Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le Père Noël tennisman a multiplié les montées au filet

    DSC_2180 bis.JPGLes petits tennismen ont été comblés par un illustre visiteur.

    La salle du conseil municipal était dernièrement le cadre d’une belle réunion de famille, à l’occasion de la visite rendue par le Père Noël aux pensionnaires de l’école de tennis du pays chalabrais. Accompagnées par leurs plus fidèles supporters, les jeunes raquettes du Kercorb ont été accueillies par le président Bruno Carbonnel et José Hernandez leur entraîneur. Tour à tour les deux cadres du Tennis Club du Chalabrais ont salué l’assiduité et le sérieux de leurs cadets. Avec une mention spéciale à l’adresse de Sirima Martinez,  qui cette année encore a décroché de nombreux accessits. Il n’en fallait pas plus pour convaincre un Père Noël au final très généreux. Après la distribution des cadeaux, les sociétaires du TCC ont pris congé d’un invité extrêmement sollicité. Une nouvelle saison était conclue autour d’un excellent buffet, auparavant, le président Carbonnel avait adressé à toutes et tous ses meilleurs voeux de réussite pour 2011. 

  • L’association « Vanille et Chocolat » prépare 2011

    Vanille.jpg

    Jean-François Toustou, trésorier sortant et le président Yves Ettori, vont prendre du recul.

     

    L’association « Vanille et Chocolat » gère la Crèche intercommunale de Chalabre et a tout dernièrement recomposé ses instances, conformément à ses nouveaux statuts, votés lors de l’assemblée générale en juin dernier. Le conseil d’administration s’est donc réuni le 15 décembre dernier et a formé le nouveau bureau : Yves Ettori continuera d’assurer la présidence jusqu’à la fin de l’année 2011, secondé par Reine Beauvois, vice présidente, avec laquelle il partagera le travail en vue d’assurer la transition dans les meilleures conditions possibles. Les fonctions de trésorière seront tenues par Karine Lafitte, Jean-François Toustou étant suppléant. Le secrétariat  sera assuré par Elodie Martin, Anne-Marie Toustou étant suppléante.

    L’évolution de la Crèche en 2010 a ensuite été présentée par Yves Ettori et Martine Raynaud, directrice. Sur le plan financier, la gestion reste équilibrée bien que la fréquentation soit très forte, tendance qui se confirme pour 2011. Ceci motive d’ailleurs une réflexion sur la création d’une  micro-crèche en dehors des murs.

    Sur un plan plus général, il est constaté que les contraintes réglementaires, financières et techniques deviennent  de plus en plus lourdes pour les petites structures associatives, qui sont incitées à se regrouper pour mutualiser leur gestion. Cette réflexion est engagée au niveau du territoire. Sans aucun doute l’année 2011 sera décisive pour l’association. Il y aura du « pain sur la planche » pour le nouveau bureau !   

  • L’agence Groupama fait des heureux

    Groupama.JPGLes lauréats accueillis par Jacqueline Granger et Guy Rouzaud (à droite).

    Après les journées portes ouvertes « Groupama et la santé », qui se tenaient dernièrement, Jacqueline Granger responsable de l'agence de Chalabre a eu le plaisir de communiquer la liste des gagnants de la tombola qui avait été organisée pour l’occasion. Elle devait auparavant revenir sur le fonctionnement de la caisse du Quercorb, et soulignait la volonté d'apporter au quotidien un service de proximité de qualité.

    Les heureux gagnants qui étaient invités tout dernièrement à venir retirer leurs lots, se sont retrouvés autour d'un apéritif offert par l'agence du Cours Docteur Joseph Raynaud, en présence de Jacqueline Granger, et de Guy Rouzaud, président de la caisse locale Groupama du Quercorb. Micheline Marais et Anthony Rosich sont repartis avec une corbeille gourmande, Xavier Guinepain enlève un service à café, Bernadette Larrue, Paul Vergnes et Joseph Manni un sac à provision chacun.

