Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chalabre

  • Un jour sur les cours

    Au mois de janvier 1995 et dans le cadre du développement du Chalabrais, le District du Chalabrais (Cours Sully) avait engagé une réflexion sur l’amélioration du cadre de vie des villages du canton, en concertation avec toute la population. L’appui technique du CAUE (conseil en architecte, urbanisme et environnement), avait aidé à définir les améliorations, les aménagements et les réhabilitations de bâtiments à réaliser dans les années à venir. 

    Dix ans auparavant, autour du printemps 1983, un ensemble de façades du village avaient été photographiées, clichés destinés à établir un état des lieux, lequel serait versé au dossier d’étude. L’occasion presque 40 ans après, de retrouver le Chalabre tel qu’il fut un jour, en noir et blanc et par temps de pluie. Avec des lieux bien connus des Chalabroises et des Chalabrois, et notamment des commerces ou des lieux publics, pour la plupart alors déjà disparus. Et pour les néo Chalabrois, une façon de deviner quelle fut l'activité derrière toutes ces devantures fermées.

    Une visite des cours proposée en trois temps, avec les Cours Colbert et d'Aguesseau aujourd'hui dimanche 2 mai. Demain lundi 3 mai, Cours Sully et avenue Auguste-Cathala, mardi 4 mai, le cours Docteur Joseph-Raynaud, la place Espérance-Folchet, le Pont du Blau, et quelques rues parallèles. 

    Le Cours Colbert

    caue,chalabre

    Maison construite en 1588, occupée notamment par Jean-François Anduze, avant la Révolution

    caue,chalabre

    Le café Caseneuve

    caue,chalabre

    Charcuterie Labrousse, puis La Marée, chez René et Jeannette Berland...

    ... au premier plan, le camion de Guy Laffont, entrepreneur

    caue,chalabre

    Le salon de coiffure de Lucienne Ayral

    caue,chalabre

    Une chocolaterie, une boulangerie, une pâtisserie...

    ... Caroline et Victor Serrano ont rallumé le four

    caue,chalabre

    Le café de la Paix

    caue,chalabre

    Marthe va bientôt éteindre la lumière, le salon de coiffure a soigné sa dernière cliente

    caue,chalabre

    La pharmacie Darles

    caue,chalabre

    La boulangerie Sandral

    caue,chalabre

    Chez Claudine

    caue,chalabre

    Le Syndicat d'Initiative du Chalabrais

    caue,chalabre

    La perception, berceau du Trésor Public

    caue,chalabre

    Le café Galaup a passé le relais au hachoir de la Bonne Saucisse 

    caue,chalabre

    Le garage et les pompes à essence de Roger Vidal

     

    Cours d'Aguesseau

    caue,chalabre

    Le futur ancien Office de Tourisme...

     caue,chalabre

    ... où a vécu Mlle Marie-Antoinette Alzieu, professeur de mathématiques à la faculté de Toulouse...

    ... nièce de Joseph Rolland, instituteur et maire de Chalabre de 1925 à 1929   

    caue,chalabre

    L'ancien garage et les réclames ont laissé la place à un espace public et intime

    caue,chalabre

    La Maison Mot, dans le souvenir de Joseph, Tony et Angèle...

    caue,chalabre

    ... au fond de la cour jadis, M. Le curé projetait des films après le catéchisme...

    ... ce lieu  vit également passer des jeunes filles qui fréquentaient une école libre et gratuite 

    caue,chalabre

    La maison laissera sa place au parking Mitterrand

    caue,chalabre

    L'ancienne forge et maréchalerie d'Auguste Jau

    caue,chalabre

    La charcuterie de Louis et Josèphe Amouroux

    caue,chalabre

    Fonderie quincaillerie Laurent Cayrol et Jean Jalabert

    caue,chalabre

    Chez Baptistine Pont

    caue,chalabre

    En 2005, John et Hazel Lacombe ouvriront des chambres d'hôtes, « Aux Fontaines » 

    caue,chalabre

    L'atelier de Félicien Huillet, mécanicien hors pair

    caue,chalabre

    Chez Ernest, Vins fins et Spiritueux

    caue,chalabre

    La mercerie de Juliette Pagès

    caue,chalabre

    Le camion de livraison des cartonnages Franzone...

    ... devant l'ancien entrepôt de Georges Sénié

    caue,chalabre

    Chez Claire et Raymonde

    caue,chalabre

    La maison natale de Charles Amouroux, secrétaire de la Commune de Paris (1871) hébergera plus tard deux familles également bien connues en Chalabrais. MM. et Mmes Roger Laffont et Roger Raynaud et leurs enfants avaient aménagé aux étages, tandis que le rez-de-chaussée était occupé par une mercerie. Simone Raynaud Bénet était derrière le comptoir d’accueil. Une grille ornait la devanture.   

    caue,chalabre

    La Maison Bauzou se dressait ici, et vendait des articles de confection, chemises, pantalons, gilets,...

    caue,chalabre

    La banque verte     « Rapelo te petit,... »

    caue,chalabre

    Chez Valentin et Jeanne Martinez

    caue,chalabre

    Pâtisserie Georges et Claire Fabre

    caue,chalabre

    Une patiente patiente derrière la porte du cabinet du Docteur André Malacan

  • Là-haut sur la colline…

    « L’année 1959 peut-être considérée comme le début de l’histoire du collège de Chalabre …/… C’est en effet la réforme de l’enseignement de 1959, obligeant de fait tous les enfants à entrer en 6e, qui amena la création du G.O.D (Groupement d’observation dispersé) de Chalabre, dont la vocation était de devenir C.E.G (Collège d’Enseignement Général) par la création ultérieure des classes de 4e et 3e » (Yannick Callat, Extraits Tome IX d’Il était une fois Chalabre).

