Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chalabre

  • Réception des travaux sur le cours Sully

    cours sully,chalabreLe nouveau parvis de la mairie, point de départ de la visite.

    Le vendredi 4 novembre 2016, le théâtre Georges-Méliès accueillait les citoyens chalabrois, invités par la municipalité et le cabinet d’architectes urbanistes Courtiade-Guégan, à prendre connaissance du plan d’aménagement des cours de la bastide. Ce projet, validé en séance du conseil municipal du 25 août 2015, correspondait à un besoin de mise en conformité, pour répondre à la réglementation relative à l’accessibilité, et aux directives du Grenelle II de l’Environnement.

    La réception des travaux de réhabilitation du cours Sully, a eu lieu le 7 décembre dernier, en présence de Rachel Stremler, chef de projet du bureau d’études Indis (mandataire), Matthieu Courtiade et Dominique Guégan (architectes), Laurent Naudy (Agence technique départementale), Claude Rosich et Renaud Augé (Veolia), et les représentants des entreprises Lefebvre (mandataire), Chauvet (terrassement, pluvial), Ocbat (maçonneries, dallages et béton) et Robert (éclairage public). Accueillis par Jean-Jacques Aulombard, maire, Joliette Coste et Bruno Carbonnel, adjoints.

    Les travaux réalisés sur une période de sept mois, auront permis le renouvellement et l’effacement de tous les réseaux (eau potable, assainissement, électricité, téléphone, éclairage public), et la réfection des voiries départementales et communales. Ils ont été l’occasion d’embellir les espaces publics par la création d’espaces verts, murs et escaliers de pierre. Afin de mener à terme ces travaux importants, la commune de Chalabre a bénéficié du soutien financier de l’Etat et du département de l’Aude.

    Prochaine étape, le fleurissement du cours, il faut rappeler qu’en juillet dernier, Catherine Roi paysagiste, était venue présenter les possibilités offertes aux riverains, en terme d’essences à planter. Ainsi repensée, la circulation sur le cours Sully, officiellement ouverte le mardi 28 novembre dernier, devrait favoriser un cheminement en toute sécurité pour les piétons.

    cours sully,chalabre

    13 octobre 2017

    cours sully,chalabre

    18 octobre 2017

    cours sully,chalabre

    1er décembre 2017

  • Un piano pour la chapelle du Calvaire

    association pour la rénovation de la chapelle du calvaire,chalabreGérard et Anne-Marie Canal, devant le piano, dans son nouveau cadre.

    Un appel lancé en octobre 2007 avait fédéré de nombreux bénévoles, préoccupés par le devenir de l’ermitage du Calvaire. Ainsi était née l’Association de Sauvegarde de la Chapelle du Calvaire, qui sera présidée tour à tour par Yves Saddier, Gérard Canal, et aujourd’hui Michel Alègre. Après avoir bénéficié de plusieurs tranches de travaux de réhabilitation, ce lieu de prière qui domine la bastide, possède désormais en ses murs, un superbe piano droit, de marque Klein, le plus ancien atelier de facture de piano au monde, fondé en 1791. Cette acquisition est le fruit d’un don de la Famille Canal, résidant cours Docteur Joseph Raynaud.

    D’abord confié à la municipalité chalabroise, l’instrument a été remis à l’association gardienne du passé de l’ermitage, avant de trouver sa place sous les vitraux restaurés de la « Chapelle de Réparation ». Après la visite d’un facteur, ce bel instrument contribuera à rehausser les manifestations musicales, notamment lors du  festival Musique en Kercorb, qui réunit depuis plusieurs étés, des artistes de grande qualité.

    Jean-Jacques Aulombard, maire, et Michel Alègre, président de l’association, tiennent à remercier chaleureusement cette famille chalabroise, pour ce geste délicat. 

  • C'était hier : Carnaval : Un jumelage inattendu

    L’article mis en ligne aujourd’hui avait été publié dans l’Indépendant, édition du lundi 27 mars de l’an 1995. Sa Majesté Badaluc avait alors revêtu, toutes et tous s’en souviennent, les habits d’un redoutable mafioso. A ce propos, quel sera son attifement en cette année 2015 ? Car il se murmure fortement, que le prestigieux descendant d’une tout aussi prestigieuse dynastie, aurait réservé en Kercorb, pour la nuit du 18 au 19 avril prochain.

    badaluc,chalabre,carnaval« Souriez jeune homme, Badaluc est de retour ! » (Photo archives, 16 avril 1994).

    Prévue pour le premier jour d’avril prochain et destinée à développer des liens solides entre les deux cités, une très officielle cérémonie se déroulera à partir de 17 h 30 sur un des illustres cours chalabrois. Il s’agira de jumeler la belle capitale du Kercorb avec une riante bourgade de l’ouest sicilien, dont le nom reste inconnu.

