Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Amour de toujours

    jiel,saint-valentin

    En ce dimanche 14 février, dédié aux amoureux, à ceux qui l'ont été, à ceux qui le restent, JIEL offre un poème de circonstance.

    Amour de toujours

    Seuls les artistes savent exprimer l’amour ;

    Sur une toile, à travers la magie d’un sourire,

    Par des mots simples aux caresses de velours,

    Sur des notes tendres qui font parfois souffrir.

     

    Mais qu’est-ce donc que ce fameux sentiment,

    Cette passion confuse, parfois discrète sans excès,

    Ou irrépressible excitation qui se vit intensément.

    Tenter de résoudre ce mystère de vie est insensé.

     

    Amour tendre et fort ou amour fou pour toujours ;

    N’est-il pas simplement ceci ou cela tout à la fois,

    Nul ne s’en empare mais chacun succombe un jour

    Car le coeur le plus dur est fragile et se brise parfois.

     

    Si dans un regard de hasard le plus souvent il naît,

    C’est par un regard bien-veillant qu’il se poursuit ;

    L’amour vrai ne calcule pas, il offre de beaux palais

    Pour accueillir la richesse des sentiments enfouis.

     

    Quoi de plus beau, quoi de plus nécessaire à chacun

    Que d’aimer simplement, d’aimer de tout son coeur ;

    Le don le plus merveilleux, le plus subtil des parfums

    Dont la flagrance se partage et vous rend heureux.

     

    Seuls les artistes savent exprimer cette émotion ;

    Peintres, poètes ou musiciens en sont les chantres,

    Mais tout un chacun peut en trouver la belle potion,

    La seule magique qui à jamais saura vous enchanter.

    JIEL

  • Un soir au café Tournois

    C'était peut-être un samedi soir, à l'heure de l'apéritif. Le café de la Liberté aux destinées duquel veillaient François et Simone Tournois, accueillait quelques clients réunis afin de partager un moment de détente, après une semaine de travail.  

    café tournois

    Assis au premier plan, Ulysse Guinchard venait de demander une bouteille d’eau de seltz pour accompagner son verre de gentiane. Derrière le comptoir, François et Simone assuraient l'accueil tandis que Fernando Cuetarra (à droite), gardien de but titulaire de l'USC Football s'imposait un verre d'eau minérale avant la rencontre du lendemain au stade Jean de Mauléon. Comme à l'habitude, la vivacité de ses attaquants lui permettrait d'assister au match, tranquillement assis sur la transversale.

    Au comptoir, de gauche à droite, Emile Amat, plombier de son état, avait le temps d'étamer fourchettes et cuillères : les fêtes de l'Ascension étaient encore loin et « l’estamarou » savait qu'il serait prêt le moment venu. A ses côtés, Jean Alabert, défenseur central du onze chalabrois avait préparé sac et crampons pour le match du lendemain. Le regretté José Garcia (décédé en juillet 1965), qui allait bientôt partir pour la capitale, appréciait une coupe de blanquette Guinot avec son voisin Vincent Alegre. Les mains dans les poches, Grégorio Alegre en grillait une petite, avant de rentrer à la maison. C'était un soir au café Tournois (photo archives familiales Daniel Tournois).

    Une partie de belote au comptoir

    café tournois

    Une petite vingtaine d'années plus tard, le comptoir du café Tournois sert de support à une belote entre amis. De gauche à droite : Jean Martinez, Jean-Jacques Conte, Emile Yves Jalabert et Daniel Tournois (Photo collection Yves Saddier).

  • Un jour, une image

    Jour de rugby au stade Lolo-Mazon, pour les rugbymen de l'US Chalabre XV, dans les années 1970.

    usc xv chalabreDe gauche à droite. Position debout : Roger Laffont, Daniel Calbo, Jean-Claude Sicre, Michel Fourcassa, Jean-Claude Baby, André Cathala, Jean-Pierre Sariège, Robert Guay, Francis Bach, Christian Sicre, Daniel Delpech. Position accroupie : Robert Théron, Jean-Denis Navarro, Paul Bénet, Michel Rosich, René Calvène, Serge Murillo, Gérard Mazon. Position allongée : Henri Sancho et Jean-Claude Sanchez.

