Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-jacques aulombard - Page 3

  • Future Communauté de communes des Pyrénees-Audoises : Un nouvel espace, opaque ou transparent ?

    Sous ce titre, Jean-Jacques Aulombard conseiller général du canton de Chalabre communique :

    "L'article publié dans L'Indépendant, édition du 10 novembre, relatif à la future Communauté de communes des Pyrénées Audoises, appelle de ma part les observations suivantes : Cette collectivité entrera en vigueur le 1er janvier 2014 et le président de cette communauté sera désigné après les élections municipales de mars 2014, par les 89 délégués représentant les 64 communes de cette nouvelle communauté. L'objectif de ce nouvel espace est bien de favoriser le développement du territoire, et de tout mettre en oeuvre pour que tous les citoyens, et particulièrement ceux qui souffrent, puissent trouver un emploi afin de vivre correctement. Aussi, il me semble aujourd'hui que la priorité est de rassembler, d'unir toutes les volontés et d'agir en transparence.

    Or je suis surpris de lire que certains se positionnent déjà pour un poste, que d'autres soutiennent des candidatures. Je me permets de les rappeler à la raison. C'est en effet déconsidérer les 89 futurs délégués dont les 64 futurs maires, que de leur imposer cinq mois avant, le choix d'un nom. Messieurs, laissez-leur la liberté de choisir la présidente ou le président de cette nouvelle communauté de communes, le moment venu : ce ne sont plus des élèves qui obéissent à leur maître d'école.

    A ceux qui pressentent déjà des candidats potentiels, je voudrais leur dire que je pressens la fin d'un système... celui du petit calcul politique... Les citoyens attendent autre chose de leurs représentants politiques".

  • A propos de la nouvelle carte cantonale

    JJ Aulombard.jpgJean-Jacques Aulombard, conseiller général du canton de Chalabre communique :

    «Le projet de révision de la carte cantonale appelle de ma part plusieurs observations. La délimitation des circonscriptions cantonales est effectuée à partir du paramètre «population». Après la révision, ce ratio «population» entre le plus petit canton et le plus grand, est de 1,48, alors qu’auparavant il variait de 1 à 18,9. Il aurait été judicieux de prendre un deuxième paramètre, celui de la superficie des cantons. Le rapport entre le plus petit canton et le plus grand, augmente nettement. Il aurait fallu croiser ces deux rapports évoluant en sens contraire. En effet, ce principe de révision de la carte cantonale, veut garantir l’application du principe d’équilibre démographique, mais il méconnaît les principes d’efficacité et de proximité. Les deux conseillers généraux du canton de Quillan devront être à l’écoute de 86 communes et parcourir de grandes distances, alors que les deux conseillers généraux de Carcassonne I n’auront qu’un seul interlocuteur. Nous pouvons avoir les plus grands doutes sur la qualité et l’efficacité du travail des conseillers généraux de Quillan. Il faudrait introduire une péréquation qui prenne en compte la superficie des territoires. Les cantons de Quillan et Fabrezan devraient chacun être partagés en deux territoires distincts pour permettre un travail sérieux des élus.

    Une autre observation qui fait suite à la publication d’articles dans la presse : certains conseillers socialistes apparemment désignés, se préparent déjà à la bataille cantonale, et ceci en terrain conquis. Dois-je rappeler que ce sont les électeurs qui votent et non les partis politiques. Rien n’est jamais gagné : les mentalités évoluent, les électeurs de notre territoire souhaitent du nouveau et de la modernité. Des Femmes et des Hommes de qualité sont prêts à s’investir sur ce territoire, pour le bien de nos concitoyens. Alors prudence et patience Mesdames, Messieurs les politiques professionnels ».

  • Vanille et Chocolat subit les effets de la crise

    Crèche 31 Mai 2013.jpgLe successeur de Yves Ettori (au centre) devrait être connu très prochainement.

    La crèche associative Vanille et Chocolat, tenait son assemblée générale le mercredi 29 mai au théâtre municipal, sous la présidence de Yves Ettori, en présence de Martine Raynaud directrice de la structure associative. A leurs côtés avaient pris place élus, représentantes du personnel et les parents des petits pensionnaires.

    Yves Ettori saluait une assemblée exceptionnellement nombreuse, avant d'évoquer une situation financière critique. A l'image de beaucoup d’autre crèches associatives, Vanille et Chocolat traverse une crise qui met en péril sa continuité, et laisse craindre une cessation de paiement avant la fin de l’année. Les raisons de cette dégradation reposent sur la baisse d’activité, et si l’attractivité n’est pas en cause, puisque le nombre d’inscriptions est supérieur, le problème repose sur la baisse de la demande d’heures (taux actuel de fréquentation égal à 48 %, contre 61 % en 2011). Une chute liée à la situation sociale, le nombre de parents ne travaillant pas ayant fortement augmenté.

