Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Un jour, une image

    Il arrive que la rue du Pont-de-l'Hers fasse souvent la une, c'est à dire chaque fois que nos trois cours d'eau décident de concert, de sortir de leur lit. Cette fois pourtant, l'actualité réside au n° 8 de cette même rue, où l'on peut voir deux enfants s'adonnant avec un plaisir évident, aux joies de la bicyclette. Grâce à un clin d'œil du riverain David Compston, à l'adresse d'un des rois du street art.

    Dave Banksy 003.jpg

    Il est permis d'imaginer que ce mur, il y a bien longtemps, fournissait déjà un appui aux bicyclettes des ouvrières employées dans les ateliers qui se trouvaient là (photo ci-dessous, Maurice Mazon). Actives entre les murs d'une grande bâtisse désormais restaurée, et qui accueille aujourd'hui encore, son lot de cyclistes.

    david compston,rue du pont-de-l'hers

    De gauche à droite. 1er rang : Eléonore Viviès (2e), Lucile Amat (3e), Simone Raynaud (5e), Raymonde Biard (6e), Jeanne Courrent (8e), Jeanne Roncalli (9e).

    2e rang : Andrée Mazon (1ère), Jeannette Saurat (3e), Simone Vidal (4e), Jeannette Gérard (5e), Josette Nuevo (7e).

  • Chalabre à la une, le 7 février 1996

    La visite en pays chalabrais de Jean-Paul Charlut, envoyé spécial de l'Indépendant, se terminait le 7 février 1996, par une visite au centre de convalescence et soins de suite Christina.

    1996 L'Indèp Spéciale 006.jpg

  • Requiem pour un intrus

    Un poème écrit sous la plume de Jean-Paul Sibra, lorsque l'intrus évoqué n'avait pas encore pris toute sa dimension.

    Requiem pour un intrus

    De la lointaine Chine, pour semer la terreur,

    Un jour nous est venu un être insaisissable.

    Un turpide minus jargaudant comme un fat.

    Notre faraud se loge dans tout poumon qui passe.

    Ménageant les plus jeunes, il préfère les vieux,

    Ayant occis les uns, il maltraite les autres.

     

    Misérable virus qui dans le mal se vautre,

    Voilà que maintenant profitant des erreurs

    Et de l'insouciance, il sévit dans nos lieux.

    Serons-nous très bientôt les lièvres de la fable ?

    Par notre négligence faut-il donc qu'on trépasse ?

    Faudra-t-il se terrer un jour comme des rats ?

     

    D'un crapaud, d'un scorpion ou qui sait d'un cobra,

    Surgit l'odieuse chose. Où est le bon apôtre

    Qui chassera au loin ce nabot si coriace.

    En cercles concentriques s'est répandue la peur.

    Si l'Inde l'évita -c'est à peine pensable-

    L'Italie la reçut tel le fer d'un épieu.

     

    Picards et Alsaciens avec ou sans leur Dieu

    Ecopèrent à leur tour de l'hideux Corona.

    Ce pou, trouvant la France ma foi fort agréable,

    S'écria :"Compagnons ! Ce pays c'est le nôtre.

    Son peuple insouciant fourmille de rêveurs

    Et nous aurons tôt fait d'en maîtriser la place".

     

    Le printemps qui naissait à ces vils mots s'agace.

    Se promet sur le champ de jeter hors des lieux

    L'ignoble créature, l'abject envahisseur.

    Mais le maudit démon déployait ses soldats

    Qui partout proclamait ;"Ce terroir n'est plus vôtre".

    La grand' ville se tait. Ce silence l'accable.

     

    Médecins, carabins s'attaquent au coupable,

    La nature s'ébroue, le printemps se surpasse,

    Le roi soleil rayonne, il joue les bons apôtres

    Et de ses chauds rayons enhardit les anxieux.

    Le pays tout entier est prêt pour le combat…

    Et dans un nouveau camp s'est tapie la terreur.

     

    En ce mois détestable ne soyons pas grincheux

    Mais demeurons pugnaces, faisons face au malfrat.

    Les demains seront nôtres quand reviendront les fleurs.

    Jean-Paul Sibra

  • Balade à Montaragou

    montaragou

    Entre Lagarde et Camon, les vestiges du château de Montaragou dominent au sommet d’une colline boisée culminant à 541 mètres d’altitude. D’un accès facile au départ du pont de Camon, l’endroit garde intact tous ses mystères (Photos archives, 10 juillet 2014).

    montaragou

    Il suffit d'enjamber l'Hers...

    montaragou

    ... pour retrouver l'abbaye-château de Camon

    montaragou

    Au loin, le Pog de Montségur

    montaragou

    Les vaches longent la ferme en ruine de Montaragou

    montaragou

    Vestiges d'une architecture défensive

    montaragou

    montaragou

    montaragou

    montaragou

    montaragou

    Retour vers Camon, à hauteur de la croix de Daurat

  • Chalabre à la une, le 6 février 1996

    En 1996, quand l'Hôtel-Dieu Saint-Jacques hébergeait encore la maison de retraite et le centre de long séjour, le journaliste de l'Indépendant Jean-Paul Charlut était venu rendre visite à nos aînés, rue Saint-Pierre. 

