Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ronde cérétane

  • C’était hier : De Céret à Bugarach, avec les Foulées du Kercorb

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du samedi 24 septembre 2005.

    foulées du kercorb,ronde cérétaneLes Chalabrois à l’abri de la tramontane au pied de l’olivier cérétan (photos archives, Septembre 2005).

    La saison des courses sur route est entrée dans sa dernière ligne droite et les coureurs de fond du coprésident Jean-Paul Cnocquart, sur la brèche depuis le 20 février dernier, en ont gardé encore un peu sous la semelle. Présents en Vallespir lors des Journées du Patrimoine, les fondeurs chalabrois avaient rallié Céret, ville d’art, berceau de la cerise, et point de départ de la XXIIe Ronde Cérétane. Vingt kilomètres au menu d’une course dont le départ était donné par Jean-Luc Panabières sous les platanes centenaires de l’avenue d’Espagne, et sur le tempo de la banda des « Tirous », musiciens du cru.

    Au terme d’une boucle de 2,5 km permettant de découvrir le cœur de Céret et la fameuse rue Saint-Ferréol, 1 460 concurrents étaient invités à se disperser dans la nature. Les uns prenant un peu de hauteur via le col de Bousseils, principale difficulté à franchir deux fois, les autres amorçant une nouvelle boucle vers la vieille ville. Premiers à fouler le tapis rouge sous les encouragements de Francis et Geneviève Vila, Cérétans inconditionnels, Muriel et Thierry Noy, accompagnés de Jean Plauzolles, un trio mixte qui couvre les 6,5 km en moins de 39 minutes. Arriverait ensuite un quatuor composé de Jean-Pierre Silvestre, Michel Raynaud, Gille et Maïté Babou, fourbus mais satisfaits de leur chrono, au terme de 20 bornes agrémentées de ravitaillements à base de « porro » de muscat et de rousquilles de la vallée du Tech. Régime indispensable et idéal pour contrecarrer une méchante tramontane qui aura soufflé sans faiblir.

    Après ce brillant intermède catalan, les Foulées du Kercorb ont rendez-vous le 2 octobre avec Bernadette et Roland au pied du pic de Bugarach (17 km). Auparavant les fondeurs chalabrois seront ce dimanche 25 septembre à Limoux, au départ de la XIe édition du Challenge Pacoulix. A l’invitation de Jean-Pierre Panont, Daniel Tédo et leur équipe, rendez-vous sur les berges de l’Aude pour un 10 km dans la cité blanquetière. Pour l’heure, les « Macadam Kerc’Boys » souhaitent un prompt rétablissement à leur ami Serge Murillo, éloigné des pistes sur blessure.

    foulées du kercorb,ronde cérétane

    Les traditionnels « correfocs » dans les rues de Céret, à la veille de la course

    foulées du kercorb,ronde cérétane

    Ambassadrices des Foulées en pays catalan

    foulées du kercorb,ronde cérétane

    Les Cantalous Gilles et Maïté Babou en déplacement avec les amis

    foulées du kercorb,ronde cérétane

    En attendant le plat de paella, place de la Liberté

  • C’était hier : Les coureurs des Foulées dans les vignobles de Céret

    L’article en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du dimanche 22 septembre 2002. En forme de clin d’œil à l’adresse des Chalabrois, voire des Villeforto-Aurillacois, qui auront eu le bonheur de se retrouver sous le ciel cérétan à l’occasion d’un rendez-vous en pays catalan, dont on ne sait s’il était gastronomique, sportif, ou les deux à la fois.

    foulées du kercorb,ronde cérétaneClaude et Francis ont fait honneur aux spécialités locales (Photo archives, Septembre 2002).

    Tandis que Laurent Garcia s’adjugeait samedi soir la 58e place parmi les 645 concurrents de la XIIe Ronde des Vendanges à Carcassonne (46’ 18’’), Claude Cnocquart et Francis Amouroux prenaient la direction des Albères pour s’aligner au départ de la XIXe Ronde Cérétane. Vingt kilomètres au menu d’une course dont le départ était donné sous les platanes centenaires de l’Avenue d’Espagne, dans une ambiance rythmée par les bandas, « Les Tirons » en tête. Au terme d’une boucle de 2,5 km permettant de découvrir le vieux Céret et la célèbre rue Saint-Ferréol, les fondeurs allaient prendre un peu de hauteur via le col de Bousseils, principale difficulté à franchir deux fois. Depuis les hauts de Céret, les Chalabrois enfoncés dans le cœur du vignoble catalan vont emballer le chrono, avec pour toile de fond la chaîne des Pyrénées et la Méditerranée.

    Le premier à fouler le tapis rouge déroulé sur la ligne d’arrivée sera l’ami Claude Cnocquart, 73e en 1 h 24’ 41’’ au classement scratch, et 2e junior sur le podium. Le vétéran 2 Francis Amouroux bouclera à son tour la distance en 1 h 42’ 37’’, un temps qui le place en 321e position sur 634 concurrents au départ. Engagés dans la course des 6,5 km avec leurs partenaires rugbymen des juniors Reichel de Céret et parmi 376 concurrents, Julien et Benjamin Vila se classent respectivement 65e et 90e en 28’ 48’’ et 29’ 59’’, deux chronos qui auront certainement fait l’admiration de Mamy Jeannette à la Plaine du Pont-Neuf.

