Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • Drôle d’ambiance

    Il est non résident mais Chalabrois de cœur, partageant sa vie avec une Chalabroise, et il a toujours gardé au fond de lui, les couleurs bleu et blanc de sa jeunesse sous les couleurs de l'U.S.C. XV.

    Bernard Cnocquart fait part des sentiments que lui inspirent les errements perpétrés dernièrement entre les murs de la cité chalabroise.   

    bernard cnocquart,sérénades

    Drôle d’ambiance

    Ami, entends-tu le cri sourd des corbeaux sur Chalabre,                                

    ami, vois tu ces sales écrits bien macabres,                                                      

    ohé Chalabrois, criez fort, refusez ces pratiques,                                            

    pour que demain encore tes rues éclatent de musique.

     

    Oh oui dans le Kercorb, terre privilégiée                                                  

    depuis la nuit des temps vous avez su partager                                        

    les bons moments et d’autres plus difficiles                                                    

    pour que bien des étrangers trouvent ici un doux asile.

     

    Mais comme partout il y a toujours des imbéciles                                                  

    qui profitant de la nuit lancent de puants projectiles,                                                  

    vers ces néo-Chalabrois qui ont traversé l’océan,                                                

    comme les Espagnols, Portugais, Italiens bien avant.

     

    Mais attention comme l’a si bien dit, Jean de La Fontaine,                                

    ignoble corbeau rempli de trop de haine,                                                                

    tu n’as pas été bien malin face au rusé renard,

    tu as perdu ton fromage, ici tu risques le traquenard.

     

    Vivons donc en harmonie se respectant les uns des autres,    

    rappelez vous de Fernand Raynaud déjà un bon apôtre,                      

    il n’aimait pas les étrangers qui viennent manger le pain des Français,

    et il critiquait à tout vent ce pauvre étranger,                                  

    alors un beau matin, avec femme et enfants, il est parti l’Italien                            

    et depuis ce jour là dans le village, on mange plus de pain.

    Il était boulanger !!!

    Bernard, le 27 mai 2020

  • Labours et semailles

    En parcourant la rue du Presbytère, les moins jeunes ont le souvenir des vaches d’Aurélie et d’Irène, de retour des collines verdoyantes de Terre-Blanche. Les plus anciens croient entendre encore la paire de boeufs menée par Albert Galaup, rentrer à la nuit tombée pour se repaître d’un repos amplement mérité, au pied des « grepios » abondamment fournies en fourrage. Souvenirs voisins, partagés, et mis en poème par Bernard Cnocquart.

    bernard cnocquart

    Labours et semailles

    En ce début d’octobre et les premiers frissons,

    On dirait que la pluie a rouillé la Garosse,

    Et les vols de palombes en joyeux tourbillons

    Semblent vouloir quitter cet automne précoce.

     

    Dans les champs de la plaine on a laissé les chaumes,

    Cet abri bien utile pour la caille qui chante,

    Et au bord des haies, de peupliers et d’ormes,

    Gambadent les lapins aux oreilles pendantes.

     

    Les granges sont remplies de fourrage et de paille

    Pour ces vaches et ces bœufs qui durant tout l’hiver

    Resteront bien au chaud au fond de cette étable,

    Car les paysans d’alors étaient loin de pervers.

     

    Il est alors le temps de penser aux labours,

    Car la terre est bien tendre après quelques averses,

    Et les braves travailleurs, Mascaré et Pardou

    Savent qu’ils vont tirer la charrue ou la herse.

     

    Alors de bon matin, les bœufs sont attelés,

    Et de leur pas tranquille, tirant le lourd brabant,

    Ils suivent le grand père, direction Perrautié,

    Vers ce grand champ là-bas, au beau soleil levant.

     

    Pour un travail soigné, il faut un bon départ,

    Il place alors les bœufs en faisant attention,

    Et au coup de sifflet, l’attelage s’élance, sans retard,

    Relevant cette terre bien grasse, un bon limon.