  • C’était hier : Football : les seniors du FCC préparent l’avenir du club

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 13 février 2001.

    fc chalabre footballLe Football Club de Chalabre rêve d’un nouveau départ (Photos archives, février 2001).

    Après avoir assuré un intérim qui les honore, les pensionnaires de l’école chalabroise de football s’apprêtent à rendre le flambeau à leurs aînés. En effet, ces derniers, qui en terminent avec une saison blanche et triste, rechausseront bientôt les crampons afin de disputer le prochain championnat de l’Aude (2001-2002).

    Relégués de la Promotion Honneur voici deux ans, l’équipe fanion du Kercorb sera engagée en septembre prochain dans le championnat de promotion de première division. Un nouveau groupe dirigeant décidé à œuvrer en accord avec l’actuel bureau de l’école de football multiplie les contacts, afin que la première feuille de match de l’automne ne reste pas lettre morte. Si plusieurs joueurs évoluant à l’heure actuelle au sein d’équipes voisines réservent encore leur décision, le staff dirigeant qui s’articulerait autour de Eric Puerto, Philippe Lara et Raymond Dumay affiche un optimisme mesuré.

    fc chalabre football

    Le FCC occupera-t-il à nouveau le devant de la scène sportive ? C’est ce que tous les sportifs du pays chalabrais espèrent pour un club dont le palmarès est éloquent à plus d’un titre : Champion de 2e division en 1968, vainqueur de la Coupe Georges Favre en 1969 et 1979, finaliste de la Coupe Victor Lopez en 1977, Champion de l’Aude de Promotion Honneur en 1981 et montée en Division Honneur Régionale, titres auxquels il faut ajouter la victoire du FCC II, Champion de 3e division en 1993. Une chose est sûre, le FCC ne veut pas et ne doit pas disparaître, les bonnes volontés se cramponnent afin que le club fondé en 1952 poursuive le chemin tracé par Léon Dumay, fondateur de l’US Chalabre et poursuivi avec le succès que l’on sait par l’équipe de Roger Dumay, son fils.

    Un nouveau groupe au service du ballon rond est né, et même si l’entreprise s’annonce difficile, Raymond Dumay, Philippe Lara, Eric Puerto et leurs partenaires, ont toutes les raisons d’espérer.

    fc chalabre football

  • C'était hier : Le Centre de secours va enfin voir le jour

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du dimanche 13 février 2011.

    caserne jean-cabanier,centre du kercorbPendant quatre ans, les sapeurs-pompiers de l'adjudant-chef Stéphane Ferrier auront multiplié les interventions pour obtenir gain de cause (Photos archives, février 2011).

    C’était à l’occasion de la fête de Sainte-Barbe célébrée en décembre 2006, les sapeurs-pompiers volontaires du Chalabrais accueillaient l’information avec bonheur, le projet de construction de leur nouvelle caserne était bouclé.

    Au terme de travaux d’aménagements effectués dans un premier temps par les services du SDIS sur la partie existante de l’actuel centre (création de vestiaires, bureaux, réfection de l’isolation, installation de portails) pour un total de 91 000 €, la perspective d’une deuxième tranche de travaux dépendait de l’engagement pris par les élus chalabrois, de diriger leurs services techniques, sis dans l’enceinte de la future caserne, vers un autre bâtiment.

