Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

opvc - Page 4

  • Carnaval : Badaluc a réservé à l’Hôtel St Pierre

    Pères Badalucs Mars 96.JPGLa nouvelle réjouira les garants de la tradition et leurs prédécesseurs.

    Les festivités liées à la venue de sa majesté Carnaval XLI se dérouleront samedi 24 et dimanche 25 avril prochains. Une information confirmée par les responsables du protocole, à cheval sur les principes mais surtout de mèche avec le groom de l'hôtel Saint-Pierre. La réception officielle de cet éminent visiteur aura lieu samedi à 17h 30 sous la halle et en compagnie d'un aréopage de notables du cru. A partir de 21h 30, un tour de fécos avec les musiciens de l'OPVC permettra au digne descendant de la fière lignée des Badalucs de marcher dans les traces de ses ancêtres. A 23h 30, le théâtre municipal accueillera les carnavaliers pour la traditionnelle sauterie, animée par DJ La Furgue.Carnaval 04 1999.JPG

    Dimanche 25 avril à 16h 30, les musiciens de l'OPVC poursuivront la visite guidée de la bastide en compagnie de Badaluc le 42e, avant la cérémonie de clôture programmée Place Charles Amouroux.  

  • Le Kercorb a l’oreille musicale

    Au cours du mandat confié en 1931 à l'équipe municipale et à son premier magistrat Emile Fitaire, les Chalabrois désireux d'apprendre le solfège furent invités à se faire connaître auprès des services de la commune. Ce projet allait être favorablement accueilli d'autant que la méthode proposée était entièrement gratuite. Très vite une trentaine d'enfants vont régulièrement se retrouver au rez-de-chaussée de la mairie (actuel secrétariat) où Auguste Arnou s'évertue à leur transmettre sa passion pour la musique. Facile pour certains, hermétique pour d'autres, le dur apprentissage du solfège va en décourager plus d'un, si bien que les rangs s'éclaircissent devant la baguette improvisée mais néanmoins experte de M. Arnou. Quelques élèves réussiront à se familiariser avec les blanches, les noires et autres doubles croches, pour accéder à la récompense suprême, jouer d'un instrument de musique. Nos jeunes musiciens mettront alors leurs dons au service de la fête pour animer les bals, jusqu'à la guerre et l'interdiction de toute manifestation festive.   

    Bravant cet interdit, Augustin Sibra et ses amis solistes se retrouvent un soir à Philippou (près de la gare de Rivel) où ils ont été invités à animer un «bal clandestin ». Les accords finissent par attirer l'attention et une descente des gendarmes de Chalabre met fin aux réjouissances, les danseurs ont juste le temps de s'éclipser mais les musiciens et leurs instruments sont piégés par la maréchaussée. C'est la catastrophe, d'autant que certains d'entre eux risquent alors un départ vers l'Allemagne dans le cadre du service du travail obligatoire (STO). Parmi les musiciens se trouve Louis Amat, neveu de Marie-Jeanne Pons (épouse d'Antoine Pons), laquelle intervient auprès de la brigade en soulevant un détail de taille : Philippou se trouve sur le territoire de l'Ariège, les gendarmes chalabrois sont donc intervenus sur un périmètre dont ils n'avaient pas la responsabilité. Plus grave, ils ont agit sans autorisation, celle que le commandant de brigade de Laroque d'Olmes dont dépend le secteur, était le seul habilité à délivrer. En deux temps trois mouvements l'affaire est réglée, l'anecdote est rangée au fond du sac à partitions et nos musiciens signeront leur premier contrat d'après-guerre à Mérial puis Pomy, Rennes-le-Château, Coustaussa, et bien d'autres encore.

    Le Sonore ou le Majestic  seront le nom des formations animées par Augustin Sibra et ses partenaires, dans le même temps qu'un autre groupe chalabrois, cher à René Berland, Joseph Garcia, Gaston Costes, Hubert Barthoulot et Henri Quimeso, le fameux Novelty. Aujourd'hui les virtuoses de l'O.P.V.C ont pris le relais au pupitre, formés pour certains par Augustin et ses disciples. Et ce qu'ils ont surtout retenu, c'est que la gratuité du solfège fut en son temps, une belle initiative municipale.

