Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Vingt-deux ans et des brouettes pour les Masters du Cazal

    fêtes du cazal 2019Le départ est donné, il ne reste plus qu'à soigner les trajectoires (archives juillet 2010).

    La XXIIIe édition de la course internationale à la brouette se déroulera aujourd'hui dimanche 21 juillet sur les hauteurs du Cazal, où les écuries en course ont installé leurs quartiers. Les aficionados sont attendus dès 17 h 30 autour du légendaire circuit « d'As Tataoubas ».  

    Pour une meilleure compréhension des enjeux, il est important de rappeler que le règlement impose des brouettes constituées de deux brancards, et d’une roue au grand maximum. Autres points essentiels du règlement, les équipages seront composés d’un pousseur et d’un poussé, invités à garder à l’esprit que l’on est au Cazal, et que le spectacle prime. Le fair-play sera donc de mise, afin de préserver la sécurité des participants et des spectateurs.

    fêtes du cazal 2019

    Archive juillet 2015

    Le « Wheelbarrow Team del Kercorb » présentera les candidats au podium peu avant 17 h 30. Un premier départ sera donné pour la catégorie « Bouchons », avant que les Dames ne soient invitées à investir une piste sur laquelle le « Trophée J.C Sicre » détenu par Aelys Garros et Lucie Rossi, sera remis en jeu. Alors et alors seulement, les Messieurs et leurs bolides rangés en épi, seront autorisés à se placer sous les ordres des officiels. Tenants du titre, Tony Bousquet et Landry Gergouil défendront leur bien, face à des outsiders, disposés à cravacher, pour soulever le fabuleux trophée créé en juillet 2000, par Titou Cnocquart, Manu Izart et Jean-Marie Laffitte.

    fêtes du cazal 2019

    Archives juillet 2012

  • Les nocturnes du Cazal

    Un samedi soir de juillet 2019, sur les hauts du Cazal.

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

    cazal 2019

  • C’était Hier : « Poupou » et le « Grand fusil » accueillis à l’hôtel de France

    En ce dimanche 21 juillet, à l’heure où les coureurs du Tour de France s’apprêtent à quitter la cité blanquetière, un petit retour en arrière, par le biais d’un article publié dans l’Indépendant, édition du samedi 28 juillet 2001.

    tour de france 2001,hôtel de franceRaymond Poulidor et Raphaël Geminiani aux côtés de Thomas Cuaresma et des Festejaïres del Cazal (photo archives juillet 2001).

    Les Chalabrois gardent tous en mémoire le fameux épisode qui se déroula sur les marches de l’hôtel de France, lors du passage du Tour de France 1961. C’était le 10 juillet, et l’étape Perpignan-Toulouse passait par Chalabre. A Robert Chapatte qui se présentait en demandant si une table était libre, Barthélémy Guilhem maître des lieux envoya « promener » l’ancien champion et journaliste aujourd’hui disparu, en des termes peu accueillants : « Chapatte o pas Chapatte, chaparàs pas ! ». Parce que les cuisines étaient fermées, et que « Bartòla » ne faisait aucune exception, jamais.

    Le vendredi 20 juillet dernier, le Tour ou plutôt la caravane faisait à nouveau escale en Kercorb à l’occasion de l’étape Perpignan-Ax-Bonascre, mais le scénario aura été totalement différent. Avec l’entrée de Raphaël Geminiani et Raymond Poulidor, les salons de l’hôtel de France auront connu l’ambiance des grands jours, d’autant que par le plus pur des hasards, les Festejaïres del Cazal se trouvaient là, avec leurs instruments de musique. Invités à se joindre à la fête, « Poupou » et le « Grand fusil » se sont très gentiment prêtés au jeu, s’accordant un petit intermède musical offert par les solistes de l’OPVC trop heureux de soigner leurs partitions pour deux sympathiques champions. Et en refermant le livre d’or, Didier et Marielle Limouzy, lointains successeurs de Barthélémy Guilhem, tenaient leur cadeau d’anniversaire, un an après la réouverture de l’établissement. A la nuit tombée, les Festejaïres quittaient l’hôtel pour le Cazal, au petit jour, « Poupou », « Gem » et l’équipe partenaire du maillot jaune regagnaient les hauteurs pyrénéennes et le peloton.