Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

blau

  • Il pleut qu'on s'en dégoûte !

    Canards.jpg

    Le mois de juin qui commence a parfaitement pris le relais d'un mois de mai 2013 plutôt pluvieux. L'occasion pour les trois cours d'eau qui arrosent la cité du Kercorb, de faire leur toilette de printemps et de tutoyer la cote d'alerte. Du Pont du Blau au Pont-Neuf, jusqu'au canal croisant la rue du Pont de l'Hers, les passants pressés ralentissent le pas et observent de gros flots charriant billes de bois, que les canards prennent plaisir à esquiver (photos Ginès Lorca).

    Canal Lucien.jpg

  • Satisfaction chez les fines gaules

    DL 2011.jpgOuverture sur les bords de l’ Hers.

    Investies de très bonne heure en ce samedi d’ouverture, les berges de l’Hers, du Blau et du Chalabreil ont reçu la visite de disciples de St Pierre moins nombreux qu’à l’habitude, malgré une météo clémente. Sous un ciel couvert et une bruine légère, Dame truite a bien voulu se hasarder hors de sa « tutte », si bien qu’en milieu de matinée, la plupart des pêcheurs avaient garni leur garbuste. C’est alors que le poisson a pu bénéficier d’un peu de répit, à l’heure où les « pescofis » décidaient de s’accorder une pause déjeuner amplement méritée.

    Blog I.jpgLe gouffre de la Picharotte a perdu quelques unes de ses pensionnaires.

    Quant à notre fine gaule, nul n’a pu savoir si elle aura sacrifié à cette tradition qui veut que le pêcheur embrasse sa première prise de la saison, avant de la rejeter à l’eau. Au final, un bilan positif pour cette ouverture 2011, confirmé par les membres de l’AAPPMA du Quercorb et leur président Christian Courdil. 

     Clément.jpgConcentration optimum pour Clément, sur les bords du lac de Chalabre.

  • En flânant au hasard des rues

    Gégé Labaud.JPGC'est un lieu de promenade prisé par les Chalabrois et régulièrement cadré dans l'objectif des nombreux visiteurs de passage, le pittoresque quartier du Blau renvoie l'image intacte d'un autre temps. Avec ses façades en torchis dansant sur le miroir des eaux paisibles de la rivière "bleue", ce lieu abrite quelques-unes des plus vieilles maisons de la capitale du Kercorb. Il garde aussi quelques vestiges d'un passé moins éloigné, lorsque la société de consommation en était à ses premiers balbutiements.

    Le terme publicité n'était pas encore entré dans le langage usuel et pourtant les réclames commençaient à s'afficher çà et là, comme sur le mur de l'épicerie tenue pendant la première partie du siècle dernier par la famille Huillet. Pour la ménagère allant chez Marceau, il était alors impossible de manquer le coup de promotion au bénéfice d'un ancêtre du gel coiffant, destiné à des consommateurs qui le valaient bien.

    Dans les années 1950, ce commerce laissera la place à un dépôt de journaux tenu par Justin et Jeannette Navarro lesquels continuèrent à percevoir pendant dix ans encore, la coquette somme de 100F par an, versée à leur endroit par le roi de la brillantine. Les tarifs publicitaires n'atteindraient des sommets que beaucoup plus tard, le coup de pinceau avait encore quelques belles années devant lui. L'avènement de l'image virtuelle n'était plus bien loin pourtant.

    photo: Le pont du Blau, une passerelle vers la nostalgie.