     

    Arrivés tout au fond, les bœufs font demi tour,

    Et dans un bel effort tenant le mancheron,

    Pépé encore robuste retourne le soc bien lourd,

    Puis reprend son labeur avec application.

     

    Sous les premiers rayons, la terre brune scintille,

    Et dans les longs sillons toujours bien alignés,

    On voit quelques oiseaux, des hochequeues tranquilles

    Se gaver de longs vers par le soc libérés.

     

    Mais le champ est bien grand, combien d’aller et retour,

    Pour que cette parcelle passe du jaune au noir,

    Il mange donc alors le pain et le fromage au milieu du labour,

    Sans cesser son travail jusqu’à bien tard le soir.

     

    Le champ est terminé, il le regarde avec fierté,

    Il sait que dans quelques semaines il passera la herse,

    Et puis encore semer, l’orge, l’avoine ou le blé,

    Mais il laisse faire le temps, toujours avec sagesse.

     

    Dès les premiers bourgeons, il prépare la semence,

    Et dans le noir couloir sur les dalles glissantes,

    Il mélange le blé d’un liquide bleu intense,

    Sans doute protecteur pour ces futures plantes.

     

    Il observe la lune dans le ciel annonçant le soleil,

    Car c’est demain matin qu’il ira les semer,

    Alors avec un sac de patates transformé en « curbeil »,

    Il lance ces bons grains à grands coups de volées.

     

    Avec quelques bâtons munis de chiffons blancs,

    Il fait donc ses repères pour une bonne répartie,

    Il compte bien ses pas, fait attention au vent,

    Car pas trop de gaspillage, toujours avec parcimonie.

     

    Il passera ensuite le gros rouleau rouillé

    Pour enterrer les grains, les épis de demain,

    Mais il viendra souvent surveiller la levée,

    Contemplant ce vert tendre, heureux comme un gamin.

    Bernard Cnocquart 2015

    bernard cnocquart

  • Le cirque Besson

    C’était le temps des troupes itinérantes et de leurs chapiteaux multicolores. Bernard Cnocquart se souvient quand les cirques posaient leurs malles dans son village, comme une bouffée d’air frais sous la chaleur accablante d’un dimanche d’été.      

    cirque besson,jean-paul cnocquart

    Le cirque Besson

    Avec les beaux jours revenait chaque année au village,

    Un petit cirque, pas bien grand, seulement un camion

    De couleur jaune et rouge comme seul attelage,

    Ce n’était pas Pinder, ni Bouglionne, mais le cirque Besson.

     

    Pour quelques mois, la famille Besson avait quitté Longages,

    Ce petit bourg de la Haute Garonne, délaissant leurs métiers,

    Pour apporter joie, magie et bonheur dans leurs bagages,

    A tous ces villageois, jeunes ou vieux, prêts à s’extasier.

     

    Non, pas de chapiteau, seulement quelques toiles tendues,

    Quelques gradins et chaises sous cette vieille halle,

    Une corde et un simple trapèze aux poutres suspendus,

    Et comme protection, un tapis usagé posé à même les dalles.

     

    Nous les enfants attendions tous les ans ces moments magiques,

    Car les distractions étaient bien rares dans ce coin de l’Ariège,

    Alors dans l’après midi, quand on entendait cette drôle de musique,

    Après l’école, nous partions tous ensemble pour suivre le cortège.

     

    Plusieurs générations composaient cette grande famille,

    Mais du plus jeune au plus vieux, tous avaient le beau rôle,

    Le grand père était M. Loyal, qui accompagné de sa petite fille,

    Présentait les numéros et les artistes dans une grande farandole.

     

    Quelques projecteurs éclairaient faiblement cette petite piste,

    Et devant les enfants ébahis, le spectacle pouvait alors commencer,

    Puis quand s’ouvrait le rideau sur un drôle de cycliste,

    Juché sur une seule roue, tout le monde ne pouvait que l’acclamer.

     

    Et il tourbillonnait, se moquant des lois de l’équilibre,

    Attendant son compère pédalant sur un vélo minuscule,

    Et alors tous les deux, dans une course effrénée, libres,

    Réalisaient des figures surprenantes sur ces bizarres véhicules.