    vanille et chocolat,yves ettori,martine raynaud,jean-pierre salvat,jean-jacques aulombardUne des conséquences de cette baisse d’activité est la réduction de la prestation de service CAF (première recette de la crèche), ce à quoi il convient d'ajouter le sous-financement des collectivités publiques. Une situation aggravée par la mise en invalidité de deux salariées, licenciées pour raison d'inaptitude professionnelle, avec des indemnités légales de licenciement que la crèche ne peut payer (14.000 €). Ces facteurs cumulés, génèrent un manque de trésorerie prévisible de 45 000 € au dernier trimestre.

    vanille et chocolat,yves ettori,martine raynaud,jean-pierre salvat,jean-jacques aulombardTour à tour, Jean-Pierre Salvat, président de la communauté de communes du Chalabrais, et Jean-Jacques Aulombard, conseiller général, laissaient planer l'espoir d'un vote pour l'attribution de dotations exceptionnelles, afin d'équilibrer le budget. L'assistance ne pouvait que regretter la défection de nombreux maires, seules les communes de Chalabre, Gueytes-et-Labastide, Rivel et Sonnac-sur-l'Hers étant représentées.

    Le président Ettori proposait de lancer une enquête de satisfaction, engagée sur-le-champ par des parents unanimes à saluer la qualité des services, et déterminés afin que "Vanille et Chocolat" puisse conserver son statut associatif.

    vanille et chocolat,yves ettori,martine raynaud,jean-pierre salvat,jean-jacques aulombardLes résultats de sa dernière gestion validés, Yves Ettori invitait alors l'assemblée à procéder au renouvellement des cinq membres du conseil d'administration. Sur sept candidats en lice, et après un vote à bulletin secret, étaient élus Mmes Torres et Delpech, MM Gazza, Toustou et Minella.

    Au terme de cinq années de présidence, Yves Ettori souhaitait que la future équipe fasse évoluer la crèche et puisse l'inscrire dans la durée. Jean-Pierre Salvat et Martine Raynaud soulignaient la disponibilité et le temps donné par un président sortant très présent, et attentif aux demandes formulées. 

  • Mais où est donc passé le comité de pilotage de la Haute-Vallée ?

    Mais où est donc passé le comité de pilotage de la Haute-Vallée, pour la mise en place de la future communauté territoriale ?

    jean-jacques aulombardSous ce titre, Jean-Jacques Aulombard conseiller général du canton de Chalabre communique :


    " Au mois de décembre 2012, la décision de créer un groupe de pilotage comprenant les quatre conseillers généraux (Canton d’Axat, Belcaire, Chalabre et Quillan), les quatre présidents des communautés de communes de la Haute-Vallée, et les quatre maires des  chefs-lieux, a été approuvée à l’unanimité. Le rôle de ce comité étant de valider chaque étape et d’informer tous les maires, ainsi que les personnels concernés par cette réforme territoriale. Cette démarche participative allait dans le bon sens
    Hélas c’était trop beau et il semble que les vieux démons ont resurgi. Nous sommes le 5 mai 2013 et ce comité ne s’est pas réuni une seule fois depuis le mois de janvier 2013.Certains n’ont pas compris que la réussite d’une telle réforme repose sur le groupe dans sa totalité, et non sur quelques personnes travaillant en catimini.
    C’est un mauvais signal pour la future Communauté et c’est déconsidérer la population de la Haute-Vallée et les 64 maires, que d’agir ainsi. Le succès de cette réforme repose sur l’intelligence collective. Par contre, manquer de transparence et mettre les citoyens devant le fait accompli, c’est l’échec assuré ".

  • Le sous-préfet à la rencontre du pays de Kercorb

    Sous-Préfet Mars 2013.jpgLes élus du canton ont abondamment échangé avec le représentant de l'état (Photo Yves Saddier).

    Mercredi 13 mars, Sébastien Lanoye, sous-préfet de Limoux en fonction depuis septembre dernier, honorait un rendez-vous programmé en pays chalabrais. Il était accueilli par Jean-Jacques Aulombard, conseiller général du canton, et Christian Guilhamat, maire de Chalabre, aux côtés desquels il a effectué une visite guidée. Après une première halte au collège Antoine-Pons, qui lui a permis de découvrir le plus petit établissement du département, le représentant de l'état s'est rendu à l'hôpital local des Hauts-de Bon-Accueil. Jouxtant l'Ehpad, le Clos Bon-Accueil, qui accueillera ses premiers résidents en avril prochain, a également fait l'objet d'un petit crochet. C'était ensuite le retour vers la Plaine Saint-Pierre, et le centre de secours Jean Cabanier, où l'adjudant-chef Stéphane Ferrier, chef de corps, a pu détailler les travaux réalisés dans une caserne tout dernièrement restaurée.

