Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

baraque du souvenir

  • Bonne fréquentation de la « Baraque du Souvenir » à Lescale

    Pour sa première année de fonctionnement, la « Baraque du Souvenir » a connu un vif succès. De mi-avril à mi-juin, près de 200 élèves, des lycéens, des collégiens, des enfants de primaire accompagnés de leurs enseignants et de parents, avec l’aide du Souvenir Français et des réservistes de l’armée, se sont rendus sur le site Lescale-Picaussel, pour des journées « Mémoire et témoignages ».

    A leur arrivée, ils sont accueillis à l’ancienne école par des membres de l’association « Les Amis de Lescale » qui leur servent une petite collation. Si les plus âgés empruntent le sentier historique qui passe par la grotte, les plus jeunes sont transportés en minibus jusqu’au refuge de l’ONF. Messieurs Lajou et Lacroux, anciens Combattants Volontaires de la Résistance les attendent au Mémorial du Maquis de Picaussel, pour leur parler de l’engagement des maquisards, de leurs combats et de leur vie quotidienne. A la Baraque, ils sont accueillis par Suzanne Deloustal, qui revit pour eux les années noires des habitants de Lescale (l’attaque allemande, l’incendie, la vie dans les baraques, la reconstruction).

    baraque du souvenir,lescale,amis de lescaleSuzanne Deloustal détaille ce que fut le quotidien, durant cette douloureuse période.

    La journée se termine par une cérémonie où les jeunes sont les acteurs : deux montent les couleurs et trois sont porte-drapeaux (photo ci-dessous). A cette occasion, beaucoup découvrent et comprennent  la symbolique d’une cérémonie commémorative. Avant le départ, chaque participant reçoit un livret sur le Maquis de Picaussel et une plaquette sur Lescale.

    baraque du souvenir,lescale,amis de lescale

    La « Baraque du Souvenir » se visite librement. Du 1er mai au 26 août, 496 personnes se sont inscrites sur la fiche  de fréquentation, dont 268 venant d’autres départements et 60 venant de pays étrangers. Le nombre de visiteurs est en réalité plus important car certains ne signalent pas leur passage.

    baraque du souvenir,lescale,amis de lescaleMM. Lacroux et Lajou avec les élèves, devant la Cabane du Maquis. 

    Cela prouve que les élèves, leurs professeurs, les gens de la région, les touristes, sont sensibles à ces lieux chargés d’histoire et  apprécient les réalisations qui leur permettent de mieux comprendre le courage de ces femmes et de ces hommes qui ont lutté, au péril de leur vie, et souffert pour le retour de la liberté. Pour plus de renseignements, consulter le site amisdelescale@yahoo.fr  

  • La « Baraque du Souvenir » à Lescale, est en bonne voie

    Lescale.JPGLa « Baraque du Souvenir » prend forme.

    Le chantier initié par l’association des Amis de Lescale, financé par la commune de Puivert et le conseil général de l’Aude, et supervisé par Sébastien Irola animateur de la charte forestière de la Haute Vallée de l’Aude, avance à grands pas. Depuis plusieurs jours déjà, les stagiaires du centre de formation Bâtipôle s’appliquent à faire sortir de terre une habitation très attendue, et à la symbolique forte. Faut-il rappeler que le hameau de Lescale, au-dessus de Puivert, fut entièrement détruit par le feu le 9 août 1944. Soupçonnés de soutenir l’action des maquisards de Picaussel, les habitants de Lescale avaient ainsi subi les représailles menées par l’occupant nazi, mis en échec face aux résistants. La vie s’organiserait ensuite, les habitants du hameau étant relogés dans d’inconfortables baraques en bois.

    Identiques à la « Baraque du Souvenir » qui est en train de prendre forme sur un terrain acheté à l’initiative de l’équipe municipale emmenée par Gaston Bauzou. Les planches de Douglas issues des forêts communales de Puivert, forment la structure en ossature bois et serviront à la toiture et au bardage, lors des deuxième et troisième semaines de juin, dates des dernières interventions des stagiaires. A l’occasion d’un passage près du chantier, il ne faut pas hésiter à aller discuter avec les jeunes bâtisseurs, qui détailleront les aspects techniques de cette construction. Pour plus d’informations, contacter Sébastien Irola au 04 68 69 99 49. 

    P1030008.JPG