     

    Le temps de se changer, ils revenaient aussitôt les frères Besson,

    Vêtus d’un pantalon blanc, torse nu, les muscles saillants,

    Pour quelques acrobaties et nous donner bien des frissons

    Avec des sauts périlleux et là haut au trapèze volant.

     

    Elégante, pleine de grâce, surgissait de derrière le rideau,

    Une demoiselle, qui d’un saut se juchait sur un câble,

    Alors les bras tendus, dansait, se dandinait avec des cerceaux

    Et en pas chassés, sautait comme si elle était sur le sable.

     

    Moment toujours tant attendu, l’arrivée d’Auguste et Pipo,

    Les deux clowns, qui avec leur trompette et clarinette,

    Nous faisaient rire aux éclats avec leurs farces et quiproquos,

    On rêvait, nous étions ailleurs, sur une autre planète.

     

    Quelques minutes d’entracte, on achetait alors des friandises,

    Des bonbons, des nougats, parfois des cornets de surprises,

    Et les resquilleurs de derrière les platanes, oubliant leur couardise,

    Se rapprochaient pour épier par-dessus les toiles, par bêtise.

     

    Pas de ménagerie, pas de grands fauves, ni tigre, ni lion,

    Simplement quelques animaux familiers, bien dociles,

    Une chèvre têtue portant un petit singe à califourchon

    Qui faisait des mimiques et des cabrioles, fort agile.

     

    Il y avait aussi des caniches, qui menés à la baguette,

    Couraient et sautaient entre les pattes d’un cheval,

    Qui répondait à son maître en remuant sa lourde tête,

    Et qui s’agenouillait pour nous dire au revoir, en un geste amical.

     

    Avec des massues et des cubes, les jongleurs faisaient le spectacle,

    Et même les enfants de la famille, ces enfants de la balle,

    Pas plus hauts que trois pommes accomplissaient des miracles,

    Debout sur une grosse boule, ils avançaient au son des cymbales.

     

    Vers la fin de la représentation, le grand père revenait,

    Alors coiffé d’un canotier comme Maurice Chevalier,

    Avec sa belle voix et sa prestance gestuelle, il nous chantait

    Viens Poupoule ou Valentine en guise d’amitié.

     

    Pour la dernière fois, les artistes viennent nous saluer,

    Le spectacle est terminé, fini ces quelques instants magiques,

    Mais nous savions que l’année prochaine, ils reviendront jouer,

    Sur cette piste aux étoiles, remplie de lumière et de musique.

    cirque besson,jean-paul cnocquart

    Whimsical Walker, clown professionnel, et son fils

    (© Bettmann Corbis)

  • Plus comme avant !

    gilles billautGilles Billaut a toujours aimé écrire. Notamment, des compliments à destination de ses proches. Depuis 2017, il anime l’atelier d’écriture de Thise (Doubs). Il y réalise avec les participants, des textes sur des sujets divers et y accueille des auteurs.

    « Écrire c’est comme respirer. C’est vital », explique celui qui vient d’avoir 70 ans. « L’écriture libère, ouvre des espaces… surtout en cette période incertaine ».

    Plus comme avant !

    Chaque jour de notre vie, on change.

    Un peu plus, en ces temps étranges,

    Où l’on redécouvre notre part d’humanité,

    Déconcertés, faisant preuve d’humilité.

     

    Un jour, bientôt, vous verrez,

    Heureux, on va se retrouver,

    Pour partager de beaux instants,

    Libres, sereins, en restant prudents.

     

    Gardons en nous le bruit du silence,

    Le chant des oiseaux à courte distance,

    La faune et la flore en toute liberté,

    Ne risquant pas d’être malmenées.

     

    N’oublions jamais nos défunts, nos absents,

    Emportés, sans adieux, dans le lit du vent,

    Étant jusqu’à leur dernier soupir, assistés,

    Par des équipes médicales désintéressées.