    Les photos ci-dessous concernent l’année scolaire 1961-1962, le futur collège Antoine-Pons en est donc à ses débuts, et les classes de MM. Edouard Garcia et Esquirol sont de sortie. Les 6e et 5e étaient alors composées de classes doubles, et les élèves sont aujourd’hui sur la colline du Calvaire, pour la leçon de choses ou du moins ce qui était alors l’ancêtre de la classe de S.V.T (Science et Vie de la Terre).

    collège antoine-pons,chalabre

    De gauche à droite, Annie Abat, Eliette Ferrié, Anita Alegre, Mireille Catrier.

    Accroupie Simone Gimenez, avec le bâton José Planas

    collège antoine-pons,chalabre

    Sous réserves

    En bas à gauche Pierre Fourcassa, bras levé Jean-Georges Boyer

    En haut à droite Alain Bigou, Jean Lorca, José Planas

    collège antoine-pons,chalabre

    Année 1961-1962     Classe de 5e et 6e     MM. Garcia et Esquirol

    De gauche à droite, 1er rang assis : Jean-Noël Claverie, Simone Gimenez, Joachín Serrano, Jean-Georges Boyer, Jean-Pierre Glavieux, Alain Bigou, Jean Lorca, André Barbe, Pierre Fourcassa, Jacques Rey, Michel Raynaud. 2e rang : Francine Denat, Josiane Sariège, Olga Lazaro, Danièle Loze, Marie-Claire Costa, Michèle Vasquez ou ? Ferrier, Danièle Courdil, Anita Alegre, Eliette Ferrier, Mireille Catrier, ? Chaubet. 3e rang : René Nadal, ? Cassignol, Gaston Bauzou, André Ayral, Robert Galaup, un Lavelanétien, René Rives, Christian Sicre, André Malfette.

  • Des sermons et des bals

    Depuis longtemps et durablement, une inimitié certaine dénature les relations entre laïques et cléricaux. Comme vient le confirmer une fois encore, la lecture qui suit, publiée dans Le Rappel de l'Aude, « journal quotidien, républicain radical et d'alliance républicaine ». Son numéro 383 daté du lundi 7 mars 1887, fait apparaître un article signé par...  « Un ennemi de tous ceux qui s'avisent des choses qui ne les regardent pas » (ndlr : Il semble que la personne visée soit le vicaire Palauqui, ou encore le vicaire Augé).

    Soirées 1887 Lundi Rappel de l'Aude n° 383 7 mars 001.jpg

    Soirées 1887  Lundi Rappel de l'Aude n° 383 7 mars 002.jpg

  • Quand L’Indépendant zoomait sur Chalabre, voilà 25 ans tout juste

    Au mois de février 2018 et dans le cadre de l'opération « Une commune à la Une », initiée par le journal l’Indépendant, la cité chalabroise avait fait l’objet d’une belle mise en lumière, assurée par la journaliste Christine Allix. Plus loin encore dans le temps, en février 1996, Chalabre avait bénéficié d’un premier coup de projecteur, sous la plume de Jean-Paul Charlut, journaliste et responsable des correspondants au journal l’Indépendant. Du vendredi 2 au mercredi 7 février, les lecteurs avaient été invités à retrouver au quotidien, un sujet relatif à la vie de la capitale du Kercorb. Archives et souvenirs....

    1996 L'Indèp Spéciale 001 bis.jpg

    Le 2 février 1996, un projet se retrouvait à la une

    jean-paul charlut,l'indépendant,chalabre

    Demain 3 février, Foyer et animation culturelle

  • C'était hier : Beau succès pour la soirée de catch

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du jeudi 2 septembre 2010.

    catch à la cazalette,chalabreUne position inconfortable pour le sociétaire de l’ABC Catch (photos archives, août 2010).

    L’invitation lancée par le comité des fêtes et Bernadette Larrue sa présidente aura obtenu un bel écho à en juger par la présence autour du ring de la Cazalette d’une centaine d’amateurs, gratifiés d'une heure trente de spectacle. Samedi 28 août à 21h, l'association biterroise de catch de Béziers (ABC catch) présentait trois shows de niveaux différents (débutants et intermédiaires) et, en finale, un match à quatre. Les athlètes parfaitement entraînés ont démontré leurs qualités de voltigeurs, tandis que Jean Corne ancien champion d'Europe, officiait en qualité de juge-arbitre. Ce dernier est également entraîneur au sein de l’ABC Catch, association qui aspire à faire redécouvrir cette discipline sportive auprès des jeunes, en organisant des spectacles sur mesure. Et à la nuit tombée, de nombreux jeunes enfants impatients ceinturaient le périmètre démarqué par les projecteurs. Dans une excellente ambiance qui n’allait cesser de monter crescendo, au rythme des prestations réalisées par les successeurs de Robert Duranton et Roger Delaporte.

    catch à la cazalette,chalabre

    Auparavant, le public avait pu bénéficier d’un service de restauration assuré par trois commerçants chalabrois, proposant paella, moules-frites, poulet ainsi que des plats exotiques et végétariens. A la conclusion de ce nouveau rendez-vous festif, Bernadette Larrue pouvait se féliciter de la tenue « d’une soirée très réussie, grâce notamment à la collaboration des employés municipaux qui ont préparé la Cazalette afin d'en faire une aire accueillante pour un spectacle gratuit, unique et inédit, avec un superbe beau temps en prime ». Au terme de cette dernière animation estivale, le comité des fêtes boucle sa saison 2010.