    Mais en 2009, la commune de Chalabre revient sur ses engagements, en raison du coût de la réalisation d’un nouveau bâtiment et en informe le SDIS. Après négociation, un accord intervient prévoyant ne céder au SDIS qu’une partie des locaux abritant les services techniques. Par ailleurs la commune de Chalabre s’engage à réaliser les travaux de construction d’un nouveau bâtiment avant la fin de l’année 2009. Ce qui permettrait le démarrage de la deuxième phase des travaux de la caserne pour le début 2010. En juin 2010, la commune de Chalabre informe le SDIS du retard de la construction devant abriter les services techniques. Ces travaux sont programmés pour la première quinzaine de janvier 2011, et diffèrent une fois encore le démarrage d’une deuxième phase, programmée cette fois pour le deuxième semestre 2011. Entre temps, le coût des travaux de cette deuxième phase, listés et budgétisés dès 2007 par le SDIS, initialement prévu à 120 000 €, a été porté à 159 000 €. Pour le président Jacques Hortala et les services du SDIS, le projet de réaménagement est financé et engagé, les travaux peuvent donc débuter dès que les services de la mairie de Chalabre auront libéré les locaux.  

    Quatre années se seront ainsi écoulées, pendant lesquelles les sapeurs-pompiers de l’adjudant-chef Stéphane Ferrier auront multiplié les interventions, sans apercevoir la moindre lueur annonçant la sortie du tunnel. Voilà pourquoi depuis deux ans maintenant, la caserne Jean Cabanier célèbre sa sainte patronne en l’absence des représentants du SDIS, du conseiller général et des élus des communes du canton, tous faisant l’objet d’un courroux certes bien fondé mais qui n’a pas pris en compte le degré de responsabilité de chacun.  

    Afin de sortir enfin de cette impasse, une réunion se tenait dernièrement dans les locaux de la caserne Jean Cabanier, à la demande de Roger Rosich, conseiller général du canton. En présence de Jacques Hortala président du SDIS de l’Aude, Pierre Gabas directeur de cabinet du conseil général, Roger Rosich conseiller général, Christian Guilhamat maire de Chalabre, Gaston Bauzou maire de Puivert, Jacques Laffont maire de Montjardin, le lieutenant-colonel Alain Destainville chef de groupement « prévention prévision bâtimentaire », l’adjudant-chef Stéphane Ferrier chef de corps et Jérôme Duba chef de service gestion des bâtiments, les pensionnaires du centre de secours chalabrois auront vu renaître l’espoir d’être enfin dans leurs murs, au plus tard en début d’année 2012. Avec l’annonce faite par Christian Guilhamat selon laquelle les clefs du nouveau bâtiment communal lui seront remises le 4 avril prochain, l’espoir est bien réel de voir bientôt donné le coup d’envoi d’une deuxième tranche de travaux qui n’aura alors plus lieu d’être comparée à la belle Arlésienne d’Alphonse Daudet.

    caserne jean-cabanier,centre du kercorb

  • La Crab’Estela est parue

    sophie jacques-serano,la crab'estelaComment naquit la boudègue ? Sophie Jacques-Serano raconte son apparition il y a bien longtemps… Comment une chèvre devint un instrument de musique, quel rôle jouèrent dans cette histoire une fée-mitoune, le petit Tistou et l’ours « Pèdescauç » ?

    « La Crab’estela » est un livre en occitan de seize pages, illustré par Pascale Théron qui prend place dans la collection Farfadet (n° 43) de l’IEO-Aude (Institut d’Etudes Occitanes).

    En plus de la lecture, il est possible d’écouter l’histoire dite par Sophie Jacques-Serano et Isabelle François, avec des musiques de Sophie, dans un enregistrement d’Yves Saint-Germain. Comment ? Soit en podcast grâce à RCF-Pays d’Aude et sa chronique occitane « Als 4 Vents » : https://rcf.fr/vie-quotidienne/ un-conte-de-sophie-jacques-autour-de-la-boudegue, ou en vous procurant le CD de l’enregistrement (3 € ). Le livre est au prix de 5 € (+ 2 € de port), le livre et le CD au prix de 8 € (+ 2 € de port).

