Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chalabre - Page 2

  • La Classe 48 rattrapée par la nostalgie

    Ils sont des enfants de Chalabre nés au cours de l'année 1948, et ils espéraient pouvoir se retrouver au cours de l'été, juste pour célébrer ensemble leur 70e printemps. Retrouvailles manquées hélas, la vie trépidante de ces retraités ne laisse il est vrai que peu de place à la récréation. S'ils en ont tout de même le temps, ils prendront assurément plaisir à lire ce poème, écrit à leur adresse par l'ami Marc, membre éminent de la Classe.

    Classe 48, 50 ans déjà !

    Tout récent ce morceau unique dans le temps

    Où nous allions du haut de nos 5 ans,

    Avec Pépé Mémé prendre l’air dans les champs,

    Pour rentrer tôt, repus d’amour et de serments,

    Bon-Accueil en résonne de tous ces cris d’enfants

     

    Pas si loin ces 10 ans dans le Kercorb natal,

    Vaste terrain de jeu aux frontières tenaces,

    Qui nous rendait fourbus à force d’escalades,

    Et rauques de plaisir de cris et de grimaces.

    L’on se n’en souvient encore pas loin du Parégas.

     

    Pas si loin ces 15 ans moment où l’on se cherche,

    Qui hésite à choisir entre grand et petit,

    Mais nous savons, et c’est pas d’aujourd’hui,

    Des mômes nous étions, on voulait pas le dire.

    L’on en ricane encore du côté de la Piche.

     

    Pas si loin ces 20 ans, c’est l’heure du service,

    Que nous avons connu en pleine révolution,

    Mais là aussi, des hommes nous étions,

    C’est ce que disent aînés avec tant de malice.

    Abattoir et Calvaire des moqueries se grisent.

     

    En peu loin ces 30 ans les souvenirs s’estompent,

    Au four et au moulin, la vie nous a happés,

    Dans ce grand tourbillon qu’il faut bien assumer,

    Sans jamais trop le dire mais si ç’avait duré !

    Et le Falgas d’en rire de ces coups effrénés.

     

    Trop loin ces 40 ans, les ai-je déjà fêtés ?

    J’ai beau m’en rappeler, mais à qui raconter ?

    Ces années magnifiques pleines de nostalgie,

    D’une enfance si riche d’aventures magiques,

    Que Baratte se noie de tant de souvenirs.

     

    50 ans, déjà, jamais j’aurai pensé,

    Pitchounet de Chalabre aux souliers bien crottés,

    Pendant ce demi-siècle n’aurait imaginé,

    De penser chaque jour que Dieu fait,

    A ces heures bénies au cœur de ton giron,

    Mais ceux de 48, nul doute comprendront.

  • Rugby : Affiche sportive annulée

    Usckbp vs Prat 16 sept 2018.jpgUne charge de Gauthier Rougé lors du match aller au Peyrat, face au RCP (photo Patrick Pierron, archives 16 septembre 2018).

    Le quinze de l’US Kercorb-La Bastide-Le Peyrat devait se rendre à Prat-Bonrepaux, demain dimanche 9 décembre, pour le compte de la 9e journée de championnat. Leaders de la compétition de 3e-4e série Ligue Occitanie, les joueurs des présidents Jean-Paul Servant et Sébastien Danjou devront patienter avant de fouler la pelouse du stade des Vielles, la rencontre ayant été reportée au dimanche 6 janvier 2019.

    Le début de la phase retour initialement programmée face aux « jaune et noir » du Club Athlétique Pratéen, aura donc lieu le dimanche 16 décembre prochain face au RC Sainte-Croix-Volvestre, au stade Lolo Mazon.

  • La Brasserie du Quercorb lance sa nouvelle ligne de production

    Economie. La petite entreprise de Paul et Jayne Bayliss connaît la réussite.

    brasserie du quercorbDepuis le mois d’octobre, Paul Bayliss produit ses bières au n° 1 de la rue du Capitaine Danjou (photos Yves Saddier) .

    Le garage automobile André-Loutre-et-Fils, qui assura durant des décennies l’entretien des véhicules frappés de la marque au losange, abrite depuis octobre dernier la nouvelle unité de production de la Brasserie du Quercorb (BDQ). Créée à Puivert en 2009, également entre les murs d’un ancien atelier de mécanique à l’initiative de Paul et Jayne Bayliss, citoyens britanniques, cette petite entreprise a très vite pris son essor. De par la qualité et la variété de sa production, mais également grâce à l’excellence du design original qui complète chacune des bouteilles. Un succès qui a conduit à la délocalisation du site de production depuis le Puy Verd jusqu’à Eissalabra, libérant ce faisant, plus d’espace festif à l’attention des habitués du pub puivertain.  

    brasserie du quercorbInauguration     L’événement était fêté dernièrement avec une soirée proposée dans les locaux réaménagés de la rue du Capitaine Danjou, où chacun a pu parcourir la nouvelle ligne de production. L’occasion de découvrir la dernière née de la gamme, élaborée en mémoire du héros de Camerone, et d’apprécier une exposition de photographies sur le festival Chalabre en Sérénades, célébré en août dernier. Une soirée concert proposée le lendemain place Charles-Amouroux en compagnie du groupe Bayou Dogz, est venue clôturer ce programme inaugural.

