Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

- Page 4

  • Le nom de Georges Méliès pour le théâtre municipal

    théâtre georges mélièsCharlène et Maxence ont dévoilé la plaque rappelant le souvenir du père du trucage.

    Vendredi 5 août, une cérémonie de baptême est venue réveiller un sentiment de nostalgie au pied du grand écran blanc du théâtre, témoin au tout début des années 1970, de la dernière séance, et d’une dernière affiche, « Les chemins de Katmandou ».

    En présence d’une nombreuse assemblée, invitée dans un premier temps à découvrir, ou à retrouver, coulisses, salle de projection et hall d’accueil du public, le cinéma était de retour à Chalabre, par l’entremise de Georges Méliès, pionnier du cinéma mondial, dont les ascendants logèrent jadis rue Côte du château.

    théâtre georges méliès

    théâtre georges mélièsAprès avoir dressé un portrait du père du trucage et des effets spéciaux, Jean-Jacques Aulombard, maire, invitait Charlène et Maxence à dévoiler une plaque apposée sur la façade d’un théâtre municipal qui porte désormais le nom de Georges Méliès. « Un choix qui consacre l’inventeur et rend hommage à sa famille paternelle, originaire de Chalabre », comme devait le préciser Jean-Jacques Aulombard, avant de citer une phrase extraite du livre « Méliès l’enchanteur », écrit par Madeleine Malthête-Méliès, sa petite-fille.

    Cette journée inaugurale, en l’honneur de l’auteur du « Voyage dans la Lune », et programmée dans la semaine des arts « Fulgurances de l’été », s’est poursuivie en soirée. Avec un hommage au cinéma muet, et la projection de deux courts-métrages, « La maison démontable » de Buster Keaton (1920), et « Charlot patine » (1916). Deux classiques, magistralement accompagnés par Isabelle Bagur à la flûte traversière, et Jean-Paul Raffit à la guitare électrique, sous les rires rafraîchissants d’un jeune public, sensible à un comique éternel.

    théâtre georges méliès

    théâtre georges méliès

    Jean-Jacques Aulombard a dressé un portrait de Georges Méliès.

  • L'enlèvement des cabines

    publiphones chalabreLa cabine du Pont du Blau, photo Jean-Marie Lafitte.

    Elles avaient connu leur heure de gloire dans les années 1990, mais depuis l’avènement du téléphone portable, leur maintien ne tenait qu’à un fil, qui a été coupé ce mercredi 10 août 2016 à Chalabre. Impuissant face à l’étiolement du service public, chacun s’était fait à l’idée de voir disparaître ces boîtes en verre, et la cabine téléphonique du pont du Blau, imitée par son homologue voisine de la Fontaine du limonadier, ont rejoint le plateau d’un camion engagé dans la campagne de démontage. Pour une destination inconnue, où elles seront recyclées, certaines auront le privilège d’être exposées au musée des télécoms de la fondation Orange-Francetélécom.

    publiphones chalabre

    Une cabine vintage à Montbel (c'était hier), photo Henriette Brembilla.

    De moins en moins utilisés, le plus souvent ignorés tant ils faisaient partie intégrante du décor, les publiphones dans leur ensemble, auront vécu avec l’année 2017. Disposition à mettre à l’actif de la loi Macron, dont l'un des articles passés totalement inaperçu, a libéré l'opérateur Orange de son obligation de service universel. « Avant, la législation imposait un minimum d'une cabine par commune de moins de 1.000 habitants et de deux pour les autres » (Information Orange). Depuis le décret d'application de la loi Macron (49-3 du 9 juillet 2015), cette obligation est levée.

    Inutile d’essayer de sauver un de ces vestiges de la fin du siècle dernier, puisqu’il n'existe pas en France, de marché pour la revente de ces cabines. Lesquelles, il faut en convenir, sont moins emblématiques et moins design que celles de Grande-Bretagne, par exemple.

    publiphones chalabre

  • L’eau dans tous ses états : le concours photo est clos, l’expo est ouverte

    concours photo il était une fois chalabreBambi et le jury ont pu participer, « hors-concours ».

