Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Marc Bienne travaille ses accords sur le Cours d'Aguesseau

    marc bienne,rien dans les poches,moi je n’ai rienPriscille Paccoud, Sylvain Robert, Marc Bienne et Jean-Michel Julien en répétition.

    Transformée en studio l’espace d’une répétition, la maison natale du général Jean-Antoine Déjean, dont l’histoire nous dit qu’il servit sous Bonaparte, héberge un quatuor d’artistes en quête de reconnaissance. Depuis la sortie le 1er novembre dernier de « Rien dans les poches », son tout premier album, Marc Bienne multiplie les rencontres et les prestations scéniques. Accompagné par Sylvain Robert à la guitare, Priscille Paccoud au violon et Jean-Michel Julien aux percussions, le chanteur originaire du  sud-ouest écrit sur des thèmes qui évoquent le voyage et l’envie de partir, le temps qui s’enfuit, les femmes et l’amour, les rêves d’enfant que l’on a tous un peu trahis, le refus de la soumission.

    Ancien skipper amené à bourlinguer sur toutes les mers du globe, ce fan de Brassens, de Souad Massi, de Bashung et de Cabrel,  a posé son sac marin dans les Corbières, mais a gardé sa guitare à portée de main. Son souhait le plus cher à présent est de monter sur scène, de rencontrer le public et de prendre plaisir à partager l’expérience avec ses musiciens. Et bien sûr d’enregistrer de nouveaux albums, un clip vidéo sur une de ses chansons intitulées « Moi je n’ai rien » a été tourné à Paris juste avant Noël.

    Vendredi 4 février prochain, Marc Bienne et ses musiciens se produiront à Castanet-Tolosan, première date sur un calendrier qui devrait permettre au groupe de se produire dans l'est de l’hexagone, la région parisienne et le grand ouest.    

  • Du Blau au Chalabreil

    Dimanche récréatif de la paroisse.

    Comité pastoral.JPGLes soeurs de la Présentation de Marie vous attendent nombreux pour leur rendez-vous récréatif d'hiver (photo archives, Kermesse Juin 2001).

    Le loto annuel organisé par le secteur pastoral du Kercorb aura lieu aujourd'hui dimanche 30 janvier à 15h au théâtre municipal. Nombreux lots à emporter (télé LCD  47cm), agneau, paniers garnis, 10 € les trois cartons. Les trois premières quines seront réservées aux enfants, avec puzzles, jeux de société et lots divers. Une buvette sera à la disposition des candidats à la chance. Les personnes souhaitant participer par ordinateur peuvent contacter la cure au 04 68 69 20 42. Les animatrices du comité pastoral remercient par avance les bonnes volontés qui voudront les aider pour vendre des cartons, garnir les paniers ou confectionner des pâtisseries.

    Par ailleurs les paroissiens sont informés qu’une messe était célébrée hier samedi 29 janvier à 17h à Villefort (Neuvaine « Mimi » Rivals). Aujourd'hui messe à 10h 30 à Chalabre en l’église Notre Dame, mardi 1er février à 17h, fête et messe de la Présentation du Seigneur (Chandeleur) au presbytère (bénédiction des cierges).

    Football : Rencontres annulées.

    En raison des intempéries, le district de l'Aude de football a décidé d'annuler toutes les rencontres de championnat pour toutes les catégories. La réception au stade Lolo Mazon des équipes de Belpech (3e division) et Fanjeaux (1ère division) prévues cet après-midi sont reportées à une date ultérieure. Les Moins de 13 ans qui devaient se rendre à Narbonne hier samedi ont également observé une journée de repos.

    « Il était une fois Chalabre » en assemblée générale.

    L’association du président Michel Brembilla tiendra son assemblée générale annuelle le samedi 5 février à 17h à la mairie, Cours Sully. A l’ordre du jour, présentation du bilan moral et financier, renouvellement du bureau, projets pour 2011.

    Cours de violoncelle.

    secteur pastoral du kercorb,il était une fois chalabre,laetitia véry,violoncellisteLaetitia Véry, violoncelliste, 1er prix de perfectionnement du CNR de St Maur, propose des cours de violoncelle (enfants, adultes débutants ou avancés) à Puivert (Association Les Baladins) et à Quillan (Ecole de musique). Pour tout renseignement, contacter le 04 68 69 38 05.