  • Le "St Barth" est à nous !

    A l'heure qu'il est, une petite cordée chemine vers le pic St Barthélémy, petit pas petit pied, dans l'espoir d'atteindre avant midi le point culminant qui domine la mine de talc de Luzenac. Cette randonnée hivernale calée entre deux réveillons est une tradition établie voilà plus de vingt ans, par un collectif de marcheurs soucieux d'emmagasiner un stock conséquent de globules rouges, avant l'arrivée d'une nouvelle année. L'article qui suit avait paru dans l'édition de l'Indépendant du dimanche 3 janvier 1999.

    St Barth 98.JPGLes courageux randonneurs à la cime du Saint-Barthélémy (photo archives décembre 1998)   

    Tandis que le Père Noël remisait sa hotte, tandis que les rennes fourbus commençaient à reprendre leur souffle, les randonneurs du Kercorb munis de leur bâton de pèlerin mettaient le cap sur le St-Barthélémy. Conservateurs impénitents, nos quatre marcheurs ont entrepris une visite vers leur pic fétiche avec une régularité de métronome qui les a tout simplement emmenés jusqu'au sommet.

    Ce qu'ils ne réussissaient plus depuis longtemps, parce que trop de neige, pas assez de soleil ou trop de brouillard. Mais en ce samedi 26 décembre, 2 348 m ont été prestement gravis en dépit d'une neige tombée en abondance à la veille d'une douce nuit. Et donc tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, hélas l'ami Emile était absent, et avec lui, la bourriche d'huîtres qu'il a l'habitude d'emmener, en cas. Arrivés à la cime d'un St-Barthélémy givré à merveille, l'oeil rivé sur les vignobles du Cabardès, nos randonneurs ont eu bien sûr une pensée pour leur ami élevé au pays des Mille et un muids. Jeannot, Thierry et Jean ont alors bu le divin spectacle offert par la chaîne enneigée des Pyrénées, du Vignemale au pic des Trois Seigneurs, avant d'entreprendre la périlleuse descente crampons aux pieds, vers le col de Girabal et le Pays d'Olmes. A présent remisés, les sacs ressortiront en juin, nos marcheurs reviendront sur les pentes d'un Saint-Barthélémy qui aura alors reverdi, sous l'abondance d'un "gispet" aux vertus cachées.

    St Barth 97 Pastre.JPGBloquée dans sa progression par l'épaisseur de la neige, la cordée s'est résolue a ouvrir une bourriche d'huîtres dans la cabane du berger, c'était en décembre 1997.

  • Fluris : La jeune garde a repris le flambeau

    La tradition du charivari se maintient, mais sans susciter la ferveur du passé.

    1892186879.jpgLa magie de Fluris opère encore et toujours.

    Sous la vieille halle chalabroise, des ombres très furtives espéraient décrocher un rendez-vous avec la tradition. Ombres timides et silencieuses qui se fondent derrière les piliers bicentenaires pour mieux guetter un signal, un bruit métallique qui ne vient pas. Et soudain, un traîneau, puis deux, puis trois, font leur entrée sur le pavé dans un vacarme étincelant. Alors seulement les enfants s’avancent, les visages s’éclairent, le charivari promis va bien avoir lieu et avec eux, puisque leurs bruyants traîneaux sont là, cachés à deux pas dans une impasse. A 18h 30 sonnantes en ce jour du 13 décembre, dédié à Ste Luce, le petit cortège s’enfonce dans la nuit, et les petits « arrossegaïres » que les récits des plus grands ont toujours fait rêver, se voient enfin offrir le privilège de « faire Fluris » : « Vei fan les ans que tueron Fluris ! » Mais au fait, les grands, ils sont où ?

