Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 2

  • Carnaval : Cellule de crise pour Badaluc

    Carnaval 2006 bis.jpgLes empêcheurs de tourner en rond ont été mis au cachot sine-die.

    C'est le plus pur des hasards qui a permis de déjouer un complot tramé par une escouade embarquée sur un drakkar que les vents obscurs venus d'Iceland avaient poussé jusqu'aux pontons du vieux port marchand de la cité. Une conspiration destinée certainement à ruiner les espoirs que tout un chacun ici en Kercorb mise sur la providentielle visite privée de Badaluc XLI, prévue depuis hier samedi 24 avril. Ce dernier porte en effet dans ses bagages, une amulette suédoise, que les disciples de Thor et Odin souhaitaient bien récupérer.

    Grâce à la vigilance des autorités civiles, militaires et ecclésiastiques, cette visite a bien eu lieu, et dans les conditions optimales. Badaluc, dont la sagesse est à louer, se pavane donc sur les cours Colbert et d'Aguesseau en ce dernier week-end d'avril. S'il est arrivé en pays conquis, il sait aussi qu'il lui faudra « éviter de faire le malin », car l'autochtone est susceptible.Bad Expo.jpg

     Après la brillante réception officielle célébrée hier sous la halle, les festivités se poursuivront aujourd'hui dimanche 25 avril à partir de 16h 30. La deuxième tranche de la visite guidée de la bastide avec les solistes de l'OPVC, précèdera la cérémonie de clôture prévue en Place Charles Amouroux. 

  • Une bougie pour le blog

    En ce samedi 24 avril 2010, la fenêtre ouverte sur le quotidien de Chalabre, des Chalabrois et de leurs invités boucle sa première année d'existence. Au terme d'un an de communication et d'échanges qui a permis d'établir ou de renouer de nombreux liens, de sincères remerciements vont vers les fidèles visiteurs du Blog L'Indépendant Chalabre. Par un heureux hasard, cet anniversaire coïncide avec la visite de sa Majesté Carnaval. Elle sera à n'en pas douter accueillie avec le faste et ce sens de l'hospitalité que cultivent nos concitoyens. Il faut donc souhaiter à Badaluc le 42e d'une prestigieuse lignée, un excellent séjour en pays de Kercorb. Toutes et tous à vos masques, Badaluc sera parmi nous dès ce soir à 17h 30, rendez-vous sous la halle pour une fin de semaine placée sous le signe de la fête. Et après consultation auprès des services météo de la station basée sur les hauteurs de "Tustomargue", une belle évidence s'impose : il ne devrait pas neiger sur Chalabre en ce dernier samedi d'avril (photo archive Avril 2005).

    IMG_0383.JPG

     

    Lien permanent Catégories : Echos
  • Bonjour Marie-Charlotte

    marie-charlotte2 010.jpgMarie-Charlotte est venue agrandir le cercle de famille.

    Elle s'appelle Marie-Charlotte et elle est née le samedi 27 février dernier au centre hospitalier du Val d'Ariège, où elle a reçu la visite de sa grande soeur Marwina et de Kévin, Loïc, Hugo et Mathéo ses jeunes frères. Cette naissance comble de bonheur Olivier et Karine Cazas, ses parents, auxquels chacun présente de chaleureuses félicitations. Compliments également à Hermine Cazas et Esmée Garros, deux grands-mères heureuses. Meilleurs voeux de santé et bonheur à Marie-Charlotte. 

    Lien permanent Catégories : Echos
  • Camille Amat nous a quittés

    Camille.JPGCamille Amat en août 2003, entourée de Claude Cals, Michel Faucheux et Roger Giroud, lors de l'exposition « Fulgurances de l'été ».

    La passion qu'elle vouait à la peinture, à l'instar des couleurs qui éclairaient ses toiles, n'aura jamais faibli. Sa palette riche et créatrice reste désormais orpheline, Camille Amat est décédée mardi 20 avril à Balma à l'âge de 79 ans. Une nouvelle accueillie avec beaucoup de tristesse, son absence depuis plusieurs mois déjà ne manquait pas d'inquiéter ses amis et ses proches. Reconnue pour ses talents bien au-delà des frontières du Kercorb, Camille Amat était née le 13 août 1930 à Chalabre et la peinture était son monde, la peinture était partout dans la maison familiale du quartier de Terre-Blanche où elle était revenue au début des années 1990. Passionnée dès son plus jeune âge par les croquis de mode, la carrière de modéliste à laquelle la nièce d'Antoine et Marie-Jeanne Pons se destinait l'avait éloignée une première fois de Chalabre vers Toulouse et l'école de dessin. Esquisses et croquis avaient aussitôt été remarqués par son professeur qui lui proposera de préparer le concours d'entrée à l'école des arts appliqués de la ville de Paris. L'élève Camille Amat va alors fréquenter l'atelier toulousain de peinture Christian Schmidt où les ébauches qu'elle réalise traduisent une perception très personnelle de la réalité.