     

    Avant tout maintenons nos fondamentaux,

    En privilégiant les producteurs locaux,

    Face aux robots absents du e.commerce,

    Ne sachant ni parler, ni sourire, à l’inverse.

     

    Conservons notre esprit de solidarité,

    Entre générations, qu’il faut conserver.

    Rejetons très loin notre égo d’égoïste,

    Avec félicité, restons surtout altruistes.

     

    Restons attentifs, positifs, confiants.

    A nous d’être décideurs et défiants,

    En reprenant en main notre destin,

    Pour décider quel sera notre chemin.

     

    Plus rien ne sera comme avant,

    En fait, ce n’est pas si décevant,

    De réorienter nos vies vers un bel avenir,

    Sans craintes, ni peurs, des temps à venir.

     

    Gilles Billaut, 5 mai 2020

  • « Confinement »

    Le poème qui suit a été écrit par l'ami Gilles Billaut, habitant de Thise (Doubs), résidant intermittent au Cazal et auteur du poème « Nul sur cette terre ne sert à rien », publié le 23 avril dernier. Une évocation qu'il faut espérer pouvoir remiser au rayon du souvenir, à compter d'un lundi 11 mai annoncé.

    Confinement

    En ces temps de confinement obligé,
    Hélas, nous ne pouvons pas enlacer,
    Nos parents, nos enfants, nos relations,
    Afin de respecter la saine distanciation.
    Mais il est vrai que cet éloignement,
    Commence à nous peser moralement.
    Et c'est à se demander quand, enfin,
    Nous reprendrons, libres, nos chemins.
    Notre vie est mise entre parenthèses,
    Pour sauver des vies, c'est fort aise,
    Nous n'allons pas mourir,
    Nous allons plutôt mûrir.
    Cette période historique, jamais vue,
    De toutes générations confondues,
    Sera considérée tel un vrai fait d'histoire,
    Et modifiera nos sens, notre façon de voir.
    Plus rien ne sera comme avant,
    Jamais on oubliera ce printemps,
    Ces liens forts entre voisins,
    Entre inconnus, entre humains.

    Gilles Billaut - 22 avril 2020

  • Le temps des fenaisons

    L'heure est à l'incertitude mais l'espoir demeure, avec un printemps égal à lui même et qui jour après jour, « fait le métier ». Pourquoi ne pas lui faire entière confiance, et profiter d'un avant-goût de l'été qui vient, avec un poème écrit par Bernard Cnocquart.

    bernard cnocquart

    Photos Maurice Mazon

    Le temps des fenaisons

    Il est bien loin le temps des fenaisons,                                              

    quand dans les près pentus de Constantine,                            

    tous ces hommes robustes écoutaient pépé Léon,                

    avec deux jolis bœufs comme seule machine.

     

    Métayers de M. Marty, avec des terres ingrates,                              

    la famille Lapasset n’était pas trop aisée,                                        

    du côté de la scierie un grand champ de patates,                      

    et dans la plaine quelques parcelles d’avoine et de blé.

     

    Point d’aides de la PAC, seulement celle des voisins,                              

    ils travaillaient durement pour un maigre salaire,                                

    un troupeau de quelques vaches, les légumes du jardin,                  

    les volailles et le cochon pour agrémenter l’ordinaire.

     

    Je revois alors le grand père, grand et solide,                            

    saisissant le lourd joug poli par les années,                                      

    pour rassembler ces bœufs gascons placides,                              

    avec des lanières de cuir quelque peu usées.

     

    Il n’oubliait pas de leur mettre « les mourials »,                        

    ces muselières de grillage pour les empêcher de paître,    

    puis il accrochait la faucheuse et donnait le signal                                  

    pour rejoindre Constantine par ce chemin champêtre.

     

    Assis sur le siège métallique percé de trous,                  

    j’accompagnais bien souvent le convoi, fier comme Artaban,

    mais au pied du Plantaurel, à la fin du parcours,                    

    Léon prenait alors les rennes pour commencer le champ.

