Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 3

  • René de Obaldia au théâtre municipal

    Dans le cadre du festival des arts, « Fulgurances de l'été » (du 15 juillet au 20 août), placé sous le parrainage de Michel Plasson, René de Obaldia sera à l’honneur, aujourd'hui mardi 19 juillet à 20 h 30 au théâtre municipal. Participation au chapeau.

  • Puivert : Curt Ceunen au musée du Quercorb

    curt ceunen,musée du quercorb

    Curt Ceunen et son didgeridoo (Photographie Lucien).

    Le musée propose un concert avec Curt Ceunen, dimanche 24 juillet à 17 h. Ce compositeur belge, multi-instrumentiste, puise son inspiration à la source des voyages qu'il a fait dans le monde entier. Ses créations allient des rythmes anciens à des styles musicaux issus de différentes traditions : celtique, médiévale, moyen orientale, séfardique, indienne,…).

    Voyager en jouant ses instruments des quatre coins du monde (hang, didgeridoo, flûtes, cornemuses, percussions) parfois simultanément, est son occupation favorite, ce qui le fait se définir comme un troubadour du XXIe siècle.

    La participation est libre, et pour plus d'infos, contacter le 04 68 20 80 98 ou www.curtceunen.com

  • Le quartier de la Mécanique abat ses dernières cartes

    fêtes du cazal 2016

    Les jours passent et la grogne s’intensifie dans le mythique quartier du Moulin, berceau de la communauté chalabroise. A l’heure où le compte à rebours est enclenché, et malgré les nombreux soutiens recueillis au fil des heures par des riverains au paroxysme de leur colère (ci-après le lien vers l’article de notre envoyé un peu spécial Philip Tustomargue http://feteaucazal.over-blog.com/ ), il apparaît que l’épopée ferroviaire en Kercorb va bel et bien renaître de ses cendres. Pour preuve, la photo ci-dessus, qui témoigne de la présence aux portes de la ville, d’une locomotive arrêtée au beau milieu du pont de l’Hers, dans l’attente du prolongement de l’ultime tronçon qui l’emmènera jusqu’au Cazal. Tout comme pour le premier convoi de la « Northern Pacific Railway », la jonction devrait intervenir au niveau de la nouvelle gare de la Commune libre, en temps et en heure, à savoir vendredi 22 juillet aux alentours de 17 h 61’.

    fêtes du cazal 2016

    L'accès à la nouvelle gare du Cazal (ici une vue partielle du hall des voyageurs), se fera par une montée bien plus raide que la rampe de Capvern.

  • Un jour, trois images

    Le dimanche 24 juillet prochain, sera célébré le 20e anniversaire de la Course Internationale à la Brouette du Cazal. Les premiers équipages avaient eu le privilège de s'élancer sur l'anneau de vitesse des Tataoubas (photo ci-dessous), c'était le dimanche 20 juillet 1997, et Jean-Luc Cathala associé à Lydie Taupin avaient signé alors une belle victoire, vainqueurs devant neuf autres équipages.

    course à la brouette 2016

    (Photo archives, Juillet 1997)

    Depuis, la brouette s'est taillé une place de choix dans le programme des Fêtes du Cazal, ce qui ne doit pas faire oublier que cette discipline avait été testée le 14 juillet 1989, lors de la célébration du Bicentenaire de la Révolution (comme peuvent en attester les photos ci-dessous). Depuis le Café de la Liberté jusqu'au Café de la Paix, en empruntant les rues St François, St Anne, St Antoine et St Ursule, les concurrents avaient sacrifié à un rituel importé d'Outre-Manche, consistant à ravitailler au moyen d'un mélange associant meringue et houblon.

    course à la brouette 2016

    Sereins malgré l'effort, Jean Martinez et Yves Jalabert font honneur à leur principal sponsor.

    (Photos archives, Juillet 1989)

    course à la brouette 2016

    Incident mécanique et espoirs ruinés pour Stéphan Ferrier et Jacques Rosich, à la sortie de la Rue St Ursule.

  • C’était hier : Martine et Laurent ont uni leurs destinées

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du vendredi 19 juillet 1996.

    laurent et martine mamet

    (Photos archives juillet 1996)

    C’était le grand jour, en cette veille de fête nationale, pour Martine Dias et Laurent Mamet, qui avaient choisi d’unir leurs destinées samedi 13 juillet, en présence d’une nombreuse et sympathique assemblée de parents et d’amis, venus les accompagner au long d’une journée particulière.

    Accueillis dans un premier temps à la mairie cours Sully, où ils ont prononcé le « oui » traditionnel devant M. le maire, Martine et Laurent ont ensuite pris le chemin de Saint-Pierre, où l’abbé Raymond Cazaban a scellé leur union. Tous les membres de la caserne Jean Cabanier étaient présents sous le porche de l’église, Laurent appartient au corps des sapeurs-pompiers chalabrois, et les nouveaux mariés ont ainsi pu rejoindre tous leurs amis, sous une haie de casques brillant de mille feux sous le soleil enfin revenu.

    laurent et martine mamet

    La joyeuse assemblée s’est alors retrouvée sous la fraîcheur de la place Charles Amouroux, où la participation de très nombreux amis, et en particulier les co-équipiers de l’US Kercorb XV dont Laurent est le fer de lance du pack, est venue témoigner de l’estime dont bénéficient les jeunes mariés et leurs parents. En adressant à notre tour nos vifs compliments à Mme Sylvana Dias et M. et Mme Aimé et Denise Mamet, nous sommes très heureux de présenter à Martine et Laurent, sans oublier le petit Andy, nos meilleurs vœux de bonheur et de réussite tout au long de la nouvelle vie qui s’ouvre à eux.        