    Après cet intermède catalan conclu par les traditionnels « castellers » et le fameux « pourrou », l’heure était venue pour les Foulées du Kercorb de retourner le sablier. Après la Catalogne, cap sur le Lauragais, où nos fondeurs ont pris à Castelnaudary, le départ du 25e semi-marathon de la Légion.           

  • Les marcheurs se font plaisir sur la Ronde Cérétane

    ronde cérétane

    Une fin de semaine à la catalane pour nos randonneurs.

    Présente au départ de la  32e Ronde Cérétane, une délégation de marcheurs avait décidé de mettre à profit une journée ensoleillée pour randonner sur les contreforts du Vallespir. Au départ de l’école de musique de Céret, et sur un parcours long de 9 km pour 225 m de dénivelé, sept représentants de la Catalogne, des Monts du Lyonnais et du Chalabrais réunis, ont relevé le challenge proposé par Jean-Marie Honorio et Luc Panabières.

    Avec d’autant plus de mérite qu’une table dressée la veille par Francis et Geneviève, Cérétans de naissance et de cœur, était pourvue de force « bolas de picolat », crème ferrée, quelques pâtes bien sûr, et un peu de ce muscat que l’on retrouverait le lendemain en haut du col de Bousseils. Motivés par les cuivres de la banda des Canaillous de Millas, renforcée par Francis, premier édile du Cazal, chacun a pris plaisir à prendre un peu d’altitude pour atteindre les hauts de Céret et s’offrir une vue panoramique sur fond de mer.

    ronde cérétane

    Julien Vila dans les derniers hectomètres de la Ronde des 20 km.

    Le groupe bouclera la boucle sur la place de la Liberté puis sous les arcades de la place Pablo Picasso, au son de la cobla principal et au rythme du « flabiol-tamborí ». Quelques pas de sardane plus tard, il était l’heure de repartir vers le pays « gavach ».

    ronde cérétane

    ronde cérétane

    ronde cérétane

    ronde cérétane

  • Ils sont entrés dans la Ronde Cérétane

    Départ.jpgL'équipe chalabroise est prête à se ranger sous les ordres du starter.

    « Rien ne sert de partir à point, il faut courir ». Cette vérité de Jean de la Fontaine revisitée par Luc Panabières et son équipe organisatrice de la 27e Ronde Cérétane, aura électrisé les dossards 150, 682 et 2250, portés par trois coureurs de fond chalabrois bien décidés en ce dimanche 19 septembre, à titiller le sablier catalan. Parfaitement placé sous l'arche de départ dressée avenue d'Espagne, le trio de V3, vétérans de plus de soixante ans, se sera fait plaisir sur un parcours emprunté par les 1409 participants classés sur les deux distances au programme. Auparavant, une équipe de randonneuses, composée de Maryse Amouroux, Annie Plauzolles, Geneviève Vila et une petite Naoumie, était partie vers les hauteurs de Céret, pour une balade de 9 km sur des sentiers surplombant la capitale de la cerise.Jean.jpg

     Au coup de pistolet tiré à hauteur du Stade Fondecave, qui en fin d'après-midi verrait la victoire du Céret Sportif XV sur les Gersois de Gimont, Jean Plauzolles, Francis Amouroux et Jean-Pierre Silvestre emboîtaient le pas au Rwandais Gervais Hakizimana, futur vainqueur de l'épreuve. Ce dernier profitait du premier virage en épingle pour leur fausser compagnie, juste avant que le redoutable « coll de Boussells » ne propose sa sélection de raidillons, à gravir deux fois. Engagé sur le 6 km, Jean Plauzolles était le premier à fouler le tapis rouge d'arrivée avec un chrono de 37' 38'' qui le place en 427e position (photo ci-contre). Dans le même temps, le candidat au prochain marathon de Toulouse et son partenaire attendu sur le Marathon Transpyrénéen Catalan, battaient la campagne cérétane, jusqu'à la Cabanasse.

    Francis V.jpgA gauche, Francis Vila, supporter cérétan impressionné par le rythme des Chalabrois. A droite Francis Amouroux boucle la Ronde.

    Francis.jpgLes deux compères vont réapparaître sur le Boulevard Joffre à trois minutes d'intervalle, Francis Amouroux et Jean-Pierre Silvestre (ci-dessous) engagés sur le 20 km se classent 283e en 1h 41' 29'' et 347e en 1h 44' 15''.

    Jean-Pierre.jpg

    Fondeurs et supporters rejoignaient ensuite la place de la Liberté pour satisfaire à l'épreuve gastronomique et sur le tempo imprimé par la banda locale des «Tirouns». Un «porro» de muscat plus tard, il était l'heure de rejoindre la place des Arcades où la Cobla Combo-Gili attendait les danseurs de sardanes (photo ci-dessous). Le soleil passait derrière le Canigou lorsque les Chalabrois prenaient congé de Francis et Geneviève, après avoir signé une pétition en faveur du lycée Déodat de Séverac.  

    Cobla.jpg