourir, mais je trouve ça trop con ! » (Cavanna). Rendez-vous vendredi 28 septembre à partir de 17 h 30 au bar de l'Hôtel de France (participation 3 €).

    bibliothèque chalabre,café-philo de la terre privilégiée

  • Le street art s’invite dans les couloirs de l’hôpital

    ehpad hauts-de-bon-accueil,collège antoine-ponsLes Hauts-de-Bon-Accueil se sont enrichi d’une œuvre remarquable.

    Dernièrement était inauguré à l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil, un projet intergénérationnel de street art, réalisé en collaboration avec le collège Antoine-Pons. Dans un premier temps et pendant quelques mois, les résidents ont écrit ce qu’ils aimeraient voir sur les murs intérieurs, laissant leur imagination vagabonder. Dans un deuxième temps, Mme Rigal, professeure d'arts plastiques et les élèves de 3e ont finalisé le projet, en étroite collaboration avec deux artistes toulousains. Flavien Flavor et Frédéric Lejean ont su transmettre leur passion aussi bien auprès des jeunes que de leurs aïeux, en attisant leur curiosité.

    Les collégiens ont découvert une autre façon d’investir les lieux, portant ainsi un autre regard sur des adultes vieillissants, accueillis en secteur protégé. Un échange s'est crée aussi bien verbalement que dans une communication gestuelle. Certains élèves ont pris plaisir et ont demandé à revenir dans l’établissement pour rester au contact des résidents.

    Chacun prenant conscience que cette création, apportera un élément thérapeutique durable, notamment pour les personnes présentant des troubles de type Alzheimer. Cet espace nouvellement réalisé pourra les apaiser, permettant aux familles de pouvoir rester avec leur parent dans un espace calme et reposant.

    Tous les officiels ont été unanimes en félicitant les artistes, la professeure, les élèves, ainsi que les pensionnaires, l'équipe soignante et Sylvie Soinnard, directrice de l’Ehpad, pour ce travail intergénérationnel d'une grande richesse pédagogique. En présence de Françoise Gallin, directrice académique des services de l'Éducation nationale de l'Aude, Annie Bohic-Cortès, conseillère départementale, et Jean-Rémy Vanderdonckt, principal du collège. D'autres projets collaboratifs sont en cours pour l'année scolaire 2018-2019.

  • C’était hier : Les joueurs de billes ont leur champion

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du lundi 29 juin 1998.

    1998 Champion Billes juin.jpgPierre-Quentin Lanes, brillant vainqueur d’un concours très disputé (Photo archives, juin 1998).

    Comme chaque année à l’approche des vacances scolaires, la kermesse organisée par les élèves et l’équipe enseignante du collège Antoine-Pons a connu un très vif succès. De nombreux parents venus des quatre coins du canton du Chalabrais ont parcouru à loisir les stands proposés par des potaches qui n’ont de cesse de mettre leur imagination à l’ouvrage. La visite de l’établissement a permis à chacun de découvrir ou redécouvrir notamment les installations du formidable outil de travail que constitue le centre multimédia inauguré voici un an. Egalement apprécié, le montage vidéo et la rétrospective en images d’une année durant laquelle le collège Antoine-Pons s’est brillamment illustré sur les stades et les pistes académiques, sous l’impulsion de Monique Rault.

    collège antoine-ponsMais en cette veille de grandes vacances, les joueurs de billes auront disputé la vedette aux joueurs de ping-pong. Invités à l’ombre des acacias, les champions ont réussi de superbes coups, avant de s’incliner devant la classe de Pierre-Quentin Lanes, vainqueur d’un tournoi de grande qualité. En adressant toutes nos félicitations à Pierre-Quentin, nous nous réjouirons du retour en force du jeu de billes, en attendant une éventuelle réhabilitation du jeu de toupie.       

  • C'était hier : Daniel Grauby réhabilite la poule gasconne

    L'article mis en ligne, avait été publié dans l'Indépendant, édition du mardi 13 mai 2008.

    daniel graubyDaniel Grauby et un de ses pensionnaires, le « Padoue chamois lisse et frisé » (Photos archives, Mai 2008).

    Il a remisé depuis quelques saisons déjà l’emblématique maillot jaune et noir de l’U.S. Carcassonne XV mais Daniel Grauby est resté fidèle aux fondamentaux. Aviculteur amateur installé en bordure du Riveillou, Daniel Grauby oeuvre aujourd’hui pour la sauvegarde et le développement des races régionales, telle la poule gasconne qui était il y a peu encore menacée d’extinction. Originaire du Sud-Ouest, celle qui s’enorgueillit d’être la célèbre « poule au pot » a longtemps peuplé les cours de ferme jusqu’à ce que les races hybrides à croissance plus rapide ne viennent lui voler la vedette. Rustique, alerte et fière, la Gasconne fera les frais d’une intensification de l’agriculture à partir des années 1950 car elle s’accommode mal des conditions d’élevage en claustration.

    Membre actif de l’Association de La Poule Gasconne créée en 2003 et dont le siège se trouve à Masseube (Gers), notre ancien rugbyman reconverti a donc choisi d’offrir une deuxième jeunesse à la favorite du Roi Henry IV, laquelle retrouve dans la campagne rivéloise le goût de vivre à sa guise. Une liberté qu’elle partage avec des congénères issus d’espèces aussi insolites qu’attachantes, des races peu familières qui étonnent de par leur singularité. Il est ainsi possible de croiser au hasard de la visite, des poules aux noms évocateurs, Bantam de Pékin, Padoue, Brahma, Nègre soie blanche, Faverolle naine saumonée, des pigeons Sottobanca, Texan, Bouvreuil ou Frisé hongrois, enfin des canards Carolin ou Mandarin.

    daniel grauby

    Un élevage qui comprend actuellement 250 bêtes, toutes espèces confondues. Certaines qui donnent par ailleurs des oeufs excellents sont destinées à la consommation, d’autres peuvent être considérées comme animaux de compagnie. Conjointement à l’élevage, Daniel Grauby participe régulièrement à des concours et expositions avicoles, aux côtés d’amateurs désireux tout comme lui de travailler à la sauvegarde et la réhabilitation de races rustiques. En sortant d’un schéma de productivité et de standardisation, pour leur donner un avenir prometteur et favoriser leur retour dans les cours de fermes,… et dans nos assiettes. Blotti dans une cluse du Plantaurel, l’élevage mérite le détour, pour tous renseignements complémentaires Daniel Grauby peut être contacté au 04 68 69 30 48.