  • Football : Le FCC décroche un match nul à Castelnaudary

    Moins 13 ans.JPGDepuis le 1er janvier, les Moins de 13 ans évoluent dans le haut du panier départemental.

    Après une dernière sortie manquée le 19 décembre dernier à Souilhe (1-0), les seniors du FCC étaient de retour en Lauragais dimanche 23 janvier. Cette première rencontre de la phase retour disputée face aux réservistes du CO Castelnaudary pour le compte du championnat de 1ère division s’est conclue sur un score nul, 2 à 2. Les Chauriens trouveront le chemin des filets dès la première minute de jeu, grâce à une erreur de marquage de la défense chalabroise. La course à handicap va durer une bonne vingtaine de minutes, jusqu’à ce que Sylvain Dumons ne soit fauché dans la surface de réparation par Hervé Dambax, dernier défenseur du COC. Thierry Lesvigne arbitre de la rencontre désignera logiquement le point de pénalty, pour une sanction transformée par Aurélien Moralès (1-1). La première mi-temps se terminera comme elle avait commencée, avec un nouveau cadeau de la défense du FCC et une mauvaise passe en retrait qui permet au COC de reprendre l’avantage (2-1).

    Gerry.jpgGerry Smith s'est une nouvelle fois démené à la pointe de l'attaque (photo Richard Conte).

    La deuxième période fournira des occasions de but aux deux équipes mais le jeu va se durcir et les Chauriens écoperont d’un carton rouge à l’entrée du dernier quart d’heure. Le FCC tentera de profiter de cet avantage numérique et à la 90e minute, un nouveau fauchage en règle du vétéran Hervé Dambax sur Sylvain Dumons, vaudra une nouvelle sanction aux « rouge et blanc ». Deuxième pénalty de l’après-midi, transformé par Aurélien Moralès qui en dépit d'une deuxième "bronca" très fair-play de la part des joueurs chauriens, ramène la marque à deux partout, score final.

    A Villeneuve-la-Comptal, championnat de 3e division, les réservistes du FCC II ont subi le jeu des joueurs du président Bernard Carol, lourde défaite sur la marque de 6 à 1, but de Sébastien Roméro. Samedi les Moins de 13 ans accueillaient à Lolo Mazon leurs homologues de Castelnaudary, pour le compte du championnat, poule Elite. Comme à Trèbes, les protégés de Philippe Gérard ont partagé les points, score 0 à 0. 

  • Qui a tué Tayo ?

    DSC_2425 bis.JPGJoseph Mamet aux côtés de la dépouille de Tayo, son griffon vendéen.

    Lors d’une partie de chasse, on peut faire des remarques même sévères à un chasseur qui ne respecte pas les limites du territoire de chasse. Mais on ne peut en vouloir à un chien qui poursuit un gibier même en dehors de son propre territoire de chasse. C’est pourtant ce qui vient de se produire à Chalabre. Le 16 janvier dernier, l’équipe de chasseurs de gros gibier de l’Anglade-Mamet lève des sangliers sur le plateau de Roquefère. Hélas, ceux-ci passent entre les lignes des chasseurs et fuient dans le bois voisin poursuivis par plusieurs chiens. Le soir, un des meilleurs limiers, Tayo, habitué à rejoindre sa niche même après plusieurs kilomètres de course, ne revient pas au chenil. Les chasseurs le chercheront trois matinées de file. Le 20 janvier, Tayo est découvert mort dans le bois voisin, par un chasseur de bécasses. DSC_2423.JPG

    Après radiographie, le vétérinaire déclarera qu’il a été tué d’un tir de chevrotine. Qui a tiré ? Pourquoi s’en prendre à un chien qui faisait son travail ? Voilà ce que toute l’équipe de Mamet veut savoir et elle fera tout son possible pour que ce meurtre ne reste pas impuni. 