    Paul Bayliss s’est réjouit de pouvoir revitaliser un lieu chargé d’histoire : « La demande avait dépassé notre capacité de production et nous avions besoin de plus d’espace. Nous recherchions de nouveaux locaux au centre d'un village ou d'une petite ville, afin que la brasserie fasse partie de la vie de la communauté. Chalabre est une ville agréable, elle dispose des installations et commerces dont nous avons besoin. Comme Puivert, Chalabre connaît une renaissance, de plus en plus de gens viennent vivre toute l’année et apportent avec eux leurs expériences, énergie et enthousiasme, dans les domaines de la musique, des arts et de l’industrie ».

    Augmenter la production     La BDQ dispose désormais de suffisamment d'espace pour ajouter des cuves supplémentaires, une nouvelle ligne de mise en bouteille et un laboratoire qui lui permettra d'augmenter la production initialement prévue. Avec un objectif annoncé, porter la production à 1500 HL par an, à partir de 2019.

    brasserie du quercorb

    Retour en photo sur le festival Chalabre en Sérénades, célébré en août dernier

    brasserie du quercorb

    Inauguration en musique avec le groupe Bayou Dogz

    brasserie du quercorb

    Une nouvelle perspective pour l'ancien garage Loutre

    brasserie du quercorb

    Photo archives, décembre 2016

  • L'âme de Fluris semble condamnée à errer pour l'éternité

    fluris 2018

    Fluris 13 Décembre 1993

    Après l’appel à l’unité lancé dernièrement à tous les « arrossegaires » désireux d’honorer la mémoire de Jacques Fleury, un énigmatique courrier à l’adresse du correspondant local est parvenu dans la boîte aux lettres de notre titre. Dans lequel il apparaît que le mystère « Fluris » fait encore débat, en voici quelques extraits :

    « Nos royales oreilles ont été importunées, agacées, choquées, scandalisées par la rumeur d’un écrit paru dans une gazette provinciale et publiée dans une contrée méridionale située aux marches pyrénéennes de notre royaume, et plus connue sous le nom de Kercorb ou Terre Privilégiée (ainsi qu’il apparaissait il y a peu encore sur la devanture d’un herboriste et apothicaire local).

    Notre intendant général nous a informé sur ces faits regrettables et nous apprenons à notre grande et douloureuse stupeur que, en l’an du Seigneur 1697, notre dévoué contrôleur des gabelles le sieur Fleury fut navré et occis de male mort en la cité orgueilleuse de Chalabre. Mais il y a pire. La gazette affirme dans ses colonnes que, en l’an du Seigneur 1697, régnait sur la France notre très chrétien et vénéré père Louis XIIIe du nom. Or tout le monde sait que notre très chrétien et vénéré père Louis XIIIe du nom naquit en 1601 et trépassa à l’âge de 42 ans en l’an du Seigneur 1643. Par conséquent notre très chrétien et vénéré père Louis XIIIe du nom n’aurait pu régner en l’an du Seigneur 1697. Cette erreur est inadmissible, véritable crime de lèse-majesté étant donné que nous, Louis XIVe du nom par la grâce de Dieu régnons sur la France depuis l’an 1643 et exerçons notre divin pouvoir depuis le trépas de notre très estimé Cardinal Giolo Mazzarini en l’an du Seigneur 1661.

    Par conséquent, le Seigneur Hugues des Arcis sénéchal de Carcassonne est chargé de constituer une chambre ardente qui siègera au château comtal de la Cité. Elle aura toute latitude pour ouïr et interroger par question ordinaire si nécessaire, le responsable de cette abomination. Le Seigneur Hugues des Arcis nous rendra compte personnellement des résultats de son enquête, afin que le coupable soit identifié, saisi au corps par les exempts et châtié à proportion de la gravité de sa faute ».

    Assurément écrit par une plume consignée outre-tombe, ce texte a le grand mérite de rétablir une vérité historique, mais ne résout pas le mystère de « Fluris ». D’où la motivation intacte des petits « arrossegaires » du Kercorb, attendus jeudi 13 décembre prochain sur les cours Colbert, Sully et d‘Aguesseau, pour crier en choeur , « Vei fan les ans que tueron Fluris ! ».

    fluris 2018

    Fluris 13 Décembre 1997

  • Patrice Gastineau, invité de l’UPEK sur la ressource en eau

    Le onzième et dernier rendez-vous de l’année 2018, proposé par l’université populaire en Kercorb (Upek), aura lieu aujourd'hui vendredi 7 décembre à 20 h 30, au théâtre Georges-Méliès et non place Charles-Amouroux comme annoncé par erreur. Patrice Gastineau animera une conférence sur le thème de la ressource eau du bassin de l’Hers dans le Kercorb.

