Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bernard cnocquart

  • Drôle d’ambiance

    Il est non résident mais Chalabrois de cœur, partageant sa vie avec une Chalabroise, et il a toujours gardé au fond de lui, les couleurs bleu et blanc de sa jeunesse sous les couleurs de l'U.S.C. XV.

    Bernard Cnocquart fait part des sentiments que lui inspirent les errements perpétrés dernièrement entre les murs de la cité chalabroise.   

    bernard cnocquart,sérénades

    Drôle d’ambiance

    Ami, entends-tu le cri sourd des corbeaux sur Chalabre,                                

    ami, vois tu ces sales écrits bien macabres,                                                      

    ohé Chalabrois, criez fort, refusez ces pratiques,                                            

    pour que demain encore tes rues éclatent de musique.

     

    Oh oui dans le Kercorb, terre privilégiée                                                  

    depuis la nuit des temps vous avez su partager                                        

    les bons moments et d’autres plus difficiles                                                    

    pour que bien des étrangers trouvent ici un doux asile.

     

    Mais comme partout il y a toujours des imbéciles                                                  

    qui profitant de la nuit lancent de puants projectiles,                                                  

    vers ces néo-Chalabrois qui ont traversé l’océan,                                                

    comme les Espagnols, Portugais, Italiens bien avant.

     

    Mais attention comme l’a si bien dit, Jean de La Fontaine,                                

    ignoble corbeau rempli de trop de haine,                                                                

    tu n’as pas été bien malin face au rusé renard,

    tu as perdu ton fromage, ici tu risques le traquenard.

     

    Vivons donc en harmonie se respectant les uns des autres,    

    rappelez vous de Fernand Raynaud déjà un bon apôtre,                      

    il n’aimait pas les étrangers qui viennent manger le pain des Français,

    et il critiquait à tout vent ce pauvre étranger,                                  

    alors un beau matin, avec femme et enfants, il est parti l’Italien                            

    et depuis ce jour là dans le village, on mange plus de pain.

    Il était boulanger !!!

    Bernard, le 27 mai 2020

  • Labours et semailles

    En parcourant la rue du Presbytère, les moins jeunes ont le souvenir des vaches d’Aurélie et d’Irène, de retour des collines verdoyantes de Terre-Blanche. Les plus anciens croient entendre encore la paire de boeufs menée par Albert Galaup, rentrer à la nuit tombée pour se repaître d’un repos amplement mérité, au pied des « grepios » abondamment fournies en fourrage. Souvenirs voisins, partagés, et mis en poème par Bernard Cnocquart.

    bernard cnocquart

    Labours et semailles

    En ce début d’octobre et les premiers frissons,

    On dirait que la pluie a rouillé la Garosse,

    Et les vols de palombes en joyeux tourbillons

    Semblent vouloir quitter cet automne précoce.

     

    Dans les champs de la plaine on a laissé les chaumes,

    Cet abri bien utile pour la caille qui chante,

    Et au bord des haies, de peupliers et d’ormes,

    Gambadent les lapins aux oreilles pendantes.

     

    Les granges sont remplies de fourrage et de paille

    Pour ces vaches et ces bœufs qui durant tout l’hiver

    Resteront bien au chaud au fond de cette étable,

    Car les paysans d’alors étaient loin de pervers.

     

    Il est alors le temps de penser aux labours,

    Car la terre est bien tendre après quelques averses,

    Et les braves travailleurs, Mascaré et Pardou

    Savent qu’ils vont tirer la charrue ou la herse.

     

    Alors de bon matin, les bœufs sont attelés,

    Et de leur pas tranquille, tirant le lourd brabant,

    Ils suivent le grand père, direction Perrautié,

    Vers ce grand champ là-bas, au beau soleil levant.

     

    Pour un travail soigné, il faut un bon départ,

    Il place alors les bœufs en faisant attention,

    Et au coup de sifflet, l’attelage s’élance, sans retard,

    Relevant cette terre bien grasse, un bon limon.

