Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

le roudié

  • Le jour le plus long d'Auguste Cathala

    26 Mai 2013 Auguste Cathala Assistance bis.jpgL'hommage de la chorale Eissalabra, avec le Chant des Partisans.

    La mémoire d’Auguste Cathala, assassiné par l’occupant nazi le 23 mai 1944 à la ferme du Roudié, a été honorée dimanche 26 mai au pied de la stèle érigée à l’initiative des anciens FTPF. Une cérémonie émouvante qui a rassemblé autour de la grande famille d’Auguste Cathala, élus, Montjardinois, Chalabrois et les porte-drapeaux, Casildo Sanchez (Président d'honneur de l'Amicale des Guerrilleros Espagnols-FFI), François Grauby (Rhin et Danube), Louis Arcizet ( Déportés du travail), Jules Lacroix (Fnaca Pays-de-Sault), René Authier (Fnaca Chalabre). A leurs côtés, le maire Jacques Laffont, Jean-Jacques Aulombard conseiller général, Gérard Couteau président de la Fnaca canton de Chalabre, Christian Rouzaud président de la Fnaca du Pays-de-Sault, l'adjudant de gendarmerie Michel Canilhac et le gendarme Gaëtan Giorgi. René Chort président départemental de l’ANACR, était excusé.

    auguste cathala,le roudié,les vinsousUn dépôt de gerbe était effectué par les soeurs d’Auguste Cathala, avant que la chorale Eissalabra emmenée par Edouard Garcia, n'offre à l'assistance le Chant des Partisans et la Marseillaise. Jacques Laffont retraçait cette journée et l’interminable calvaire subi par un jeune homme de dix-neuf ans, dont le sacrifice allait permettre aux éléments du maquis Faïta, de filer entre les griffes de l'occupant, pour prolonger leur mission de résistance. L'effectif allemand qui participait à cette opération était très important (de 300 à 500 hommes), et avait investi le secteur par Gary, Montjardin, le chemin de Pico-l'Ordy et Cazalens. En prenant le chemin le plus long depuis la ferme des Vinsous, l'aîné des dix enfants de la famille Cathala, espérait que la sentinelle postée sur la crête, serait en mesure d'apercevoir la colonne allemande. Comprenant qu’il a été dupé, l’occupant nazi accompagné par la milice locale, s’acharnera sur Auguste Cathala avec une indescriptible sauvagerie. Au soir de ce 23 mai, son corps atrocement mutilé sera retrouvé dans les décombres de la ferme du Roudié incendiée. Soixante-neuf années après, le souvenir du sacrifice d’Auguste Cathala et de ses camarades de lutte ne s’efface pas des mémoires.

    auguste cathala,le roudié,les vinsous

  • Un jour dans la vie d’Auguste Cathala

    A. Cathala Août 2012.jpgSerge Fournié évoque la mémoire d’Auguste Cathala, dans le cimetière où il repose.

    Le 23 mai 1944, une colonne de soldats allemands accompagnée par la milice locale, arrive sur le secteur de Montjardin. La troupe composée de plus de 300 hommes, prend la direction de la ferme des Vinsous, où réside Marius Cathala avec sa famille. C’est là que va se nouer un acte ignoble, perpétré par l’occupant et ses complices.

    auguste cathala,le roudié,maquis faïta jean robertAu soir de cette funeste journée, le corps supplicié et mutilé d’Auguste Cathala, à peine âgé de 19 ans, sera retrouvé dans la ferme du Roudié. Torturé avec une indescriptible sauvagerie pour avoir permis aux maquisards du camp Faïta, établis sur les hauteurs du Chalabrais, d’échapper à la soldatesque, Auguste Cathala sera inhumé le 25 mai.  

    Afin de perpétuer le souvenir, et à l’initiative de Serge Fournié, un film évoquant les dernières heures d’Auguste Cathala, martyr de la Résistance, est en cours de réalisation. Réunis tout dernièrement sur la petite place de Montjardin, Jean Alcantara, frère de Paul Alcantara, commissaire aux effectifs du Maquis Faïta, accompagné de ses enfants Patrice et Serge, Jean Tailhan alias Lapébie, et Joseph Fernandez alias Frédo, partisans du maquis FTP « Jean Robert et Faïta », Sylvette Calmet, Janine Plantier et Joseph Cathala, sœurs et frère d’Auguste, et José Bernabé, en charge du tournage, ont effectué le parcours depuis Montjardin, jusqu’à la ferme du Roudié.

    auguste cathala,le roudié,maquis faïta jean robertJean Alcantara, Jean Tailhan et Joseph Fernandez.

    Le film ainsi réalisé, sera diffusé et proposé notamment aux instances scolaires, afin que le souvenir d’Auguste Cathala, puisse survivre aux derniers témoins d’un acte symbolisant la générosité jusqu’au don de soi. 

