Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Santé - Page 5

  • Maison de Santé du Kercorb : Chronique d’un projet « malmené » !

    La lettre ouverte des professionnels de santé du Kercorb.

    « Une maison de santé, c’est deux projets en un : un projet professionnel et de santé établi par des professionnels de santé et un projet immobilier porté par une collectivité pour les accueillir.

    Le premier, qui répond à un cahier des charges précis, défini par l’Etat et contrôlé par l’Agence Régionale de Santé est le déclencheur. Les objectifs essentiels d’une MSP résident dans la prise en charge des patients et l’exercice coordonné des professionnels. Il doit, au minimum, être porté par deux médecins généralistes et un(e) infirmier(ère) ou un(e) kinésithérapeute. Un avis favorable du Comité Régional de sélection des MSP qui regroupe l’ARS et les cofinanceurs publics conduit à la labellisation du projet.

    Le second, porté par la collectivité qui en assure la maîtrise d’ouvrage, est basé sur un programme répondant aux besoins du projet des PS.

    2012 : l’association des Professionnels de Soins du Kercorb est créée en janvier, elle dépose le dossier de présentation de la MSPKercorb qui est labellisé lors du comité de sélection d’octobre avec mention par l’ARS de la qualité du dossier. En moins d’une année ce premier volet est prêt ! Le projet intègre deux médecins généralistes, deux cabinets infirmiers, un kinésithérapeute et ponctuellement des spécialistes en consultation avancée ou des paramédicaux.

    Depuis 2012, le volet immobilier progresse, stagne et régresse. Porté en 2012 et 2013 par la Communauté de Communes du Chalabrais il est transféré début 2014 à la Communauté de Communes des Pyrénées Audoises. Lors du transfert, des financements sont déjà acquis ou en cours d’instruction (Conseil départemental, Région, Etat, Europe). Une partie d’un financement aurait même été versé à la CCPA. Pour quel usage?

    Aujourd’hui aucun signe d’aboutissement en vue, la CCPA ne fait que mettre en avant des problèmes en particulier sur le site retenu et mis à disposition du projet pour 1€ par la municipalité de Chalabre. Pour mémoire le choix du site dans les murs de Chalabre résulte d’une analyse comparative de plusieurs sites, répond à l’analyse de la patientèle des PS, a été validé par la CCC, par l’ARS et l’Architecte des Bâtiments de France [ABF]. La municipalité lève tous les problèmes techniques mis en avant par la CCPA: démolition, mitoyenneté, interfaces avec l’ABF... Mais rien n’y fait.

    Selon les derniers échos, la CCPA remet en question le projet des professionnels de santé au prétexte qu’un des médecins part à la retraite prochainement…. Et pour cause, depuis 2012 le temps a passé et continue de passer.

    Que dire ? La CCPA n’est pas compétente pour remettre en cause un projet de santé labellisé. Que penser ? Une année pour labelliser un projet de santé et six années sans voir les murs sortir de terre…

    Que croire ? Lors de la récente inauguration de la MSP d’Espéraza, projet engagé deux ans après celui de Chalabre, Monsieur Savy président de la CCPA a évoqué « la santé pour tous ». Et pour les habitants du Kercorb ? Qui décide ? Les MSP sont une priorité du gouvernement, de l’ARS, des régions et des conseils départementaux mais pas de la CCPA pour le Kercorb.

    Malgré tout ce temps perdu, les membres de l’APSK restent engagés et travaillent à mettre à jour leur projet suite à une réunion avec l’ARS et la caisse primaire d’assurance maladie. Mais cet engagement ne suffit manifestement pas. Le Kercorb « Terre privilégiée » deviendra-t-il un territoire oublié aux confins de l’Aude et de l’Ariège ? ».

  • Quand la clinique Christina invite aux voyages

    Animations. Une journée placée sous le signe du bonheur.

    christina,journée du bonheur 2018Le printemps a été accueilli avec bonheur et dans la bonne humeur.