    Blottie à un jet de confetti du pic Saint-Barthélémy, Chalabre la montagnarde accueillera un représentant du voisinage de Reggio de Calabre, autour du fameux bassin qui donne son cachet au cours Henri d’Aguesseau. Un plan d’eau qui pour la circonstance, remplacera avantageusement l’immensité de notre chère mer Méditerranée.

    Chalabroises, Chalabrois, votre présence le 1er avril se révèle indispensable, afin de parrainer un projet annonciateur de liesse et de réjouissances. Il est d’ores et déjà recommandé de prendre note du protocole réglé par nos illustres édiles : Samedi 1er avril, 17 h 30, réception de sa majesté Badaluc XXVIIe du nom. Avec la participation des enfants des écoles de la chorale Eissalabra, de l’OPVC et de ses amis. A 21 h 30, tour de fécos, à 24 h, sauterie au théâtre municipal. Dimanche 2 avril, 11 h, sondage des nappes phréatiques avec la participation de sourciers assermentés. A 16 h 30, tour de fécos, 19 h jugement de sa majesté Badaluc le XXVIIe.

    Les photos ci-dessous illustrent la réception de Badaluc sous la halle, et la sortie des masques en soirée (Photo archives, 1er avril 1995).

    badaluc,chalabre,carnaval

    badaluc,chalabre,carnaval

  • Du Blau au Chalabreil

    L'Amicale du 3e âge a préparé 2014.

    Le samedi 15 février avait lieu au Moulin de l'Evêque à Rivel, l'assemblée générale ordinaire du Club du 3e âge. Après lecture des rapports moral et financier, l'assemblée a donné quitus au bureau pour sa gestion de l'année écoulée. Après l'annonce de sa démission, l'équipe en place a été réélue à l'unanimité : présidente Antoinette Barbié, vice-présidente Germaine Ilhat, trésorier Jean-Yves Avargues, secrétaire Marguerite Horte, adjointe Françoise Avargues. Un repas dansant a prolongé cette rencontre, pour les quelques 65 membres présents à l'assemblée, qui ont reçu juste avant ces agapes, le prompt renfort de 23 adhérents du club de Puivert.

    Vie associative.

    Une réunion concernant la vie associative sur la commune de Chalabre, sera organisée le mardi 25 février à 20 h 30 salle de la place Charles Amouroux.

     

  • Jean Guichou n'est plus

    J. Guichou.JPGLa cérémonie civile célébrée lundi 10 février dans le cimetière de St Pierre, a permis de rendre un dernier hommage à Jean Guichou, décédé à l’âge de 77 ans. Originaire de Montséret (Aude) où il était né le 20 novembre 1936, Jean Guichou avait résidé à Taurize (Val de Dagne) durant le deuxième conflit mondial, avant de découvrir Chalabre en 1947, en compagnie de ses parents. Jeannot prendra ses marques en Kercorb et restera Chalabrois jusqu'en 1960, dans l'intervalle il exercera le métier de boulanger à Peyrefitte-du-Razès.

    Appelé du contingent, il part en Algérie au début du conflit et opère dans le secteur de Tizi-Ouzou. Il effectue vingt-neuf mois sous les drapeaux, durant lesquels il a la douleur de perdre son père. De retour dans ses foyers, il rejoint les effectifs de l'usine Roudière dans le secteur du textile du Pays d'Olmes. En 1957, c'est la rencontre avec Francine, puis la naissance de Claudette et Joëlle.

    En 1963, la petite famille rejoint le XVIIe arrondissement parisien où Jean va exercer la profession de facteur, tandis que Francine occupe une fonction de concierge. Une fois l'an et à la faveur des congés d'été, une 4 CV emprunte la nationale 20 et ramène la famille au pays où elle retrouve ses proches au pavillon du château.

    jean guichou,chalabreEn 1965, Jean est muté à Toulouse, et part tous les jours en tournée dans le quartier des Minîmes. Jusqu'en 1992, année de son départ à la retraite, 1993 sonnant l'heure du retour à Chalabre. Après le décès de leur fille Claudette, Jean et Francine veillent à l'éducation de leur petit-fils Jérôme, dans le même temps, Jeannot cultive son jardin voisin de la Villa St Albert. Sa passion pour le bricolage ne l'empêchera pas de devenir un membre très actif au sein d'associations telles que la Fnaca, dont il était le trésorier, ou encore l'USC XV. Un club de rugby qui aura jusqu'au bout bénéficié de sa disponibilité et de ses qualités sur le terrain de l'intendance. Après le décès de Francine en juin 2002, Jeannot poursuivra ses activités au sein de la la communauté, entouré par les voisins et amis d’un quartier Salinas où la fraternité se pratique au quotidien.

    jean guichou,chalabre(Photo archives Octobre 1999. Guichet stade Lolo Mazon. De gauche à droite, Jeannot Guichou, Marianne Fourcassa, Lucien Baillat).

