Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Une première conférence avec l’UPEK, si…

    L’équipe animatrice de l’Université populaire en Kercorb (Upek) reste attentive aux décisions administratives concernant les ouvertures de salles de spectacles et/ou de cafés et restaurants.

    Dans le meilleur des cas, et un feu vert espéré pour le mercredi 20 janvier, la première conférence de l’année pourrait avoir lieu à Rivel, le samedi 23 janvier à 17 heures, à la salle des fêtes.

    En compagnie d’un invité musicien, Maxence des Oiseaux, animateur pour l’occasion d’une « conférence-concert » sur l'histoire de la musique depuis la préhistoire, intitulée « Et la mélodie fût... ».

    upek,maxence des oiseaux

    Exceptionnellement, ainsi que pour la conférence du mois de mars, le « chapeau » sera intégralement reversé à l'artiste. En effet, Maxence des Oiseaux et Arnaud Essertel sont des intermittents du spectacle qui souffrent particulièrement de la crise sanitaire, avec l’annulation des spectacles et festivals.

    upek,maxence des oiseauxJouant depuis plus de 20 ans sur des flûtes rares en os (reproductions de flûtes préhistoriques), en cornes, en céramique et en bois, Maxence des oiseaux s'est intéressé à la musique médiévale, celtique, ainsi qu'à des formes plus contemporaines de musique (jazz, blues,...).

    Une succession d'événements le menèrent à remonter le temps pour s'intéresser à la recherche des sons premiers. Une musique naturaliste en naquit, issue d'une recherche sur « la musique de l'âge de pierre », ce qui le mène à intervenir pour des musées préhistoriques et donner des concerts dans des grottes ornées et autres lieux historiques (Grotte de Gargas dans les Hautes-Pyrénées, Stonehenge en Angleterre, université de Bournemouth section préhistoire).

    Maxence des oiseaux n'est pas historien, mais un artiste passionné: mêlant aspect historique avec un amour pour l'imaginaire et la mythologie, il crée des paysages sonores au-delà du temps. Travaillant épisodiquement aux côtés de grands noms de l'illustration du cinéma fantastique, il collabore aussi parfois sur des projets à large public (studios Universal). Il est également compositeur de bandes-son pour des expositions.

    upek,maxence des oiseauxMaxence des oiseaux propose une découverte d'instruments rares et méconnus. Il présentera un tour d'horizon de ce que pourrait être la naissance de la musique chez l'humain intégré dans son environnement naturel, puis le voyage temporel suivra le cours du temps, pour découvrir des sonorités rares issues de différentes époques de notre civilisation.

    L’occasion de découvrir ses instruments tout en voyageant dans des forêts et des grottes primaires imaginaires, aux sons de musiques naturalistes, ethniques. Après une incursion dans les jardins de l'Olympe, l’auditoire croisera un peu de jazz ou de blues en route, joués sur un instrument aux origines antiques, osant un thème de Henry Purcell interprété sur un instrument datant de 1920 et figurant « la préhistoire de la musique contemporaine ».

  • C'était hier : Les collégiens prospectent sur la colline du Calvaire

    L'article mis en ligne  avait été publié dans l'Indépendant, édition du samedi 20 janvier 2001.

    collège antoine-ponsLes élèves ont rendu d'excellentes copies (Photos archives, Janvier 2001).

    C’était jeudi et le foyer du collège Antoine-Pons avait des allures de galerie d’art à en juger par les petits chefs-d’œuvre suspendus aux cimaises. A leurs pieds, une nombreuse assistance était invitée à célébrer l’aboutissement d’un projet pédagogique initié en 1998 et dont le résultat final est en tout point remarquable. Accueillis par Claude Ruiz principal du collège, parents et élus locaux ont mesuré la qualité des travaux réalisés par une classe qui ne pouvait boucler plus brillamment son premier cycle d’études. A partir d’un paysage aux contours familiers, en l’occurrence la colline du Calvaire, nos potaches, guidés et conseillés par Mmes Laurence Toustou, Geneviève Nicoleau et Patrick Rault leurs professeurs, se sont efforcés de reconstituer point par point un lieu chargé d’histoire et insensiblement remodelé au fil du temps. A la conclusion de ce travail méticuleux, la composition de onze maquettes illustrées, lesquelles seront très bientôt disposées sur huit pupitres qui jalonneront le parcours menant à la chapelle du Calvaire, par le chemin de crête et par le chemin de croix. Au hasard des saisons, les visuels seront remplacés afin d’apporter au promeneur une information en phase avec le paysage qui s’offre à ses yeux.

    collège antoine-pons

    Initié par Patrick Rault, professeur de biologie, ce projet pédagogique trouve une place naturelle dans le programme d’aménagement et de mise en valeur des sentiers de randonnée mis sur pied par le conseil général de l’Aude. Ce dernier a d’ailleurs accepté de s’associer à l’œuvre de nos potaches en assurant l’installation de l’ensemble des pupitres. En fin d’année scolaire, ces élèves vont quitter le collège de Chalabre, ils auront auparavant passé le relais à un nouveau groupe appelé à marcher sur les traces et qui sera associé au projet de l’association « Il était une fois Chalabre », laquelle envisage la possibilité de planter une vigne sur les coteaux du Calvaire. Toutes nos félicitations aux élèves et à l’équipe enseignante, ils confirment si besoin était la belle dynamique du collège Antoine-Pons.

    collège antoine-pons

    collège antoine-pons

    Ce sentier de découverte sera inauguré au mois de juin de la même année, en présence des élus locaux (mairie de Chalabre, communauté de communes, maires du canton), du conseil général, de l’équipe enseignante, et de Pivert, la mascotte qui aura accompagné les collégiens tout au long de leur projet.

    collège antoine-pons

  • Chalabre et l'enseignement gratuit

    Un article publié dans les pages du journal le Courrier de l'Aude, en date du 17 janvier 1867.

    1867 Courrier de l'Aude 17 janvier 001.jpg

    1867 Courrier de l'Aude 17 janvier 002.jpg