Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

badaluc 2020

  • Carnaval : Badaluc reste confiné

    badaluc 2020,bernard cnocquartC’est la nouvelle contrariante de cette première fin de semaine de déconfinement, sa Majesté Badaluc le 52e est et reste interdit de sortie, et il n’y a pas d’attestation qui tienne. Depuis son lieu de séquestration (n’ayons pas peur des mots), sa Sérénissime Eminence appréciera certainement les mots de soutien que lui adresse Bernard Cnocquart, à travers un poème écrit à son attention (photo ci-dessus, archives Carnaval 1997, Le Vagabond).

    Hommage à Badaluc

     

    Pensez vous que Badaluc se soit dégonflé,                                                      

    pourquoi reste-t-il donc caché au fond des bois,                                      

    a-t-il eu peur qu’on lui mette la main au collet                                                              

    lui qui depuis des décennies défiait les Chalabrois ?

     

    Non, rien de tout cela, mais faute du coronavirus,                                    

    il a fait acte de bonté pour ne pas nous contaminer,                                              

    et est resté bien loin sous un triste rictus                                                

    car il savait quand même qu’il serait condamné.

     

    Bien sûr, on l’aurait encore accusé de tous les maux,                                      

    n’avait-il pas en ce mois de janvier gonflé le Chalabreil                                        

    et déversé dans ce paisible lac des tonnes d’eau,                                                    

    perturbant bien des gens en ces jours sans soleil.

     

    Mais en ce mois d’avril, Jojo ne l’a pas exposé                                                    

    au son de la musique du cours Colbert à celui d’Aguesseau,                              

    pas de confettis, pas de carabènes ni fécos épuisés                                        

    qui dansaient par dizaines devant tant de badauds.

     

    Les cafés sont fermés, mais personne n’a soif,                                                  

    les gars de la banda ont rangé leurs instruments,                                  

    pas de procès, pas de bûcher place de l’abattoir,                                    

    même les pétanqueurs attendent des jours plus cléments.

     

    Dans les rues, pas de pierrot, pas d’arlequin ni de colombine,

    pourtant à cause de ce virus il faut sortir masqué,                                

    confiné, déconfiné, respecter une certaine discipline                                            

    pour que les semaines à venir soient moins compliquées.

     

    Plus de rugby ni de football sur le stade Lolo Mazon,                                             

    les clameurs se sont tues faute de combattants,                                                    

    et depuis la nuit des temps, la fête de l’Ascension                              

    qui égayait le village manquera à tous les habitants.

     

    Les haricots auront-ils le même goût à la fête du Cazal,                                    

    mais cause de distanciation sociale il manquera de place,                              

    devra-t-on se contenter d’un sandwich plus frugal                                        

    et la course de brouettes tant appréciée par la populace ?

     

    Nous avions bien aimé vibrer au son des Sérénades,                                            

    trembler en écoutant le gospel à l’église Notre-Dame,                                    

    et ces voix descendant des balcons en guise d’aubade,                                              

    mais rêvons un peu, oublions ce mélodrame.

     

    Alors Badaluc, reviens vite nous rendre visite,                                                  

    ramène dans les rues et les places joie et gaîté,                                                    

    pour que tous, jeunes ou vieux en profitent                                                          

    mais n’ais pas peur, ton procès ne sera pas truqué.

    Bernard, le 13 mai 2020

    badaluc 2020,bernard cnocquart

    Badaluc, Prince des airs, Carnaval 1996  

  • Carnaval : Le « jutge Gafinaïre » tranche les débats à propos de Badaluc 2020

    En ce samedi pascal, qui devait coïncider avec l’arrivée en nos murs de sa Sérénissime Majesté Badaluc LII, et dans le prolongement des saillies publiées ici-même (sous la contrainte), voir éditions du 5 et du 8 avril, on nous écrit depuis les hauts de Tataoubas, siège de la chambre du tribunal du même nom. Ainsi nous vous invitons à prendre connaissance de la déclaration du Jutge Gafinaïre, président qui aurait eu à célébrer en cette année 2020, cinq années à la tête d'un aréopage de gens de robe, de bric et de broc.

    badaluc 2020

    « En préliminaire, merci de bien vouloir vous lever pour lire de vos yeux la présente allocution.

