Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrick séris

  • C'était hier : Le bolet nouveau est arrivé

    L'article mis en ligne aujourd'hui avait été publié dans l'Indépendant, édition du dimanche 17 octobre 1993. C'était il y a vingt ans, et les champignons n'avaient pas daigné honorer le rendez-vous annuel avec les cueilleurs, même avec les plus chevronnés. Qui a dit que les temps changeaient ?   

    patrick séris,cèpesPatrick Séris et son superbe champignon (photo archives Octobre 1993).

    Dame Nature s'est enfin résolue à livrer un peu de ses richesses. Loin des profondeurs de nos sous-bois, ce superbe spécimen a été cueilli en parfaite santé à l'orée d'une forêt plutôt difficile à localiser. Patrick Séris a détaillé avec une émotion bien compréhensible les mensurations de ce cryptogame, qui fera date et permettra d'oublier un peu une médiocre saison pour les amateurs de champignons : 87 cm de circonférence, 26 cm sur pied, pour un poids de 1,060 kg.

    Judicaëlle a bien sûr applaudi des deux mains, quant à Papa, il sait que faire mieux la prochaine fois, lui sera assez difficile. Tous ses amis et partenaires de l'U.S. Chalabre XV le félicitent et lui donnent rendez-vous dimanche dans les vestiaires, pour plus de "renseignements utiles"

  • Pétanque : La paire Artus-Séris rafle la mise à Sonnac-sur-l’Hers

    Pétanque Sept 2003.JPGPatrick Séris et Gérard Artus ont ramené leur trophée au siège du Cours national.

    Insensibles à la chaleur, imperméables à l’humidité, les pétanqueurs chalabrois ont démontré qu’ils n’avaient rien perdu de leur forme en enlevant avec maestria le concours organisé par le comité des fêtes de Sonnac-sur-l’Hers. Un nouveau trophée enlevé haut la main par un duo dont la complicité fait merveille, au grand dam d’adversaires impuissants face à une maîtrise qui frise la perfection. Adeptes du cochonnet depuis leur plus tendre enfance, Gérard Artus et Patrick Séris ont émergé d’un lot de 28 doublettes, avant de disposer d’un ultime adversaire certes favori, mais submergé par le talent d’un duo en un mot impérial. Finaliste malheureuse, la paire composée de Jerry et Jean-Paul Delaurier, reconnaissait très sportivement la supériorité des vainqueurs, placides tout au long d’une finale rehaussée par un arbitrage impartial. Au-delà de cette nouvelle ligne ajoutée à un palmarès déjà riche, le succès obtenu à l’orée des Vergers de la Galante, assure à Gérard et Patrick, un strapontin d’honneur au siège café des Sports.