  • C’est la panique à La Mécanique !

    L’information n’avait pas été prise au sérieux, il semblerait pourtant que les choses s’accélèrent et que la tension monte dans le quartier nord de Chalabre. Dépêché sur les lieux afin d’en savoir plus, voici retranscrit en différé mais à la virgule près, le compte-rendu de notre envoyé sur place.

    Ils avaient entendu parler d'un projet de voie ferrée menaçant la quiétude de leur quartier du Moulin, un groupe d'habitants a décrété l'endroit « Zone à Défendre » (ZAD), et s'est mobilisé pour empêcher la pose des rails. Le mouvement insurrectionnel qui a débuté il y a quelques jours dans le quartier, rassemble chaque jour une foule considérable de contestataires (19 selon les organisateurs, 17 selon la gendarmerie).

    fêtes du cazal 2016Les riverains du Quartier du Moulin sont à bout.

    Une source proche de la mairie nous a effectivement confirmé que la SCCF (Société Cazalienne du Chemin de Fer) a déposé une demande de permis d'aménager, mais la rédaction n'a pu avoir plus de détail sur le projet. S'agit-il vraiment d'une déviation de la voie ferrée existante comme le prétendent les ZADistes, ou plutôt d'une simple étude de faisabilité, comme précise M. le maire ?

    fêtes du cazal 2016« Nous ne laisserons rien passer ! » déclare René C., membre du collectif. « On occupera le quartier le temps nécessaire à l'abandon de ce projet. En plus … on habite ici ... donc il n'y a aucune raison qu'on aille autre part ! ». Antoine G. regrette le manque de concertation : « Jamais personne n'est venu nous demander notre avis ! Et si quelqu'un était venu, on aurait dit NON de toute façon ! ». Arborant le drapeau de notre nouvelle région Occitanie, Dominique S. présente quelques arguments juridiques : « Selon notre avocat Mestre Bauduin, la procédure de déclaration d'utilité cazalienne est entachée d'irrégularités. Il nous reste donc une chance de stopper les travaux. … A moins que le maire n'utilise le 49.3 ! ».

    Seul Serge N. dénote un peu dans ce mouvement contestataire : « Bien sûr, par solidarité, je suis à 100% avec mes voisins pour m'opposer à ce projet. Mais, avec un arrêt du train dans le quartier, je me serai bien vu ouvrir une auberge. Le train aurait pu m'amener des clients ! »

    En réponse au mouvement des ZADistes, le maire du Cazal confirme avec fermeté que « l’État de droit s'applique au quartier du Moulin comme partout ailleurs dans la commune, et une poignée de « romegaïres » ne saurait s'opposer au progrès ! Les grévistes n'imaginent pas le bienfait que ce projet peut apporter à la commune libre du Cazal en terme d'emplois, en particulier dans leur quartier. Par exemple, la ligne nécessitera un passage à niveau sur la traverse du stade qui donnera du travail à un garde-barrière. ».

    Déjà mis en examen par Mestre Dolentizo pour une affaire de favoritisme en lien avec la venue récente du Badaluc brésilien, le maire tient à préciser à ce propos : « Le fait que mon petit-fils vienne tout juste d'obtenir son CAP de garde-barrière n'a absolument rien à voir avec ce projet ! ».

    Le désaccord semble fortement ancré et la situation menace dangereusement de dériver à l'image du barrage de Sivens (81) ou de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (44). Souhaitons que les esprits s'apaisent rapidement avant l'inauguration de la ligne prévue pour le vendredi 22 juillet prochain, journée dédiée à Sainte Marie-Madeleine.

    De notre envoyé un peu spécial sur la ZAD de La Mécanique, Philip Tustomargue. L'article complet est à lire dans la Gazette Libre du Cazal, datée du 16 juillet 2016 (voir une ci-dessous).  

    fêtes du cazal 2016

    fêtes du cazal 2016

    Réglage des derniers détails dans les ateliers de la Société Cazalienne du Chemin de Fer. La moindre petite vis oubliée pourrait faire capoter le projet. 

    (Photo Collection Robert Voltes)

     

  • Une soirée avec René de Obaldia

    fulgurances de l'été,philippe lagrue,rené de obaldiaDans le cadre du festival des arts, « Fulgurances de l'été » (du 15 juillet au 20 août), placé sous le parrainage de Michel Plasson, René de Obaldia sera à l’honneur, mardi 19 juillet à 20 h 30 au théâtre municipal. Une soirée avec  René de Obaldia (Crédit photo Lot), l’un des auteurs les plus joués au monde, traduit en 28 langues et élu à l’Académie française en 1999, « où depuis, le rire est de rigueur tant l'homme est joyeux ! ».

    Après le succès des « Cuisinières de Goldoni » en juillet 2015, Philippe Lagrue et sa troupe prestigieuse reviennent avec de petites comédies en un acte, qui « valent par leur vivacité et la complicité rieuse qui se noue avec des spectateurs, qui ne confondent pas la gravité avec la pesanteur… Pour que se déroule le mariage du cœur et de l’esprit ». Avec Heidi-Eva Clavier, Grant Lawrens, Alain Payen, Baptiste Roussillon, ancien pensionnaire de la Comédie Française, Catherine Sauval, ancienne sociétaire de la Comédie Française, et la collaboration de Marie-Edith Le Cacheux.

    « Ce matin je suis joyeux, j'ai passé hier une soirée avec René de Obaldia. Alors je vous propose de la poursuivre en juillet à Chalabre ! » (Philippe Lagrue)

    Participation au chapeau.