    Consulter l'article de Bruno Coince sur le journal L'Indépendant : http://www.lindependant.com/articles/2011-01-26/un-chien-de-chasse-tue-a-la-chevrotine-324419.php

    Lien permanent Catégories : Echos
  • Rugby : Le Bonnac Olympique trébuche en Kercorb

    Julien Bachelard.JPGJulien Bachelard a signé le deuxième essai de son équipe.

    Dimanche 23 janvier se disputait au stade Lolo Mazon la douzième journée du championnat de 2e série de Midi-Pyrénées. Face aux locaux de l’Entente de la Vallée de l’Hers, classés sixièmes, les Ariégeois du Bonnac Olympique, solidement installés à la troisième place du podium derrière Calmont-Cintegabelle-Mazères et Eaunes. La belle affiche annoncée aura été au rendez-vous, avec une victoire locale acquise sur le score de 23 à 17 (mi-temps 15-5).

     Lorsque Thierry Azemar libère les deux équipes, Bonnac donne le la, les retrouvailles avec Geoffroy et Olivier Wattez et Bruno Beffara, anciens titulaires de l’USCK, vont se passer de préliminaires. Quatre minutes de jeu à peine et les « rouge et vert » sont déjà passés en dame (0-5). Le scénario du match aller semble se profiler (29 points en 27 minutes), mais le groupe emmené par le capitaine Olivier Carbonneau va très vite renvoyer l’adversaire dans son camp. Frédéric Santoro réduit l’écart sur pénalité à la 22e minute (3-5), avant que Jérémy Roncalli n’inscrive un premier essai après trente-cinq minutes de jeu (8-5). Juste avant la pause, Bonnac va céder une nouvelle fois après un essai entre les poteaux signé Julien Bachelard et transformé par Frédéric Santoro (15-5). 

    Piche.JPGUn petit placage à retardement sur Jean-François Pichéric.

    A l’heure des citrons, les décibels qui s’échappent du cercle bonnacois laissent à penser que les visiteurs ne veulent rien lâcher. Diminués après les sorties sur blessure du talonneur Geoffroy Wattez et de leur pilier droit, les visiteurs seront toutefois moins incisifs. A la 49e minute une pénalité porte le score à 18-5, inscrite par Frédéric Santoro qui hérite deux minutes après d’un ballon servi petit côté par Olivier Carbonneau. Le buteur de l’Entente dépose le cuir à quelques centimètres du club-house, mais, sonné sur l’action, il manque la transformation (23-5). Bonnac va alors réaliser un inquiétant rapproché en signant coup sur coup deux essais aux 63e et 70e minutes (23-17). Pourtant le final sera à l’avantage d’un Kercorb-Peyrat-Bastide XV qui se replace en cinquième place au général. A signaler le bon retour aux affaires de David Bachelard, sérieux renfort pour le huit de devant. Samedi 29 janvier à 18h, soirée de rattrapage à Montastruc-la-Conseillère (match en retard du 16 janvier), dimanche 30 à 15h, loto du club salle de la mairie à Labastide sur l’Hers.

  • Aristide, « le brulou de vin », est de retour

    Aristide ter.JPGLa nuit est tombée sur Sonnac, il est l'heure pour Aristide de laisser souffler son alambic.

    D’abord il y a ce maudit thermomètre qui affiche invariablement des températures négatives depuis trop longtemps maintenant. Et là-bas, installé sur le chemin des Martres à Sonnac, Aristide, qui scrute ce petit flotteur calibré, indispensable pour contrôler au degré près la qualité d’un produit très prisé, et que d’aucuns appellent « riquiqui ». L’opération est extrêmement délicate mais elle ne présente aucune difficulté pour Aristide Peyronnie, citoyen de Massat, petit village ariégeois blotti au pied du col de Port et du port de Lers, patrie certifiée des bouilleurs ambulants.

    Aristide & Alambic.jpgQuand « la blanche » arrive à l’air libre.