    1996 Hôpital local Charlut.jpg

    Demain 7 février 1996, Le centre de convalescence Christina

  • C'était hier : Tennis : Le secteur Haute Vallée a dressé un état des lieux

    L'article mis en ligne avait été publié dans l'Indépendant, édition du dimanche 6 février 2011.

    tc du chalabraisLe comité de l’Aude de tennis a choisi de venir à la rencontre des clubs (Photos archives, Janvier 2011).

    Jeudi 27 janvier, les représentants du Comité de l’Aude de tennis sont venus à la rencontre des licenciés de la Haute-Vallée, pour une réunion de secteur qui s’est tenue en mairie, en présence de Christian Guilhamat, Yves et Odile Bachère, élus chalabrois. Etaient également présents aux côtés des membres du Tennis Club du Chalabrais, les représentants des clubs de Belpech, Couiza, Limoux, Montazels et Quillan. Pour le Comité de l'Aude, le président Nicolas Miguel, Christian Ballot (secrétaire général), Robert Cristau (commission sportive), Patrick Faure (commission des classements), Perrine Dupuy et Véronique Trouquet (conseillères techniques départementale), avaient fait le déplacement en Kercorb.

    Bruno Carbonnel président du TCC souhaitait la bienvenue à ses invités, avant que la discussion ne s’engage sur les modifications intervenues à l’orée de la saison 2011. L’occasion d’évoquer la nouvelle formule des championnats de l'Aude par équipe, qui ont débuté le 23 janvier et qui se termineront le 28 mai, avec un étalement plus long dans le temps, ainsi décidé afin de favoriser une meilleure répartition des rencontres. Véronique Trouquet présentait ensuite les résultats d’une étude réalisée sur l’état des infrastructures du tennis audois, essentiellement les courts de tennis, qui relèvent pour la plupart de la responsabilité des municipalités. Sur les 210 courts recensés, un tiers d’entre eux sont à refaire totalement, certains présentant même un réel danger pour les pratiquants.Une réflexion en profondeur est à mener pour l'avenir du tennis dans l'Aude, pour ce qui concerne le Chalabrais, le court de Rivel est totalement impraticable.

    Egalement évoquées, les obligations fédérales en matière d’application informatique, destinées à favoriser la communication et l’information. Chaque licencié sera invité à créer son compte, afin de faciliter la gestion des licences et des palmarès, et la recherche de compétitions. Quant aux clubs organisateurs de tournois, à l’image du TC du Chalabrais, ils seront invités à utiliser un logiciel proposé par le comité (AEI). A la conclusion de ce tour d’horizon, le président Nicolas Miguel évoquait le devenir du stade de Roland Garros, qui sera agrandi, ou bien délocalisé en banlieue parisienne. Un choix qui devra intervenir lors des prochaines assemblées fédérales, prévues en février.

    Un buffet froid partagé dans une ambiance conviviale a clôturé la réunion. Rendez-vous à présent sur les courts, le 13 février. Le TCC I Dames accueillera son homologue du Cabardès (division I), le TCC I Messieurs accueillera Névian (2e division).

    tc du chalabrais

    tc du chalabrais

    tc du chalabrais

  • C’était hier : Ils ont chaussé les pointes au bord du canal du Midi

    L’article mis en ligne avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 6 février 2001.

    foulées du kercorbEntre football et course à pied, le cœur de Nicolas Dufour balance (Photo archives, Janvier 2001).

    Les jeunes coureurs de fond chalabrois avaient tout dernièrement rendez-vous à Castelnaudary où se déroulait la 3e édition du cross-country organisé par le Lauragais Athlétisme Castelnaudary (LAC). Régulièrement présents sur la ligne de départ depuis la création de cette épreuve en 1999, les jeunes représentants du Kercorb ont fait preuve d’une belle volonté sur un circuit extrêmement boueux, empruntant les berges du canal de Pierre-Paul Riquet. Emmenés par Jean-Paul Cnocquart, co-président du club des Foulées du Kercorb, nos crossmen ont livré une grosse bagarre au cœur du superbe cadre de la Giralle.

    Premiers à chausser les pointes, les Poussins vont s’élancer sur 1365 m et Nicolas Dufour prendra la 23e place en 6’ 21’’. Pour la catégorie des Benjamins, les 2225 m seront parcourus en 9’ 41’’ par Michel Dufour tandis que chez les Minimes filles, Vanessa Garcia s’adjuge une excellente deuxième place en 12’ 20’’. Dans la même catégorie mais chez les garçons, Christophe Pennavaire termine 15e en 16’ 30’’. Enfin, chez les Cadets et sur une distance de 4775 m, notre champion local Claude Cnocquart améliore son chrono et signe un nouveau podium en 18’ 12’’, derrière le Narbonnais François Roy vainqueur du jour. Prochain objectif pour notre ami Claude, la demi-finale du championnat de France de cross-country qui se déroulera le dimanche 11 février prochain à Alès (Gard). Une place en finale est en jeu, tous nos vœux de réussite l’accompagnent.