Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

château de mauléon

  • C’était hier : La demeure des Sires de Bruyères est-elle à vendre ?

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du dimanche 19 octobre 1997.

    château de mauléonLa vision imposante de la demeure des Mauléon s’offre aux Chalabrois depuis plusieurs siècles (Photo archives, Septembre 1997).

    Lentement mais sûrement, les violentes bourrasques de l’automne dépouillent de leurs feuilles, les platanes centenaires longeant l’allée du château, offrant du même coup aux Chalabrois, une vision parfaite de l’imposante demeure des Mauléon. Bâti au Xe siècle, occupé plus tard par le Baron Pons de Bruyères le Châtel, contemporain et protégé de Simon de Montfort, le château ne reflète aujourd’hui que l’image triste d’un passé révolu. Un passé cependant auquel les Chalabrois ne manquent pas de faire référence chaque année à l’entrée de l’hiver, levant les yeux vers le donjon, comme s’ils espéraient apercevoir au détour d’un créneau, la silhouette furtive du Sieur Jacques Fleury (Fluris), assassiné le 13 décembre 1697.

    Etroitement liés par la force d’une tradition séculaire, Fluris et la demeure ancestrale des Mauléon, n’ont jamais cessé d’entretenir le mystère, ainsi les souterrains de la cité du Kercorb colportent-ils aujourd’hui la nouvelle, le château est à vendre, le château est vendu ! Ou plutôt les éléments intérieurs, qui en faisait sa richesse : dispersée la chambre réservée autrefois aux visites de l’évêque du diocèse, dispersées les tapisseries des Gobelins, dispersées les archives auparavant inaccessibles et à présent envolées…

    Evénement ou péripétie dans la riche histoire de la Terre Privilégiée et de la Maison Bruyères, qui va peut-être perdre son identité l’année même où les Chalabrois s’apprêtent à célébrer le 300e anniversaire de la mort violente de Fluris ?

    château de mauléon

    Archives, 28 mars 2017

  • C’était hier : Braconnier, prêtre, paysan ou fonctionnaire du roi ?

    L’article mis en ligne aujourd’hui avait été publié dans l'Indépendant, édition du mardi 26 novembre 1996.

    château de mauléonLa légende de Fluris court dans les allées du château de Mauléon.

    S’il est en Kercorb une question qui ne manque pas de passionner les citoyens chalabrois, chaque année aux alentours du 13 décembre, c’est sans conteste le mystère qui entoure le personnage de Fluris, disparu dans des conditions à tel point controversées, qu’elles lui ont au fil du temps, conféré le statut de héros légendaire. Bien sûr, la célébration de l’anniversaire de la mort de Fluris, fêtée bruyamment chaque année, reste une énigme mais les Chalabrois désirent-ils vraiment connaître la vérité ? Une seule certitude, établie grâce aux archives communales, le Sieur Jacques Fleury né à Montpellier est bien mort à Chalabre, le 13 décembre 1697 au soir et enterré dans le cimetière de la paroisse le 15 décembre « avec les prières et les cérémonies prescrites ».

    Dans les bois du château de Mauléon ? Dans la rue du Presbytère, Où, pourquoi et qui a tué Fluris ? Depuis lors, les rues chalabroises s’emplissent une fois par an d’un vacarme assourdissant, pour devenir le théâtre d’un charivari monstre au cours duquel jeunes et moins jeunes viennent protester contre la mort violente de Fluris.

    « Ni guerre, ni épidémie, ni occupation n’ont pu interrompre cette bruyante commémoration. Par le seul pouvoir d’une tradition si lointaine et pourtant tellement présente qu’elle réduit le temps à un instant de vie, je me vois sans effort marchant dans les rues de Chalabre au milieu des milliers d’enfants qui au cours des siècles se sont retrouvés dans cet étrange et tonitruant cortège ». Cette évocation de « Fluris » dont l’auteur est bien sûr Chalabrois, est extraite du discours prononcé le 3 janvier 1985 par M. le substitut général Roger Boutellier, lors de l’audience solennelle de rentrée à la cour d’appel de Toulouse. Elle démontre si besoin était, combien le personnage de Fluris occupe une place privilégiée dans la mémoire collective des gens du Kercorb, et il serait de fait surprenant (décevant ?) que l’année 2016 tourne le dos à cette fantastique tradition.

