Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Insolite - Page 3

  • Les Genêts abritent une pépinière sportive

    Basket-Ball Genêts.jpgL’imagination a pignon sur rue.

    A mi-chemin entre la bastide et le stade Lolo-Mazon, le quartier des Genêts garde au pied de la colline de Terre-Blanche, la mémoire d’hier, quand la vie était rythmée par la sirène de l’usine Canat. Le 12 octobre 1965, la société civile coopérative de construction « Les Genêts », constituée pour une durée de six ans, validait le projet de construction de vingt-cinq maisons individuelles. Elle avait auparavant procédé à l’acquisition d’un terrain, comme en atteste l’acte de propriété établi par Maître Cabanes notaire à Chalabre, en date du 2 avril 1964, littéralement rapporté : « La parcelle de terre présentement vendue dépend de la communauté d’acquets existant entre les époux Jean Amiel et Lucie Coulouma pour l’avoir acquis ensemble avec d’autres immeubles de M. Christian, Joseph, Gaston Castres-Saint-Martin, propriétaire, et Madame Isabelle Bouilloux-Laffont sans profession, son épouse, demeurant à Toulouse, aux termes d’un acte retenu par Me Danjou notaire à Chalabre, le 11 novembre 1940 ».

    les genêts

    Les premières familles pourront s’installer dans le courant de l’année 1968, et en l’espace de quelques mois, près de quatre-vingt enfants trouveront sans peine leurs marques au cœur d’un nouveau « barry », nouvelle banlieue pour nouvelles amitiés. Aujourd’hui, et avec la cinquantaine bien sonnée, les Genêts ont la mémoire qui vacille, même si Georges, Jeannot et Mimi, Lucienne, Odette, Hermine, Huguette, n’oublient rien. Pourtant, la cité semble retrouver un second souffle, grâce à l’arrivée de jeunes propriétaires et de leurs enfants, qui à leur tour s’approprient la rue pour la transformer en espace de jeu. A l’image d’une installation sportive et improvisée, qui pourrait favoriser l’éclosion d’un futur Michaël Jordan.

    les genêts

    les genêts

  • Un jour, une image

    Faure Nicolay.jpg

    On a retrouvé la voiture de l'illusionniste.

    Cette Austin Mini garée non loin du pavillon du château, aurait pu appartenir à Faure Nicolay,... s'il n'était pas venu au monde un bon siècle trop tôt (L'illusionniste Faure Nicolay se dévoile dans le Tome XIII de Il était une fois Chalabre, page 14). 

  • Le saule de la Piche a cédé

    la piche

    A l'image du roseau de la fable, il avait lui aussi les pieds dans l’eau. Témoin depuis bien longtemps des cascades des jeunes baigneurs venus se rafraîchir sous le filet intermittent de la Piche, il a fini par s’effondrer. Un coup de vent un seul, aura suffi à abattre le magnifique saule qui reflétait son feuillage dans le petit gouffre du Chalabreil. Deux canards qui s'ébattaient dans la petite marmite de géant en surplomb de la chute, ont interrompu leur baignade, comme pour faire part de leur accablement.

    la piche

      

    Lien permanent Catégories : Insolite
  • Choses vues

    Au mois de mai 1982, entre Courtauly et le pied du col de Saint-Pierre, les supports publicitaires fleurissent. Et la fibre touristique éprouve bien du mal à vibrer. C'était il y a à peine 35 ans, et depuis, nombreux et divers ont été les messages délivrés aux portes du Val de Lambronne.

    Mai 1982.JPG

    Lien permanent Catégories : Insolite
  • Le lac de Montbel a perdu un pensionnaire

    silure,lac de montbel

    Les rives du lac de Montbel héritent souvent d'originales pièces de bois, très prisées par les amateurs de « land-art ». Cette fois, sac et ressac aidant, ce sont les restes d’un énorme silure que les eaux du lac ont fini par rejeter sur la berge. Une bien curieuse et triste rencontre effectuée ce dimanche 19 mars, à la faveur d’une balade au grand air (Photo Yves Saddier).      

  • Un jour, une image

    Borne Villefort 001.jpgLes catadioptres sont en fleurs (photo archives Novembre 1998, croisement Villefort-col des Tougnets).

    Si la nature reprend toujours ses droits, il lui arrive aussi en certaines circonstances, de dépasser un peu les bornes. Comme il avait été permis de le constater en novembre 1998, en bordure d’une route départementale du Chalabrais où quelques repères réfléchissants de la D.D.E s’étaient retrouvés étêtés par la poussée de racines en quête d’air et de lumière.

    Une éclosion peu ordinaire, qui nous laisse apprécier le louable effort consenti par Dame Nature, soucieuse d’apporter une note esthétique en marge d’un austère macadam.

    Borne Villefort 002.jpg

        

     

    Lien permanent Catégories : Insolite
  • Un jour, une image

    1925, Un ours au Pont du Blau.jpg

    Au cours de l'année 1925, un curieux équipage avait occasionné un bel attroupement à la hauteur du pont du Blau. Ce jour là, un montreur d'ours, peut-être venu de la vallée ariégeoise d'Ustou, exhibait son « compagnon » enchaîné, accompagné par une jeune fille, et muni d'un tambourin. Les enfants et les adolescents sont présents en majorité autour du plantigrade, parmi lesquels il est possible de reconnaître (sauf erreur), Roger Raynaud, René Berland, Pierre Fournié, René Huillet, Roger Caux, ? Villena, ? Calbo...

    Une photo prise certainement le même jour, avait été publiée dans le Tome VIII de Il était une fois Chalabre (page 99). On y aperçoit Armandine Blouin, blanchisseuse, dont la boutique se trouvait juste en dessous des « commodités ». Lesquelles proposent une réclame vantant les mérites d'une marque de levures sélectionnées (afin d'améliorer le résultat de la vendange), et une affiche portant les détails du programme des fêtes de l'Ascension. L'état de dégradation de cette affiche pourrait laisser penser que le cliché a été pris vers la fin du printemps 1925 (Photo Collection Christian Laffont).

    Lien permanent Catégories : Insolite