Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Poésie

  • La Classe 48 rattrapée par la nostalgie

    Ils sont des enfants de Chalabre nés au cours de l'année 1948, et ils espéraient pouvoir se retrouver au cours de l'été, juste pour célébrer ensemble leur 70e printemps. Retrouvailles manquées hélas, la vie trépidante de ces retraités ne laisse il est vrai que peu de place à la récréation. S'ils en ont tout de même le temps, ils prendront assurément plaisir à lire ce poème, écrit à leur adresse par l'ami Marc, membre éminent de la Classe.

    Classe 48, 50 ans déjà !

    Tout récent ce morceau unique dans le temps

    Où nous allions du haut de nos 5 ans,

    Avec Pépé Mémé prendre l’air dans les champs,

    Pour rentrer tôt, repus d’amour et de serments,

    Bon-Accueil en résonne de tous ces cris d’enfants

     

    Pas si loin ces 10 ans dans le Kercorb natal,

    Vaste terrain de jeu aux frontières tenaces,

    Qui nous rendait fourbus à force d’escalades,

    Et rauques de plaisir de cris et de grimaces.

    L’on se n’en souvient encore pas loin du Parégas.

     

    Pas si loin ces 15 ans moment où l’on se cherche,

    Qui hésite à choisir entre grand et petit,

    Mais nous savons, et c’est pas d’aujourd’hui,

    Des mômes nous étions, on voulait pas le dire.

    L’on en ricane encore du côté de la Piche.

     

    Pas si loin ces 20 ans, c’est l’heure du service,

    Que nous avons connu en pleine révolution,

    Mais là aussi, des hommes nous étions,

    C’est ce que disent aînés avec tant de malice.

    Abattoir et Calvaire des moqueries se grisent.

     

    En peu loin ces 30 ans les souvenirs s’estompent,

    Au four et au moulin, la vie nous a happés,

    Dans ce grand tourbillon qu’il faut bien assumer,

    Sans jamais trop le dire mais si ç’avait duré !

    Et le Falgas d’en rire de ces coups effrénés.

     

    Trop loin ces 40 ans, les ai-je déjà fêtés ?

    J’ai beau m’en rappeler, mais à qui raconter ?

    Ces années magnifiques pleines de nostalgie,

    D’une enfance si riche d’aventures magiques,

    Que Baratte se noie de tant de souvenirs.

     

    50 ans, déjà, jamais j’aurai pensé,

    Pitchounet de Chalabre aux souliers bien crottés,

    Pendant ce demi-siècle n’aurait imaginé,

    De penser chaque jour que Dieu fait,

    A ces heures bénies au cœur de ton giron,

    Mais ceux de 48, nul doute comprendront.

  • Poètes sur les cours

    Rencontres poétiques 15 septembre 2018 001.jpgL’association Diabasis a signé une belle première.

    Ce samedi 15 septembre était placé sous le signe de la poésie, à l’initiative de l’association Diabasis qui avait donné rendez-vous devant la maison natale du Docteur Joseph-Raynaud, lieu choisi afin d’accueillir les 1ères Rencontres poétiques. Avec des lectures inter générationnelle de textes autour du thème de la Résistance, de Cheng, Aragon, Eluard, Du Bellay, données tour à tour par Raymond, Céline, Maurice, Framboise, Patrice et Marie-Annick. Ecrits dédiés à celles et ceux qui prirent le parti de résister, à l’image des éléments du maquis gersois de Meilhan, emmenés par Joseph Raynaud, et décimés le 7 juillet 1944.

    Cette scène ouverte s’est ensuite déplacée vers le théâtre Georges-Méliès pour de nouvelles lectures poétiques, avec Pierre Thiollière puis Jean Philippe Saulet, accompagnés au violoncelle par Ronan Le Bretton, et Laetitia Very. En ouverture, Framboise, Mark, Elsa, Dédé et Patrice, avaient eux aussi pris plaisir à mettre des mots sur leurs sentiments. Merci à l’association Diabasis, emmenée par Patrice Salerno son président.

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

    rencontres poétiques,diabasis

  • Patrimoine et poésie au programme

    Journées du patrimoine à la chapelle.

    L’invitation proposée par les Journées européennes du patrimoine permettra à l'association Ensemble pour le Calvaire d’ouvrir les portes de la chapelle de Réparation. Le public sera accueilli samedi 15 et dimanche 16 septembre, de 11 h à 18 h.

    Dimanche 16 septembre à 14 h 30, Martine Rouche, guide conférencière abordera la vie et l’œuvre de François Vidalat, peintre en piété et peintre photographe, né à Chalabre. A 16 h, récital de la violoniste Consuelo Lepauw (Sonates de JS Bach pour violon solo, photo). A 17 h, dévoilement d’une sculpture d’Alain Poincheval.

    ensemble pour le calvaire,diabasis,journées du patrimoine

    Rencontres poétiques.

    ensemble pour le calvaire,diabasis,journées du patrimoineLa poésie sera à l’honneur samedi 15 septembre, à l’initiative de l’association Diabasis et de son président Patrice Salerno, qui proposent le programme suivant : 11 h Inauguration sur le cours Joseph Raynaud avec Résistance (lectures inter générationnelle de poésies de Cheng, Du Bellay, Aragon et Eluard). A 16 h au théâtre Georges-Méliès, une onde poétique précèdera une vague poétique. Scène ouverte, lectures de poésies avec Jean Philippe Saulet (textes), Laetitia Very (violoncelle), Pierre Thiollière (textes, photo ci-contre), Ronan Le Bretton (violoncelle).

  • Puivert : Hommage à Henri Gougaud

    musée du quercorb,henri gougaud,Jean-Philippe Saulet,Laeticia Very Une matinée de contes avec Philippe Saulet et Laetitia Very.

