Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 5

  • Charivari de Fluris : Les «arrossegaïres» privés de château

    Fluris 94.JPGDécembre 1994 sous la halle, le charivari va bientôt commencer pour ces petits Chalabrois.

    Les petits Chalabrois accueillent le mois de décembre avec une joie bien compréhensible. Et c'est surtout parce qu'il faut parer au plus vite à la confection du traineau pour "faire Fluris". Planant au-dessus des «arrossegaïres», garants d'un "brave rambalh", un air de nostalgie hantera dans quelques jours la cité d'Eissalabra. Ainsi "tous les petits enfants de Chalabre et ceux qui le restent", pour reprendre la belle formule de Malou, seront en place pour faire briller de mille étincelles, le pavé de nos rues.  

    L'article ci-dessous avait paru dans l'édition de l'Indépendant du samedi 6 décembre 1997. Cette année-là, Chalabre s'apprêtait à célébrer le Tricentenaire de la mort de Fluris. Le comité créé pour l'occasion avait proposé d'agrémenter le charivari d'une marche symbolique et pacifique, qui emmènerait les tireurs de traîneaux jusqu'au pied des murailles grises du château de Mauléon, comme au bon vieux temps. Une proposition qui partait d'un bon sentiment mais qui au final restera dans les cartons, pour les raisons évoquées ci-après.Mauléon.JPG

    La demeure ancestrale des Mauléon-Narbonne.

    Une tradition dans la tradition veut que le parcours emprunté par les « arrossegaïres », fasse un détour symbolique au pied de la tour du château de Mauléon. Histoire de rappeler que ce diable de Fluris aurait eu maille à partir avec les descendants des comtes de Bruyères, seigneurs des lieux. Une coutume abandonnée depuis plusieurs lustres certes, mais que le collectif pour le Tricentenaire avait espéré rétablir en cette année 1997. Seul manquait l'aval de Mme Anne de Vilette, héritière de la maison Mauléon-Narbonne, auprès de laquelle une demande d'autorisation fut formulée au mois de novembre dernier. Vaine requête si l'on en croit le pli adressé par retour de courrier et dont voici le bref contenu dans son intégralité : « Je suis très sensible à la teneur de votre lettre et à la permission qu'elle réclame pour fêter le tricentenaire de Fluris, le 13 décembre prochain. L'écho paru dans les journaux locaux depuis une quinzaine d'années à ce sujet, n'a fait état que de désolation et regrets devant les débordements de ce charivari qui semble donc ne plus refléter uniquement son aspect folklorique. En conséquence, j'ai le regret de ne pouvoir donner une réponse favorable à votre demande. De plus cette année, vu les circonstances, cette manifestation risquerait d'occasionner des désordres incontrôlables. Vous, pour me l'avoir demandée et moi pour vous l'avoir accordée, nous serions les premiers à le regretter. En vous remerciant de votre compréhension, je vous prie de croire à mes sincères salutations...Signé : Mauléon Narbonne Vilette. » Quoiqu'il en soit de la véritable personnalité de Fluris et des motifs de sa mort violente, une chose paraît certaine : les milliers d'enfants de Chalabre qui depuis près de trois siècles se retrouvent dans ce « tonitruant et pacifique cortège » (Roger Boutellier), doivent avoir beaucoup de peine à se retrouver dépeints en un si noir tableau.

    Fluris 97 bis.JPGEn ce samedi 13 décembre 1997, les acteurs d'un drôle de "chirbilhi" avaient scandé le nom de Fluris, au pied de la stèle érigée à sa mémoire.

  • Les étudiants de BTS GPN à la rencontre du technicien du CRPF

    DSC06468.JPGLes étudiants de Charlemagne ont apprécié cette immersion en forêt.