    Elle franchira là une nouvelle étape avant de rejoindre Paris et l'académie de peinture que dirige André Lhote, théoricien du cubisme. Camille séjournera dans la capitale quatre années durant, au contact du peintre et critique d'art. Pour André Lhote, Camille "est une fragile et timide créature qui n'a qu'un seul défaut : elle sait voir". Il écrira en 1955 dans la revue « Arts et spectacles » : « Camille Amat sait voir, elle voit, spontanément, candidement en toutes choses la vérité picturale. C'est à dire qu'au lieu de suivre de l'oeil le contour des objets, elle perçoit les réactions du décor sur ces objets, ou les réactions de ces objets les uns sur les autres. En un mot, elle remplace en toute naïveté, sans y penser, le dessin du modèle par un dessin de caractère déformé, inspiré et cependant fidèle à l'objet ». En 1956, Camille Amat obtient le deuxième prix au célèbre concours du Dôme (Montparnasse) avant de voir ses oeuvres exposées à la galerie parisienne du Ventadour aux côtés de celles de André Lhote, Jean Carzou, Edouard Pignon, André Derain, Fernand Léger, Arrivé, Iscan et Armand Seguin. En 1958, Camille Amat revient vers son sud natal et plus précisément à Collioure où elle acquiert la parfaite maîtrise des couleurs et de la lumière.

    L'oiseau corrupteur.JPG« Elle a un coup de pinceau comme le coup de poing d'un boxeur !». Jean Camberoque traduisait ainsi l'admiration que lui inspiraient les oeuvres de Camille Amat, exposées salle Joë Bousquet à Carcassonne en 1983. Claude Cals dira plus tard, "le succès du vernissage fut immédiat et bon nombre de toiles furent ainsi achetées à la grande surprise de l'artiste elle-même, dont la candide modestie et le doute permanent qui remettait ses interrogations en cause, savaient l'isoler d'une satisfaction maintes fois prédatrice !". C'était il y a presque trente ans, depuis Camille Amat n'aura jamais cessé de créer, au gré de son humeur, malgré une santé fragile mais avec la vigueur qui anime les artistes. En décembre 1997 et à l'occasion du Tricentenaire de la mort de Jacques Fleury, Camille avait peint le mystère du « Charivari de Fluris », superbe alchimie de couleurs, de mouvements et de symboles. Sous un clair de lune qui illumine Saint Pierre et la demeure des Bruyères, le charivari prend vie grâce à la complicité de trois mystérieuses silhouettes mues par un tempo irréel. Seul semble manquer cet élément majeur de la fête qu'est le bruit, mais à bien écouter, rien n'est moins sûr. Camille était parvenue à faire ressurgir toute la magie d'un mythe enfoui au plus profond de la mémoire collective, avec cette sensibilité qui fit dire un jour à un critique : « Dans l'art, il n'y a qu'un seul critère, la chair de poule ». La musique était l'autre grande passion de Camille, mélomane avertie et interprète à ses heures. Certains accords joués sur le piano familial vibrent toujours entre les pierres d'une maison où les souvenirs seront désormais encore plus forts. Cette énergie qui l'animait emmenait Camille bien souvent loin du Kercorb, mais Camille revenait, dès qu'elle le pouvait, vers ses nombreux amis et l'association « Il était une fois Chalabre ». 

    Camille.jpgLe 16 décembre 2000, Camille et les amis de "Il était une fois Chalabre" plantent un chêne et un olivier, célébrant ainsi le passage vers le IIIe millénaire. 

    En août 2003, une exposition intitulée « Fulgurances de l'été », lui avait permis de retrouver les amis Claude Cals et Roger Giroud. Elle présentait ses créations à l'invitation de la municipalité, oeuvres choisies qui accompagnaient des poèmes de son neveu Michel Faucheux. Cet événement avait mis en évidence l'étroite relation entre peinture et poésie, mais il avait surtout permis à la cité chalabroise de rendre l'hommage qu'elle devait au talent de Camille. 

    Camille Amat a été incinérée le jeudi 22 avril, le transfert de ses cendres dans le caveau des familles Amat et Pons a été accompagné d'émouvants témoignages d'affection. En ces douloureuses circonstances, très sincères condoléances à sa soeur Andrée, à ses neveux et nièces, à toutes les personnes que ce deuil afflige.  

  • Les enfants de Badaluc, ou l’imagination au pouvoir

    L'article ci-dessous avait paru dans l'Indépendant, édition du vendredi 2 mai 1997, juste après la visite de sa Majesté Carnaval. Treize années plus tard et avant l'arrivée imminente de Badaluc 42e de la lignée, la tradition perdure, l'esprit demeure.

    Badaluc Blog.JPGBadaluc existe, la jeune équipe de copains chère à Thierry Roncalli l'a rencontré ! (De gauche à droite, Bruno, Jean-Brice, Thierry, Anne-Marie, Alexandra, Séverine, Jean-José, Yvon et Jean-Philippe).

    Le dernier acte des festivités carnavalesques a clôturé deux jours de liesse exceptionnels. Aussi, le moment est-il venu de prendre rendez-vous avec Badaluc XXXe du nom. Badaluc est venu, Badaluc reviendra. Qu'il arrive par le train comme en 1946, ou bien en avion comme en 1996, une évidence s'impose, le monarque du carnaval chalabrois est bon prince. Accueilli avec faste et honneur un jour, livré aux flammes de l'enfer le lendemain, Badaluc n'a pas la rancune tenace, d'aucuns pensent même qu'il est de très bonne constitution.

    Un jour le poète s'est demandé si les objets inanimés avaient une âme, il faut croire que oui en observant le regard de Badaluc XXIX. Une âme forgée par l'imagination débordante et fertile de la jeune équipe de copains chère à Thierry Roncalli, à l'ouvrage depuis de longues semaines pour que la fête soit plus belle. Aussi inventifs que René, Richard ou « Touste » leurs aînés, Thierry et ses amis ont grandi dans le mystère des exploits d'un personnage hautement célèbre en Kercorb. Si bien qu'aujourd'hui, ils ont cette particularité d'être à la fois les enfants et les créateurs de Badaluc.