    Sur le thème du bonheur, ici et ailleurs, la clinique Christina proposait mardi 20 mars, une journée ouverte à toutes et à tous, dans le cadre de la Journée internationale du Bonheur. Invité d’honneur de ce rendez-vous festif, le printemps aura tout bonnement snobé son monde, une pluie soutenue obligeant à quelques modifications dans le programme des animations. Il était dit pourtant que le soleil serait bien présent, apporté par Yacob et Marie, venus présenter leur projet de tour du monde en vélo solaire (photo ci-dessous).

    christina,journée du bonheur 2018

    Sous la forme d’une exposition baptisée « Du soleil dans les roues », Yacob et Marie, infirmière dans l’établissement, ont pu expliquer les détails d’une extraordinaire aventure, dont les premiers tours de roues seront donnés en avril prochain. Autour d’un stand pris d’assaut, les élèves du collège Antoine-Pons, les résidents et le personnel de Christina ont découvert comment nos deux globe-trotters sont fins prêts pour un périple programmé sur quatre ans.

    christina,journée du bonheur 2018

    Auparavant, le nez rouge et les facéties clownesques de Fanny auront fait fuser les rires, avec la complicité d’un auditoire prêt à jouer le jeu et à se préserver de la grisaille du dehors. Une autre escale, musicale cette fois, avec les accords de guitare et la voix de Thomas, précédait une courte excursion aux fins de passer en revue les goûters du monde. Intermède qui permettra de se transporter aux quatre coins de la planète, via l’exposition photos de Jordane Gasc, membre du personnel administratif.

    Compliments à l’équipe pluridisciplinaire de la clinique Christina (photo ci-dessous), qui s’est particulièrement investie pour la réussite d’une matinée riche en activités ludiques, musicales et gourmandes.

    christina,journée du bonheur 2018

    christina,journée du bonheur 2018

    christina,journée du bonheur 2018

    christina,journée du bonheur 2018

    christina,journée du bonheur 2018

  • Ehpad : mobilisation pour un accompagnement digne des aînés

    Manifestation. Les familles et la population ont soutenu l'action du personnel.

    ehpad hauts-de-bon-accueil,fhfL’insuffisance des ressources reste au cœur des revendications.

    La mobilisation ne faiblit pas sur les Hauts-de-Bon-Accueil, où le personnel de l’Ehpad était réuni jeudi 15 mars, afin de prendre part à la journée de manifestation nationale. Nouvelle mobilisation après celle du 30 janvier dernier, pour dénoncer les conditions de travail devenues déplorables au fil des ans, mais également pour défendre les conditions de vie des résidents. Présents devant l’établissement, familles et citoyens chalabrois étaient venus soutenir celles et ceux qui au quotidien, sont en première ligne pour constater les ravages des coupes budgétaires imposées dans le cadre de la réforme de la tarification dépendance.

    Egalement dénoncée par la Fédération Hospitalière de France (FHF), « cette réforme injuste et inéquitable, aggrave le malaise des directeurs et des personnels des Ehpad publics. Les organisations, déjà soumises à de fortes tensions depuis longtemps, craquent, expliquant la mobilisation dans les mouvements de grève des personnels du 30 janvier et 15 mars ».

    Evoquant le travail des parlementaires, Sylvie Soinnard, directrice de l’Ehpad et du SSIAD de Chalabre, déléguée départementale du secteur médico social de la FHF, rappelle que « tous les rapports reconnaissent l’insuffisance des ressources et appellent non seulement à ne pas réduire les financements des Ehpad mais à les accroître, et refonder le modèle de financement des Ehpad et de la dépendance ».

  • Eclairages sur le compteur Linky

    Linky 19 janvier 2018 002.JPGMaud Bigand s’est montrée très critique à l’endroit des objets connectés.

    Une soirée débat était proposée vendredi 19 janvier au théâtre Georges-Méliès, destinée à aborder les problématiques liées au nouveau compteur communiquant. Son installation assurée par Enedis via la société appaméenne Centenero, bat son plein depuis plusieurs semaines en pays chalabrais. L’assemblée venue à la rencontre de Maud Bigand (photo), membre du collectif « Touche pas à mon compteur 09 », n’a pas manqué de poser les questions générées par ce petit boîtier vert pomme.