    Dans le prolongement du projet de découverte de la Charte forestière du Chalabrais, les élèves de première année du BTS Gestion et Protection de la Nature du LEGTA Charlemagne de Carcassonne étaient invités dernièrement à suivre l'animateur Sébastien Irola en forêt. Ils étaient également aux côtés de Matthieu Chanut, technicien du Centre Régional de la Propriété Forestière de l'Aude. Ce dernier, en les accompagnant à travers une forêt privée entre Montjardin et Saint Benoît, leur a présenté les rudiments de la gestion forestière. Ce fût l'occasion pour eux de se rendre compte des réalités de terrain concernant la gestion du milieu naturel qu'est la forêt. Ils ont également compris l'intérêt pour les propriétaires privés de mettre en place un plan simple de gestion (PSG), de manière à gérer au mieux leur ressource, que ce soit d'un point de vue environnemental, social et économique. Cette sortie fut accompagnée d'un magnifique soleil automnal qui a rendu les discussions fort enthousiastes et détendues. Elle était encadrée par Mme Serrière et M. Ribaut et rendue possible grâce aux financements du conseil général de l'Aude et de la Communauté de communes du Chalabrais. 

  • Football : Le FCC maintient la cadence et soumet le FC Malepère

    Gaël.JPGGaël Planas et le FCC I restent au contact de Bram et St Papoul.

    Dimanche 28 novembre, le team fanion du Kercorb troisième de la poule A de 1ère division, accueillait le onze de la Malepère, classé en 7e position. Dès le coup d'envoi sifflé par Patrick Courthieu, le FCC investit le camp « rouge et noir » et un premier coup-franc vient s'écraser sur le montant gauche du gardien de Lavalette. Dans la foulée, une nouvelle frappe frôle cette fois le côté droit, avant que le jeu ne semble s'équilibrer. Véritables feux follets, Fabien Conte et Sylvain Dumons multiplient les initiatives en attaque tandis qu'un fanion de juge de touche virevolte à tout va. A la demi-heure de jeu et au terme d'un mouvement limpide initié sur la gauche par Fabien Conte, Sylvain Dumons va conclure l'action au fond des filets et signer un but dans un premier temps accordé. Avant que l'homme en jaune ne revienne sur sa décision après consultation de son juge de touche. La pause intervient sur un score nul et vierge mais la reprise sera fatale aux visiteurs. Dès la 2e minute de jeu, un raid sur l'aile droite permet au défenseur latéral Philippe Lara de centrer sur Gaël Planas qui met très judicieusement le ballon en retrait pour Sylvain Dumons, lequel voit cette fois son but validé (1-0). Après plusieurs occasions franches manquées, le FCC doublera la mise à la 26e minute, par Gerry Smith qui hérite d'un ballon centré par Fabien Conte (2-0). Le FC Malepère va ainsi continuer à subir, jusqu'au trille final.       

    En ouverture, le FCC II accueillait Pexiora, leader de la poule A de 3e division. Après avoir longtemps mené à la marque grâce à un but de Sébastien Roméro, les joueurs de Sébastien Duporge vont se faire coiffer sur le poteau. Les visiteurs signeront deux buts coup sur coup en toute fin de rencontre, score final, 1 à 2. Dimanche matin, les Moins de 17 ans accueillaient la formation du Cougaing. Pris en contre à deux reprises, les joueurs entraînés par Olivier Cazas s'inclinent sur la marque de 0 à 2.  

    Samedi, les Moins de 13 ans accueillaient l'Entente de la Montagne Noire. Animés par un esprit collectif qui a ravi les nombreux spectateurs présents, les protégés de Philippe Gérard l'emportent sur le score de 16 à 0. Les buteurs du jour sont Redouane Van de Kerkhove (7), Oliver Brown (4), Julien Ferrier (4) et  Ben Evenden. Un peu plus tôt à Bram, les Moins de 9 ans emmenés par Jacques Rosich ont effectué un tournoi triangulaire avec Montréal. Battus par deux fois (2-6 et 0-5), les petits Chalabrois restent motivés et poursuivent l'apprentissage de la compétition.

    Oliver.JPGOliver Brown lance Julien Ferrier. Les Moins de 13 ans ont encore démontré leur efficacité en attaque, sous l'oeil averti de mamans inconditionnelles de foot.