Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

incendie

  • C'était hier : Montjardin : Un feu détruit le domaine « Laporte »

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du mardi 4 janvier 2011. 

    caserne jean-cabanier,laporte,incendie

    (photos archives, 3 janvier 2011)

    Les pompiers du centre de secours Jean Cabanier sont intervenus le lundi 3 janvier au domaine de Laporte, commune de Montjardin, où un incendie venait de se déclarer. Il était environ 18 heures lorsque d'importants services de secours ont rejoint la ferme isolée sur les hauteurs du col du Bac. Les hommes de l'adjudant-chef Stéphane Ferrier épaulés par leurs collègues de Ste Colombe sur l'Hers et Limoux sont parvenus à maîtriser le sinistre qui se serait peut-être déclaré dans la cheminée de l'habitation occupée par les deux retraités, domiciliés sur le domaine.

    caserne jean-cabanier,laporte,incendie

    La cheminée pourrait être à l'origine du sinistre

    Les soldats du feu se sont rapidement rendus maître de la situation, sécurisant les lieux afin d'éviter que le feu ne continue à ronger une charpente déjà très endommagée. Pris en charge par Jacques Laffont maire de Montjardin, et une ambulance des pompiers, les deux frères résidant à Laporte ont été accompagnés vers l'hôpital local de Chalabre où ils ont pu prendre un peu de repos. Une équipe de surveillance devait rester sur les lieux de l'incendie, afin d'assurer le retour à la normale.

    caserne jean-cabanier,laporte,incendie

    Charpente et toiture ont été sérieusement endommagées

    caserne jean-cabanier,laporte,incendie

    caserne jean-cabanier,laporte,incendie

  • Incendie à Laporte

    Les pompiers du centre de secours Jean Cabanier sont intervenus le lundi 3 janvier au domaine de Laporte, commune de Montjardin, où un incendie venait de se déclarer. Il était environ 18 heures lorsque d'importants services de secours ont rejoint la ferme isolée sur les hauteurs du col du Bac. Les hommes de l'adjudant-chef Stéphane Ferrier épaulés par leurs collègues de Ste Colombe sur l'Hers et Limoux sont parvenus à maîtriser le sinistre qui se serait peut-être déclaré dans la cheminée de l'habitation occupée par les deux retraités, domiciliés sur le domaine.

    Laporte I.JPGLa cheminée pourrait être à l'origine du sinistre.

    Les soldats du feu se sont rapidement rendus maître de la situation, sécurisant les lieux afin d'éviter que le feu ne continue à ronger une charpente déjà très endommagée. Pris en charge par Jacques Laffont maire de Montjardin, et une ambulance des pompiers, les deux frères résidant à Laporte ont été accompagnés vers l'hôpital local de Chalabre où ils ont pu prendre un peu de repos. Une équipe de surveillance devait rester sur les lieux de l'incendie, afin d'assurer le retour à la normale.

    Laporte V.JPGCharpente et toiture ont été sérieusement endommagées.

  • La vierge miraculée de l’Hôtel de France

    hôtel Burnt.JPGL'hôtel après sa destruction.

    Au mois de mai 1908, un violent orage provoquait l'incendie qui allait entièrement détruire l'Hôtel de France, sur le Cours National. La foudre tombée sur les écuries remplies de foin réduisait à l'état de ruines fumantes un édifice appartenant alors à Joseph Courrent, chef cuisinier renommé.

    S'il n'y eut par bonheur que des dégâts matériels,  un fait troublant allait pourtant susciter bien des interrogations. Au beau milieu des décombres retirés après le sinistre, la statue d'une vierge à l'enfant  en bois polychrome fut retrouvée intacte, épargnée par un brasier qui avait eu raison d'une construction contemporaine de la Révolution de 1789. Cet événement dans l'événement ne manqua pas d'être diversement interprété tandis que l'hôtel assuré depuis 1857 auprès de la Cie Phénix allait renaître de ses cendres, reconstruit de façon plus moderne et confortable, dans sa forme actuelle.

    Vierge 1908.JPGLa statue épargnée.

    Lors de la journée inaugurale  du « Modern Hôtel de France », Henri Rascol qui fut maire de Chalabre de 1905 à 1919 devait prononcer un discours chaleureux qu'il concluait en s'adressant aux jeunes filles de l'assemblée : «Quant à vous, Mesdemoiselles, qui par votre gracieuse présence, augmentez la vision du printemps que la nature inclémente nous refuse, je bois à vos plus douces espérances. »