    Ouvrez le ban !

    Moi, Jutge Gafinaïre, président du tribunal du Tataoubas, ex-interne du tribunal de Cornebarrieu, doyen de la faculté de Marrakech, ai choisi de faire honneur à la population chalabroise en s'adressant à elle par voie de presse. Je sais combien vous êtes flattés de me lire et combien vous m'assurez de votre fidélité. Je n'en attendais pas moins.

    Vous avez sans nul doute suivi les joutes épistolaires livrées entre le procureur Dolentizo d'une part, et Mestre Refresco Barral de l'Esturgat, avocat de Badaluc LII, d'autre part. Ces magistrats ont choisi de rendre public un différent qui les oppose depuis plus de 50 ans. C'est indigne de leur statut, et mon rôle consiste ici à mettre fin au débat.

    Bien sûr, à l'image du procureur, j'ai moi-même tendance à ne pas miser un sou sur les promesses de l'avocat. Comme tous les baveux, Refresco Barral est titulaire d'un CAP-BEP de bonimenteur, ce qui lui donne toutes les aptitudes nécessaires pour endormir un chat sur une caisse de poissons. Toutefois, le code pénal du Quercorb est ainsi fait : chacun a le droit d'être défendu pour ce dont il serait accusé. Je me dois donc, sur la forme, de permettre le droit à la parole pour l'accusé. Si Badaluc LII choisi de se faire conseiller par ce mauvais corbeau, c'est son affaire !

    badaluc 2020

    Badaluc supportera-t-il encore longtemps d'être sous le feu des critiques ? 

    Archives Carnaval 2013

    Car c'est effectivement un mauvais choix. J'en veux pour preuve des statistiques éloquentes : 51 procès et 51 condamnations pour son client ! Du 100 % en quelque sorte. Il faut dire que sortent de sa bouche des arguments parmi les plus abracadabrantesques (c'est dur à dire « abracadabrantesque », non ?). Selon ses dires, Badaluc est détenteur d'un antidote au coronavirus élaboré à partir de Suze Tonic, peut faire appareiller un hôpital flottant au pied de la digue du lac et va ouvrir une usine de papier toilette prête à essuyer le monde entier. Croyez-y si vous choisissez de vous faire berner ! Moi, je m'en lave les mains.

    Tout cela n'est que mensonges destinés à masquer la vérité à la population. La vérité, c'est que Badaluc a réservé son hébergement et qu'il le décommande au dernier moment. C'est discourtois et irrespectueux pour l’hôtelier qui héberge généreusement sa famille depuis des lustres. Même moi je me suis fait avoir ! Pour faciliter l'accueil de l'invité, j'ai décrété l'interdiction de la tenue du marché le samedi matin sur la commune. Et me voilà floué ! Vous allez penser maintenant que j'ai interdit le marché pour rien, et vous aurez raison de le penser (ceci dit, impossible maintenant pour moi de revenir sur ma décision au risque de passer pour un couillon).

    Voilà démontré que Badaluc n'est pas une bonne personne.

    Mais pour autant, doit-on lui interdire de venir en Quercorb comme le suggère le procureur ? Je ne crois pas. D'autant plus que, surveillé de près par la Garde des « sots » Mme Belloubet, le tribunal du Tataoubas est en sursis. Si le nombre d'audiences diminue trop, nous risquons de fermer le palais de justice et plusieurs emplois sont en jeu. Alors, quitte à me fâcher avec Dolentizo pendant un temps, je pense que Chalabre doit rester ouverte au report de la visite de Badaluc. A titre d'aménagement toutefois, je suis prêt à consentir que, s'il était reporté, le Carnaval puisse débuter par le procès de l'invité avant de faire la fête.

    Chalabrois, Chalabroises, « poble » de Chalabre, ainsi j'ai parlé. Tenez-vous le pour dit !

    J'ai été heureux de m'abaisser à vous entretenir.

    Fermez le ban !

    Vous pouvez vous rasseoir ».

    badaluc 2020

    Sans successeur déclaré, Badaluc 51e du nom à de quoi rire jaune

    Archives Carnaval 2019

    badaluc 2020

    Et les masques dans tout ça ?