     

    Arrivés tout au fond, les bœufs font demi tour,

    Et dans un bel effort tenant le mancheron,

    Pépé encore robuste retourne le soc bien lourd,

    Puis reprend son labeur avec application.

     

    Sous les premiers rayons, la terre brune scintille,

    Et dans les longs sillons toujours bien alignés,

    On voit quelques oiseaux, des hochequeues tranquilles

    Se gaver de longs vers par le soc libérés.

     

    Mais le champ est bien grand, combien d’aller et retour,

    Pour que cette parcelle passe du jaune au noir,

    Il mange donc alors le pain et le fromage au milieu du labour,

    Sans cesser son travail jusqu’à bien tard le soir.

     

    Le champ est terminé, il le regarde avec fierté,

    Il sait que dans quelques semaines il passera la herse,

    Et puis encore semer, l’orge, l’avoine ou le blé,

    Mais il laisse faire le temps, toujours avec sagesse.

     

    Dès les premiers bourgeons, il prépare la semence,

    Et dans le noir couloir sur les dalles glissantes,

    Il mélange le blé d’un liquide bleu intense,

    Sans doute protecteur pour ces futures plantes.

     

    Il observe la lune dans le ciel annonçant le soleil,

    Car c’est demain matin qu’il ira les semer,

    Alors avec un sac de patates transformé en « curbeil »,

    Il lance ces bons grains à grands coups de volées.

     

    Avec quelques bâtons munis de chiffons blancs,

    Il fait donc ses repères pour une bonne répartie,

    Il compte bien ses pas, fait attention au vent,

    Car pas trop de gaspillage, toujours avec parcimonie.

     

    Il passera ensuite le gros rouleau rouillé

    Pour enterrer les grains, les épis de demain,

    Mais il viendra souvent surveiller la levée,

    Contemplant ce vert tendre, heureux comme un gamin.

    Bernard Cnocquart 2015

    bernard cnocquart

  • Carnaval : Badaluc reste confiné

    badaluc 2020,bernard cnocquartC’est la nouvelle contrariante de cette première fin de semaine de déconfinement, sa Majesté Badaluc le 52e est et reste interdit de sortie, et il n’y a pas d’attestation qui tienne. Depuis son lieu de séquestration (n’ayons pas peur des mots), sa Sérénissime Eminence appréciera certainement les mots de soutien que lui adresse Bernard Cnocquart, à travers un poème écrit à son attention (photo ci-dessus, archives Carnaval 1997, Le Vagabond).

    Hommage à Badaluc

     

    Pensez vous que Badaluc se soit dégonflé,                                                      

    pourquoi reste-t-il donc caché au fond des bois,                                      

    a-t-il eu peur qu’on lui mette la main au collet                                                              

    lui qui depuis des décennies défiait les Chalabrois ?

     

    Non, rien de tout cela, mais faute du coronavirus,                                    

    il a fait acte de bonté pour ne pas nous contaminer,                                              

    et est resté bien loin sous un triste rictus                                                

    car il savait quand même qu’il serait condamné.

     

    Bien sûr, on l’aurait encore accusé de tous les maux,                                      

    n’avait-il pas en ce mois de janvier gonflé le Chalabreil                                        

    et déversé dans ce paisible lac des tonnes d’eau,                                                    

    perturbant bien des gens en ces jours sans soleil.

     

    Mais en ce mois d’avril, Jojo ne l’a pas exposé                                                    

    au son de la musique du cours Colbert à celui d’Aguesseau,                              

    pas de confettis, pas de carabènes ni fécos épuisés                                        

    qui dansaient par dizaines devant tant de badauds.

     

    Les cafés sont fermés, mais personne n’a soif,                                                  

    les gars de la banda ont rangé leurs instruments,                                  

    pas de procès, pas de bûcher place de l’abattoir,                                    

    même les pétanqueurs attendent des jours plus cléments.