     

    Fasciné, je regardais le va et vient de la longue lame,                    

    et ces hautes herbes qui s’écroulaient en se couchant,

    mais combien de pas, d’aller et retour pour arriver en dame,                

    sous le soleil avec un peu d’eau comme seul remontant.

     

    Et le lendemain, ils revenaient pépé et les tontons,                    

    pour retourner cette herbe séchée par le soleil ardent,        

    et passer l’imposant râteau toujours tiré par les gascons,                          

    pour rassembler le foin en longues rangées odorantes.

     

    Puis, à coups de fourches, ils confectionnaient  les gaysous, 

    ces grands tas d’herbe, protection utile pour la pluie,            

    et moi petit garçon, je participais mais pas beaucoup                

    en tirant le râteau en bois parfois jusqu’à la nuit.

     

    Après quelques jours ils remontaient avec la charrette,                      

    ce char étroit de couleur bleu délavé et écaillé,                            

    pour redescendre bien à l’abri dans la grange douillette                        

    ce foin durement gagné par ces chiches métayers.

     

    Il fallait voir le grand père et son habilité,                                    

    qui juché sur la charrette et à coups de brassées,                            

    équilibrait harmonieusement la charge avec dextérité,                        

    pour que ce lourd chargement ne verse dans le fossé.

     

    Souvent, ils faisaient un autre charroi selon le temps,            

    et dès le lendemain, à l’aube, il en fallait plus de trois,                        

    pour décharger et entreposer ce nouveau chargement                          

    et remplir cette grange et la bourrer jusqu’au toit.

     

    Papa et maman avant de rejoindre leur usine,                          

    donnaient aussi un coup de mains bien nécessaire,                        

    alors quant tout était à l’abri pour les vaches limousines,      

    Léon était alors heureux, bonheur bien ordinaire.

     

    En ce temps là, chaque vache avait son petit nom,                      

    dès octobre et les premiers froids, elles restaient à l’étable,

    et c’est plus tard, vers avril, qu’elles repassaient le pont,                  

    pour paître dans les prés de Constantine, lieu bien agréable.

         Bernard Cnocquart (Mars 2017)

  • La fête du cochon

    Au terme d'une série de travaux de recherche aussi anciens que sérieux portant sur le cri d'un cochon qu'on égorge, un groupe de scientifiques a réussi à séquencer trente-six intonations différentes, chacune traduisant un très vif mécontentement. Ce constat pourra certainement être confirmé par Bernard Cnocquart, témoin d'une époque, et auteur du poème mis en ligne aujourd'hui.  

    La fête du cochon.jpg

    La fête du cochon

     

    Acheté tout chétif dès le mois de janvier,

    Au marchand de Fougax, un dénommé Jany,

    Le petit porcelet a beaucoup profité

    Grâce à ces betteraves et le vieux pain rassis.

     

    Avec les premiers froids, lui le joli porc bien gras,

    Ne se doute t’il pas, qu’avec la vieille lune,

    Passer en quelques jours de la vie à trépas,

    Mais le jour est venu pour la sanction commune.

     

    A vu d’œil, Léon l’a soupesé, il fait bien deux quintaux,

    Ils choisissent le jour, ce sera samedi,

    Car il faut bien du monde et surtout des costauds,

    Pour que cette tragédie ne soit pas comédie.

     

    On ressort le matériel, les racloirs, les couteaux,

    La vieille moustadoure, la bascule tremblante,

    Et puis de bon matin, on allume le feu avec quelques copeaux,

    Pour qu’à l’heure propice, l’eau soit bien bouillante.

     

    Ça y est, c’est l’heure grave, grand père avec son crochet

    Tire le condamné, il est solide mais il a bien compris

    Que la partie est perdue face à ces hommes décidés à tuer,

    Mais il va crier, se défendre, espérant un sursis.

     

    Chacun à une patte, il est empoigné, retourné,

    Moi, tout jeune enfant, je le tiens par la queue,

    Mais je ferme les yeux en voyant mon pépé

    Enfoncer le couteau et tout ce sang visqueux.