  • Il coulera encore de l’eau sous le pont du Blau…

    … avant que ne résonnent sous le donjon du château de Mauléon, des « silence ! action ! moteur ! ça tourne ! coupez !»

    « Errare humanum est, perseverare diabolicum ! » Se tromper est humain, persévérer dans l’erreur est diabolique ! Ce que nous ne ferons pas. A l’heure où les internautes s’engouffrent parfois sans visibilité sur les autoroutes de l’information, un « clash » entre deux lignes mal connectées a embrouillé l’info. Deux lignes emmêlées, juste ce qu’il faut pour perturber un poisson en mal d’hameçon.

    château de mauléon

    « A big fish » comme aurait pu dire en effet Tim Burton, qui finalement ne viendra pas poser ses caméras en Kercorb. Ni lui, ni John Cleese, ni leurs talentueux confrères, car l’ancienne demeure des Bruyères va poursuivre la vocation qui est la sienne depuis Pâques 2002, lorsque Hugues Aufray et Jeanne Manson étaient venus inaugurer en compagnie des Chevaliers du Kercorb,  le parc à thème médiéval de Château-Chalabre (Getty photo, John Cleese avec les Monty Python).

  • Château-Chalabre a ouvert ses portes

    Tir à l'arc.jpgL'initiation au tir à l'arc, un des multiples ateliers proposés à Château-Chalabre.

    L’association de « Château Chalabre », en charge du parc à thème médiéval, fait savoir que l’ancienne demeure des Mauléon est ouverte au grand public, de 12 h à 18 h 30, pour la durée des vacances scolaires de la zone A (fermeture le dimanche 11 mai).

    Comme le précise Gilles Roméro : « L’association répare le château de Chalabre depuis maintenant quatorze ans, sans demande de subventions, simplement grâce à la billetterie du château : une entrée c’est une pierre scellée, un morceau d’enduit refait sur une façade …et c’est aussi un peu de nourriture pour les chevaux. Mais c’est aussi donner la possibilité aux visiteurs de profiter de « leur château », d’entrer dans le Moyen-âge en s'adonnant à la calligraphie, à l’héraldique, au tir à l’arc, à la danse médiévale, aux travaux de la forge, ou en devenant maître-bâtisseur en construisant des arches romanes ou gothiques ».

    L’invitation est lancée, pour tout renseignement, 04 68 69 37 85, chateau.chalabre@wanadoo.fr, www.chateau-chalabre.com 

    Le Château de Chalabre.jpg

  • C'est la vie de château!

    L'article qui suit avait paru dans le journal L'Indépendant, édition du lundi 19 novembre 2001. Voilà maintenant dix ans, la vieille demeure propriété des descendants des Comtes de Bruyères, ouvrait à nouveau ses portes, après la signature d'un bail emphytéotique de 50 ans, intervenue entre Mme Anne de Villette (†), héritière de la famille de Mauléon, et Gilles Roméro. Au cours d'une réunion publique tenue au théâtre municipal le 14 septembre, le nouveau responsable des lieux avait expliqué aux Chalabrois son intention de transformer le vieux manoir, en un parc de loisirs historique et participatif. Projet original dont le but était également de "rendre le château aux habitants". Un appel aux volontaires avait donc été lancé, afin de pourvoir au nettoyage et au rafraîchissement du "noble vieillard". Investissement qui conférait aux bonnes volontés, le droit de devenir membre d'honneur de l'association des "Chevaliers du Kercorb". Le 30 mars 2002, ce concept unique dans la région était inauguré, sous le parrainage de Jane Manson et Hugues Aufray, tous deux adoubés dans la salle d'armes du château-fort. 

    château de mauléon,château-chalabreLa statue de Thomas de Bruyères semble apprécier le travail de ses chevaliers (photo archives, Novembre 2001, de gauche à droite, associé de Gilles Roméro, Gilles Roméro, Jean-Marie Courdil, Christian Courdil).