     Ils en pensent quoi ?

    Archives Carnaval 2005

  • Carnaval : On nous écrit depuis la chambre du tribunal de Tataoubas

    badaluc 2020

    (photo archives 21 avril 2019)

    Le texte qui apparaît ci-après a pour contenu une lettre ouverte de Mestre Dolentizo, à propos de sa Majesté Badaluc 2020. Pour les non-initiés, et comme il aime le rappeler à qui veut bien l'écouter, Mestre Dolentizo est « procureur général près le tribunal de Tataoubas, ex-interne de la faculté de droit du Villaret, ex-greffier du tribunal de commerce de Chatte (Isère) ».

    badaluc 2020

    (photo archives 16 avril 2017)

    «  Mesdames et Messieurs les Chalabrois,

    En cette période de crise, pleine d'incertitude et d'inquiétude, j'ai choisi de m'adresser à la population au travers du « pissa-papièr » local. Certes, j'aurais pu le faire plus tôt, mais les devoirs qui m'incombent en tant que représentant officiel du Ministère public au parquet du Tataoubas me contraignaient à un devoir de réserve, en rapport avec les élections municipales. Comme aujourd'hui, nous sommes tout « esturbits » à propos de ces élections, je me permets de m'adresser à vous par voie de presse.

    Je souhaite réagir à propos de la visite avortée de notre « invité » Badaluc LII, telle qu'elle a été commentée dans un article de la presse du coin paru le 25 mars dernier sous le titre « Carnaval : Badaluc annule sa réservation à l'hôtel Saint-Pierre ».

    Certes, je ne peux que m'associer aux encouragements que Badaluc transmet aux personnels soignants de la communauté. Leur tâche est difficile et il faut leur rendre hommage.

    Certes, le soi-disant monarque pourra demain s'abriter derrière les consignes gouvernementales de confinement pour justifier de sa défection. Je ne peux pas lui reprocher cela alors que j'ai personnellement donné ordre à la maréchaussée « d'empéguer » sans état d'âme tout quidam qui déambulerait à l'extérieur sans porter sur lui la fameuse photocopie, rédigée au stylo bille s'il vous plaît, et non au crayon à papier !!

    Mais, Chalabrois, Chalabroises, ne nous laissons pas attendrir comme un bout de viande par un imposteur. Disons la vérité : alors même que j'entends déjà la propagande carnavalesque nous promettre qu'il apporte avec lui un remède miracle venu d'on ne sait où, … le  « pailhassut » a eu peur de venir nous voir ! Voilà tout ! Quand on est invité, on honore l'invitation et on ne choisi pas l'éviction !

    Pour vous dire le fond de ma pensée, je suis très heureux qu'il ne vienne pas. De toute façon, j'aurais refusé son entrée sur le territoire communal, car cet individu risque de nous contaminer. C'est vrai ! On ne sait pas d'où il vient, on ne sait pas par où il est passé, on ne sait pas qui il a fréquenté, et certains voudraient qu'on l'accueille à bras ouverts en lui faisant des « potons ! ». Trop peu pour moi. Et puis, vous imaginez les postillons qu'il pourrait projeter depuis son altière mandibule ?

    En fait, disons-le clairement, Badaluc est un trouillard, un « pauruc ». Il a eu peur de se confronter au tribunal du Tataoubas dont je salue respectueusement notre vénérable et bien-aimé « Jutge Gafinaïre ». Le malotrus sait que l'administration judiciaire du Quercorb ne se laisse pas compter fleurette. Il sait aussi que les allumettes sont au sec. Il sait enfin que Mestre Refresco Barral, son avocat, est un con pétant.

    Mesdames et Messieurs, j'ai choisi de prendre certaines distances sociales avec Badaluc LII. Je vous conseille d'en faire autant ».

                                       signé Mestre Dolentizo

    badaluc 2020

    Gabriel, Roger, René et René

    (photo archives Années 1980)

  • Carnaval : Badaluc annule sa réservation à l’hôtel Saint-Pierre

    badaluc 2020L’arrivée de sa Majesté Badaluc XII, lors de l’édition 1980.

