Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cyclo vtt club du chalabrais - Page 2

  • C'était hier : Voyage à vélo dans le massif des Cévennes

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 26 juillet 1996.

    cyclo vtt club du chalabraisUne vue imprenable depuis le Mont Aigoual (Photos archives, juillet 1996).

    Il avait découvert le superbe site du parc national des Cévennes en 1995, le peloton cycliste du président Jean Quério s’est accordé en fin de semaine dernière, une nouvelle escapade touristique sur les routes accueillantes de la Lozère et de l’Aveyron. Partie depuis Saint Bauzille de Putois dans la Haute-Vallée de l’Hérault, la troupe arrivait groupée au pied de la grotte des Demoiselles avant d’atteindre Ganges et Valleraugues, point de départ d’une longue ascension vers le Mont Aigoual et ses 1 567 mètres. Après une visite particulièrement enrichissante des installations de Météo France et un dernier regard sur les interminables lacets de l’Espérou en contrebas de la station, les cyclos du Kercorb fondaient sur le chaos de Montpellier le Vieux. Une courte pause au milieu de ce site lunaire va permettre au peloton de se reformer avant la descente du col de Perjuret (1 031m) et l’arrivée à l’hôtel Family de Meyrueis. Juste à temps pour apprécier les qualités reconstituantes de l’aligot, plat local. Après une nuit réparatrice au pied du Causse Méjean, les CCC s’offrent au saut du lit, les 1 035 mètres du col de Montjardin, dernière difficulté avant les magnifiques gorges de la Dourbie, qui vont très vite les emmener jusqu’à Millau, perme de l’étape.

    cyclo vtt club du chalabrais

    En parcourant en voiture et sous la pluie battante l’immensité du plateau du Larzac, nos cyclos sur le chemin du retour pensaient déjà à l’an prochain, une sortie vers les Pyrénées espagnoles serait au programme. Peut-être attendront-ils l’an 2001 pour revenir à Millau, lorsqu’ils pourront emprunter à vélo le futur grand viaduc conçu sur le même principe que le pont de Normandie, et dont la mise en chantier est prévue pour 1998 ? Les Cyclos du Kercorb qui tenaient à saluer l’arrivée au club du sportif confirmé et néanmoins « Mestre Festejaïre del Cazal » Francis Amouroux, ont participé avec grand plaisir à la randonnée inscrite au programme des fêtes en l’honneur de Sainte-Marie-Madeleine. L’arrivée jugée sur la Grand-Place du Cazal au terme de dix tours a été très disputée, sur le tempo endiablé des musiciens de l’OPVC au grand complet.

    cyclo vtt club du chalabrais

  • C’était hier : Les cyclos du Kercorb à l’assaut du pays de Béarn

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du lundi 24 juillet 2006. Ce retour en arrière dans le parcours du vieux club cyclo donne l'occasion d'évoquer le souvenir du regretté président Roger Théron, décédé au mois de juin 2010, et de son épouse Lucette, qui sera accompagnée vers sa dernière demeure ce samedi 24 juillet à 11 heures. Pour un dernier hommage, et pour les anciens du Club Cyclotouriste du Chalabrais, des images qui reviendront à la mémoire. Le souvenir d’un plat de cèpes dégusté au pied du col de la Core en guise de ravitaillement, symbolisait à la perfection ce que fut l’intendance sous la présidence de Roger, avec le concours culinaire et toujours apprécié de Lucette.

    cyclo vtt club du chalabraisLes Chalabrois ont eu les honneurs du podium au pied du château du bon roi Henri (Photo archives, juillet 2006).

    La douce musique du dérailleur n’en finit pas de griser les cyclos du Chalabrais, qui repartaient dernièrement en campagne pour une nouvelle fête du vélo programmée en pays béarnais. Au pied du berceau du bon roi Henri IV, quatre représentants du club cher au président Jean Quério ont ainsi participé à la « Béarn Cycl’Espoir ». Une randonnée cyclotouriste organisée par l’UFOLEP, dont les fonds sont entièrement reversés au profit de la recherche médicale sur la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Charcot).