     

    La grand-mère Albanie, toujours de noir vêtue,

    A pour la circonstance mis un tablier bien blanc,

    Pour récupérer le sang de l’animal qu’on tue,

    Dans un grand plat de grès, toujours en remuant le liquide fumant.

     

    Pas de cris de joie, mais les regards sont tristes, fuyants,

    Car depuis presque un an, il était lui aussi un peu de la maison,

    Mais c’était nécessaire, car la vie est bien dure dans le monde paysan,

    Avec bien plus souvent la soupe de patates que le bon saucisson.

     

    A quelques kilos près, pépé avait vu juste,

    Mais il faut se dépêcher car l’eau est à point,

    Alors il y est plongé par ces hommes robustes

    Qui en quelques minutes le pellent avec soin.

     

    Ce cadavre bien propre est alors suspendu

    Au milieu du couloir, les pattes écartées,

    Et à grands coups de couteau, le gros ventre est fendu

    Pour y récupérer les entrailles encore enfumées.

     

    Les corbeilles sont remplies avec cette tripaille

    Que les femmes et les hommes portent à la rivière,

    Et dans cette eau glacée en ce jour de grisaille,

    Elles sont bien nettoyées sans faire de manière.

     

    La tête déjà tranchée, on a vite récupéré

    La bonne viande rouge pour le repas du soir,

    Pour le bon cassoulet et la traditionnelle fricassée,

    Mais déjà dans le chaudron cuit le boudin bien noir.

     

    Puis dans cette eau gluante on fera le millas,

    Celui de couleur noire, pas trop appétissant,

    Moi, je préfère mieux le blanc, celui plus délicat,                                                  

    Et que mémé prépare pour le petit gourmand.

     

    Le cochon est tout raide dans ce couloir glacial,

    Alors de bon matin, les hommes commencent la découpe,

    Et autour de la longue table et sans cérémonial,

    Les filles et les garçons, tout le monde s’attroupe.

     

    Léon n’est pas boucher, mais il a du métier,

    Car en très peu de temps, il a terminé sa besogne,

    Mais il n’a pas oublié le petit écolier,

    Pour qui il a chapardé le bout de carbonade, sans vergogne.

     

    Les gros jambons découpés seront bientôt salés,

    Par quelques mains expertes car il ne faut pas les manquer,

    Les viandes sont triées, mélangées pour faire des pâtés,

    Mais pour les saucissons, la manivelle il faut tourner.

     

    Après quelques poignées de poivre et de sel, on goutte avec les doigts

    Mais rien ne vaut le tastet cuit dans la cheminée,

    On rajoute quelques pincées, une, deux et puis trois,

    Et on mélange encore à grands coups de brassées.

     

    Ah, pour les saucissons, c’est bien plus rigolo,

    Il faut faire attention car la tripe est fragile,

    Sans trop de brusquerie, il faut y aller mollo,

    C’est le travail des dames, elles sont bien plus habiles.

     

    Dans l’âtre flamboyant, dans l’imposant chaudron,

    Cuisent les bas morceaux car tout est profité

    Qui dans la graisse bouillonnante deviennent des fritons

    Pour faire ce met bien graisseux mais fort apprécié.

     

    On cherche un dégourdi pour gonfler la vessie,

    Qui après maints efforts devient un gros ballon

    Pour contenir la graisse, toujours pas de gâchis,

    Car il a tout donné ce brave et bon cochon.

     

    Ça y est, c’est terminé, sur la petite table en bois de pin,

    La grand-mère Albanie dispose quelques assiettes

    Qu’elle remplit de millas, un peu de coustellou, une anse de boudin,

    Et pour les plus intimes de ce bon pâté de tête.

     

    On appelle cela comme c’est la coutume, le présent du curé,

    Car on n’oublie pas dans ces familles pauvres le service rendu,

    Par les voisins, les amis, qui au cours de l’année

    Les ont souvent aidés, ce serait mal venu,

    Mais il y a bien longtemps, c’était le temps de la solidarité,

    Du respect, de la loyauté, ces valeurs quelque peu disparues.

     

                     Bernard Cnocquart (Novembre 2008)