    Année après année, régulier tel l’aiguille du métronome, Aristide accompagné de son imposant alambic (700 kg) apparaît en Kercorb avec l’arrivée des premiers froids. En 60 ans de métier, Aristide se souvient n’avoir perdu que deux saisons, en 1954 et 1955, lorsque son statut de conscrit l’avait emmené vers les rivages de l’Afrique du Nord. Notre « brulou de vin » a vécu la lente évolution des habitudes, depuis 1950 lorsque la croûte de marc sec était distillée par ses soins à Rouvenac, pour les Villefortois et les Puivertains notamment, jusqu’à ce que les vignes disparaissent du décor. Les prunes, les pommes et autres fruits remplaceront alors pépins et peaux de raisin dans la « cucurbite » (bouilloire), point de départ d’une ondulante et mystérieuse navigation. Peu sensibles aux bulletins météo, Aristide et sa machine à remonter le temps vont distiller plusieurs semaines durant tout ce que Dame Nature a fait mûrir dans les vergers des alentours. Autour de cette généreuse source de chaleur, que les habitués appellent « l’atelier-public », les discussions ne tarissent pas, échanges à bâtons rompus, éloignés finalement des fluctuations du CAC 40 ou du prix du baril de « gnole ».

    Riche d’une expérience acquise goutte à goutte, Aristide est passé maître dans l’alchimie des parfums fruités qu’il fait transiter au coeur d’interminables serpentins, tels une bienfaisante perfusion. L’art de séparer les vapeurs d’eau et d’alcool, voilà bien un drôle de métier qui ne dit pas son âge. La nuit est tombée sur Sonnac et Aristide évoque encore et encore les souvenirs que distillent les serpentins de sa formidable mémoire.

    DSC_2416 bis.JPGSaint-Sébastien veille sur l'alambic d'Aristide.

  • Le sentier de découverte du Calvaire a dix ans

    Les collégiens prospectent sur la colline du Calvaire

    Sous ce titre paraissait dans l'édition de l'Indépendant du samedi 20 janvier 2001, un article relatif à un projet mené à bien par les élèves du collège Antoine-Pons de Chalabre. 

    collège bis.JPG 

    C’était jeudi et le foyer du collège Antoine-Pons avait des allures de galerie d’art à en juger par les petits chefs-d’œuvre suspendus aux cimaises. A leurs pieds, une nombreuse assistance était invitée à célébrer l’aboutissement d’un projet pédagogique initié en 1998 et dont le résultat final est en tout point remarquable. Accueillis par Claude Ruiz principal du collège, parents et élus locaux ont mesuré la qualité des travaux réalisés par une classe qui ne pouvait boucler plus brillamment son premier cycle d’études. A partir d’un paysage aux contours familiers, en l’occurrence la colline du Calvaire, nos potaches, guidés et conseillés par Mmes Laurence Toustou, Geneviève Nicoleau et Patrick Rault leurs professeurs, se sont efforcés de reconstituer point par point un lieu chargé d’histoire et insensiblement remodelé au fil du temps. A la conclusion de ce travail méticuleux, la composition de onze maquettes illustrées, lesquelles seront très bientôt disposées sur huit pupitres qui jalonneront le parcours menant à la chapelle du Calvaire, par le chemin de crête et par le chemin de croix. Au hasard des saisons, les visuels seront remplacés afin d’apporter au promeneur une information en phase avec le paysage qui s’offre à ses yeux.

    collège.JPG

    Initié par Patrick Rault, professeur de biologie, ce projet pédagogique trouve une place naturelle dans le programme d’aménagement et de mise en valeur des sentiers de randonnée mis sur pied par le conseil général de l’Aude. Ce dernier a d’ailleurs accepté de s’associer à l’œuvre de nos potaches en assurant l’installation de l’ensemble des pupitres. En fin d’année scolaire, ces élèves vont quitter le collège de Chalabre, ils auront auparavant passé le relais à un nouveau groupe appelé à marcher sur les traces et qui sera associé au projet de l’association « Il était une fois Chalabre », laquelle envisage la possibilité de planter une vigne sur les coteaux du Calvaire. Toutes nos félicitations aux élèves et à l’équipe enseignante, ils confirment si besoin était la belle dynamique du collège Antoine-Pons.

    Pivert.jpgCe sentier de découverte sera inauguré au mois de juin de la même année, en présence des élus locaux (mairie de Chalabre, communauté de communes, maires du canton), du conseil général, de l’équipe enseignante, et de Pivert, la mascotte qui aura accompagné les collégiens tout au long de leur projet (photos archives, janvier 2001).