Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Social

  • Un nouveau samedi en jaune

    Le collectif des Gilets jaunes du pays chalabrais annonce qu’il sera présent demain samedi 19 janvier à partir de 10 h sur le rond-point de la Croix-des-Missions.

  • Gilets jaunes : Un cahier de doléances ouvert en mairie

    Lundi 14 janvier, la salle du conseil municipal servait de cadre à une entrevue qui a réuni nombre de Chalabroises et de Chalabrois, reçus par Jean-Jacques Aulombard et Joliette Coste, maire et adjointe de la commune. Dans le prolongement du mouvement citoyen initié le 17 novembre dernier, cette rencontre a permis d’examiner les points, non exhaustifs, notés sur un cahier de revendications (voir les détails en fin d’article), interprète d’une colère constructive et sans violence.

    Egalement évoqué, la perspective du débat national annoncé, avec ses préliminaires et le courrier du président Emmanuel Macron aux Français, que ces derniers devraient bientôt trouver dans leur boîte aux lettres. D’un commun accord, l’assemblée a décidé de se donner le temps de la réflexion, et de se retrouver le lundi 21 janvier prochain au même endroit et à la même heure (10 h 30), afin que chacun puisse exprimer sa perception après lecture.

    Pour l’heure, un cahier de doléances a été ouvert au secrétariat de la mairie, sur lequel les citoyens qui le souhaitent peuvent énoncer leurs propositions.

    Cahier revendicatif :

    - Taxer immédiatement le fuel lourd pour les gros bateaux (1 bateau émet autant de CO2 que 1,7 million de voitures).

    - Taxer le kérosène quitte à augmenter le prix du billet d’avion.

    - Abonder la transition écologique à hauteur de 30 % (au lieu de 20 %) des taxes prélevées sur les énergies carbonées.

    - Abandonner l’augmentation de la taxe fuel-essence prévue en janvier.

    - Rétablir immédiatement l’ISF.

    - Abandonner l’augmentation de 1,7 % de la CSG et redonner du pouvoir d’achat aux pensions.

    - Augmenter le SMIC au-delà de la simple règle de l’inflation.

    - Moratoire sur le CICE et reprise, le cas échéant, après analyse des résultats constatés, après deux ans de fonctionnement.

    - Réduire le train de vie de l’Etat (suppression du Sénat, réduction du nombre de députés et contrôle strict de leur IRFM tous les ans, abolition des privilèges des anciens présidents, des premiers ministres et anciens ministres de l’Intérieur).

    - Rétablir les services publics en zone rurale.

    - Déserts médicaux, accès aux soins : combler le fossé entre les villes et les campagnes.

    - Refonte des collectivités territoriales.

    - Renationaliser les autoroutes.

    - Abandonner l’augmentation du contrôle technique.

  • Un bal musette en attendant l'année nouvelle

    ccas chalabre,baïlamor

    A l’occasion des fêtes de la Nativité, la salle de la place Charles-Amouroux accueillait les aînés de la cité chalabroise, à l’invitation du centre communal d'action sociale (CCAS). Emmenée par Céline Amiel et Joliette Coste, l’équipe proposait un moment de partage et d'échange, autour d’un repas précédé par un apéritif en musique, animé par les artistes de l’orchestre Baïlamor.

    ccas chalabre,baïlamor

    A la faveur d’un intermède, les élus autour de Jean-Jacques Aulombard, maire, adressaient des mots de bienvenue, et exprimaient leur satisfaction de se retrouver en aussi bonne compagnie. Le tempo ainsi donné, plus de soixante convives ont pris place afin de déguster un menu élaboré par Didier Limouzy, chef de l’hôtel de France, tandis que la boulangerie Denis sur le cours Colbert, avait pourvu aux pizzas apéritives et ballotins de chocolats. Auparavant et à l’attention des invités n’ayant pu répondre présent, l'équipe technique et le premier magistrat, avaient pris soin de livrer une soixantaine de repas à domicile.

    ccas chalabre,baïlamor

    En musique et en chansons, sur des rythmes toujours aussi appréciés, Christophe et ses solistes ont offert des moments d'émotion à un parterre invité à danser sur des rythmes éternels. Une matinée conviviale très appréciée par l’ensemble des participants, disposés à renouveler l’expérience et qui remercient vivement l’équipe du CCAS, elle-même « heureuse d’avoir pu rendre ses invités heureux ». (photos Céline Amiel, Joliette Coste)

  • Au rendez-vous des Gilets jaunes

    Après la réunion publique tenue mercredi 9 janvier en mairie, le collectif citoyen des Gilets jaunes du pays chalabrais propose un nouveau rendez-vous le samedi 12 janvier à partir de 10 h, sur le rond-point de la Croix-des-Missions.

  • Elles ont validé leur formation

    ram,régine dumasLes récipiendaires aux côtés de Régine Dumas.

    Jeudi 21 mars, le groupe des assistantes maternelles des Pyrénées Audoises était réuni aux côtés de Régine Dumas, animatrice du RAM (relais d’assistantes maternelles), afin de recevoir les diplômes de premiers secours PSC1. Une rencontre programmée dans les locaux de l’ancien office de tourisme, cours d’Aguesseau, où les assistantes se sont montrées ravies de recevoir leur attestation, au terme d’une formation dispensée par Yannick Guesclin de la caserne de Quillan. Elles souhaitent remercier la communauté de communes d'avoir mis en place cette action, ainsi que le SDIS11, pour la qualité de l'intervention.