    Au départ de Pau, les concurrents se voyaient proposer une boucle de 130 km via Eaux-Bonnes et Laruns, avec l’ascension de deux cols mythiques pyrénéens, le Soulor (1 474 m) et l’Aubisque (1 709 m). Précédant l’arrivée des forçats de la route, cette balade touristique était aussi destinée à célébrer le 60e anniversaire du passage du Tour de France à Pau. Depuis le 9 juillet 1930 et la victoire d’Alfredo Binda, Pau entretient une longue histoire d’amour avec la Grande Boucle, et l’arrivée du Tour sur la place de Verdun appartient à la légende du cyclisme. Légende à laquelle aura contribué le Mauléonnais Marcel Quéheille, ancien professionnel du peloton et régional de l’étape Bordeaux-Bayonne, qu’il remporta en 1959 avant de terminer à Paris (26e) derrière un vainqueur nommé Federico Bahamontes.

    En ce dimanche 9 juillet, le quatuor chalabrois aura eu l’honneur et le plaisir de pédaler aux côtés du champion Marcel Quéheille, excellent grimpeur plus affûté que jamais, lequel prendra la 57e place sur 123 partants et 118 classés, en un temps de 4 h 39’ 03’’ qui lui vaut la médaille d’or. Une « perf » appréciée à sa juste valeur par nos « cyclos voltigeurs » qui au terme d’une belle chevauchée décrochent le classement suivant : 40e Patrick Rault en 4 h 25’ 25’’ (or), 41e Christophe Borie en 4 h 25’ 25’’ (argent), 98e Monique Rault en 5 h 34’ 50’’ (argent) et Francis Amouroux 100e en 5 h 36’ 09’’ (argent). Dans le même temps, Maryse Amouroux effectuait la randonnée pédestre proposée aux candidats orphelins de leur vélo. A l’arrivée, Patrick et Monique Rault étaient invités à monter sur le podium, où ils se voyaient remettre coupes et bouquets, à la conclusion d’une journée parfaite sur les pentes de Pyrène. Instants privilégiés que Madame la conseillère générale des Pyrénées-Atlantiques a gracieusement immortalisés, avant que les Cyclos du Chalabrais ne rentrent au bercail. Où ils vont préparer au mieux le rendez-vous du 3 août prochain, départ d’un périple de dix jours dans le sud Tyrol italien, au cœur du somptueux décor des Dolomites.

  • C’était hier : Nos cyclos dans la tourmente

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mercredi 3 juillet 1996.

    cyclo vtt club du chalabraisMême frigorifiés, les CCC conservent le sourire (Photo archives, Juin 1996).

    Rarement peloton s’était montré aussi fringant au départ du siège café de la Paix, tant d’ardeur faisait vraiment plaisir à voir, et François Lopez, président d’honneur venu encourager ses poulains à la pointe du jour, avait du mal à dissimuler sa satisfaction. Une seule ombre au tableau peut-être, le désistement de « Kiki », son habituel et fidèle compagnon d’échappée. Dimanche 23 juin donc, sur le coup de 7 heures, le groupe emmené par le président Jean Quério partait à l’assaut du col de Pailhères via la cité des 3 Quilles, Axat, Rouze et Mijanès. Les rayons de soleil qui donnaient au château d’Usson des allures de citadelle du vertige allaient vite s’éteindre, et en s’élevant à l’altitude de 2001 mètres, le peloton groupé autour de César allait bientôt entrer en contact avec les flocons du mois de juin.

    Les velléités de nos cyclos chalabrois prenaient alors un sérieux coup de froid, et la congère qui barre 300 jours sur 365 le dernier accès vers un sommet classé en deuxième position après le mythique Tourmalet, voyait débarquer dans une tempête de neige, neuf cyclos engourdis.  Même les chevaux du Pailhères, habituels maîtres des lieux, avaient préféré déserter les hauteurs voisines du Tarbezou. La descente sur Ascou fut dantesque, brouillard, neige, les mains collées aux cocottes de frein, il fallut un feu de fortune allumé en bas dans la vallée par Aline, Maryse et Roger, pour que les randonneurs se réconcilient un peu avec leur vélo. Le retour par le col de Chioula et Camurac sous la pluie fut un plaisir, chaque cyclo se félicitant discrètement d’être présent à pareille fête.