    Après les craintes qui s’étaient élevées ces derniers jours concernant la visite de sa Majesté Badaluc le 52e, l’information a été confirmée jeudi 19 mars, les festivités carnavalesques ont été différées à une date ultérieure.

    Une sage décision prise par le comité de carnaval, qui avait donné rendez-vous aux Chalabroises et aux Chalabrois, les 11 et 12 avril prochains, fort d’un protocole d’ores et déjà ficelé. Appelé vers d’autres terrains d’action, Badaluc XLL ne manquera pas d’orchestrer une nouvelle cérémonie avec ses fervents partisans. Pour l’heure, toute son estime et ses encouragements se portent vers l’ensemble des personnels soignants et des composantes impliquées pour la vie de la cité, pour que la vie continue. 

  • Carnaval : Badaluc a réservé à l’hôtel Saint-Pierre

    badaluc 2020Petits carnavaliers d’hier, dans la cour de l’école Louis-Pergaud (photo archives, Carnaval 1992).

    L’information avait été confirmée à l’orée de l’année nouvelle, sa Majesté Badaluc le 52e sera en visite sur les cours chalabrois, samedi 11 et dimanche 12 avril prochains. A quelques heures du bouclage d’un protocole qui devrait rester conforme à la tradition, le comité de carnaval réuni autour du président Loik Rosich, a opté pour la mise à disposition d’urnes dans les commerces locaux, afin que puisse s’exprimer la fibre carnavalesque des Chalabrois.

    badaluc 2020Chacun étant libre d’ajouter ou non son obole, dans la perspective d’une visite invariablement marquée par une corbeille de promesses insensées, auxquelles nos concitoyens ne restent pas insensibles. Badaluc XLL ayant choisi de prendre une suite à l’hôtel cinq étoiles Saint-Pierre, allée du château de Mauléon, il y a fort à craindre que ces urnes se révèlent très vite trop petites. Au chapitre des certitudes, la musique de l’O.P.V.C, indéboulonnable malgré les ans, sera en place, plus que jamais au grand complet, et au cœur du tourbillon carnavalesque promis.

    badaluc 2020

    Une vue de l'hôtel Saint-Pierre, avant une imminente  et nécessaire tranche de travaux. 

  • Carnaval : Sa Majesté Badaluc sera là après les municipales

    badaluc 2020Le comité de carnaval a opté pour le huis clos, une coutume héritée des anciens.

    Les jeunes gardiens de la tradition étaient réunis samedi 30 novembre dans l’ancienne salle des mariages, le regard déjà tourné vers 2020 et la réception de sa Majesté Badaluc le 52e. L’ordre du jour de cette assemblée générale, respecté à la lettre, a d’abord permis au président Loik Rosich, de faire le point sur les retombées de l’édition 2019 de Carnaval. Avec la visite effectuée les 20 et 21 avril par un invité qui, pour avoir poussé le bouchon trop loin, avait bêtement poinçonné un aller simple vers l’enfer.

    Mais le temps a passé, emportant avec lui toute la rancune que pouvaient nourrir les enfants de Badaluc. Pour preuve les sourires affichés samedi, dans la perspective d’un nouveau rendez-vous avec le digne héritier d’une lignée qui se consume d’amour pour le Kercorb. Après l’adoption du rapport moral et du bilan financier, le bureau était élu comme suit : président Loik Rosich, vice-président Pierre Rossi, secrétaire Clément Pradel, adjoint Quentin Gérard, trésorier Jean-Paul Subreville, adjoint Hugo Mellado. Atelier construction Jérémy Roncalli, atelier peinture Thierry Roncalli.

    L’assemblée décidait aussitôt de contacter le consulat de Badaluquie, lequel devrait recevoir une mallette de laissez-passer pour les samedi 11 et dimanche 12 avril 2020. Etait également décidée la mise à disposition d’urnes dans les commerces, afin que puisse s’exprimer la fibre carnavalesque des Chalabrois. Comme à l’habitude hélas, et à l’heure du choix du thème de la fête, le comité réélu faisait évacuer la salle, écartant par la même occasion, l’indiscret qui rôde.