    Pour mémoire, le public chalabrois avait été invité à venir à la rencontre de la Crab'Estela, c'était un soir d'avril 2000 au théâtre municipal. L'article mis en ligne sous le titre « Le songe d’une nuit d’été au pays de la Crab’Estela » rendait compte de cette rencontre (L'Indépendant, dimanche 30 avril 2000).

    Subjuguée par les sons mélodieux provenant du quartier de la porte d’Aval, cette amie de Antoine de Saint-Exupéry de passage à Chalabre a discrètement poussé une porte. Pour faire partager ce sentiment étrange qu’elle éprouvait. Il y eut ce soir là un gros orage, qui fit s’envoler vers la Voie lactée, tous les mots écrits après la soirée sur la chèvre-étoile. Mais la fée Sophie qui menait la danse à travers les étoiles du ciel sut récupérer les feuillets épars et les voici tels que la lune les lui a restitués. Ce soir-là, Sofia avait entraîné ses amis dans une ronde musicale magique où, avec sa poupée recueillie sus un rocher, elle apprit à connaître, à apprécier, à aimer le son si particulier de la « bodega ».

    De sa voix douce aux accents enfantins, Sofia racontait l’histoire telle qu’elle l’avait imaginée, de la naissance de la cornemuse. Interrompant son récit par des intermèdes musicaux, elle créait entre l’auditoire et elle, une sympathie de connivence amicale presque magique. Entraînés par elle dans sa course poétique au cœur de cet univers imaginaire, tous, grands et petits, suivaient le sillage de Sophie et de son Petit Prince. Et quand, dans cet enchantement, une cornemuse toute petite sortit de sa cachette, la salle entière retint son souffle. Là, Sophie est devenue Sofia la magicienne. Car sa dextérité devenait une œuvre d’art tant elle se jouait des difficultés techniques. Tout devenait simple, naturel.

    La deuxième partie de cette soirée a permis d’apprécier également la performance des Gersois Jean-Michel et Philippe Espinasse. Les cornemuses de différentes tailles étaient alignées comme pour la parade et les deux instrumentistes interprétèrent des œuvres de bravoure très appréciées et applaudies avec fougue par le public.

    Et puis Sophie est descendue de scène, comme une elfe dansante, encore un peu sur sa planète, et dans ses yeux, il y avait plein de paillettes d’or. Si je vous assure !

  • Un bilan 2020 à distance pour L’UPEK

    upekL’assemblée générale programmée le 20 février à la Maison du Lac de Montbel ne pourra avoir lieu comme prévu. Afin de respecter le protocole associatif, le bureau de l’Université populaire en Kercorb a décidé que les rapport d’activités et financier pour 2020 seraient envoyés par voie électronique le samedi 13 février, par ailleurs date limite afin d’envoyer sa candidature au conseil d’administration (upek11@laposte.net).

    Chacun aura alors une semaine pour voter les deux rapports et pour les personnes candidates au CA, en envoyant les votes (pour, contre, abstention) à upek11@laposte.net jusqu’au 19 février (une non-réponse vaudra approbation). Les résultats des votes seront envoyés au jour prévu pour l’assemblée générale, soit le 20 février.

    Comme chaque année à l’AG, les tracts pour toutes les conférences de l’année 2021 (… aux dates initialement prévues) seront présentés. De la même façon, la conférence prévue le 20 février * ne pourra pas non plus avoir lieu à la Maison du Lac à Montbel. « L’UPEK espère que les prochaines pourront avoir lieu normalement ou au moins de façon décalée. Et pour 2022, n’hésitez pas à nous envoyer toutes vos bonnes idées et propositions de conférences et d’ateliers ! ».

    * « Un patrimoine immatériel occitan : les noms de lieux en Kercorb » par Stéphane Bourdoncle, historien, conférencier, traducteur en histoire, sociolinguistique, toponymie, linguistique, paléographie, langue et culture occitanes.