     

    Dans les rues, pas de pierrot, pas d’arlequin ni de colombine,

    pourtant à cause de ce virus il faut sortir masqué,                                

    confiné, déconfiné, respecter une certaine discipline                                            

    pour que les semaines à venir soient moins compliquées.

     

    Plus de rugby ni de football sur le stade Lolo Mazon,                                             

    les clameurs se sont tues faute de combattants,                                                    

    et depuis la nuit des temps, la fête de l’Ascension                              

    qui égayait le village manquera à tous les habitants.

     

    Les haricots auront-ils le même goût à la fête du Cazal,                                    

    mais cause de distanciation sociale il manquera de place,                              

    devra-t-on se contenter d’un sandwich plus frugal                                        

    et la course de brouettes tant appréciée par la populace ?

     

    Nous avions bien aimé vibrer au son des Sérénades,                                            

    trembler en écoutant le gospel à l’église Notre-Dame,                                    

    et ces voix descendant des balcons en guise d’aubade,                                              

    mais rêvons un peu, oublions ce mélodrame.

     

    Alors Badaluc, reviens vite nous rendre visite,                                                  

    ramène dans les rues et les places joie et gaîté,                                                    

    pour que tous, jeunes ou vieux en profitent                                                          

    mais n’ais pas peur, ton procès ne sera pas truqué.

    Bernard, le 13 mai 2020

    badaluc 2020,bernard cnocquart

    Badaluc, Prince des airs, Carnaval 1996  

  • Le temps des fenaisons

    L'heure est à l'incertitude mais l'espoir demeure, avec un printemps égal à lui même et qui jour après jour, « fait le métier ». Pourquoi ne pas lui faire entière confiance, et profiter d'un avant-goût de l'été qui vient, avec un poème écrit par Bernard Cnocquart.

    bernard cnocquart

    Photos Maurice Mazon

    Le temps des fenaisons

    Il est bien loin le temps des fenaisons,                                              

    quand dans les près pentus de Constantine,                            

    tous ces hommes robustes écoutaient pépé Léon,                

    avec deux jolis bœufs comme seule machine.

     

    Métayers de M. Marty, avec des terres ingrates,                              

    la famille Lapasset n’était pas trop aisée,                                        

    du côté de la scierie un grand champ de patates,                      

    et dans la plaine quelques parcelles d’avoine et de blé.

     

    Point d’aides de la PAC, seulement celle des voisins,                              

    ils travaillaient durement pour un maigre salaire,                                

    un troupeau de quelques vaches, les légumes du jardin,                  

    les volailles et le cochon pour agrémenter l’ordinaire.

     

    Je revois alors le grand père, grand et solide,                            

    saisissant le lourd joug poli par les années,                                      

    pour rassembler ces bœufs gascons placides,                              

    avec des lanières de cuir quelque peu usées.

     

    Il n’oubliait pas de leur mettre « les mourials »,                        

    ces muselières de grillage pour les empêcher de paître,    

    puis il accrochait la faucheuse et donnait le signal                                  

    pour rejoindre Constantine par ce chemin champêtre.

     

    Assis sur le siège métallique percé de trous,                  

    j’accompagnais bien souvent le convoi, fier comme Artaban,

    mais au pied du Plantaurel, à la fin du parcours,                    

    Léon prenait alors les rennes pour commencer le champ.

     

    Fasciné, je regardais le va et vient de la longue lame,                    

    et ces hautes herbes qui s’écroulaient en se couchant,

    mais combien de pas, d’aller et retour pour arriver en dame,                

    sous le soleil avec un peu d’eau comme seul remontant.

     

    Et le lendemain, ils revenaient pépé et les tontons,                    

    pour retourner cette herbe séchée par le soleil ardent,        

    et passer l’imposant râteau toujours tiré par les gascons,                          

    pour rassembler le foin en longues rangées odorantes.

