Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

syndicat du bassin du grand hers

  • Le ruisseau du Chalabreil va bénéficier d’une cure de jouvence

    Après un nettoyage de la rivière qui a donné son nom au val de l’Ambronne (cf article blog du 23 février 2018), un nouveau chantier a été entrepris par le Syndicat du Bassin du Grand Hers (SBGH), en charge de l’entretien des 900 kilomètres de ruisseaux et rivières, répartis sur une superficie de 1 380 km² (de Cintegabelle à Comus et de Dun à Fanjeaux). Il s’agit cette fois de travaux concernant le ruisseau du Chalabreil, depuis le hameau des Vinsous, jusqu’à la confluence avec l’Hers à Chalabre. Réalisés dans le cadre du plan pluriannuel de gestion des cours d’eau 2016-2020, ces travaux déclarés d’intérêt général et engagés le 3 janvier dernier, ne manqueront pas de rappeler le triste souvenir de la crue intervenue le 22 janvier 2020.

    Chalabreil_AVIS_INFO_MAIRIE_CHALABRE_1.pdf

    Chalabreil_AVIS_INFO_MAIRIE_CHALABRE.pdf

    syndicat du bassin du grand hers

    Le Chalabreil au soir du 22 janvier 2020

    syndicat du bassin du grand hers

    En amont de La Piche le 25 janvier 2020

    syndicat du bassin du grand hers

    A la date du 6 mars 2020, un gouffre de La Piche retrouvé 

    syndicat du bassin du grand hers

    Le lit du « Chalabreille » au siècle dernier

  • Caudeval : La rivière Ambronne a refait son lit

    L'Ambronne aval février 2018.JPGResponsables et élus sur un passage à gué entre Caudeval et Moulin-Neuf.

    Elle prend sa source entre le Pech de Gendarme et le col del Tuquet (Saint-Benoît), la rivière qui a donné son nom au val de l’Ambronne, vient de faire l’objet de travaux initiés par le SBGH (Syndicat du bassin du Grand Hers). Réalisés dans le cadre du plan de gestion des cours d’eau 2016-2020, ces travaux, déclarés d’intérêt général, ont permis le désencombrement du lit (retrait des chablis et des encombres), un abattage préventif et des coupes de la végétation poussant dans le lit mineur de son cours. Par l’intermédiaire de la société SATF (Pamiers), la végétation poussant dans les courbes internes des méandres a été coupée, afin notamment de limiter l’érosion des berges opposées.

    La réception des travaux s’est tenue jeudi 15 février, en présence de Jean Cazanave, président du SBGH, Christophe Drelon technicien rivière, Evelyne Garros présidente de la commission Hers-Ambronne, Michel Boudlet pour la mairie de Caudeval et Bernard Carbonneau pour la mairie de Moulin-Neuf. Comme le précisait Christophe Drelon, « L’Ambronne a un fonctionnement de type méditerranéen, il connaît un assec important une grande partie de l’année. De ce fait, la végétation se développe dans le chenal d’écoulement. Les travaux ont été réalisés sur 9 km de l’Ambronne en son aval (rivière qui en compte 18 au total), depuis le pont de Peyrefitte-sur-l’Hers jusqu’à sa confluence avec l’Hers, à Moulin-Neuf ».

    L’opération (22.300 € HT) a été financée par l’Agence de l’eau Adour Garonne (60 %), le conseil départemental de l’Aude (18 %), le conseil départemental de l’Ariège (1,5 %, les travaux se situant principalement dans l’Aude) et le SBGH (20,5 %).

    Au final, un nouveau chantier mené à terme par le Syndicat du bassin du Grand Hers, en charge de l’entretien de 900 kilomètres de ruisseaux et rivières, répartis sur une superficie de 1 380 km² (de Cintegabelle à Comus et de Dun à Fanjeaux).