    Ils avaient été engagés en septembre dernier, les travaux de restauration du château de Mauléon se poursuivent chaque fin de semaine avec une régularité que le froid ne réussit pas à entamer. Il faisait d’ailleurs très froid samedi au lever du jour, lorsque la première équipe sur pied se voyait confier la délicate mission de remplacer tout ce que la demeure ancestrale compte de carreaux cassés. Aux côtés de Gilles Roméro, nouveau locataire du « Château de Chalabre » (voilà comment il faut désormais l’appeler), les vitriers amateurs ont enchaîné avec aisance et assurance le remplacement des ouvertures de la grande salle à manger, tout comme celles des appartements de Monseigneur l’évêque.

    Ainsi armés jusqu’aux dents, à grand renfort de marteaux, ciseaux, escabeaux et mastic, les « Chevaliers du Kercorb », nom donné à ces bricoleurs volontaires, ont stoppé tout net, le moindre courant d’air. Ce qui ne fut pas une mince affaire, au vu de l’impressionnant dédale de couloirs centenaires. Le repas de midi partagé dans les habitations de Madame la Comtesse et auprès d’un bon feu de cheminée, permettra à chacun de retrouver l’usage de doigts engourdis et meurtris. Un détail qui met en valeur la performance de nos vitriers, lesquels ont remplacé une bonne centaine de carreaux sans en casser un seul. Pour l’heure, les « Chevaliers du Kercorb » ont rendu leurs outils, dans l’attente d’un nouveau chantier. Les personnes désirant participer à ces journées, peuvent contacter le 04 68 69 37 85.

    Ci-dessous, la voûte de la chapelle du château.

    château de mauléon,château-chalabre

  • Les ombres du soir ont plané sur le château

    L'article ci-dessous avait paru dans l'édition de l'Indépendant du dimanche 11 novembre 2001. En ce dernier jour d'octobre 2010, nombre d'enfants vont tout surnaturellement célébrer une coutume venue d'Outre-Manche ou peut-être d'Outre-Atlantique. Avant que bonbons et sucreries ne tombent dans l'escarcelle de ces petits diables, voici un petit clin d'oeil en direction d'un passé à peine lointain. 

    Halloween 2001 group.JPG

    Fête des courges oblige, les monstres ont envahi les rues du village pour un véritable bal des vampires (photos archives Octobre 2001).

    Le grand mystère d'halloween et son cortège lugubre et ténébreux ont investi la paisible cité chalabroise, à l'heure où les ombres du soir invitaient de sinistres fantômes, sorcières et autres spectres à se retrouver sous la halle. Ainsi acoquiné, tout ce petit monde a entrepris une furtive promenade sur les cours chalabrois, enchantés par le son d'un violon, d'une guitare et d'une flûte venues c'est sûr d'un lointain au-delà.

    Halloween 2001 Olivier.JPGPlus tard, de très étranges lueurs animeront créneaux et couloirs obscurs du château où l'on pouvait croire qu'était tourné un remake du « Bal des vampires ». Sournoisement posée sur le donjon de la demeure des Mauléon, une pleine lune complice surveillait les allées et venues tandis que le bal des sorcières battait son plein dans le grand salon de la demeure ancestrale. Du plus profond de son armure, le baron Pons de Bruyères le Châtel essayait de se pincer pour y croire, tandis que commençait sous ses yeux le tournage de « Ghosbuster » deuxième version. Au petit jour, une bande de joyeux fêtards flapis rendait Arthur et ses semblables à leur éternité. Halloween avait fait son œuvre, certainement réussie grâce à l'initiative originale et inédite de Gilles Roméro, grand maître de cérémonie.

    Halloween 2001 Music.JPG

  • Le temps a poussé les pierres

    L'article qui suit avait été publié dans l'édition de l'Indépendant du mercredi 15 juin 1994.

    Pavillon.jpgLe pavillon du château se refait une santé.

    C'en était trop pour ce mur plus que centenaire, fatigué de veiller sans relâche sous l'imposante bâtisse du château de Mauléon. Le temps  a eu raison de lui et il a bien fallu mettre ses pierres à bas, avant qu'un éboulement aux conséquences plus ou moins graves ne survienne. L'entreprise Pierre Sune de Labastide-sur-l'Hers dresse à présent un nouveau mur qui devrait à son tour connaître plusieurs autres générations de Chalabrois. Ces derniers auront peut-être l'occasion de voir un jour le pavillon du château retrouver de nouveaux locataires et si le coeur du quartier se remet à battre certains jours dans la forge voisine, ce nouveau mur pourrait donner un autre écho au son de l'enclume de Maître Louis.