Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

josette gimenez

  • Josette Gimenez a dit au revoir à son village

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueilUn beau témoignage d’affection et de reconnaissance pour la doyenne des Chalabrois (photos Clément Pradel).  

    A quelques semaines de son 99e anniversaire, le 13 août prochain, Josette Gimenez a pris congé de la cité chalabroise, afin de se rapprocher des siens, en pays narbonnais. En mars dernier déjà, elle avait quitté la maison familiale de la rue du Capitaine Danjou, laissant derrière elle 71 années de souvenirs, pour vivre la singulière expérience du confinement au sein de l’Ehpad des Hauts-de-Bon-Accueil. Quatre mois plus tard, Josette Gimenez a donc été invitée à un nouveau départ, pour la Septimanie cette fois, où elle devrait très rapidement prendre ses marques.

    Il faut croire qu’une mémoire intacte et une remarquable lucidité, auront aidé la doyenne des Chalabrois à accepter l’éloignement de son Kercorb natal, mais aussi d’un lieu qu’elle affectionnait particulièrement, 4 rue des Boulangers. Lectrice assidue et fidèle adhérente de la bibliothèque municipale, Josette Gimenez a eu l’heureuse surprise de recevoir avant son départ, la visite de Jean-Jacques Aulombard, maire, et de Noëlle Danjou, responsable de la bibliothèque. Une rencontre quasi à huis clos, contexte sanitaire oblige, au cours de laquelle Josette s’est vue offrir la collection complète des tomes publiés par l’association Il était une fois Chalabre. Lectures à découvrir ou à faire découvrir dans son nouveau lieu de villégiature, relatant l’histoire d’un Chalabre d’antan qu’elle aura contribué à écrire et à faire connaître. Au revoir Josette et grand merci.

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil

    josette gimenez,ehpad hauts-de-bon-accueil hauts-de-bon-accueil

     Josette Gimenez aux côtés de Victor Michel Caux (son père) et de Lolo Mazon.

    (Photo Maurice Mazon)