    La maison de repos et soins de suite Christina, sous la responsabilité de Eric Nys, était également au programme, avant une rencontre dans la salle du conseil municipal à la mairie de Chalabre, avec les élus du canton. L'occasion pour ces derniers d'aborder la réforme intercommunale et d'exprimer une inquiétude légitime sur la nouvelle gouvernance de cette nouvelle collectivité. Les élus souhaitent donner leur avis, et ont exprimé le désir d'une réelle communication. Sébastien Lanoye n'a pas manqué de répondre aux diverses questions, en se disant persuadé qu'une bonne communication permettrait d'éviter bien des malentendus.

    Moins protocolaire mais tout aussi intéressante, la visite de l'exceptionnelle collection de minéraux de Freddy Marty, proposée par Jean-Jacques Aulombard et Christian Guilhamat, a passionné M. Le sous-préfet. Au terme d'une journée bien remplie quoique non extensible, Sébastien Lanoye a manifesté le souhait de revenir en Kercorb, afin de rendre visite à l'entreprise Cartofrance.

  • Une nouvelle directrice à la tête de l'Ehpad

    La nouvelle directrice, Ghislaine Vanwersch-Cot, a pris ses fonctions à l'hôpital local des Hauts-de-Bon-Accueil.  

    CA Ehpad Déc. 2012.JPGChristian Guilhamat, Ghislaine Vanwersch-Cot, Jean-Jacques Aulombard et Annie Bohic-Cortes.

    L’établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), réunissait vendredi 14 décembre, les membres de son conseil d'administration. Cette nouvelle réunion de travail s’est déroulée en présence de Ghislaine Vanwersch-Cot, nouvelle directrice par intérim de l’établissement, accueillie par Jean-Jacques Aulombard, son prédécesseur.

    Nouvelle venue en Kercorb, Ghislaine Vanwersch-Cot possède déjà une bonne expérience professionnelle, puisqu'elle arrive de l’hôpital Antoine-Gayraud de Carcassonne où elle travaille dans le secteur hospitalier en qualité de directrice-adjointe, depuis 2001.

    Comme elle a pu le souligner, c’est avec une belle dose d'enthousiasme et de bonne volonté, qu'elle souhaite assumer ses nouvelles fonctions. Ghislaine Vanwersch-Cot devait ensuite affirmer son souhait d'établir une continuité de qualité dans la gestion de cet établissement, en ayant à cœur de poursuivre la politique de partenariat menée notamment avec Carcassonne, au sein du territoire de santé.

    Christian Guilhamat, président du conseil d'administration de l'Ehpad, Jean-Jacques Aulombard conseiller général du canton de Chalabre et Annie Bohic-Cortes conseillère générale du canton de Quillan et Saint-Hilaire, lui ont adressé leurs souhaits de bienvenue. Ils l’ont également assuré de leur entier soutien, afin de mener à bien les projets de développement et de coopération, pour le bien être de la population de la Haute-Vallée de l’Aude. 

  • Jean-Jacques Aulombard a pris congé des Hauts de Bon-Accueil

    JJA.jpgJean-Jacques Aulombard aux côtés de ses collaboratrices de l’Ehpad. 

    A l’entrée de l’hiver 1987, un nouveau directeur venu de Montpellier prenait ses fonctions à l’Hôtel-Dieu Saint-Jacques, maison de retraite de la rue Saint-Pierre. Jean-Jacques Aulombard succédait à Nicole Rebel, en partance pour les Alpes-Maritimes, et signait alors un bail de 25 ans avec le pays chalabrais. 

    Le vendredi 14 septembre dernier, non loin du parc où tout avait débuté, une nombreuse assemblée s’est retrouvée afin d’accompagner sur la voie dorée de la tranquillité, un directeur à l’orée de la retraite. Une fête très amicale a ainsi réuni collègues, personnel et amis, sous les platanes de la place Charles Amouroux, où Jean-Jacques Aulombard  a officiellement mis un terme à son activité professionnelle. Un retrait relatif néanmoins, puisque le néo retraité, va garder un contact étroit avec le canton de Chalabre, dont il est le conseiller général. Ce que n’a pas manqué de souligner Christian Guilhamat, maire de Chalabre, à la conclusion de l’hommage rendu au nom de la municipalité.

    Il revenait ensuite à Ghislaine Vanwersch-Cot, nouvelle directrice intérimaire de l’Ehpad, de saluer l’action de son prédécesseur, et d’affirmer sa volonté de poursuivre dans la même ligne. Le personnel soignant et administratif s’adressait ensuite à son directeur, par le biais d’un remarquable reportage vidéo, retraçant les étapes d’un parcours initié voilà près d’un quart de siècle.

    Ces témoignages de reconnaissance auront certainement fat naître un peu de nostalgie dans le cœur de Jean-Jacques Aulombard, qui remerciait chaleureusement l’assistance. Avant de féliciter tout particulièrement son personnel, et une coopération qui aura permis de mener à bien nombre de projets, en faveur des résidents. Excellente retraite à Jean-Jacques Aulombard, et bienvenue à Ghislaine Vanwersch-Cot.