  • Ils ont rendez-vous avec Fluris

    fluris chalabre

    Photo archives, Fluris 2015

    Les petits Chalabrois accueillent le mois de décembre avec une joie bien compréhensible, parce qu’il faut parer au plus vite à la confection du traîneau pour Fluris : celui-ci naît de l’imagination, il faut traquer dans le moindre recoin, la chose métallique. Bidons, vieilles casseroles, tout y passe, sortant des caves et des greniers pour briller de mille étincelles sur le pavé chalabrois. Depuis la nuit glaciale du 13 décembre 1697, le souvenir de Fluris qui fut le contemporain d’une France sur laquelle régnait Louis XIII, est resté intact dans l’imaginaire chalabrois.

    Planant au-dessus des « arrossegaïres », garants « d’un brave rambalh », un air de nostalgie va hanter jeudi soir, les rues, l’espace d’une nuit. Ainsi « tous les petits enfants de Chalabre, et ceux qui le restent », pour reprendre la belle formule de Malou, seront le 13 décembre prochain, dans la rue. Et comme disait Robert : «  Asclaïres, s’abstenir ! ».

    fluris chalabre

    Tableau de Fluris, œuvre de Camille Amat, 1997

  • Expressions d’un malaise à la Croix des Missions

    gilets jaunes chalabreLe mouvement est de plus en plus suivi par les citoyens du Kercorb.

    Présent le samedi 17 novembre dernier sur le rond-point au carrefour des routes de Mirepoix et Limoux, le collectif des gilets jaunes du Chalabrais a participé à une nouvelle démonstration de mécontentement, samedi 1er décembre. La symbolique Croix des Missions a pu observer une action citoyenne engagée en toute sérénité à partir de 9 h 30, et réunissant près de 80 manifestants, soit un chiffre doublé par rapport au précédent rendez-vous.

    gilets jaunes chalabre

    Sous le regard des représentants de la brigade territoriale autonome de Chalabre, un barrage filtrant a permis aux gilets jaunes d’aller à la rencontre des usagers de la route, dans l’ensemble ouverts au dialogue. Parmi les citoyens arborant un gilet dont la couleur fait parfois référence à la notion de briseur de grève, actifs et retraités ont évoqué les difficultés qu‘ils rencontrent dans leur vie quotidienne, à l’image de cet ancien retiré de la vie active, et qui perçoit « 800 € de retraite par mois, pour 184 trimestres cotisés, 44 ans de services et 30 mois en Algérie ». Le mouvement a pris fin aux alentours de midi, chacun des participants continuant à sacrifier un peu de son temps pour apprécier un apéritif de la contestation, partagé à la croisée des chemins.

    Samedi 8 décembre prochain, un nouvel appel à manifester est lancé sur le site de la Croix-des-Missions (10 h). Les personnes qui le souhaitent peuvent également se rendre au rond-point de Laroque-D'olmes. Par ailleurs, un cahier de revendications a été présenté à Jean-Jacques Aulombard, maire de Chalabre, et adressé à la préfecture de l'Aude, à la député de la 3e circonscription et à l'association des maires de France (texte à consulter en fin d'article).

    gilets jaunes chalabre

    gilets jaunes chalabre

    Gilets jaunes de Chalabre (Aude), Cahier revendicatif

    Porte-parole d’une colère constructive « sans violence » :

    - Taxer immédiatement le fuel lourd pour les gros bateaux (1 bateau émet autant de CO2 que 1,7 million de voitures).

    - Taxer le kérosène quitte à augmenter le prix du billet d’avion.

    - Abonder la transition écologique à hauteur de 30 % (au lieu de 20 %) des taxes prélevées sur les énergies carbonées.

    - Abandonner l’augmentation de la taxe fuel /essence prévue en janvier.

    - Rétablir immédiatement l’ISF.

    - Abandonner l’augmentation de 1,7 % de la CSG et redonner du pouvoir d’achat aux pensions.

    - Augmenter le SMIC au-delà de la simple règle de l’inflation.

    - Moratoire sur le CICE et reprise, le cas échéant, après analyse des résultats constatés, après deux ans de fonctionnement.

    - Réduire le train de vie de l’Etat (suppression du Sénat, réduction du nombre de députés et contrôle strict de leur IRFM tous les ans, abolition des privilèges des anciens présidents, des premiers ministres et anciens ministres de l’Intérieur).

    - Rétablir les services publics en zone rurale.

    - Déserts médicaux, accès aux soins : combler le fossé entre les villes et les campagnes.

    - Refonte des collectivités territoriales.

    - Renationaliser les autoroutes.

    - Abandonner l’augmentation du contrôle technique.