     

    Puis, à coups de fourches, ils confectionnaient  les gaysous, 

    ces grands tas d’herbe, protection utile pour la pluie,            

    et moi petit garçon, je participais mais pas beaucoup                

    en tirant le râteau en bois parfois jusqu’à la nuit.

     

    Après quelques jours ils remontaient avec la charrette,                      

    ce char étroit de couleur bleu délavé et écaillé,                            

    pour redescendre bien à l’abri dans la grange douillette                        

    ce foin durement gagné par ces chiches métayers.

     

    Il fallait voir le grand père et son habilité,                                    

    qui juché sur la charrette et à coups de brassées,                            

    équilibrait harmonieusement la charge avec dextérité,                        

    pour que ce lourd chargement ne verse dans le fossé.

     

    Souvent, ils faisaient un autre charroi selon le temps,            

    et dès le lendemain, à l’aube, il en fallait plus de trois,                        

    pour décharger et entreposer ce nouveau chargement                          

    et remplir cette grange et la bourrer jusqu’au toit.

     

    Papa et maman avant de rejoindre leur usine,                          

    donnaient aussi un coup de mains bien nécessaire,                        

    alors quant tout était à l’abri pour les vaches limousines,      

    Léon était alors heureux, bonheur bien ordinaire.

     

    En ce temps là, chaque vache avait son petit nom,                      

    dès octobre et les premiers froids, elles restaient à l’étable,

    et c’est plus tard, vers avril, qu’elles repassaient le pont,                  

    pour paître dans les prés de Constantine, lieu bien agréable.

         Bernard Cnocquart (Mars 2017)

  • Bonheurs d’enfance

    Quand les images d'une enfance vécue dans notre voisine Ariège, rappellent également des souvenirs aux grands enfants du pays chalabrais. L'ami Bernard se souvient, juste comme si c'était hier. 

    Bonheurs d’enfance

    De ma tendre enfance, dans Le Peyrat des années cinquante,

    Il y a tant de bonheurs qui me reviennent à la mémoire,

    Des scènes de la vie d’autrefois, de la vie courante,

    Des personnages, des odeurs, et des belles histoires.

     

    Ce n’étaient que des petits bonheurs bien ordinaires

    Pour le petit enfant de l’époque, mais devenu papy

    Il se demande aujourd’hui en faisant l’inventaire,

    Qu’on ne peut et on se doit de ne pas les laisser dans l’oubli.

     

    Je me souviens, mais comme vous aussi sans doute,

    De ces ambulants, on ne parlait pas encore d’artisans,

    Qui chaque année s’arrêtaient au village, sur leur route,

    Pour rendre quelques menus services à ses chiches habitants.

     

    Sa place habituelle était sous le grand platane,

    Ce n’était que de la terre battue, pas encore de goudron,

    Mais ça lui suffisait au rétameur pour qu’il dépanne,

    Et puisse faire fondre l’étain dans un grand chaudron.

     

    Annoncé au son de son tambour par Monsieur Moulins,

    Les femmes lui apportaient casseroles, faitouts et bassines,

    Alors avec quelques sous pour seul gagne pain,

    Il remettait à neuf bien des ustensiles de cuisine.

     

    Pour quelques jours, il était l’attraction des enfants

    Qui contemplaient cet homme au visage bruni, un peu magicien

    Tremper fourchettes et cuillères usagées dans cet étain brillant

    Pour les ressortir belles et éclatantes en un tour de main.

     

    Il passait aussi le rémouleur tirant sa remorque atelier,

    Il aiguisait tout, couteaux, ciseaux et haches sur sa meule

    Qu’il actionnait en pédalant d’un rythme régulier,

    Et nous regardions étonnés s’échapper ces gerbes d’étincelles.

     

    Et ce dentiste ambulant, plutôt l’arracheur de dents,

    Ce petit homme au chapeau qui revenait tous les ans,

    Avec dans sa mallette seulement quelques instruments,

    Un extracteur et deux ou trois pinces pour soulager les habitants.

