Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

cissou boys montpellier

  • Le fair-play à l’affiche du « Bouclier Raymond Fort »

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016Une XIIe édition très disputée, enlevée par Bernard Coste, Olivier Garcia et les Cissou Boys de Montpellier.

    Samedi 23 juillet, émotion et beau jeu étaient réunis sur la pelouse du stade Lolo Mazon, à l’occasion d’un rendez-vous inscrit depuis 2005 dans le cadre des fêtes du plus prisé des hameaux du Kercorb. Après l’arrivée, le jour d’avant, d’un train en gare du Cazal, le match de rugby organisé pour l’attribution du « Bouclier Raymond-Fort », aura permis d’honorer la mémoire d’un grand serviteur de l’USC XV, disparu le 12 avril 1997.

    L'affiche du jour donnait aux footballeurs du FCC l’occasion d’échanger quelques ballons, à la faveur d’un match d’ouverture précédant l’entrée en lice d’un ballon ovale convoité par la jeune garde de l’US Kercorb-Bastide-Peyrat, opposée à une sélection de vétérans en devenir (Over 35 pour les initiés).  

    Le bouquet final, fiévreusement attendu par la chambrée ceinturant le Maracana du Tataoubas, sera offert par le duel opposant les « Cissou Boys » de Montpellier, aux « Badalucs » du Kercorb. Un match plein, foisonnant de gestes techniques, lesquels auront relégué au second plan, l’apathie des officiels du club de la « Ressègue ».

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Au diapason, Romain et Christian sifflaient le trille final avant d’ouvrir sur Titou Cnocquart, président délégué des Badalucs, pour un hommage à Jean Plauzolles, Patrice Rodriguez et Pierrot Calvet, amis dernièrement disparus. La remise des récompenses permettra à Fabrice Canal, ambassadeur du FCC XI, de remettre un superbe bouquet de fleurs à Alice, fidèle marraine de l'événement, entourée de ses filles, tandis que le Bouclier Raymond-Fort reprenait un billet en direction de la place royale du Peyrou.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Auparavant, était décerné le trophée de la « Passe de maçon » à Philippe Saboye, riche de ses racines cazaliennes (photo ci-dessous), le trophée du « Crochet dévastateur » étant réservé pour l’édition 2017.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Badalucs de la première heure, l’ami « Jeandeu », aidé par Serge et Henri, prenaient le relais avec une distribution de rafraîchissements. Avant que les notes de musique distillées par la banda Entre-Nous, héritière de la mythique banda de l’OPVC, ne guident l’assemblée vers la Grand-Place.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Henri, Serge, " Jeandeu ", les vieilles branches historiques des Badalucs, aux côtés d'Alice, leur marraine.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Fabrice Redon tout en percussion.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Une chouette ouverture, à mettre au crédit de Sébastien Not.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Bernard Gallay, alias Vasco de Gama, alias le Poulpe, ouvre sur Alain Thierry, pour les Cissou Boys de Montpellier. 

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Contact imminent entre Titou Cnocquart et Laurent Piquemal.

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    Une balle grattée par les Cissous, au nez et à la barbe des Badalucs, lesquels sont un peu " short " sur ce coup. 

    fêtes du cazal 2016,bouclier raymond-fort 2016

    No stress pour Christian Laffont, arbitre au cœur d'une action, emmenée par Olivier Garcia, avec le soutien de Bernard Coste et Alain Thierry.

    Un album-photos « Bouclier Raymond Fort 2016 » a été mis en ligne.

  • Le Bouclier Raymond-Fort revient en Kercorb

    Trophée R.Fort Juillet 2012 030.jpgLe «Badaluc» Sven Watmore n’échappera pas au «Cissou Boy» Stéphane Dumon.

    Le ballon ovale a renoué avec ses meilleurs rebonds, samedi au stade Lolo Mazon, à l’occasion de la VIIIe édition du Bouclier Raymond-Fort, dédiée à la mémoire du président de l’USC XV, décennie 1970. Un rendez-vous que les anciens du club, unis derrière leur président José Sanchez et le fanion des «Badalucs», honorent en retrouvant la pelouse de leurs vingt ans. Après avoir appelé à ses côtés Alice Fort, marraine de l’événement accompagnée de sa grande famille, Thierry Cnocquart co-président de ce comité de patriarches évoquait le souvenir de Raymond, en y associant une pensée très forte pour André Cabrera, Daniel Delpech et Raymond Dumay, amis récemment disparus.

    bouclier raymond fort,badalucs,cissou boys montpellier,fêtes du cazal 2012Un bouquet de fleurs pour Alice.

    Il souhaitait ensuite la bienvenue aux «Cissou Boys», alter ego des Badalucs, venus de Montpellier afin de remettre en jeu un trophée conquis en juillet 2011. La rencontre suivie par une belle chambrée de supporters, au sein de laquelle filtraient des notes aurillacoises et normandes, verra une fière équipe héraultaise défendre son titre. Sous l’autorité impartiale du duo arbitral composé de Romain Sicre et Sébastien Not, assistés à la touche par Alan Baby et Pierre Rossi, le Bouclier reviendra finalement au team des «bleu et blanc». Et donc une revanche, construite dans le premier quart temps, face à un quinze à la moyenne d’âge très respectable, combatif mais surpris par l’entrée en matière de Badalucs qui ouvriront le score avec un essai de Benjamin Jammet. Les partenaires de Bernard Coste se remettront très vite dans le sens de la marche, mais les «Cissou Boys» partis de trop loin, viendront échouer à une encablure d’un match nul mérité.

    bouclier raymond fort,badalucs,cissou boys montpellier,fêtes du cazal 2012Philippe Saboye, président des "Cissou Boys", remet un ballon dédicacé à Francis Amouroux et aux Badalucs.

    Il revenait à Yves Bérenguer doyen des vainqueurs, de brandir le «Bouclier Raymond-Fort», tandis que Francis Amouroux vétéran parmi les vétérans, recevait un superbe ballon dédicacé, de la part de Philippe Saboy, président des «Cissou Boys» et riche de lointaines origines cazaliennes. A ce palmarès 2012 venaient s’ajouter les accessits décernés par le «Club de la Ressègue», superviseurs discrets, corrosifs, mais clairvoyants. Et au terme d’une sobre analyse du match, rendue par le technicien Bernard Cnocquart, les trophées annexes revenaient à Christophe Bach, Gérald Mourareau et Francis Gracia. Egalement remerciées, avec mention, Christine, Maïté, Martine et Muriel, un pool féminin garant de la bonne marche de la buvette. Mais déjà, les premières notes de la fête en l’honneur de Sainte Marie-Madeleine, descendaient les pentes des «Tataoubas». Les festivités allaient pouvoir continuer, dans un déploiement d’accords offerts par l’OPVC, la fanfare pérignanaise des Tarabrass et les percussions de Tonton Kéké.

    Cazal 2012 R. Fort 156.jpgLes sociétaires du «Club de la Ressègue» n’ont rien perdu de leur vitalité.

    Un album Bouclier Raymond Fort 2012 a été mis en ligne.