Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-pierre boulbès

  • De Toulemon à Toulemon, le parcours d'un tracteur, de marque Ferguson

    ferme toulemon,jean-pierre boulbèsJean-Pierre Boulbès sur son Ferguson TEC n° 26.773, le lundi 23 février 2015.

    A l’heure où la plus grande ferme de France accueille ses premiers visiteurs, Porte de Versailles à Paris, il est un témoin encore très actif, témoin d’un passé déjà lointain, quand nos vertes campagnes s’ouvraient à la mécanisation. 

    Témoin mais aussi et surtout acteur, ce tracteur à essence de marque Ferguson, aura eu la particularité d’avoir été acheté à trois reprises, par une même famille de propriétaires. L’histoire commence au début de l’année 1956, un tracteur d’un gris bleu rutilant, fait sa première sortie des ateliers de fabrication. Depuis les Ets Cazanave et Cie de Carcassonne, jusqu’à la forge d’Etienne Bauzil à Chalabre. Cette transaction correspondait à une commande passée par M. Roger Boulbès. Il est agriculteur à Toulemon, et à la tête d’un beau corps de ferme qui ne se reflète pas encore dans les eaux du lac de Montbel.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Le 28 février 1956, les Ets Cazanave et Cie enregistrent une commande émanant de l'établissement « Forge et Maréchalerie Bauzil », pour un tracteur de marque Ferguson, une charrue monosoc réversible à carrelets, et une faucheuse portée.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Le 2 mars suivant, M. Roger Boulbès reçoit le document confirmant l’enregistrement de sa commande.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Le 28 mai, une facture détaillée est remise au propriétaire d’un tracteur flambant neuf, réceptionné, comme convenu, à la « Forge et Maréchalerie Bauzil ». Auparavant, MM. Etienne et Louis Bauzil accompagnés de M. Roger Boulbès, s'étaient rendus en voiture jusqu'à Carcassonne, pour prendre livraison de la machine. Une machine qui ralliera le Kercorb par la route, sous la conduite du jeune Louis Bauzil.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    A compter du 20 juin, la mise en circulation est effective, sous l’immatriculation 357 BM 11.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    En septembre 1971, et après quinze ans de bons et loyaux services, l’engin change de main, et quitte la ferme de Toulemon pour la ferme de Bon-Accueil. Désormais, son nouveau propriétaire s’appelle Maurice Gracia.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    En juin 1974, le Ferguson quitte le Kercorb pour Villelongue d’Aude, où il poursuivra sa carrière entre les mains d’Eugène Boix, ouvrier agricole.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Jean-Pierre Boulbès, fils de Roger, se souvient parfaitement du tracteur de Papa, sur lequel il a fait ses premières armes de petit laboureur. En septembre 1987, il se rend à Villelongue et rachète le tracteur, qu’il ramène à Toulemon.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Aux premiers jours de l’année 1990, le tracteur s’apprête à quitter à nouveau l’exploitation de Toulemon. Pour un court trajet qui l’emmène juste de l’autre côté de la colline, jusqu’à Chalabre-Plaisance. La vente se fait au bénéfice de Raymond Fort, chef des fourneaux du France, et gentleman-farmer à ses heures.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Le 16 novembre 1997, la machine reviendra dans son hangar d’origine. Après le décès le samedi 12 avril du regretté Raymond Fort, et une dernière transaction avec Alice Fort, le Ferguson boucle la boucle, sur les terres de ses premières manoeuvres.

    ferme toulemon,jean-pierre boulbès

    Un grand merci à Jean-Pierre Boulbès, pour ses souvenirs intacts, et ses documents scrupuleusement archivés.