     

    Comme soins dentaires, il ne fallait compter que sur l’extraction,

    Pas de roulette ni de plombage, et pour atténuer la douleur,

    Un bon verre de gnole qui était aussi radical pour l’infection,

    Et il clamait que cela ne faisait pas mal, un vrai menteur.

     

    Il restait quelques jours, dormait chez Eugène, Monsieur le Maire,

    Sur une paillasse dans la grange, se contentant de peu,

    Avec quelques billets et victuailles comme seuls honoraires,

    Parfois il partageait la table des villageois, c’était bien mieux.

     

    Plus régulièrement car habitant Chalabre, venait le matelassier,

    Surnommé le Nanet car il n’était pas bien grand,

    Il s’installait sous la place pour exercer son métier,

    Et réparer les matelas bien fatigués par l’usure du temps.

     

    Il enlevait alors la toile rayée constellée d’auréoles,

    Et avec une petite machine, une cardeuse, après avoir ôté la laine,

    Il la nettoyait, l’étirait pour la regonfler, et après contrôle,

    Il la disposait entre les ressorts de façon homogène.

     

    C’était toujours un tissu rayé, une toile de coutil

    Qu’il utilisait pour la finition, gris ou bleu sur fond blanc,

    Et puis avec toutes sortes d’aiguilles et du gros fil,

    Il surfilait et cousait ourlets et bourrelets avec talent.

     

    Avec leur roulotte tirée par des chevaux faméliques

    Passaient bien souvent des nomades, des gitanes,

    Ils vendaient des babioles et faisaient des numéros de cirque,

    Et je revois dans le pré de Laffont ce campement de caravanes.

     

    Ils étaient bien pauvres et toujours aussi sales,

    Attention aux poux nous disaient nos parents,

    Ils n’étaient guère appréciés car après leur passage,                              

    Il manquait toujours quelque chose à certains habitants.

     

    Grâce à eux, j’ai le souvenir d’avoir vu sous le préau de l’école,

    Tenu en laisse par un de ces moustachus un ours faire des mimiques,

    Et aussi dans une cage en fer dressée sur une carriole,

    Un gorille tout noir, bien malheureux, loin de son Afrique.

     

    Vous devez vous en souvenir du peilharot, le dénommé Bijou,

    Il venait de Rivel tous les dimanches matin avec sa mobylette,

    Pour récupérer les peaux de lapins et ce pour quelques sous,

    En criant peau de lapin, peau de lapin, au son de sa trompette.

     

    Dans ce village campagnard beaucoup avaient leur élevage,

    Car l’argent manquait sûrement pour aller à la boucherie,

    Et chez mes grands-parents pour préserver ces jolis pelages,

    Les peaux étaient tendues avec des bâtons ou de paille garnies.

     

    Mais Bijou avait un concurrent, le corpulent et célèbre Roncalli,

    Célèbre car il était un cousin du Pape Jean vingt-trois,

    Et avec sa camionnette il récupérait un peu tout, les vieux habits,

    Les cartons, la ferraille et ces fameuses peaux, ça va de soit.

     

    Régulièrement avec tapis et couvertures sur les épaules

    Nous rendaient visite quelques marchands bronzés, les Catalans,

    Il fallait marchander les prix demandés, c’était tout drôle,

    Mais ils étaient bien acceptés ces vendeurs venant de Léran.

     

    On disait que c’était de la marchandise de contrebande,

    Mais il y avait des acheteuses pour compléter les trousseaux,

    Avec draps, couvertures et torchons, sans peur de réprimande,

    Mais avec parfois quelques surprises, la qualité faisant défaut.

     

    Mémé Albanie pensait avoir fait une bonne affaire

    En achetant à un bon prix fourchettes et cuillères en argent,

    Sûr, elle était belle dans son écrin de velours rouge, la ménagère,

    Mais rapidement les couverts avaient perdu de leur brillant.