    Mule 1960 & Orchestre .JPGAutour d'Augustin Sibra, les solistes du futur orchestre « Le Sonore ». Debout de gauche à droite : Louis Jean, Josette Grivel, Augustin Sibra, Pierre Taillefer, Félix Calvène, René Salinas. Au premier plan : Henri Désarnaud, Armand Gabanou, Fernand Pont.

  • Sondages de rentrée : Les musiciens de l’OPVC à la hausse

    OPVC.JPGAprès avoir brillamment et musicalement animé en juillet dernier la XXe fête de l'Escargot chez les Roussillonnais de Bompas, les virtuoses de l'OPVC (Opération Vacances en Chalabrais, est-il permis de le rappeler ?), se retrouvent à nouveau sous les feux de la rampe. Cette fois à l'occasion de la publication des résultats d'un sondage dont les commanditaires ont préféré garder l'anonymat. En exclusivité et en avant-première, voici un constat édifiant qui ne laissera personne indifférent. 

     Si 52% des Chalabrois aiment le carnaval, 35% préfèrent Fluris et 13% se contentent de faire des tours de ville. Les dates fixées pour accueillir le divin monarque conviennent à 43% de nos concitoyens, contre 31% qui auraient préféré le week-end des Rameaux, 18% le 1e mai et 0,1% le 14juillet.

      68% des Chalabrois trouvent que les musiciens restent trop longtemps dans les cafés, mais 45% avouent en profiter pour aller boire un coup. Si 38% de nos concitoyens reconnaissent qu'il faut brûler Badaluc, par contre 24,5% préfèreraient qu'il soit étouffé avec des confettis, 7% passé au goudron et à la plume, et 3% seraient d'accord pour le nommer président du comité des fêtes.

     Inexplicablement la cote de popularité de l'OPVC semble en chute libre avec 20% seulement de satisfaits quant à la qualité de leur prestation musicale. Ici la prudence est de mise car à l'annonce du montant du cachet perçu par les musiciens, 98% des sondés trouvent qu'ils sont très bons. Enfin à la question : « Dans quel sens faut-il faire le tour de fécos ? », les Chalabrois sont unanimes : « Dans le bon sens !».

     En marge de ce sondage, l'OPVC nous prie de communiquer : « Les personnes qui désiraient postuler à la fonction de grossecaissiste sont priées de ne plus téléphoner, ni écrire, le poste ayant été pourvu ».

     Il faut pour être complet préciser que ce sondage a été réalisé du 1er septembre 2008 au 31 août 2009, sur un échantillon de Chalabrois en âge de se masquer.   

    photo : Les successeurs de Gérard, René et Robert, lors d'une «carnaval session» au café Tournois, au tout début des années 1990.

    Ce sondage s'inspire d'un bulletin d'information baptisé La Gazette, dont deux numéros furent édités dans les années 1980 à l'initiative du regretté Jean-Jacques Conte, auquel nous rendons hommage à travers cet article. 

    Lien permanent Catégories : Echos
  • Ils ont échangé leurs partitions à Bompas pour une cargolade

    Grapp's del Negret I.jpgRichard, Jean Abeilhou, Francis et Marie-Pierre ont soufflé sur la braise. 

    Les musiciens de l'OPVC qui perdent rarement une occasion d'aligner les notes étaient tout dernièrement dans le Roussillon et plus précisément à Bompas, cadre d'un rituel annuel auquel participe tout Catalan qui se respecte. La fameuse fête de l'escargot qui se déroule tous les derniers week-ends de juillet permet ainsi aux gastronomes de déguster près de 160 000 gastéropodes, grillés au cep de vigne, sous le contrôle de la LPC (ligue de protection des Cargols).

    La 20e édition de cette méga « cargolade » à l'ailloli était animée entre autre par la banda frontonnaise « Grapp's del Negret », ainsi baptisée en hommage au cépage particulier de Fronton, la « négrette ». Ce groupe dans lequel évolue Jean Abeilhou, journaliste bien connu des amateurs de rugby, n'a pas son pareil pour faire grimper l'ambiance et était renforcé par deux trombones et une trompette chalabroises, réquisitionnés pour l'événement. C'est ainsi que Marie-Pierre, Richard et Francis ont joint leurs partitions à celles de leurs amis frontonnais, avec lesquels ils ont brillamment fêté le vingtième anniversaire d'une fête incontournable célébrée chaque été aux portes de Perpignan.