    La réunion s'est poursuivie autour de sujets figurant à l'ordre du jour : qu'est ce qu'une MAM (maison d'assistantes maternelles), quelles sont les conditions d'accueil à domicile, quid du rôle et des missions de l'animatrice du RAM ? Egalement évoqués les projets du trimestre prochain : une visite chez les pompiers, un projet autour du livre et avec les structures crèches.

    Régine Dumas se tient à la disposition des parents en recherche d'un mode de garde, elle est joignable au 06 84 01 68 59.

  • Une pensionnaire singulière dans les locaux de l’Ehpad

    Société. Mamour a retrouvé sa propriétaire Reine. Une belle histoire.

    reine benoist,mamour,hauts-de-bon-accueilReine et Mamour ont renoué avec leurs souvenirs.

    C’est un début d’après-midi comme les autres, quand certains résidents de l’hôpital des Hauts-de-Bon-Accueil se consacrent à l’exercice de la sieste. Mais dans le long couloir qui mène vers le secteur B, l’heure est à l’expectative pour la passagère d’une corbeille délicatement emmenée par Sandrine. La combinaison d’un digicode plus tard, une chatte prénommée Mamour est libérée dans la chambre de sa maîtresse, partageant avec elle un intervalle de bonheur et de surprise mêlées. Instant privilégié et tête-à-tête aussi heureux qu’inespéré pour Reine Benoist, qui a retrouvé son compagnon à quatre pattes, dont elle est séparée depuis son admission dans l’établissement.

    Un bel après-midi de retrouvailles, qui en appelle d’autres puisque la possibilité d’établir un calendrier de visites a été évoquée puis validée par la direction de l’hôpital. Afin que Reine et sa protégée, puissent renouer avec un quotidien de complicité et de confidences, chaque mardi et jeudi, de 14 h à 16 h. Par les bons soins de Sandrine, ancienne voisine et désormais marraine d’adoption de Mamour.

    Dans le prolongement d’animations impliquant dans un passé récent la présence d’animaux, les Hauts-de-Bon-Accueil ont vérifié leur rôle positif sur la santé et le moral des résidents. Source de distraction et de bonheur, la compagnie d’un animal atténue le sentiment d’isolement. Une évidence en cet après midi tout sauf ordinaire pour nos deux amies. 

  • La génération dorée est descendue dans la rue

    retraités chalabrois,csgLa grogne a fédéré les retraités du pays chalabrais.

    Jeudi 15 mars les retraités du Chalabrais se sont fortement mobilisés (10 % de la population de la commune qui compte 1100 habitants), pour exprimer leur ras-le-bol contre la baisse de leur pouvoir d’achat et la hausse de la CSG. Le rassemblement a eu lieu devant la mairie, cours Sully, à l’appel d’un collectif citoyen qui s’est borné à dénoncer la situation. retraités chalabrois,csgSituation dans laquelle, « depuis le gouvernement socialiste de François Hollande, les pensions ont été gelées et ce, malgré l’augmentation des prix à la consommation et des services, et les taxes ont été relevées, amputant d’autant le niveau des pensions des retraités, qui ne s’estiment pas être des nantis, avec 1200 ou 1500 € mensuels ».

    Autre inquiétude, avec « un gouvernement qui déclare défendre le système de répartition voulu à la création de la sécurité sociale en 1945, et basé sur la solidarité intergénérationnelle, les actifs cotisant pour les retraités. Tandis que le président Macron décide le contraire, en appelant les retraités à fournir un effort pour les actifs ».

    retraités chalabrois,csg

    Egalement mise en avant, « la petite musique qui dit que les retraités vivent mieux que les actifs, une litanie qui vise uniquement à dresser les uns contre les autres. N’oublions pas que les retraités d’aujourd’hui ont été les actifs d’hier. Et, par ailleurs que ces mêmes retraités font marcher le commerce et les services, aident leurs enfants et petits-enfants comme ils ont, en leur temps, aidé leurs parents, s’investissent amplement dans les associations, notamment caritatives ».

    Autres questions posées lors de ce rassemblement, « les retraités propriétaires de leur logement doivent-ils avoir aujourd’hui mauvaise conscience après une vie de labeur ? Le chômage des jeunes doit-il aussi leur être imputé ? ».

    retraités chalabrois,csgCette mobilisation sous le balcon de l’hôtel de ville a renvoyé l’image de retraités déçus, « qui ont la sourde impression d’être indûment ponctionnés alors que certaines largesses sont accordées aux plus riches et, notamment, en ce qui concerne l’ISF ou autres avantages distribués aux détenteurs du CAC 40 ». Et de souligner que depuis 1995, les pensions ne sont plus indexées sur les salaires, mais sur les prix, et que les différents gouvernements n’ont eu de cesse que de tirer la société vers le bas.

    Expérience aidant, la « génération dorée » a émis un dernier doute, quant à la profession de foi stipulant que les retraités ne perdront rien dans la mesure où ils seront exonérés de la taxe d’habitation. Précisant pour conclure, « cela ne vaudra que lorsque la mesure sera effective. Pour le moment, ils en supportent la charge, sans compter le gel des pensions jusqu’en 2019 ».

    En date du 20 mars, le collectif chalabrois a adressé une lettre ouverte à Mme Mireille Robert, députée de la 3e circonscription de l’Aude, lettre conclue sous la forme d’une mise en garde :  « Attention ! Les 16 millions de retraités pourraient bien exprimer leur colère jusque dans les urnes… ».

    retraités chalabrois,csg