     

    C’était bien une petite voiture et non pas une barque

    Avec laquelle se déplaçait Monsieur Monnier, le photographe,

    Ce vieil homme avec sa barbichette et chapeau, tel un monarque,

    Venait nous tirer le portrait avant un devoir d’orthographe.

     

    Alors devant l’école, nous étions rassemblés, immobiles et sérieux,

    Pour la photo de groupe avec Mlle Sergolle et M. Pousse,

    Devinant devant nous sous un tissu noir le vieux Monsieur,

    Et espérant voir sortir le petit oiseau de sous cette housse.

     

    Il y a bien longtemps mais les odeurs sont tenaces,

    Dans mon esprit ressortent les effluves de cette époque,

    L’odeur suffocante de l’alambic et cette eau de vie coriace

    Que nous allions goûter en cachette dans la bicoque.

     

    J’ai encore dans les oreilles le son du marteau sur l’enclume

    Donné par le Fantou du fond de son antre toute noire,

    Et cette odeur de corne brûlée, pleine d’amertume,

    Quand il ferrait un cheval ou un bœuf, toute une histoire.

     

    Je ne ressens plus aujourd’hui ce parfum de pain frais,

    Il n’y a plus de fournil, les boulangers épuisés ont abandonné,

    C’est bien propre, plus de rigole rouge devant chez le Pierret,

    Et les odeurs de vin ne chatouillent plus mon nez.

     

    Ah, ce joli bruit de clochettes accompagnant les troupeaux

    Quand après la pâture les vaches rejoignaient leur étable,

    L’odeur du foin fraîchement coupé, le bêlement fragile des agneaux,

    C’était tout cela les petits bonheurs, et non pas une fable.

                                 Bernard (mai 2015)

  • Les jeux d’autrefois

    Sous ce titre, un poème, qui renvoie vers des souvenirs de l'enfance, poème écrit par un enfant qui a grandi et fait ses classes au pied du massif du Plantaurel.

    En ce 21e siècle, en regardant les enfants d’aujourd’hui                            

    passant des heures devant leur télé, écran et console,                                                  

    je ne peux oublier et être encore séduit                                                                         

    par ces jeux bien simples pratiqués dans la cour de l’école.

     

    Dans les années 1950/1960, les jouets étaient bien rares,                              

    on se contentait alors de peu pour nos amusements,                                    

    mais que de bons moments sous ce préau, non pas un boulevard

    mais avec assez d’espace pour nos attroupements.

     

    Les filles d’un côté jouaient à la corde à sauter,                                              

    ou alors formant une ronde dansaient la capucine,                                                    

    en chantant à tue-tête ce refrain réputé,                                                            

    y’a pas de pain chez nous, y’en a chez la voisine.

     

    Le jeu de la marelle avait aussi leur préférence,                                                              

    alors à cloche pied, de la terre au ciel,                                                                          

    elles sautillaient comme dans une danse                                                                

    ou bien courraient derrière un cerceau, jeu universel.

     

    Ah, le Colin Maillard, il avait aussi beaucoup de succès,                                

    garçons et filles mélangés, muets comme des carpes,                                      

    se contorsionnaient devant le désigné aux yeux bandés                                  

    qui en les touchant devait les reconnaître avant qu’ils ne s’échappent.

     

    Parfois, quelques garçons plus entreprenants,                                              

    tâtaient et caressaient les filles d’un peu trop près,                                                                

    ces dernières alors vociféraient contre ces chenapans,                                      

    alertant la maîtresse qui en décidait alors l’arrêt.

     

    En ce temps là, pas de goudron devant l’école                                                

    mais un espace en terre battue propice au jeu de billes,                                            

    nous dessinions donc la carte de France à même le sol                            

    et à genoux nous lancions nos boules de ville en ville.

     

    Ah, ces billes, nous en avions plein les poches,                                            

    celles en verre, les plus belles aux couleurs chatoyantes                                  

    et les ordinaires en terre cuite vernie, plus moches,                                          

    ainsi que le gros boulard qui en valait trente.

