Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commémorations

  • L’Armistice de 1918 a été commémoré

    11 novembre à chalabreLoevan Conte a fleuri une tombe du carré militaire.

    Ce jeudi 11 novembre, Chalabre a rendu hommage à ses Poilus morts aux combats durant la Première Guerre mondiale. Elus, anciens combattants, gendarmes, sapeurs-pompiers, ont célébré le 103e anniversaire de l’Armistice de 1918, moment solennel démarré en musique avec l’Harmonie Batucada. Depuis la maison commune, le cortège s’est rendu au monument aux Morts où Jean-Jacques Aulombard, maire, a donné lecture du message de la ministre déléguée aux Anciens combattants. L’occasion d’honorer également la mémoire d’Hubert Germain, résistant décédé le 12 octobre dernier à l’âge de 101 ans, en ces termes : « La flamme des compagnons s’est éteinte, mais nous sommes les dépositaires de ses braises ardentes. Entretenons-les sans cesse, ravivons-les inlassablement ».

    Après le dépôt de gerbes effectué par Pierrick, Erwan et Loevan, une couronne de « poppies », rouges coquelicots, était déposée par Lee Worsley, au nom de la communauté britannique, pour ne pas oublier (Lest we forget). Le cortège s’est ensuite rendu au mémorial du cimetière Saint-Pierre où une bougie et une rose rouge sont venues honorer la mémoire des onze soldats reposant dans le carré militaire. Une aubade musicale a conclu ce temps de recueillement devant l’hôtel de ville (photo ci-dessous).

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

    11 novembre à chalabre

  • Le monument aux enfants de Chalabre, morts pour la France

    monument aux morts de chalabreL’ouvrage réalisé par Jean Magrou représente une femme drapée à la romaine, s’appuyant sur un faisceau de licteur. 

    Avec la signature de l’Armistice à Rethondes, la Grande Guerre prend fin le lundi 11 novembre 1918. A la veille de la commémoration du 103e anniversaire de la suspension des hostilités, il est un monument qui semble dressé là depuis toujours, tant les conflits meurtriers n’ont cessé de jalonner l’histoire et d’habiter la mémoire collective.

    C’est en 1919 que les vétérans des armées de terre et de mer de Chalabre lanceront une souscription pour construire un monument à la mémoire de leurs compagnons de combat tombés au champ d’honneur : « Pour remplacer leur tombe absente par un tombeau symbolique, où leurs noms seront inscrits ». Les appels d’offre seront lancés par voie d’affiche et après avoir procédé à l’adjudication en mairie le 29 avril 1923, la réalisation de l’ouvrage d’art sera confiée au sculpteur Jean Magrou, pour une somme de 44.360 francs. Au terme de la même année, le maire Jean Amiel et son conseil municipal présideront à la cérémonie inaugurale. La statue en marbre de Carrare posée sur un socle de pierre taillée, représente une femme drapée à la romaine, s’appuyant sur un faisceau de licteur.

    C’est au pied de ce symbole des sacrifices consentis pour la liberté que chacun viendra le jeudi 11 novembre prochain afin d’honorer la mémoire des enfants de Chalabre victimes de la guerre 1914-1918. Le rassemblement devant la mairie est prévu à 11 h, le cortège se rendra au monument aux Morts pour le traditionnel dépôt de gerbe et la visite au carré militaire. Jean-Jacques Aulombard et le conseil municipal invitent leurs administrés à s’associer nombreux à cette journée du souvenir.  

  • En souvenir de la Nueve et de Juan Rico

    victor baroLe sergent Victor Baro alias Juan Rico, sous l’uniforme de La Nueve.

    En ce mercredi 25 août, Paris va célébrer les 77 ans de sa libération. Lors de ces commémorations, sera honorée la mémoire des combattants de la Nueve, élément avancé de la 2e DB commandée par le général Leclerc, composé en partie de combattants espagnols. L’occasion de rappeler le souvenir de Victor Baro, disparu le 22 juin 1987 à Chalabre, et qui prit part aux combats aux côtés de ses compagnons.

    Au soir du jeudi 24 août 1944, trois chars et trois sections sur half-track de La Nueve, commandée par le capitaine Raymond Dronne, entraient dans Paris par la Porte d’Italie. A 22 h 20, il faisait encore jour lorsque les sections Michel Elias et Miguel Campos de la 9e Cie arrivaient sur la place de l’Hôtel de ville, accueillies par les FFI du colonel Henri Rol-Tanguy, ancien des Brigades Internationales.

    victor baro

    Présent aux côtés de ses compagnons venus prêter main forte à la Résistance intérieure, le tirailleur Juan Rico était embarqué dans le half-track « les Cosaques », arborant les couleurs rouge, jaune et mauve de la République espagnole, qui défilera derrière le général De Gaulle, le dimanche 26 août sur les Champs-Elysées.

