Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

semi-marathon barcelone

  • Ils ont mis Barcelone dans un mouchoir de poche

    ac limoux,guillaume pons,semi-marathon barceloneSportifs et supporters ont adoré une fin de semaine dans la capitale catalane.

    Après avoir sereinement défié les rigueurs de l’hiver, une équipe de coureurs de fond aux couleurs réunies de l’AC Limoux, du TC Carcassonne et de Chalabre, décidait de se mettre au diapason, avec les accords d’un printemps aux aguets. Une surprise climatique n’étant jamais exclue, cette délégation forte de dix-huit membres, se transportait sur les rivages de la Méditerranée catalane, certifiée clémente.

    ac limoux,guillaume pons,semi-marathon barcelone,la lola

    En place dès le vendredi soir au pied de la monumentale cathédrale en chantier de la Sagrada Familia, fondeurs et supporters prendront d’assaut les vieilles arènes de la Place d’Espagne, où les attendaient « La Lola » et le cousin Antonio (photo ci-dessus). Pour un intermède culinaire tout en hauteur, mais délibérément sage, puisque l’objectif de ce séjour restait la participation à la XXIIe édition du semi-marathon de Barcelone. Le retour au niveau de la mer était prévu pour le dimanche, sur un circuit tracé autour du « Parque de la Ciutadella » et aux abords du port nautique, cadre des régates olympiques d’août 1992. Le samedi allait être dédié à Don Antonio Gaudi, avant que nos touristes, un peu mystiques mais avant tout sportifs, ne décident d’agrafer leur dossard et de mettre la puce en charge.

    Les choses sérieuses commençaient dimanche avant l’aube, lorsque sept accros au macadam ralliaient « el Arco-de-Triunfo » par voie souterraine, avant de se fondre parmi les 12.500 concurrents parqués à distance raisonnable du zoo. Perturbés par une moiteur inattendue mais transcendés par une ardente équipe de supporters en place dans les zones stratégiques, les fondeurs franchiront un à un l’arche d’arrivée, avant de consulter les chronos. Et d’avoir en même temps le sentiment d’avoir réalisé une belle course par équipe, comme en témoignent les résultats officiels. Fer de lance du team audois, Guillaume Pons prend la 1148e place en 1h 29‘47’’ (photo ci-dessous), suivi de son compère du TCC Hervé Taurin, 1850e en 1h 33‘49’’, 1924e Christian Morales (1h 34‘12’’), 2193e Frédéric Canal (1h 35‘28’’), 4118e Adeline Cros (1h 43‘08’’), 4263e Christophe Hamblot (1h 43’ 38’’), 5824e David Canal (1h 49‘14’’). Avec une mention pour Adeline Cros, seule féminine du groupe et qui prend la 5e place dans sa catégorie. Pour l’anecdote, il faut souligner la performance du Kenyan Abel Kirui, champion du monde de marathon 2011, et vainqueur en 1h 00’ 28’’, record de l’épreuve battu. Au terme de cette débauche d’efforts mis en commun, la confrérie audoise recomposée votait une motion « tapas »,  puis amorçait l’étape du retour vers le pays limouxin et chalabrois. En empruntant cette fois la route côtière, pittoresque à plus d’un égard.

    ac limoux,guillaume pons,semi-marathon barcelone,la lola

  • Un semi-marathon au pays du « Barça »

    Guillaume et Hervé.jpgGuillaume Pons et Hervé Taurin, deux capitaines de route au caractère bien trempé.

    En ce dernier vendredi de février, une équipe chalabro-limouxine a franchi la frontière du Perthus et mis le cap sur la capitale catalane où sera donné aujourd'hui  dimanche 25, le départ du 22e semi-marathon de Barcelone. Dix-huit éléments, fondeurs, épouses et enfants confondus, s’en sont remis aux compétences de Guillaume Pons, maître-organisateur de rendez-vous sportifs, avec le concours de Carole son épouse et complice. La délégation qui portera les couleurs du club d’athlétisme limouxin sera basée non loin de la Sagrada Familia, et donc à quelques hectomètres seulement de l’arche de départ, dressée près de l’Arc de Triomphe.

    A 8h 45 très précises, les fondeurs en jaune et vert devront trouver leur place dans une colonne de 12.500 concurrents, lancés sur un parcours urbain tracé à quelques encablures à peine du front de mer. Après avoir contourné le parc de la Citadelle et son zoo, orphelin de « Copito de nieve », gorille albinos disparu en 2003, nos athlètes apercevront la main de Christophe Colomb indiquant la direction vers les Amériques. Une fausse piste en réalité puisqu’il faudra partir juste à l’opposé, laisser le parc de Montjuich, et passer entre autre, devant le complexe Georges Méliès et la Torre Agbar. Si quelques forces auront été abandonnées sur les grands axes de la ville, les Audois bénéficieront d’un dernier quart de parcours longeant le littoral, avec passage aux abords du port olympique. Seule inconnue, la température des embruns et la force de l’air de la mer, lesquelles redonneront quoi qu’il en soit, le tonus nécessaire à Adeline, David, Frédéric, Guillaume, Hervé et Christian, fermement décidés à boucler la boucle. Il faut leur souhaiter bon vent, tout en sachant qu’ils pourront compter sur une compagnie de supporters qui a déjà fait ses preuves.