    Dimanche 22 juillet à 17 h au musée du Quercorb, rencontre avec Philippe Saulet et Laetitia Very, pour un hommage à Henri Gougaud, à travers contes et légendes du monde entier.

    Depuis bientôt cinquante ans, Henri Gougaud publie des recueils de contes et de légendes du monde entier. C’est un véritable trésor de mystères, de drôleries et de sagesse. Ces récits sont issus de l’enfance de l’humanité. Ils peuvent être profonds, spirituels, étonnants, cocasses, étourdissants, parfois effrayants, toujours joueurs, simples et amusants.

    Depuis vingt ans, Jean-Philippe Saulet et Laeticia Very les fréquentent assidûment. Ils les lisent, les écoutent et les racontent, avec toujours le même bonheur et le même émerveillement. Les partager est un véritable jeu, très sérieux, c’est-à-dire enfantin !

    Humour et émerveillement dans ces histoires les plus belles du monde, touchantes et profondes !

    Le spectacle, d’environ une heure rassemble plusieurs contes, racontés tour à tour par Jean Philippe Saulet et Laetitia Very. Mais chut, l’histoire va commencer. Laissons-leur la parole…. Rendez-vous gratuit, plus d’infos sur www.museequercorb.com

  • Contes à la bibliothèque

    rachel salter,bibliothèque chalabreRachel Salter a captivé son jeune auditoire.

    Un très jeune public prenait place dernièrement au n° 4 de la rue des Boulangers, confortablement installé sous la verrière de la bibliothèque municipale. Un rendez-vous ludique qui a permis à Rachel Salter, animatrice du Petit théâtre de contes de fées (Saint-Benoît), de venir à la rencontre des enfants de la petite section de la maternelle Louis-Pergaud. Ces derniers ont rapidement et avec beaucoup de plaisir, fait connaissance avec Georges la tortue, l’araignée Gypsie, ou le petit bonhomme de pain d’épices, entre autres personnages sympathiques. Une belle matinée de contes, qui s’est terminée par la dégustation des petits bonhommes de pain d’épices, confectionnés par Rachel. 

  • Une soirée fabuleuse en compagnie de Jean le Lent

    Jean le Lent Chalabre 26 août 2017 024.JPGMusique, poésie, talents, réunis sur la scène chalabroise.

    Les nuits de l’été chalabrois ont connu un pic de poésie, samedi 26 août, à l’heure où Christophe Roncalli et son quintet de musiciens invitaient à une promenade dans les pas de Jean le Lent. A l’écoute sous l’ancienne halle aux blés, et au fil de sentiers empruntés « petit pas, petit pied », chacun aura goûté paroles et musiques originales, et cédé au grisant privilège de suspendre le temps qui court.

    jean le lent,christophe roncalli

    Aux côtés de Bernard Margarit, Antoine Oña, Hervé Chiquet, Philippe Delzers, Sarah Khavand, prodigieuse violoniste et invitée surprise, Christophe Roncalli a évoqué avec sensibilité, le souvenir de visages toujours présents dans nos mémoires ouvertes. Pour le plus grand bonheur des nombreux témoins qui l’auront accompagné en cette soirée d’été empreinte d’une agréable nostalgie. Jean le Lent et ses identités plurielles auront également offert leur regard sur le monde, avec humour, dérision, générosité, et talent. L’occasion pour Christophe de partager un peu de ce patrimoine qui l’inspire et le guide.

    jean le lent,christophe roncalli

    Samedi soir à Chalabre, au terme d’une performance accomplie, Christophe Roncalli et ses compagnons musiciens pouvaient poser leurs instruments, face à un public debout et reconnaissant. Touche finale d’un concert venu clôturer le programme des Fulgurances de l’Eté, proposé à l’initiative de l'association « Ensemble pour le Calvaire », au profit de la restauration de la chapelle.

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

    jean le lent,christophe roncalli

  • Une première Nuit de Sérénades sous la halle

    nuit des sérénades,vinx d’jon parretteUn festival autour de l’amour, et pour ceux qui le cultivent.

    Les amants du monde sont invités à se joindre au premier pèlerinage organisé le samedi 2 septembre à partir de 21h sous la halle chalabroise. A l’affiche, de nombreux chanteurs professionnels viendront interpréter des chansons romantiques avec leurs musiciens, dans un cadre exceptionnel, dirigé par l'artiste américain Vinx d’Jon Parette.  Les chanteurs amateurs désireux de témoigner leur amour sont vivement invités à partager la scène.

    La tenue de cet événement renvoie au début du XIIe siècle, lorsque les troubadours lancèrent la tradition musicale dans les châteaux locaux de la région, avant de la développer dans une grande partie de l'Europe médiévale. Chalabre propose aujourd'hui de renouer avec la tradition, dans une version moderne qui fait référence à l’histoire de la « Dame Blanche ».

    Amoureuse d'un troubadour chalabrois, elle aurait demandé d'abaisser le niveau de l’eau du lac de Puivert, afin que la voix de son amant puisse mieux la ravir. Une erreur de calcul causera hélas une brèche dans le roc, provoquant une inondation dévastatrice qui détruira la vallée du Kercorb. Chacun est invité samedi 2 septembre, à venir célébrer le pouvoir de l'amour. L’entrée est gratuite et il sera possible de se restaurer tout autour de la scène.

    Tout au long du festival, les cafés locaux café des Sports et café de la Paix resteront ouverts. En outre, la Brasserie de Quercorb vendra une bière artisanale et le Domaine La Louvière proposera son vin. Pour l’occasion, le château Terre-Blanche et l’hôtel de France seront des partenaires d'hébergement.