    victor baro

    victor baro

    1947 Moïse Condomine, Pedro Sancho et Victor Baro

    Célébration de la Bataille de Camerone

  • Le souvenir demeure sur les hauteurs du hameau de Lescale

    2021 Lescale 007.JPGPatrice Bouzillard, sous-préfet de Limoux, a invité à méditer quant à la notion de Liberté.

    Dimanche 1er août, un hommage a été rendu aux habitants du hameau martyr de Lescale et aux combattants du Maquis de Picaussel, à la faveur d’une cérémonie célébrée en plusieurs temps. Au sommet du col de Babourade d’abord, devant la stèle érigée en souvenir d’Auguste Escriva, jeune maquisard tombé le 6 août 1944, lors d’accrochages intervenus avec les hommes de la 11e panzer division. Comme un symbole en cette journée dédiée à la Résistance, l’accès vers le monument à la mémoire de Jean Carbou et Joseph Lebret, également tués ce 6 août, était barré par un arbre couché dans les lacets menant vers le tunnel.

    2021 Lescale 002.JPGCe rendez-vous marquant le 77e anniversaire de l’incendie du hameau de Lescale (9 août 1944), a été honoré par les autorités civiles et militaires, au premier rang desquelles Olivier Ferrier, maire de Puivert (photo), Albert Houssaille, ancien du Maquis de Picaussel (photo), Patrice Bouzillard, sous-préfet de Limoux, Mireille Robert, députée, Joëlle Chalavoux, conseillère départementale et Eliane Argelès présidente de l’association des « Amis de Lescale ». Chacun a tour à tour évoqué une page d’histoire à la fois glorieuse et tragique, à l’occasion d’une cérémonie célébrée devant la Baraque du Souvenir.

    2021 Lescale 003.JPGEn présence des représentants de la Fnaca, de l’Onac, du délégué militaire départemental de l'Aude, de la compagnie de gendarmerie de Limoux, du Souvenir français, du centre de secours de Chalabre et des porte-drapeaux des associations d’anciens combattants, un rappel historique des événements a permis de saluer l’esprit de la Résistance et la mémoire de celles et ceux qui défendirent les valeurs de la République, combattants de l’ombre et habitants du hameau. Après le dépôt de gerbes et les remerciements aux porte-drapeaux, les autorités ont tenu à saluer Albert Houssaille, un des derniers acteurs du Maquis de Picaussel, témoin de ces heures noires et porteur d’un message émouvant. A tous les vétérans, aux camarades partisans qui n’eurent de cesse de défendre les valeurs de la République, Lescale a témoigné son indéfectible reconnaissance.

    2021 Lescale 004.JPG

    Eliane Argelès, présidente de l’association des « Amis de Lescale »

    2021 Lescale 005.JPG

    Joëlle Chalavoux, conseillère départementale

    2021 Lescale 006.JPG

    Mireille Robert, députée de la 3e circonscription de l'Aude

    2021 Lescale 008.JPG

    2021 Lescale 009.JPG

    2021 Lescale 010.JPG

    2021 Lescale 011.JPG

    2021 Lescale 012.JPG

    2021 Lescale 013.JPG

    Les remerciements aux porte-drapeaux

    2021 Lescale 014.JPG

    Albert Houssaille, salué devant la Baraque du Souvenir

    2021 Lescale 001.JPG

    La route du Maquis était coupée en ce dimanche 1er août 2021

  • Sonnac-sur-l'Hers : Cérémonie du souvenir au col de La Flotte

    col de la flotteLa mémoire des partisans a été honorée sur les hauts de Sonnac-sur-l'Hers.

    A l’initiative de la municipalité de Sonnac-sur-l’Hers, un hommage a été rendu dimanche 1er août, aux cinq maquisards tués au sommet du col de la Flotte, lors d’une embuscade tendue par l’occupant le 27 juillet 1944. A la faveur de renseignements livrés à l’occupant, la colonne de soldats allemands arrivée à pied avait pris position au sommet du col, dans l’attente d’une opération du maquis FTP-Faïta. L’effet de surprise sera fatal aux maquisards qui se dirigeaient vers la ferme de Bordeneuve, à quelques centaines de mètres du col, afin d’y dissimuler un véhicule. Pris sous le feu des mitrailleuses, Paul Vernières, Louis Bages (dit Leclair) et André Laffont s’écroulent, tandis qu’Helmut Thomas, grièvement blessé, et Fernand Prétal, parviendront à se replier, avant d’être rattrapés et exécutés. Les cinq maquisards, relevés par Camille Boussioux et Antoine Canal, seront inhumés à Sonnac le 29 juillet. Au mois d’octobre suivant, leurs corps seront exhumés et rendus à leur famille.

    Une cérémonie intime célébrée en présence de Daniel Lefebvre, maire, accompagné des élus Suzanne Fontvieille et Pierre Cassé, et de Elie Barrau, a permis de rendre hommage à cinq jeunes hommes qui avaient rejoint les rangs des Francs-tireurs et partisans français, morts pour la France.

    col de la flotte