    Linky 19 janvier 2018 001.JPGEst-il possible de le refuser, pourquoi le refuser, comment le refuser ? Autant de points d’interrogations qui auront peut être été levés à l’issue d’un débat d’autant plus animé que des cas d’incidents (au moins quatre), intervenus sur le territoire du Kercorb, ont été signalés. A travers divers documents, témoignages et éléments techniques, Maud Bigand a brossé un portrait de ces « compteurs intelligents ou connectés ». Intrusion dans la vie privée, danger des ondes, hausse des tarifs, autant d’arguments que conteste la firme Enedis, et qui ont été évoqués en présence d’une trentaine de personnes ayant répondu à l'initiative de l’association LICTP.

  • Les Hauts-de-Bon-Accueil se mobilisent contre la déshumanisation des Ehpad

    ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018Le mouvement a rassemblé personnels, familles et élus, afin de réclamer plus de moyens.

    Dans un contexte national et à l’appel des collectifs CGT et FO de l’établissement chalabrois, la journée d’action programmée en ce dernier mardi de janvier, a permis à l’ensemble des personnels de dénoncer la dégradation sans précédent de leurs conditions de travail. A leurs côtés, familles et résidents avaient tenu à partager l’inquiétude de professions à la peine dans leur rôle d’accompagnement, de services et de soins envers les personnes âgées.

    Par la voix de leur porte-parole, les syndicats ont souhaité dire « Stop aux restrictions budgétaires, aux restrictions de personnel, au travail géré par la montre, au travail à la chaîne. Infirmiers, aides-soignants, sont au bout du rouleau ». Avec une demande formulée en direction du gouvernement, « pour des effectifs supplémentaires et des moyens financiers nécessaires à la prise en charge des résidents dans des conditions acceptables, pour en finir avec les politiques d’austérité ».

    Après les prises de parole de Sylvie Soinnard, directrice de l’établissement et Jean-Jacques Aulombard maire de Chalabre, Gérard Couteau se faisait l’interprète des familles des résidents, pour adresser un émouvant témoignage de soutien à l’adresse des agents qui partagent le quotidien de nos aînés (Photo ci-dessous).

    ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

    ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

    Quant un histogramme résume le bilan des politiques d’austérité successives

    (AS aide-soignant, ASH agent service hospitalier)

    ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

    ehpad hauts-de-bon-accueil,grève 30 janvier 2018

    Communiqué du syndicat FO : « A l’initiative de la fédération FO-Santé, rejointe par six organisations syndicales, le 30 janvier est un jour rouge pour les Ehpad. A Chalabre, FO qui relayait sur le plan local le mouvement national du 9 novembre dernier, a été rejointe par la CGT. Nous demandons au gouvernement des effectifs supplémentaires et les moyens financiers nécessaires à la prise en charge dans des conditions acceptables des personnes âgées accueillies et soignées. L’ampleur du mouvement témoigne de la dégradation sans précédent du secteur. En effet, le mouvement est soutenu entre autre par l’association des Directeurs au service des personnes âgées (AD-PA) et par les organisations de retraités dont l’Union confédérale des retraités FO (UCR-FO). A Chalabre, la direction a été entendue dans le cadre de l’audit flash commandé en août 2017 par le gouvernement auprès de Monique Iborra, députée de la Haute-Garonne. Cette dernière rapportait sur le plan national « une maltraitance institutionnelle » et « des sous effectifs en personnel unanimement reconnus ». Notre ministre de la santé Agnès Buzyn nous parle de 50 millions d’euros de plus, ce n’est même pas la somme qui correspond à l’inflation, et ce n’est qu’une provocation face aux soignants et aux résidents des Ehpad. 50 millions d’euros correspond seulement à 1300 postes. Le Plan Solidarité Grand Age 2007-2012 prévoyait un ratio de 1 pour 1, selon l’Audit National de KPMGO il y a en moyenne 4 à 5 agents pour 10 résidents, administratifs compris, alors que le niveau de dépendance augmente…On est très loin de combler les besoins. Infirmiers, aides-soignants, médecins sont au bout du rouleau, ce secteur professionnel compte actuellement le taux de suicide parmi les plus élevés en France, il faut que ça s’arrête, et vite ! Les familles et la population dans son ensemble nous soutiennent, le gouvernement ne peut plus fermer les yeux ».