    Samedi 6 et dimanche 7 juillet, les CCC prendront la route de la Lozère, direction le Mont-Aigoual et retour par les gorges de la Dourbie. Rendez-vous à 4 h 45 devant la brigade de gendarmerie de Chalabre, avant une soirée de repos programmée dans le cadre accueillant de Meyrueis, au pied du Causse Noir.    

  • C’était hier : Cyclos : Beille leur appartient

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 30 juin 2001.

    cyclo vtt club du chalabraisLes cyclos du Kercorb sont toujours prêts. Drapeau en main, le président d'honneur François Lopez s'apprête à donner le top départ (Photo archives, Juin 2001).

    Port de l’Hers, col d’Agne, col de Latrape, col de Port et plateau de Beille, tel était l’horizon qui s’offrait au peloton des cyclos chalabrois, au départ samedi dernier de la 7e édition de l’Ariégeoise. Une cyclosportive au départ de Tarascon-sur-Ariège qui réunissait cette année 2406 concurrents (record battu), répartis sur deux parcours au choix (143 ou 101 km). Aussi affûtés que les dents de leur pédalier, les représentants chalabrois auront souvent l’occasion de serrer les dents sur les pentes surchauffées des cols ariégeois. La cerise sur le gâteau étant bien sûr l’ascension finale vers le plateau de Beille, un monument pour qui a déjà gravi les seize kilomètres menant au village lapon. Malgré un dénivelé régulier de 7,5 %, les membres du CCC termineront leur périple sans encombre ou si peu, et sous une chaleur écrasante.

    Spécialiste de la longue distance, Jean Navarro termine à la 233e place (sur 1 385), talonné par Monique Rault, classée en 5e position chez les féminines. Une performance qu’elle dédie à Patrick, son habituel partenaire d’échappée, cloué au lit samedi en compagnie d’une fièvre sournoise. Engagés dans la « Pitchouno », plus courte mais tout aussi respectable, Francis Amouroux (275e), Christian Courdil (379e), Roger Garros (451e) et Jean-Christophe Garros (576e), se seront particulièrement bien tenus au milieu de 1 021 concurrents. La palme de la malchance revenant cette année à l’ami César Martinez, « el hombre de la Venta », trahi par ces rayons de soleil qui habituellement le transcendent dès que la route s’élève.

    Toutes nos félicitations aux cyclos du président Yves Bérenguer, qui vont à présent se refaire une santé, dans la perspective d’un nouveau grand rendez-vous prévu le 19 juillet prochain. Ils seront au départ de l’Etape du Tour, qui les mènera depuis Lourdes jusqu’à Luz-Ardiden, via les cols d’Aspin et du Tourmalet.

  • C’était hier : Un tour du Kercorb pour les féminines du Tour de l'Aude

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du dimanche 3 juin 2001.

    cyclo vtt club du chalabraisDans le col du Bac, le maillot jaune Lyne Bessette maîtrise la situation (Photos archives, Mai 2001).

    Les fringantes concurrentes du 17e Tour de l’Aude féminin étaient le samedi 26 mai, de retour dans notre cité, pour le plus grand plaisir des nombreux amateurs de sport cycliste. Au premier rang des Chalabrois qui se pressaient aux abords du délicat virage de l’hôtel de France, l’ami André Déramond , notre Jean-Paul Olivier local, a apprécié le spectacle offert par la Néo-Zélandaise Sarah Ulmer et ses compagnes d’échappée. Plus haut dans les derniers lacets du col du Bac, officiellement col de Saint-Benoît, la bagarre était toujours aussi âpre sous le regard d’un public impressionné par l’aisance et l’allure du peloton de tête. 

    Une poignée de secondes derrière, le maillot jaune Lyne Bessette contrôlait au train et sereinement une course qui lui semblait promise. Et en définitive, une belle animation offerte par un peloton de charme traversant le pays chalabrais avec la rapidité de l’éclair. Juste le temps pour les fans de vélo, d’espérer un rendez-vous pour 2002.

    cyclo vtt club du chalabrais

    L'échappée cravache à l'avant

    cyclo vtt club du chalabrais

    Les encouragements des supporters du Cyclo-Club Chalabrois pour l'échappée, à la sortie de Castelreng

    cyclo vtt club du chalabrais

    Un dernier virage avant le sommet. Après il s'agira de combler le retard