     

    Le jeu de saute mouton n’avait pas ma préférence                                        

    car déjà quelques kilos de trop étaient un sacré dilemme,                            

    j’étais bien plus à l’aise avec les osselets, plus d’aisance                                        

    pour les attraper sans faire tomber la reine.

     

    On jouait aussi au jeu du mouchoir aussi nommé facteur,                                

    tous assis en cercle, nous attendions que ce dernier                                    

    dépose derrière votre dos la lettre (un chiffon), sous les clameurs                                  

    il fallait le rattraper pour ne pas qu’il finisse premier.

     

    Bien souvent ce jeu se terminait par quelques échauffourées                                

    quand des garnements vous faisaient un croche-pied,                                  

    vous vous retrouviez alors au sol les genoux écorchés                                                    

    et le fautif, puni, avait alors des pages à copier.

     

    Dès l’école finie, direction le grand champ de la borde                                                              

    pour des parties de rugby dignes de nos aînés,                                                      

    nous jouions à plaquer, les rencontres étaient chaudes                                    

    et elles se terminaient visages tuméfiés et habits déchirés.

     

    La halle du village était pour nous le terrain de football,                                      

    il fallait voir cette vingtaine d’enfants taper dans le ballon,                            

    mais sur ce sol en ciment c’était plus amical,                                                        

    pour les garçons du village mais pas les filles en jupon.

     

    Pourtant combien de fois ce ballon nous a été confisqué,                                

    pour des fleurs saccagées et des carreaux cassés chez Mimise,                            

    et on s’échappait vite quand nous poursuivait Marius Lapasset                                  

    après que notre ballon ait atterri dans sa cuisine.

     

    Parallèle à la halle, dans cette rue encore en mâchefer,                              

    nous jouions au jeu des « yardes », des disques de ferraille                                          

    que nous lancions d’un geste sur et fier                                                          

    pour faire tomber le « tap » et gagner la médaille.

     

    On récoltait alors les piécettes tombées en dehors du rond,                                  

    on y passait des heures mais sans gagner le trésor,                                        

    c’était aussi l’arrivée de la pétanque, et quelques joyeux larrons

    s’initiaient à ce nouveau jeu sans battre des records.

     

    En ce temps là, le jeudi il n’y avait pas école,                                                              

    après les devoirs direction les prairies de Constantine,                                    

    c’était la construction de nombreuses cabanes, tout un symbole                  

    pour des pauvres indiens traqués par des cow-boys dans les collines.

     

    La télévision était rare dans les foyers, tous dehors au crépuscule

    pour prendre le frais après la chaleur des journées d’été,                                    

    nous profitions alors des sorties en noctambules                                                    

    pour quelques jeux interdits souvent prémédités.

     

    Je veux parler des « tustets », cela n’était pas bien méchant,                                            

    nous dérangions les gens en toquant à leur porte                                                              

    à l’aide d’un crin attaché au heurtoir, mais souvent                                            

    il fallait courir vite pour faire face à la riposte.

     

    Il est vrai que la nuit tous les chats sont gris,                                                                

    nous privilégions ces moments pour des parties de cache-cache,

    après le décompte il fallait se dépêcher pour trouver un abri,                      

    l’angle d’une rue, un buisson, un arbre, camouflé comme un apache.

     

    J’ai le souvenir d’une cachette dans la grange de Mme Février,                              

    il faisait très noir, silencieux dans la soute à charbon,                                

    j’étais content, personne ne m’avait trouvé                                                      

    mais les rires ont fusé quand j’ai réapparu sale comme un vagabond.

     

    Mais tout cela c’était avant cette drôle d’invasion                                                

    quand nous voyons aujourd’hui nos jeunes et leur Smartphone

    rechercher l’ennemi invisible le virtuel Pokémon,                                

    sûr qu’ils étaient plus sympas les jeux de nos récréations.

     

                                                      Bernard, le 26 mars 2020