  • Le souvenir d’Auguste Cathala reste présent dans les mémoires

    auguste cathala,le roudié,les vinsousUn rendez-vous du souvenir empreint d’émotion et de recueillement (photos Serge Fournié).

    Le destin tragique d’Auguste Cathala, assassiné le 23 mai 1944 par l’occupant nazi à la ferme du Roudié, a été évoqué dimanche 27 mai au pied de la stèle érigée par les FTPF. Une journée du souvenir à laquelle ont pris part aux côtés de Jacques Laffont, maire de Montjardin, les anciens combattants et leurs porte-drapeaux, Louis Arcizet (Prisonniers de guerre et déportés), Manuel Montoro (Anacr), François Grauby (Rhin et Danube), René Authier (Fnaca) et Casildo Sanchez (Guerrilleros Espagnols-FFI). A leurs côtés, la famille d’Auguste Cathala, les élus, René Chort président départemental de l’Anacr, Charles Biart, Gérard Couteau président de la Fnaca, et l’ensemble vocal Eissalabra.

    En rappelant les circonstances de la sinistre expédition menée par une colonne allemande venue de Carcassonne, guidée par six miliciens jusqu’à la ferme de la Famille Cathala (Les Vinsous), Jacques Laffont a remémoré les dernières heures d’un enfant de Montjardin âgé de 19 ans. Ce dernier, sommé de conduire l’occupant nazi jusqu’à la ferme du Roudié, remontera l’étroite vallée du Chalabreil, résolu à tromper ses futurs bourreaux, et à sauver les résistants du Maquis Faïta, remisés sur les hauteurs de Montjardin. En empruntant le chemin le plus long, Auguste Cathala réussira à alerter les compagnons de Michel Riffaut et Paul Alcantara, mais il sera alors torturé et mutilé avec une indescriptible sauvagerie.

    auguste cathala,le roudié,les vinsous

    Après une minute de silence et de recueillement, la chorale « Eissalabra » dirigée par Edouard Garcia a offert une émouvante interprétation du Chant des Partisans (photo ci-dessous). Jacques Laffont concluait la cérémonie en remerciant la nombreuse assemblée venue perpétuer le souvenir d’Auguste Cathala, martyr de la Résistance.

    auguste cathala,le roudié,les vinsous

  • Le souvenir d’Auguste Cathala a été célébré

    Famille Cathala.jpgAuguste (debout à gauche) était l'aîné des dix enfants de Marius et Marie Cathala.

    La mémoire d'Auguste Cathala assassiné par l'occupant nazi le 23 mai 1944 à la ferme du Roudié a été honorée en ce dimanche anniversaire, au pied de la stèle érigée par les anciens FTPF. La cérémonie rassemblait autour de la grande famille d'Auguste Cathala, élus, Montjardinois, Chalabrois, représentants de la Fnaca et les porte-drapeaux de la coordination des anciens combattants. A leurs côtés, Jacques Laffont maire de Montjardin, Roger Rosich conseiller général, Casildo Sanchez président de l'Amicale des Guerrilleros espagnols, Jean Alcantara frère de Joseph Alcantara (Paul) et M. Fernandez, membre du maquis Faïta-Jean Robert, guerrillero présent à la ferme du Roudié lors de cette tragique journée.

    J. Laffont Montjardin.jpgJacques Laffont a évoqué la tragique journée du 23 mai 1944.

    En ce jour du mois de mai 1944, les maquisards constamment traqués par la milice et les allemands échapperont de justesse à l'ennemi, grâce au sacrifice d'Auguste Cathala. Les renseignements fournis par les miliciens locaux avaient guidé une division allemande vers la ferme des Vinsous où réside la famille de Marius Cathala. Après s'être livrée à de multiples exactions dans la ferme, la troupe en armes exige d'être conduite à la ferme du Roudié où elle espère surprendre les partisans. Auguste, l'aîné des dix enfants va ouvrir la marche, empruntant un chemin détourné et à découvert, avant de manifester bruyamment sa présence. Les maquisards réussissent à s'évanouir dans la nature mais la destinée d'Auguste est scellée. Il va payer de sa vie l'échec d'une opération mise sur pied avec l'aide d'un milicien chalabrois, faisant partie de la colonne sous le couvert d'un uniforme allemand. Le corps supplicié d'Auguste Cathala sera retrouvé dans les décombres de la ferme incendiée.  

    Après l'évocation de ce tragique événement, Jacques Laffont et les sœurs d'Auguste Cathala procédaient à un dépôt de gerbe, puis l'ensemble vocal « Eissalabra » interprétait le chant des Partisans. Auparavant, Edouard Garcia devait dire un poème de Victor Hugo, hommage rendu à un enfant de Montjardin qui avait pris le parti de résister.