    Car il y a bien quelque chose qui cloche en ce deuxième lundi de décembre 2010. Ils étaient plus de trois cent en 1997, ils ne sont plus qu’une intrépide vingtaine aujourd’hui. Que sont devenus les fervents défenseurs d’une tradition aussi belle que tricentenaire ? En 1987, Patrick Lasseube concluait ainsi le sujet de mémoire de sa maîtrise d’audio-visuel basée sur Fluris : « Le bruit supporté par les acteurs du charivari est accepté par la population. Loin de s’enfermer dans leur maison en s’isolant de tout ce vacarme, les Chalabrois sont aux fenêtres. Ils crient eux aussi, ils applaudissent au passage de la troupe endiablée.Comprendre le charivari annuel de Fluris, c’est avant tout connaître les moyens et les aptitudes d’une communauté à préserver son existence, à assurer sa discipline intérieure ».

    Mais cette année personne n’est sorti à la fenêtre, personne n’a applaudi au passage de la bruyante et jeune troupe. Qu’importe. Flapis mais heureux les jeunes héritiers d’un « brave chirbilhi » ont sagement regagné leur lit. Dans leur petite tête résonnait un dernier « Vei fan les ans que tueron Fluris ! ».

    Tiny Arros.JPGUne petite Léa n'aura pas manqué l'occasion de participer à son premier charivari de "Fluris".

  • Les Rois mages ont visité le Kercorb

    DSC_2214.JPGC'était l'an zéro de notre ère, ou peut-être l'an sept, un corps céleste guidait Gaspard, Melchior et Balthazar jusqu'au berceau de Bethléem. Ce même astre brillant a permis à quelques néo Chalabrois de renouer avec une certaine expression traditionnelle de la foi, développée dans les années 1950 par l'abbé Raymond Fourtanier.

    DSC_2220.JPG

    Sous l'impulsion d'une troupe théâtrale baptisée "La Compagnie du Pont de l'Hers", une crèche grandeur nature a trouvé sa place en un lieu témoin au siècle dernier, des premiers pas de l'industrie de la chaussure. Et dans la chaleur d'une étable recréée à même la soupente, un public envoûté a pu apprécier l'expression visuelle du mystère de la Nativité. Guidé par Antoon, sur un fond de ciel superbe et constellé d'étoiles, chacun fera très vite connaissance avec Marie et Joseph, campés par Sara et Willy, avec les bergers, Peter, David et Steve, et l'Ange Quentin Gabriel. Ne manquaient que les Rois mages, qui allaient bientôt faire leur apparition au coeur de la nuit glacée. L'heureux événement pouvait alors être célébré, ce qui donnait lieu à une communion finale des plus sympathiques, entre public et comédiens.  

    DSC_2224.JPGL'événement que certains pourraient qualifier de païen, a obtenu un franc succès et a peut-être démontré une autre façon de vivre la religion. Une chose est certaine, à quelques heures de la nuit de Noël, l'ingénieux ensemble emmené par Toni, David et Clare, a offert à ses invités une belle tranche d'optimisme et de fraternité.

  • Le Père Noël est descendu par la grande échelle

    Père Noël.JPG

          Les enfants ont accueilli le vieux patriarche à bras ouverts.

    Ces derniers ont spontanément souhaité la bienvenue à celui qu’ils attendaient depuis si longtemps, avec une admirable patience. Comme à son habitude, un Papa Noël très généreux a comblé tout ce petit monde, impressionné et ravi. Friandises et cadeaux ainsi distribués, le visiteur du soir a pu très discrètement s’évanouir dans les couloirs du centre, pour rejoindre rennes et traîneau, remisés sur les quais de la gare, prêts à filer vers de nouvelles destinations.

    En dépit d’une température glaciale, la tradition a été respectée par les pensionnaires du centre de secours Jean Cabanier, qui accueillaient dernièrement un hôte de marque. Après avoir descendu un à un les barreaux givrés d’une grande échelle tendue dans la nuit, le grand bonhomme à la barbe blanche a fait son apparition devant les yeux écarquillés des enfants.