Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Social - Page 8

  • Nuits agitées sur le Cours Sully

    Poubelles Cours Sully 004 bis.jpgAprès les raids scatologiques menés dernièrement contre les officines bancaires de Chalabre sous la signature de R.C. pour Résistance Chalabroise (voir note du 6 novembre), un nouveau commando nocturne a sévi dans la nuit de jeudi à vendredi 20 novembre. C'est ainsi que le perron de la mairie s'est vu agrémenté d'un monticule d'immondices divers et nauséabonds, empêchant purement et simplement l'accès à la maison commune. Prévenus par les employés de la C.C.C. en tournée aux premières heures du jour, Christian Guilhamat maire de la commune et les éléments de la brigade de gendarmerie ont rejoint les lieux afin de constater le forfait. L'initiative était cette fois revendiquée par un « collectif » se réclamant d'une signature qui n'est pas sans rappeler une entité bien connue des Chalabrois, aujourd'hui en sommeil. Un texte accompagnait cette livraison sauvage, dans lequel le ou leurs auteurs expliquent les raisons ayant motivé une telle initiative.Poubelles Cours Sully 001 bis.jpg

     

    A l'évidence, la vie nocturne chalabroise est trépidante, pour preuve les tags inscrits dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 novembre sur trois façades privées de la Croix des Missions et de la rue du Pont de l'Hers. Cette fois le ou les noctambules ont barbouillé un laconique « K23 ».

    K23 001 bis.jpgLa commune a déposé plainte, l'enquête a été confiée à la gendarmerie. 

    Lien permanent Catégories : Social
  • Actions nocturnes en pays chalabrais

    CA.jpgLes devantures de plusieurs établissements publics de la cité chalabroise ont été la cible de dégradations d'un genre particulier dans la nuit du lundi au mardi 3 novembre. Le doute n'est pas permis quant à la nature de la matière utilisée par le ou les frondeurs, si l'on en juge par la fragrance et la couleur de la substance venue brouiller les vitrines. La banque du Cours d'Aguesseau avait déjà été la cible d'une action similaire au début du mois d'octobre, mais plusieurs établissements ont cette fois été visés, il s'agit de la Poste, Groupama, Axa assurances, le Trésor public et une fois encore le Crédit agricole. Banques 005.jpgS'agissant de la deuxième action de ce type en à peine moins d'un mois, il est permis de se demander qui en veut aux agences bancaires et prestataires de services établies en pays chalabrais. Le forfait signé par le biais de cartons sur lesquels figurent les initiales R et C a été suivi de l'envoi à la rédaction de L'Indépendant à Carcassonne d'une lettre semi anonyme signée « Résistance Chalabroise ». Dans laquelle le ou les auteurs de cette expédition essaient de faire passer un message : « Dans nos actions nous visons que les enseignes, leurs dirigeants nationeaux et actionaires...milliardaires. pardon pour les employés et responsables locaux, ... mais nous ne faisons que renvoyer la m...e dans laquelle ils nous mettent pour beaucoup d'entre nous ... »   

    Trésor.jpgAprès plusieurs plaintes enregistrées auprès de la brigade de gendarmerie, une enquête est en cours, afin de déterminer le mobile du ou des auteurs de dépôts qui, pour être peu orthodoxes, sont peut-être l'émanation d'une certaine désespérance.poste.jpg

  • Les enfants du primaire privés de cantine

    Clae.jpg
    La rentrée des vacances de Pâques a fourni son lot de surprises à certains parents dont les enfants sont scolarisés en primaire à Louis Pergaud, et qui se sont vus notifier un refus d'accès aux services de la cantine le mardi 21 avril, en raison du sureffectif d'enfants inscrits à la cantine par rapport aux conditions légales de sécurité.

    Face à cette situation invraisemblable, il convient de rappeler que c'est le foyer d'éducation populaire qui répond aux besoins des enfants comme des parents en matière de garde, à travers le CLAE, centre de loisir associé à l'école. Cette structure d'accueil fonctionne avec du personnel qualifié dont le nombre varie en fonction des effectifs. Et c'est une augmentation de ces effectifs qui a amené à une situation de blocage dont les détails étaient présentés jeudi dernier aux parents, à l'occasion d'une réunion provoquée par Roger Rosich, président du foyer d'éducation populaire, Laëtitia Montaigne directrice et Gisèle Courthez animatrice.  

    Malgré les discussions entamées en novembre 2008 et qui avaient en quelque sorte permis d'anticiper le problème, afin de le régler soit par un transfert de personnel (masse salariale inchangée), soit par le financement d'un emploi supplémentaire, aucune solution n'existe à ce jour. Une réunion des élus de la communauté de communes du Chalabrais tenue en janvier avait débouché sur un accord verbal entre les représentants des mairies concernées, invitées à participer à un financement au prorata du nombre des enfants par commune. Sans réponse officielle de ces derniers à la rentrée et malgré un courrier daté du 10 avril, le FEP a pris la décision de limiter l'accueil, les conditions légales de sécurité n'étant plus assurées.

    Une nouvelle réunion doit se tenir aujourd'hui à 15 h 30, pour l'heure, les parents ont décidé d'assurer à tour de rôle la surveillance des enfants, en espérant qu'une solution rapide vienne rétablir une situation devenue intenable.