    Recueillie aux côtés des membres de la Fnaca, des représentants du club de rugby, et de la chorale Eissalabra qui lui dédiera deux chants en occitan, une nombreuse assistance a adressé un dernier adieu à Jeannot.

    En ces douloureuses circonstances, sincères condoléances à sa fille Joëlle, à Jérôme, Mallory, Célia ses petits-enfants, à Théo et Lilou ses arrière petits-enfants, à toutes les personnes touchées par ce deuil.

    jean guichou,chalabre(Photo archives Avril 2000. Entraînement USK XV. De gauche à droite, Denis Mamet, Guy Sanchez, Jeannot Guichou, Jérôme Fransioli, Jean-Marie Courdil).

  • C'était hier : Du souffle et des pointes ...

    L'article mis en ligne aujourd'hui avait été publié dans l'Indépendant, édition du mercredi 16 février 2004 (Photo Archives Maurice Mazon, Janvier 1967).

    C'est dimanche et il est un peu plus de midi au pont du Blau. Les jeunes crossmen chalabrois et leurs homologues féminines sont de retour de Montréal, où ils ont participé aux rencontres inter-CAPS au pied de la Collégiale. C'était un dimanche de janvier 1967, et des minimes aux seniors, tout le monde avait tenu à poser devant l'objectif de Maurice Mazon. Souvenirs d'une période où les dimanches matins étaient consacrés à la pratique du cross-country sur tous les parcours du département, de Puichéric à Maquens en passant bien sûr par Chalabre, ou encore Lagrasse. Avec ce pincement au coeur plutôt grisant, à l'heure du rassemblement sur une ligne de départ tracée au plâtre ou à la chaux. Les banderoles et les arches gonflables ne viendraient que plus tard.  

    inter caps,cross-country,chalabre,maurice mazonDebout de gauche à droite : Jacques Adrados (professeur de gymnastique), Paul Bénet (†), Serge Murillo, Jean-Denis Navarro, Henri Sancho, André Huillet, Gomez Senior, Jean-Pierre Rey, Gomez Junior, William Murillo, Serge Rey, Daniel Delpech (†), Jean-Pierre Brzesc, Yves Cazas (†) (entraîneur école FCC), Aimé Catrier (†) (correspondant de l'Indépendant).

    Accroupis : Inès Rodriguez, Marie-France Sancho, Anne-Marie Sola, Catherine Martinez, Anne-Marie Raynaud, Patrice Rodriguez, Jean-Louis Delpech, Guy Sanchez, Christian Boyer, Christian Moralès, Jean-Claude Baby (†), Alain Laguerre (†), Jean-Luc Mot, José Navarro.

  • Perrine Laffont et le Kercorb s'invitent aux JO de Sotchi

    L'arrière petite-fille de Félicien Huillet, le regretté mécanicien du cours d'Aguesseau, participera aujourd'hui aux premières séances de qualifications de ski acrobatique, sur les bosses de Sotchi.

    Perrine Laffont.jpgAprès un podium aux Mondiaux de Valmalenco (Italie), Perrine Laffont va vivre ses premiers JO (Photo Dominique Huillet).

    Elle est la benjamine du groupe France : Perrine Laffont a décroché, du haut de ses quinze ans, un sésame pour participer à la XXIIe édition des Jeux Olympiques d'hiver à Sotchi (Russie). Licenciée au Boss-Club des Monts d’Olmes (Ariège), où elle a été initiée à la pratique des sports de glisse par Jean-Jacques Laffont son papa, Perrine surfe de podiums en podiums. Championne de France en titre, et médaillée de bronze aux Mondiaux Juniors en Italie, la petite prodige qui monte est également la fille de Dominique Huillet, dont le père, André, a grandi en pays chalabrais, dans la maison familiale du cours Henri d'Aguesseau, qui abritait il y a peu, l'incontournable atelier de mécanique de Félicien (photo ci-dessous)

    perrine laffont,jeux olympiques de sotchi,ski acrobatiquePensionnaire du pôle espoir "ski de bosses", à Font-Romeu, depuis cette année, et surclassée en catégorie junior, Perrine Laffont, qui devrait être l’une des plus jeunes compétitrices, s'est envolée samedi dernier vers le site olympique où l'attendent de nouveaux défis.

    perrine laffont,jeux olympiques de sotchi,ski acrobatique

    Tremplin vers la finale     Derrière André et Pierrette, ses grands-parents, Pays d'Olmes et Pays Chalabrais n'auront d'yeux que pour "Pépette" (son surnom), qui s'est lancée un premier défi : celui d'atteindre la finale. L'extraordinaire aventure commencera aujourd'hui jeudi 6 février à partir de 15 h (18 h à Sotchi). Perrine Laffont s'élancera alors sur les bosses du Caucase, pour une première séance de qualifications, et dans la perspective de faire deux tremplins parfaits entre Sotchi... et le Saint-Barthélémy !

    perrine laffont,jeux olympiques de sotchi,ski acrobatique