    Ils avaient jusqu'au 30 juin dernier pour envoyer leurs créations, les candidats au deuxième concours photo organisé par l'association « Il était une fois Chalabre », en partenariat avec la mairie, s’en remettent désormais aux conclusions du jury. Ce dernier, s’est engagé à faire un choix parmi une gamme de clichés illustrant deux thèmes : l’eau dans tous ses états, et vue insolite en Kercorb. L’exercice aura été à la fois plaisant et difficile, effectué en deux temps, mais les noms des artistes primés sont à présent connus.

    Après avoir été exposées à la bibliothèque municipale, toutes les photos en lice sont à présent visibles à la mairie, cours Sully. Noëlle Danjou et Michel Brembilla, coordinateurs du concours, invitent le public à venir les découvrir, et à désigner un lauréat, à titre symbolique. Pour chaque catégorie, les trois meilleures photos recevront un prix équivalent à 200 € (1er), 160 € (2e) et 120 € (3e). Les lauréats ont été informés, et la remise des prix aura lieu en mairie le samedi 20 août à partir de 11 h 30. Dans le même temps, l’association « Il était une fois Chalabre » assurera une permanence jusqu’à 16 h, au cours de laquelle les personnes qui le souhaitent pourront acquérir les tomes de leur choix, édités à ce jour (Tome I à Tome XII).

  • Avec les Foulées du Kercorb

    L’équipe des Foulées du Kercorb, emmenée par son président Jean-Pierre Silvestre, invite à une séance de footing, le samedi 13 août. Rendez-vous à 10 h sur la place du lac de Chalabre.

    michel raynaud,foulées du kercorbMichel Raynaud, lors du Départemental de cross à Maquens, en janvier 1965.

  • C’était hier : Première feria du Cazal, un triomphe !

    L’article mis en ligne aujourd’hui avait été publié dans l’Indépendant, édition du mardi 6 août 1996.

    fêtes du cazal 1996Des amis de vingt ans au service de la fête (photo archives, juillet 1996).

    Les traditionnelles fêtes du Cazal, placées cette année sous le double signe des vacances et de la feria, ont connu un franc succès, avec l’inauguration des arènes dans ce cadre exceptionnel, qui domine Chalabre. Pour l’occasion, les nombreux invités ont eu le privilège d’assister à une corrida triomphale mettant aux prises un jeune torero inconnu, à un pur produit élevé Outre-Manche et plein de fougue. Le « mano a mano » fera se pâmer nombre de jeunes filles et de jeunes gens présents dans des gradins chauffés à blanc par les évolutions équivoques de trois superbes « Sevillanas ».

    Dans une arène comble et une chaleur étouffante, notre « novillero » va présenter un répertoire dont rêvent tous les aficionados. Avant de faire ses adieux au Cazal, une estocade foudroyante permettra à notre valeureux matador, de repartir sous les vivats, avec deux oreilles et la queue. Toutes nos félicitations vont à l’ensemble des « Festejaïres del Cazal », en quête permanente de nouveaux talents, et toujours soucieux d’associer à la fête, le Kercorb et ses nombreux visiteurs. Succès complet pour l’édition 96, rendez-vous à l’année prochaine, le Cazal devrait être encore à la fête.    

  • Eywa vient de retrouver la maison

    Pour s’être laissée aller à suivre un groupe de petits cyclistes, Eywa a signé en ce mardi 9 août, une de ses premières escapades, bien involontaire, laquelle l’aura emmenée jusque sur les hauteurs de Canterate. D’abord perdue, puis repérée par les résidents locaux, elle sera prise en charge par les propriétaires du « Petit potager », chambres d’hôtes, qui l’hébergeront une première nuit. Jusqu’à ce que d’informations en recoupements, elle soit aidée à refaire le chemin à l’envers, en voiture cette fois, jusqu’à la maison où l’accueil a été celui que l’on imagine. Merci à Jean-Marie pour son coup de fil, à Terry et Lisa Whelligan pour leur esprit d'à-propos, et au concours de circonstances, souvent heureux.      

  • Qui a vu Eywa ?

    Cette jeune chienne de race berger australien a disparu du jardin de ses maîtres, au Bourdil (Chalabre), depuis le mardi 9 août aux environs de 14 h. L’animal très affectueux, à robe noire et blanche, est âgé de cinq mois et répond au nom de Eywa. Toute personne susceptible d’apporter des informations serait très aimable de contacter le 07 85 64 75 81 ou le 04 68 31 42 63.

    eywa,chien perdu à chalabreLa petite Eywa est très affectueuse.